AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266231111
Éditeur : Pocket (10/12/2015)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Miranda réalise des numéros humoristiques de voyance au Quolibet, un cabaret de Lille. Un soir, elle reconnait un promoteur qui lui a causé du tort par le passé. Pour se venger, elle lui prédit un avenir sombre : avant le vendredi 13, il trouvera la mort.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
liliba
  25 août 2012
Pensiez-vous que je réussirais à ne pas craquer quand est sorti un roman policier dont l'intrigue se déroule à Lille, et qui plus est commis par Michel Quint ?

Je me suis plongée avec délices dans cette histoire, que j'ai adorée de la première à la dernière ligne…

Tout d'abord, chacun des protagonistes de cette histoire a ce qu'on appelle une sacrée personnalité. Octavie est une belle quarantenaire aux yeux violets et à la voix profonde « avec du brouillard dedans, du sanglot et du sang versé » qui en fait chavirer plus d'un, qui devient Miranda dès qu'elle monte sur la scène du Quolibet, une sorte de bar un peu miteux dans le vieux Lille, pour y faire ses tours de cartes et embobiner le public, féminin comme masculin. On découvre son passé au fil de l'intrigue, qu'elle garde assez secret vis-à-vis de ses collègues de travail, et on sent chez cette femme magnifique et au fort caractère, des blessures intimes pas encore refermées, et l'envie d'en découdre, de ne pas se laisser marcher sur les pieds, manipuler.

« le Quolibet, cabaret-bar, musique, attractions diverses, vedettes internationales de la télévision. Derrière le battant, on se tape le nez dans une sorte de grande muleta de velours cramoisi qui pend là, juste contre, pour museler le froid au bord d'un court couloir éclairé faible par les photos sous cadres luminescents des artistes présents ou passés dont le génie relève le magnétisme du lieu. Puis on donne encore du front dans un autre chiffon doux, comme ces bêtes taureaux des dimanches, et nous y voilà.»
Quant elle va se retrouver face à face avec Bruno, PDG d'une grosse société immobilière de la région, mais qui fait des affaires à l'étranger également, sa décision sera vite prise, une fois qu'elle l'aura reconnu. Car cet homme est lié à son passé, à une histoire noire qu'elle ne peut pas oublier bien qu'elle ait tenté de changer de vie, à la vie d'un homme qu'elle a aimé, à une période où elle a été heureuse… Miranda la belle va tenter de prendre sa revanche.

« Ce soir, pas long après la Toussaint, quand les larmes écloses au bord des tombes n'ont pas encore séché aux joues mais que le parfum des fêtes allume déjà l'oeil, marché de Noël, grande roue sur la place de la Déesse et tout le tralala, elle glisse de son tabouret, et tend le bras, paume ouverte, pour accueillir cinq hommes et une jeune femme blonde qui entrent en secouant la brume de leurs épaules. »

Lui, le bourgeois nanti et sûr de lui, va cependant être subjugué par Miranda et voudra impressionner les gens de son monde. Il l'invite donc chez lui à une soirée, lui proposant de pratiquer dans l'assemblée ses tours de close-up, et de s'adonner à une petite blague… Il est, malgré sa position sociale et professionnelle, obnubilé par les cartes et par ce qu'elles peuvent révéler, et croit dur comme fer à leur pouvoir de divination. Miranda va se lancer dans son numéro de close-up en faisant le grand jeu et en médusant l'assemblée, et ayant découvert cette faiblesse de son hôte d'un soir faire parler les cartes, et lui annoncer sa mort, avant le prochain vendredi 13… qui tombe justement très bientôt.

« Pour lui, l'existence d'un truc ne prouve pas que l'oracle n'existe pas, que le destin est opaque, elle indique qu'on ne maîtrise rien et que le sort a déjà réuni des éléments, y compris la prédiction, qui rendent plausible l'issue fatale. »

Quand Bruno sera attaqué, il repensera bien sûr à la prophétie de Miranda, et c'est vers elle qu'il viendra chercher de l'aide, n'ayant aucune confiance dans ses proches, famille ou amis, elle qui fomentait une juste vengeance...

« Miranda n'en revient pas, qu'il réagisse en paysanne du fond du Moyen Age, en obscurantiste bas-breton, alors oui inutile de le soigner, il est condamné, monsieur se prend pour Jeanne d'Arc, il écoute la voix des cartes, lui un chevalier d'industrie, un cynique qui décide de la vie de centaines d'hommes qui travaillent dans ses sociétés, et tout ce qui va avec, il est là, superstitieux comme plus personne aujourd'hui, et pourtant, elle doit se rendre à l'évidence, il a des motifs de craindre le pire, et sa blessure, même complètement en dehors de ce qui se trame dans le clan Vailland, sa blessure cristallise le danger réel, le matérialise, là, d'un coup. »

J'ai adoré le mélange des milieux, que pourtant tout oppose. Celui de la nuit et de la vie quotidienne un peu pesante, pas gaie, que connaissent Octavie et ses amis du cabaret, et celui de la grande bourgeoise locale dont est issu Bruno, ce fameux clan Vailland, sûr de son pouvoir et de la suprématie de son argent, de sa supériorité et de son autorité à faire que les choses aillent dans le sens qu'ils décident. La scène de la soirée bonduoise est absolument exquise tant on y retrouve tous les codes de ce milieu et de cette banlieue chic de Lille (le Neuilly du coin, si vous voulez). L'intervention de Miranda chamboule toutes les habitudes de ce petit monde, qui ne sait plus vraiment ce qu'il se passe dans cette soirée. Dernière le vernis des bonnes manières, des bijoux de valeur, des robes de couturiers et des vins de prestige, on devine les rancoeurs, les haines même, le mal être de bon nombre de ces hôtes pour qui le paraitre est bien plus important que le fond, mais dont la vacuité de la vie (à part faire du fric), parfois, ressort.

« Elle s'arrête au passage dire deux mots à un vieux monsieur, tout blanc de poil, une tête de percheron sournois, les dents aussi et la carrure, les paluches comme des pâturons. [...] Miranda passe ainsi en revue, Henri Vailland, frère aîné d'Éléonore, autre cheval, plus grand que son père, les attaches plus fines, mais la gueule, la gueule, il est carnassier ce bourrin-là, et pas à son aise, mou de partout, sauf du râtelier… »

« Jeanne aussi, la cadette, moins jument, quand même de la race, costaud, en robe longue, vraisemblablement d'un jeune créateur audacieux du froufrou et belge, belge comme son mari, Charles Dierickx, « dans les affaires », exactement du négoce par ci par là, un peu de tout, un maigrelet qui respire peu pour bomber le torse, une tête de jockey de trot, avec écrit margoulin partout sur lui, même dans l'accent à la Brel qu'il n'a pas. »

Cette différence de milieu permet à l'auteur de nous offrir des descriptions de personnages plus que croustillantes et offrant une palette très large de caractère. Aux gens de « la haute », prétentieux, fiers et, disons-le, tous plutôt des sales types ou bonnes-femmes, s'opposent ceux des milieux simples, le verbe haut, le parler rude mais le coeur sur la main. Un rien caricatural peut-être, mais pour ma part, j'ai trouvé ces personnages vraiment attachants, et même souvent touchants.

Ensuite, l'écriture de ce roman est un vrai régal ! L'auteur possède une verve hallucinante, et certains passages reproduisent la gouaille du parler du Nord, mais aussi la chaleur des gens d'ici, leur générosité, leur accueil toujours bienveillant de l'étranger, du nouveau, de celui qui a besoin d'un coup de main. J'ai vraiment retrouvé dans les dialogues, mais aussi dans les descriptions des lieux ou des atmosphères, la région dans laquelle je vis avec bonheur depuis plus de 10 ans. A cela s'ajoute une langue vraiment maitrisée à la perfection. L'auteur joue avec les mots et les phrases, fait chanter son texte et certains passages sont extrêmement poétiques, de toute beauté. Bruno parsème ses phrases de citations latines qui m'ont beaucoup amusée, tandis que les amis d'Octavie parlent patois ou tout du moins une langue un peu argotique. La confrontation des deux est un délice…

« Il fait un temps de crime belge, de noyé repêché dans un canal par un marinier aux cheveux collés de brune. Un temps à boire des fines à l'eau ou des grogs. Un temps d'autrefois. Quand l'interphone bourdonne, oui, qui est là, elle répond c'est moi, elle l'entend rire, l'ouverture à distance se déclenche, elle pousse la lourde porte blindée et entre. »

J'ai adoré de plus cette histoire assez abracadabrante, mais malgré tout vraiment bien construite, avec son lot de rebondissements et de surprises, jusqu'au dénouement final qui m'a beaucoup plu. On ne s'ennuie pas une seconde, j'ai même beaucoup ri à certaines scènes, et été émue à d'autres. Bref, sous le charme, totalement, et je ne peux que vous recommander de vous précipiter sur ce roman policier qui vous fera passer un très bon moment.



Lien : http://liliba.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mollymon
  14 octobre 2015
Connaissez vous le close-up, ce numéro de prestidigitation rapprochée? C'est l'art exercé par Miranda qui se produit dans un cabaret du vieux-Lille. En prédisant à un spectateur que son destin risque de se basculer un vendredi 13, elle ne se doute pas qu'elle va s'embarquer dans une drôle d'aventure
Plus que l'intrigue, dont je n'ai pas vraiment bien saisi tous les tenants et aboutissants, j'ai particulièrement apprécié l'atmosphère créée par Michel Quint dans ce roman. Il fait preuve d'une grande virtuosité en début de récit pour planter un décor digne du grand Simenon.
Par ce temps de Toussaint, il fait bon de lire Close-up bien pelotonnée bien au chaud, à l'abri des écharpes de brumes qui s'enroulent autour des lieux et des personnages.
Jusqu'à présent je n'avais pas été enthousiasmée la plume de Michel Quint , mis à part dans Effroyables jardins, mais cette fois ci j'ai été séduite son écriture qui m'a emportée pour quelques heures d'une lecture qui sans être grandiose s'est avérée fort plaisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
yv1
  28 octobre 2011
Les éditions La branche lancent la collection Vendredi 13, et excusez du peu, mais ont déjà publié Michel Quint donc, J-B Pouy et Pierre Bordage ! Et sont prévus Olivier Maulin, Jean-Marie Laclavetine Patrick Chamoiseau et Alain Mabanckou, entre autres. Très alléchant !
Pour Close-up, ce qui m'a emballé tout de suite, c'est le style, la langue de Michel Quint. Je me suis régalé de ses phrases qui alternent le plus beau français, avec des expressions latines (c'est le dada, le TOC même, de Bruno) et les mots de patois lillois ou d'argot. Et ses phrases, très ponctuées, triturées, déstructurées. Quel plaisir de lecture avant tout ! Vous l'avez compris je me suis régalé de l'écriture de Michel Quint. Maintenant, qu'en est-il de l'histoire ? Eh, bien assez nébuleuse et rebondissante pour qu'on s'y intéresse aussi. L'auteur maîtrise bien ses effets et nous les distille à petites doses, pour nous garder vigilants. Je pourrais dire que la relation entre Miranda et Bruno est assez prévisible -mais pas désagréable-, mais c'est vraiment le seul reproche que je pourrais faire à Michel Quint.Le seul ? Pas sûr, lisez plutôt cela :
"Elle sait que sa voix a grimpé dans les aigus, qu'elle fait ado hystérique à un concert de Frédéric François..." (p.114)
Qui pourra croire que Frédéric François s'attire encore des cris d'adolescentes ? Et même des adolescentes dans ses concerts ? Et même simplement des concerts ? (Désolé, mes soeurs ! Ne lisez pas ceci, vous qui vous pâmâtes devant ce ... chanteur, pour mon grand malheur -et celui de mes frères-, nous qui fûmes obligés de l'entendre, parfois brailler depuis votre chambre, en duo ou trio avec vous-mêmes !)
Las, M. Quint, je suis désolé de vous dire que vous n'êtes point crédible, vous eûtes été plus inspiré en écrivant : " Elle sait que sa voix a grimpé dans les aigus, qu'elle fait ado hystérique à un concert de Justin Bieber..."
Mais que cela ne vous empêche pas -oh que nenni- de vous précipiter sur ce livre pour déguster, que dis-je pour vous empiffrer, de la belle langue onctueuse, pulpeuse, généreuse et plein d'autres adjectifs en "euse" de Michel Quint !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
krol-franca
  06 février 2012
Je ne sais pas comment le dire, mais je ne suis pas entrée du tout dans ce roman. Et qu'est-ce qui m'en a empêchée ? Là est la question !
En fait, je crois que c'est le style. Bah oui ! On peut s'en étonner. Michel Quint a un style hors norme, tout en phrases longues, séparées de virgules, pas vraiment structurées, audacieuses, c'est sûr, mais déstabilisantes et qui m'ont rebutée d'emblée. Non, pas d'emblée, parce que j'ai beaucoup aimé les premières pages, mais un peu plus loin lorsque l'histoire se met en route. Michel Quint alterne le langage familier avec des tournures plus littéraires, et ceci parfois dans la même phrase, il mélange allégrement dialogue et narration... Ca donne un ton, certes, très vivant mais qui m'a vite fatiguée.

Impossible de passer la porte, je suis restée sur le seuil à observer ces personnages atypiques vivre une histoire qui ne m'a pas emballée non plus. Mais que s'est-il donc passé ? Est-ce parce que j'ai lu ce roman après le sillon de l'oubli ? Est-ce parce que je suis résolument classique ? Est-ce parce que je l'ai lu alors que j'étais malade, affaiblie, des neurones en moins et moins concentrée que d'habitude ?
Que l'histoire ne m'ait pas passionnée, c'est assez normal, ce n'est pas du tout le genre de littérature que j'aime. Un homme victime d'une tentative de meurtre, qui doit se cacher pour échapper à ses poursuivants… Oui, bof, pas beaucoup d'actions malgré des personnages séduisants, très marqués, intéressants. Oh et puis je n'ai pas non plus aimé que ça finisse ainsi. L'amourette était la cerise sur le gâteau, ça a fini de m'achever.
La suite sur mon blog.
Lien : http://krol-franca.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
zazy
  17 octobre 2013
Livre de la collection « Vendredi 13 » ou 13 auteurs racontent une histoire tournant autour de cette date.
Nous voici à Lille, brume, nuit humide, Rue de Gand, où « personne n'ose pousser jusqu'au bout, là où la porte de Gand relève ses jupes, comme une vieille fardée rouge brique, impudique qui montre ses jambes arquées, ni, bien sûr, passer outre, jusqu'aux anciens fossés dont la brume nappe les eaux noires ». Une porte peinte en rouge qui s'ouvre sur un cabaret miteux « le Quolibet » où Miranda exécute tous les soirs son numéro de cartes. Un close-up que l'on appelle ce tour joué au plus près des spectateurs, lorsqu'il y en a ! Or, ce soir il y a du beau linge ; elle leur tire les cartes, un homme la prend au sérieux : Bruno Carteret, gros bonnet qui ne fait pas dans la dentelle mais dans le B.T.P. Il lui propose de venir animer une de ses soirées mondaines où elle lui annoncera sa mort avant le vendredi 13 et, à partir de là, ça va faire « pschitt », enfin des étincelles quoi !!!
Michel Quint plante le décor avec un Lille glauque, froid, humide, désert, (un vrai Lille de polar colle aux deux antagonistes), des seconds rôles bien typés, une opposition entre la bourgeoisie et la seconde zone. Les personnages sont épais, traînent leur batterie de casseroles derrière eux.
Michel Quint nous offre un polar classique écrit dans un vrai style : le sien : à la fois gouailleur et sophistiqué selon les situations, noir et brillant. Il joue sur les mots, les situations, les paysages… Je me pourlèche en lisant ses descriptions. Comme les spectateurs du Quolibet, je n'ai pas vu les ficelles du close-up de Michel Quint tant j'étais prise dans ses filets.
Lisez ce polar où je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et…. J'en redemande. C'est le second ouvrage de Michel Quint que je lis et l'enchantement est toujours présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
yv1yv1   28 octobre 2011
Elle s'arrête au passage dire deux mots à un vieux monsieur, tout blanc de poil, une tête de percheron sournois, les dents aussi et la carrure, les paluches comme des pâturons. [...] Miranda passe ainsi en revue, Henri Vailland, frère aîné d'Eléonore, autre cheval, plus grand que son père, les attaches plus fines, mais la gueule, la gueule, il est carnassier ce bourrin-là, et pas à son aise, mou de partout, sauf du râtelier... [...] Jeanne aussi, la cadette, moins jument, quand même de la race, costaud, en robe longue, vraisemblablement d'un jeune créateur audacieux du froufrou et belge, belge comme son mari, Charles Dierickx, "dans les affaires", exactement du négoce par ci par là, un peu de tout, un maigrelet qui respire peu pour bomber le torse, une tête de jockey de trot, avec écrit margoulin partout sur lui, même dans l'accent à la Brel qu'il n'a pas. (p.43/44/45)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
claraetlesmotsclaraetlesmots   21 décembre 2011
Bruno sirote son café, à toutes petites lapées, tête baissée , yeux levés vers Miranda qui regarde couler le sien :
- Je n’ai pas de dettes moi, je veux juste mettre le temps entre parenthèses jusqu’au 13, être dans la doublure du monde. Il se remettra à tourner après.
- Monte dans ta bagnole et roule, prend un avion, vole jusque n’importe où, cache-toi dans un hôtel et refais surface le samedi de ce foutu vendredi !
- Non, j’ai besoin de toi : tu es mon intermédiaire, ma pythie, ma sibylle, tu me mets au courant des secrets divins… Si tu m’abandonnes, je suis foutu…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NOIRdePOLARSNOIRdePOLARS   11 novembre 2011
Elle suit Nelly au hasard de ses soifs, de ses envies de grignotis, elle demande l’impression quand on est nue devant des gens, est-ce qu’on a honte, est-ce qu’on est fière de faire de l’effet… ? Nelly raconte, elle regarde les yeux du dadais pas si niais qu’il en a l’air, elle ne ment pas, elle dit les rebuffades, la réputation de fille facile, de pute, les plaisirs simples du public qui applaudit, lui dit qu’elle est belle, et puis les nécessités financières, comment on en arrive à vivre à l’envers, la nuit, à faire l’effort pour conserver l’estime de soi, écrire « artiste de variétés » sur sa carte d’identité, pas danseuse nue, que l’amour d’un homme est une illusion tant qu’elle exercera mais que le métier ne dure pas toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AliceWAliceW   16 septembre 2012
Le piano joue en sourdine, à peine depuis une demie-seconde, une demoiselle glisse de son tabouret devant le comptoir, vient à vous, bras tendu, main ouverte, vous pouvez en lire les lignes ou la saisir cette main et plier la taille de la demoiselle à danser cette mélodie. Elle n'a pas trente ans, rousse moussue à nez en trompette de soubrette chez Marivaux, des yeux verts confiants à pas croire, un sourire rien que pour vous, elle porte une jaquette d'habit fermée par un seul bouton sous les seins, vous devinez l'effet, et des bas résille. Oui, physiquement c'est une patisserie crémeuse, avec une tombée de cassonade dessus. Tandis qu'elle s'approche, son bras pivote, embrasse la petite salle écarlate aux banquettes rembourrées le long des murs, les six guéridons devant la courte estrade basse où le sourire du tendre pianiste montre des dents avec la même alternance blanc-noir que sur son clavier... Déjà vous devinez qu'elle vous réserve la meilleure table, presque sur les genoux du doux musicien. Les petites lampes ont des abat-jour roses, les chaises sont noires, vous êtes le seul client dites-vous, et la demoiselle dit : le premier de la soirée, je m'appelle Nelly, nous avons un excellent champagne. Mais vous demandez une bière, pression s'il vous plaît, ce qui la ravit tout également.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
yv1yv1   28 octobre 2011
Ce soir, pas long après la Toussaint, quand les larmes écloses au bord des tombes n'ont pas encore séché aux joues mais que le parfum des fêtes allume déjà l'oeil, marché de Noël, grande roue sur la place de la Déesse et tout le tralala, elle glisse de son tabouret, et tend le bras, paume ouverte, pour accueillir cinq hommes et une jeune femme blonde qui entrent en secouant la brume de leurs épaules. (p.9/10)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Michel Quint (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Quint
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, le libraire Gérard Collard recevait sur la scène de la Griffe Noire trois auteurs français, Dounovetz, Nadine Monfils et Jacques Saussey et leur éditrice Nathalie Carpentier des éditions French Pulp...
Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma - Les Belles de Grenelle de Michel Quint aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/132740-nouveautes-polar-les-nouvelles-enquetes-de-nestor-burma---les-belles-de-grenelle.html
Les gens sérieux ne se marient pas à Vegas de Serguei Dounovetz aux éditions French Pulp 9791025102992
Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma - Les loups de Belleville de Serguei Dounovetz et Jérôme Leroy aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/104241-romans-les-nouvelles-enquetes-de-nestor-burma---les-loups-de-belleville-paris-xxeme.html
Les Nouvelles enquêtes de Nestor Burma - Crime dans les Marolles de Nadine Monfils aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/142047-nouveautes-polar-les-nouvelles-enquetes-de-nestor-burma---crime-dans-les-marolles.html
Enfermé.e de Jacques Saussey aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/128389-nouveautes-polar-enfermee.html
Les carats de l'Opéra - Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma de Jacques Saussey aux éditions French Pulp https://www.lagriffenoire.com/1004267-nouveautes-polar-les-carats-de-l-opera---les-nouvelles-enquetes-de-nestor-burma.html

La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : cabaretVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1734 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre