AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791022600408
Éditeur : Editions Métailié (17/10/2013)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Dans ces récits solidement construits, l'inquiétante étrangeté de chaque détail, l'horreur toute simple ? donc absolue ? et le réalisme alimentent un fantastique aussi spectaculaire qu'ambigu ; fantastique parfois drôle, plausible et cependant opaque comme peuvent l'être la monstruosité de l'enfance, la force tonnante d'un fleuve en crue, l'inclémence de la forêt vierge et des midis tropicaux ou le délire de l'homme, délire de l'amour ou folie de mort.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
  27 mars 2016
Un grand frisson vous parcourt l'échine à mesure que s'avance la colonne de fourmis tueuses (aussi appelées fourmis légionnaires et de telles invasions sont souvent désignées en Amérique hispanophone sous le terme de " marabunta ").
On sent très vite que Benincasa, un jeune comptable citadin, a eu une mauvaise idée de vouloir faire le dur et de venir en forêt subtropicale émoustiller sa virilité cachée. Il a pourtant mis de belles bottes toutes neuves, il a pourtant pris une carabine avec lui mais le plus dangereux, dans la forêt, ce sont rarement les très grosses bêtes…
La forêt a ses codes, ses pièges, ses endroits à éviter, exactement comme la ville, avec cette nuance encore que les dangers de la ville proviennent généralement des hommes et que nous sommes donc logiquement armés pour en comprendre et décoder les traquenards. Avec la forêt, c'est un peu différent ; il faut un peu d'intuition, un peu de chance et surtout, surtout, beaucoup d'expérience…
Je vous laisse dans la forêt, en compagnie de Benincasa, aller essayer de récolter le miel sylvestre… Elles n'ont pas l'air bien terrible ces abeilles, elles n'ont même pas de dard… Prudence Benincasa, prudence ! Et comme disait Régis Laspalès dans l'un de ses premiers sketchs : « Y en a qu'ont essayé… Y-z-ont eu des problèmes ! »
Encore un exemplaire du remarquable savoir-faire de nouvelliste d'Horacio Quiroga. En soi, l'histoire m'a moyennement plu mais je reste réellement admirative de son style d'écriture qui, même en traduction, est une pure merveille, de fluidité, de simplicité et d'efficacité. Mais plutôt que de m'étendre dans un avis trop sirupeux ou trop âpre, le mieux sera toujours que vous alliez vous faire votre propre opinion par vous-même car ce que je peux penser ou écrire ne signifie pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          800
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   27 mars 2016
— Eh, roupilleur ! Lève-toi ! Elles vont te manger tout cru.
Benincasa s'assit brusquement sur son lit, ébloui par la lumière des trois lampes tempête qui remuaient d'un bout à l'autre de la pièce. Son parrain et deux péons aspergeaient le sol.
— Qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce que c'est ?, demanda-t-il en sautant à terre.
— Rien… Attention à tes pieds… La " correction ".
Benincasa avait déjà entendu parler de ces curieuses fourmis que nous appelons " correction ". Elles sont petites, brillantes, et marchent rapidement en formant une colonne plus ou moins large. Elles sont essentiellement carnivores. Elles avancent en dévorant tout ce qu'elles rencontrent sur leur passage : araignées, grillons, crapauds, vipères, et tous les êtres qui ne peuvent leur résister. Il n'est pas d'animal, pour grand et fort qu'il soit, qui ne fuie devant elles. Leur entrée dans une maison suppose l'extermination absolue de tout être vivant, car il n'est pas de recoin ou de trou, si profond soit-il, où le fleuve dévorateur ne se précipite. Les chiens aboient, les bœufs mugissent, et l'on est forcé de leur abandonner la maison sous peine d'être rongé jusqu'au squelette en dix heures. Elles restent au même endroit un, deux et même cinq jours, selon sa richesse en insectes, en chair ou en graisse. Quand tout est dévoré, elles s'en vont.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Lire un extrait
Video de Horacio Quiroga (2) Voir plusAjouter une vidéo

Horacio Quiroga : Le désert
Olivier BARROT depuis la rivière Pando en Uruguay présente le livre d'Horacio QUIROGA, figure majeure de la littératuresud Américaine : "Le désert". Maître de l'étrange, il met en scène un père qui élève seul ses deux enfants, Un jour, piqué apr un insecte, cette petite blessure va avoir des conséquences fatales.
autres livres classés : littérature uruguayenneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
263 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre