AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Laurence Debril (Traducteur)
EAN : 9782290258354
128 pages
J'ai Lu (12/01/2022)
3.33/5   92 notes
Résumé :
"Comme elle ne savait pas où mettre la chienne, elle la posa sur sa poitrine. Elle se logeait parfaitement dans ses mains et sentait le lait. Une envie terrible de la serrer très fort et de pleurer s'empara d'elle.".

Sur la côte pacifique colombienne, entre océan déchaîné et jungle menaçante, vivent Damaris et son mari pêcheur dans un cabanon de fortune. Elle est mélancolique, mais ce n'est pas dû à sa vie démunie : Damaris n'a jamais réussi à tomber... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
3,33

sur 92 notes
5
5 avis
4
15 avis
3
13 avis
2
5 avis
1
0 avis

Bookycooky
  18 mars 2020
Voilà une histoire toute simple, psychologiquement complexe, qui nous vient de Colombie.
Damaris, femme noire et pauvre, la quarantaine vit avec Rogelio sur la côte. Lui est pêcheur, elle travaille comme domestique. Ils ne peuvent avoir d'enfants.
Damaris "à l'âge où les femmes se dessèchent " tombe sur une petite chienne à laquelle elle s'attache comme à un enfant..... mais Damaris traîne un passé douloureux
comme l'écrivaine et sa stérilité ( ou celle de son compagnon), elle le porte comme une plaie.
Dans le décor d'une nature sauvage, celle de la jungle, face à l'océan Pacifique ,
-d' énormes averses, de terribles tempêtes "avec un vent de ceux qui font s'envoler les tuiles et des tonnerres qui font trembler la terre"-, dans sa cabane ou l'eau se glisse entre les fissures et coule à l'intérieur, Damaris pleure son âme, et nous avec....
Un court roman profond et fascinant, qui me rappelle la plume du grand écrivain argentin Eduardo Mallea.
Un grand merci aux éditions Calmann-Lévy et NetGalleyFrance pour l'envoie de ce merveilleux livre.
#LaChienne #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1054
HordeDuContrevent
  14 août 2022
Le désir maternel vu sous un angle complètement atypique, féroce et touchant.
Depuis quelques temps, je suis interpellée par les avis partagés sur ce petit livre qui nous vient de Colombie, j'ai donc eu la curiosité de m'en faire ma propre idée, d'autant plus qu'il s'agit d'un court roman à mi-chemin entre la nouvelle et le roman. Bien m'en a pris, j'ai beaucoup aimé me plonger dans cet univers très dépaysant, chaud et si humide « qu'un poisson aurait pu survivre hors de l'eau », sur la côte pacifique colombienne, entre océan déchainé et jungle menaçante, chaleur étouffante et pluie diluvienne. J'ai trouvé que Pilar Quintana a réussi à traiter le thème classique du désir maternel de façon à la fois originale, crue, violente et bouleversante.
Damaris et son mari pêcheur vivent dans un cabanon de fortune à la lisière de la jungle. La femme n'a jamais réussi à tomber enceinte malgré de multiples remèdes, décoctions d'herbes médicinales ou même recours à un chamane qui leur soutire les économies de toute une année. En vain. Cela est source d'une grande souffrance, d'une certaine mélancolie et d'une distance au sein du couple. A présent, Damaris a quarante ans, « l'âge auquel les femmes se dessèchent », selon les paroles ô combien pleines de sagesse de son oncle.
Lorsqu'elle décide, sur un coup de tête, d'adopter un chiot, l'animal devient une source exclusive d'amour. Elle va le choyer sans relâche, ne cessant de le caresser, de lui parler, de bien le nourrir, de veiller sur lui. Malgré toutes ces attentions, un jour la petite chienne disparait plongeant la femme dans un grand désarroi. Quelques semaines plus tard, le retour inattendu de l'animal qui ne cesse désormais de vouloir prendre son indépendance malgré les tentatives de sa maitresse de lui apprendre à ne pas s'enfuir ainsi va transformer le comportement de la femme, jusqu'au tragique.
C'est tout d'abord le dépaysement que m'a procuré ce livre qui m'a enchantée. La forêt qui entoure le cabanon est luxuriante, foisonnante et dangereuse, l'océan en contrebas cerné de rochers glissants de mousse et de vagues écumeuses menaçantes. le tout immergé dans un climat tropical étouffant. Cette nature, enveloppante, et est un peu à l'image de l'amour déployé par Damaris, à savoir âpre, étouffant, mystérieux, changeant.
« Elle ne voyait rien, juste ce qu'elle parvenait à éclairer plus ou moins avec la lanterne, des fragments, la pointe d'une immense feuille, la tige d'un arbre tapissé de mousse, le bout d'un énorme papillon qui avait des ailes comme remplies de mille yeux, et qui, surpris par la lumière, s'envola et s'agita, effrayé, autour de sa tête. Ses bottes s'accrochaient aux racines, elle s'enfonçait dans la boue, trébuchait, glissait, et pour se tenir debout, elle s'appuyait sur des surfaces dures, mouillées ou fibreuses. Elle était frôlée par des choses rugueuses, poilues ou épineuses et elle sursautait en pensant que c'était une araignée, l'un de ces serpents qui vivaient dans les arbres ou une chauve-souris suceuse de sang, mais rien de la mordit, il n'y avait que les moustiques qui la piquaient, elle s'en moquait… ».
Par ailleurs, le désir maternel est traité de façon singulière, à travers cet attachement à ce chiot, amour qui va connaitre un revirement soudain. Par ailleurs, sa jalousie de femelle vis-à-vis du chiot devenu chienne, va révéler ses failles intimes ; son manque de patience, de stabilité, va la ramener au drame vécu alors qu'elle était enfant. Sans doute, ce traumatisme passé explique sa stérilité et son incapacité à avoir un enfant.
Reporter son désir d'enfant sur la chienne, ne fait que révéler avec plus d'acuité la racine du mal qui ronge cette femme et ne comble pas le manque, incurable. Réussir à se mettre dans la peau d'une mère c'est juste souligner avec plus d'acuité son impossibilité et sa culpabilité liée au traumatisme passé.
« La pluie était toujours si fraîche et propre qu'elle semblait purifier le monde, mais en réalité, c'était à cause d'elle que tout était recouvert d'une couche de moisissure : les branches des arbres, les colonnes de béton du quai, les lampadaires, les mieux des maisons en bois, les murs en planches et les toits de zinc et d'amiante… ».
Un petit livre certes, mais un grand voyage, dépaysant et touchant, une analyse plus subtile qu'il ne parait de prime abord, une belle écriture simple mais travaillée, j'ai passé un excellent moment de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8524
Cannetille
  19 avril 2021
Subsistant de leurs maigres revenus de femme de ménage et de pêcheur, Damaris et son mari Rogelio habitent un logement de fortune accroché à la montagne colombienne, entre mer et jungle. Désespérée à la quarantaine de n'être jamais tombée enceinte, Damaris adopte un jour un chiot, qui ne tarde pas à occuper une place centrale dans sa vie. Son univers s'écroule lorsque la chienne disparaît…
A mi-chemin de la nouvelle et du roman, le récit nous emmène dans un coin de Colombie, où quelques villages, perchés en lisière de jungle sur une côte escarpée battue par la mer, tentent de repousser les assauts d'une nature qui semble n'avoir de cesse que de les effacer. Entre marées et vagues traîtresses, pluies diluviennes et touffeur permanente, végétation envahissante et faune dévoreuse en tout genre, subsister est une lutte quotidienne d'autant plus usante qu'elle se déroule dans la pauvreté et des conditions de vie particulièrement rudimentaires.
Pourtant, le plus terrible pour Damaris reste son désir d'enfant inassouvi qui, au fil des ans, l'a encore bien plus minée qu'elle ne l'imagine. Comme un bois secrètement rongé de l'intérieur et sur le point de s'effondrer, cette femme n'est plus qu'une enveloppe vide prête à se déchirer au prochain accroc. Envahie par un amour dévorant et possessif que les fugues de la chienne finissent par muer en haine, elle se retrouve face à ses failles les plus intimes et les plus anciennes, dévastée par une culpabilité qui la ramène au drame vécu dans son enfance.
Au fil d'une narration sobre et implacable où l'amour s'avère aussi asphyxiant que la jungle qui enserre le village, Pilar Quintana incarne une histoire âprement tragique de désir d'enfant, dans un complexe portrait de femme d'une irréprochable justesse.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          902
Ladybirdy
  18 avril 2020
Au coeur d'une nature hostile et déchaînée, sur la côte pacifique colombienne entre mer et jungle, Damaris pleure de ne pouvoir enfanter. Quand autour d'elle la nature accorde le miracle de la vie, Damaris et son mari Rogelio attendent désespérément ce miracle qui ne viendra jamais.
Lorsqu'une portée de chiots voit le jour, Damaris s'éprend de l'un d'eux pour accorder à cette chienne tout l'amour qu'elle porte en elle.
Ce court roman m'a rappelé le magnifique livre de Anne Bagrance, le fils récompense.
J'y ai sûrement recherché inconsciemment des similitudes sans arriver à retrouver la magie du livre de dame Bagrance.
Je n'ai pas ressenti l'amour entre Damaris et sa chienne Chirli ni les prodiges de la nature.
C'est une lecture certes agréable mais qui aurait mérité des parenthèses enchanteresses vu le thème.
Quand un livre ne cesse de nous rappeler un autre livre coup de coeur, difficile d'être immergée pleinement dans ce dernier.
Commenter  J’apprécie          833
Didili
  17 février 2022
Ce petit livre de 153 pages a été lu avec plaisir et rapidité. Nous sommes presque dans le format d'une nouvelle.
J'ai accroché tout de suite à cette histoire qui nous parle du désir d'enfant, des liens d'attachement entre un animal et un humain, tout ça au coeur d'une nature sauvage et dure.
C'est Damaris le personnage principal de cette histoire et pour elle la vie n'a jamais été vraiment facile. La nature ne l'a jamais gâtée. Des épisodes douloureux dans son enfance vont la marquer à jamais et son désir de mère, une fois adulte, ne sera jamais combler.
Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayer et d'avoir mis toutes les chances de son côté avec son mari Rogelio. Un homme qui nous parait rustre au départ mais qui ne l'est pas vraiment.
Alors l'arrivée de cette chienne dans la vie de Damaris va révéler en elle, la mère qu'elle n'a pas été. le prénom donné à la chienne est celui qu'elle aurait donné à une fille: Chirli.
On voit alors Damaris devenir mère, on la voit nourrir, langer, nettoyer, chérir la petite chienne. On va aussi très vite la voir s'inquiéter aussi quand la chienne va disparaitre une première fois.
Puis, la chienne va devenir adulte et elle va alors devenir fugueuse et mère à son tour.... Ce qui va profondément bouleverser Damaris...
Ce livre est une petite pépite d'émotions où dans un court espace Pila Quintana nous parle de maternité, de mal de vivre, d'amour, tout ceci dans le décor sauvage et rugissant de la côte océanique Colombienne. Il va résonner longtemps en moi ce petit livre et je vous invite à le découvrir et ainsi mieux connaitre Damaris et la chienne.
Une pépite qui se dévore comme l'océan dévore les falaises de la côte bolivienne.
Je remercie sincèrement Babelio et les Editions J'ai Lu pour ce partenariat lors d'une masse critique Littérature (Masse critique qui a lieu à 7 heure du matin ce qui me convient tout à fait).

Lien : https://imagimots.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380


critiques presse (1)
LeMonde   24 août 2020
L’écrivaine colombienne Pilar Quintana livre un roman saisissant sur les angoisses et la révolte d’une femme acculée.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   18 mars 2020
Durant la journée, Damaris transportait la chienne glissée dans son soutien-gorge, entre ses seins moelleux et généreux, pour la garder bien au chaud. La nuit, elle la laissait dans le carton que lui avait donné don Jaime, avec une bouteille remplie d’eau chaude et la chemise qu’elle avait portée durant la journée, pour que son odeur ne lui manque pas.
Commenter  J’apprécie          343
HordeDuContreventHordeDuContrevent   13 août 2022
L'image resta gravée dans la mémoire de Damaris : cet enfant blanc, grand, face à la mer, et puis ensuite, l'écume blanche de la vague et après, plus rien, les rochers vides sur une mer verte qui avait soudain l'air parfaitement calme. Et elle, au même endroit, juste à côté des fourmis, incapable de faire quoi que ce soit.
Commenter  J’apprécie          330
HordeDuContreventHordeDuContrevent   13 août 2022
- Je l'ai trouvée là ce matin, les pattes en l'air, dit Dodia Elodia en désignant du doigt un endroit de la page où s'amoncelaient les déchets que la mer apportait ou déterrait : troncs, sacs en plastique, bouteilles.
- Empoisonnée ?
- Je crois, oui.
- Et qu'est-ce que vous en avez fait ? Vous l'avez enterrée ?
Dodia Elodia acquiesça :
- Mes petits-enfants, oui.
- Dans le cimentière ?
Non, juste là, sur la plage.
De nombreux chiens du village étaient morts empoisonnés.

(incipit)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
CannetilleCannetille   19 avril 2021
Damaris était terrassée par la tristesse et tout - se lever du lit, préparer à manger, mâcher sa nourriture - lui coûtait énormément. Elle avait l’impression que la vie était comme une crique et qu’elle devait la traverser avec les pieds enfoncés dans la boue et de l’eau jusqu’à la taille, seule, dans un corps qui ne lui donnait pas d’enfants et ne servait qu’à casser des choses.
Commenter  J’apprécie          170
DidiliDidili   17 février 2022
ette jungle est terrible, explique-t-elle. Il y avait beaucoup trop de falaises comme celles-ci, avec des rochers recouverts de mousse glissante et des vagues comme celle sui avait emporté le petit Nicolasito, des arbres immenses que les éclairs coupaient en deux, des glissements de terrains, des couleuvres venimeuses ou capable d'avaler un cerf, des chauves-souris qui saignaient les animaux, des plantes avec des épines qui pouvaient transpercer un pied, et des ruisseaux puissants qui naissaient après les averses et dévastaient tout sur leur passage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Pilar Quintana (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pilar Quintana
Présentation du roman "Nos abîmes" de Pilar Quintana
Les montagnes d'Orient sont le théâtre de mille et une histoires. Il y a ceux qui veulent en dompter les sommets, ceux qui tentent d'y survivre, ou ceux qui cherchent à les fuir. Dans la peau d'une alpiniste, d'une panthère, d'un berger ou d'un caravanier, Louis Meunier nous conduit des monts irakiens aux confins de l'Afghanistan, des lignes de crêtes du Pamir aux versants de l'Himalaya.
Saisie par une plume poétique, la beauté sauvage des montagnes, sublimes et impitoyables, répond à la brutalité des existences.
Un extrait à lire sur : https://calmann-levy.fr/livre/nos-abimes-9782702184264
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature colombienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus

Autres livres de Pilar Quintana (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1336 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre