AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791028111441
Éditeur : Bragelonne (17/01/2018)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Girton Pied-bot, apprenti de la plus célèbre criminelle des Terres lasses, ne maîtrise pas encore totalement l’art de tuer. Et la dernière mission qu’on leur a confiée, à sa maîtresse et à lui, s’annonce encore plus dangereuse que d’ordinaire. En effet, il leur faudra sauver une vie, empêcher le meurtre de l’héritier du trône et démasquer le traître commanditaire.
Dans un royaume au bord de la guerre civile, au sein d’un château débordant de pièges et de fau... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
boudicca
  22 février 2018
En ce début d'année 2018, les éditions Bragelonne nous proposent de découvrir un aperçu de la production anglo-saxonne en matière de fantasy avec le premier tome d'une nouvelle série signée par R. J. Barker. Je vous le donne en mille, le protagoniste de « L'âge des assassins » est un jeune tueur professionnel dont on fait la connaissance alors qu'il est occupé à s'introduire secrètement dans une place forte afin d'y perpétrer un meurtre. Seulement les choses ne se déroulent pas comme prévues, si bien que Gitron et sa « maîtresse » se voient forcés à leur arrivée de laisser momentanément de côté leur métier d'assassin pour exercer celui d'espion. L'objectif ? Démasquer les conspirateurs qui cherchent à s'emparer du trône et les empêcher d'attenter à nouveau à la vie du prince l'héritier, un jeune coq détestable dont le rôle sur le trône se limitera à celui de marionnette. Introduit à la cour sous une fausse identité, notre héros est notamment chargé de récolter des indices auprès des écuyers, une dizaine de jeunes garçons ambitieux dont beaucoup ont de sérieux motifs de s'en prendre au prince. le parallèle avec « L'assassin royal » est évidemment tentant, puisqu'on a dans les deux cas affaire à un adolescent exerçant le métier d'assassin dans un contexte de cour, mais les deux romans et les deux ambiances n'ont strictement rien à voir. La lecture de ce premier tome est dans l'ensemble agréable, même si, en dépit de l'absence de gros défauts vraiment rédhibitoires, on peut relever la présence de plusieurs fausses notes dont l'accumulation finit par nuire à la qualité de l'ensemble. On peut notamment reprocher à ce premier tome sa trop grande prévisibilité, certains rebondissement se voyant arriver longtemps à l'avance, ainsi que la présence de quelques longueurs, notamment dans la première partie.
L'intrigue est pour sa part plutôt bien construite, le suspens étant préservé jusqu'à la toute fin, même si on peut regretter la maladresse avec laquelle la révélation finale est amenée par l'auteur qui se contente de réunir tous les protagonistes dans une même pièce et de laisser le soin à l'un d'eux de déballer toutes les réponses aux mystères posés depuis le début. Autre point de crispation : le personnage de Merela, la mentor de notre héros, qui ne semble avoir été créée par l'auteur que dans le but de faire avancer l'intrigue à des moments clés, et rien de plus. En dépit de l'importance extrême de la mission des deux assassins (tant pour le royaume que pour leur propre survie), la maîtresse de Gitron ne prend en effet presque aucune part à la mission qui leur a été confiée et laisse au contraire tout le travail à son apprenti. C'est d'ailleurs grâce à lui seul que l'enquête finie par aboutir, puisque l'assassine ne sera parvenue à récolter aucun indice en dépit de sa couverture qui lui offrait pourtant une belle opportunité de dénicher des informations auprès des petits comme des puissants peuplant le château. L'assassine n'est d'ailleurs pas la seule à être sous-exploitée, les personnages secondaires constituant l'entourage de Gitron ne bénéficiant pas d'une personnalité suffisamment développée pour s'attirer la sympathie du lecteur. On s'attache en revanche rapidement au personnage principal qui s'exprime à la première personne pendant toute la durée du récit puisqu'il s'agit là de son témoignage, rédigé longtemps après les faits. L'avantage, c'est qu'on entre plus facilement en empathie avec lui. L'inconvénient, c'est que le jeune assassin est obligé d'être au centre de tout et donc de tout faire tout seul, quitte à éclipser ainsi tous les autres personnages qui, à l'image de sa maîtresse, se trouvent reléguer au simple rang de figurants.
L'univers est pour sa part assez classique, puisqu'on a affaire à du médiéval fantastique traditionnel tant en terme de décor, que d'équipement ou de hiérarchisation de la société. Certaines trouvailles sont cela dit intéressantes, à commencer par le Festival, cette ville itinérante peuplée de commerçants, musiciens et comédiens, qui offre une nouvelle vie à ceux qui souhaite la rejoindre et dont l'arrivée donne le coup d'envoi de plusieurs jours de célébration pour la population. L'auteur nous donne d'ailleurs quelques aperçus des performances réalisées par certains des artistes accompagnant ou non le Festival, et le rendu est vraiment réussi. La magie occupe pour sa part une place centrale dans le roman, et ce en dépit de son absence puisque ceux qui la pratiquent sont pourchassés sans pitié depuis des années. La raison de ces persécutions sont simples : la magie ne s'exerce qu'en dépouillant la Terre de sa fertilité et menace donc la survie de l'humanité. L'idée est là encore intéressante même si trop peu exploitée, comme d'ailleurs un certain nombre d'éléments du roman qui, bien que trouvant ici une conclusion satisfaisante et pouvant donc se suffire à lui-même, reste un premier tome. Il est toutefois dommage que certains aspects qui promettaient d'apporter une touche d'originalité ne sont que très peu abordés dans le roman, et ne feront vraisemblablement pas l'objet de plus d'attention dans la suite. C'est le cas notamment du handicap du héros qui n'a absolument aucune importance puisqu'on apprend dès le départ que le jeune homme a appris à pallier aux désagréments causés par son pied-de-bot et qu'il n'en sera presque plus jamais question dans la suite du récit...
R. J. Baker signe avec le premier tome du « Royaume brisé » un roman de fantasy somme toute très classique qui se lit sans aucune difficulté mais sans réelle passion non plus. L'ouvrage souffre notamment d'un certain nombre de bémols qui, sans être complètement rédhibitoires, n'en perturbent pas moins le récit qui aurait mérité d'être davantage étoffé pour gagner en profondeur. Une lecture en demi-teinte donc, pas désagréable mais facilement oubliable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
lianne
  01 février 2018
Un livre qui dans l'ensemble m'a plu mais a qui il manquait un petit quelque chose pour vraiment le faire décoller.
Girton est un apprenti assassin, et est assez doué malgré son pied bot. Lui est son maitre sont forcés de prendre un nouveau boulot qui sors un peu de leurs compétences. Il s'agit de découvrir qui parmi la cours est lancé dans une tentative d'assassinat de l'héritier du trône.
Girton est donc infiltré sur place en prenant l'identité d'un fils de noble déchu qui doit apprendre à devenir écuyer.
Mais dans ce repère de vipères, nombreux sont les complots en cours et Griton et son maitre ne seront pas du tout populaire à fouiller la merde que les nobles laissent derrière eux, d'autant plus qu'ils mettrons à jour bien plus que de la simple tentative d'assassinat ...
On ne va pas se le cacher, ce livre a des faux airs d'Assassin Royal. Mais un peu comme si on ré-actualisait l'Assassin Royal à la mode d'aujourd'hui. On a donc une ambiance quand même bien plus sombre, plus violente, plus brute, plus triste aussi, et à coté de Girton, l'existence de Fitz fait figure de gosse de riche favorisé.
Bon en dehors d'être grossièrement sur le même sujet, les deux livres ne se ressemblent finalement pas tant que ça dés qu'on entre dans les détails, mais je vais sans doute faire de nombreuses fois la comparaison car c'est assez facile de donner des points de repère vu que c'est une série extrêmement populaire.
L'histoire principale de ce livre est une enquête. Mais ne vous imaginez pas du tout que le livre a un rythme de thriller ou même ressemble à un policier, non. En fait on est vraiment plus sur une enquête d'infiltration. Quand Girton arrive il ne connait personne et n'a jamais mis les pieds dans le château avant, il lui faut donc tout apprendre à partir de zéro. Il ne possède aucun renseignement préalable et doit se faire lui même sa propre idée des liens qui unissent ou sépare les différents protagonistes.
Du coup c'est vrai qu'une grande partie du livre est consacré justement à faire connaissance avec tous les partis concernés et à s'en faire une idée plus précise. Ce qui est assez lent.
Surtout qu'il ne peux pas non plus le faire trop ouvertement, la plupart du temps il doit jouer le rôle du petit nouveau qui se fait tyranniser par les plus vieux sans dévoiler ses vrais capacités et risquer plus que quelques bleus vu la violence du lieu.
On est ici en présence d'une mini cour qui singe à merveille celle des grands. Chacun essaye de prouver sa valeur de toutes les façons que ça soit car si ils n'y arrivent pas étant jeune, quel avenir auront-ils plus tard une fois dans la vrai cours des grands? du coup les coups en traitres n'en sont que plus vicieux et si il faut mutiler ou arracher les yeux d'un garçon qui a eu la malchance de naitre du mauvais coté, ils n'hésitent pas a le faire eux même.
Girton est un personnage tout a fait typique et finalement je le trouve bien fait. Non pas que j'ai particulièrement accroché, n'étant pas super fan des adolescents en fantasy, mais il est tout de même très réaliste dans son rôle et du coup ça marche relativement bien.
C'est encore un enfant niveau mentalité quand il commence l'histoire (il a 14 ans). Il a toujours été solitaire, et du coup quand on lui propose du pouvoir, de l'amitié, son premier amour, bien entendu qu'il tombe dedans tête la première. Il se prend au jeu et il ne peux pas s'en empêcher, on sent limite qu'il était assoiffé de relations humaines. Mais il n'en reste pas moins lucide sur sa mission même si il se perd de temps en temps. J'ai bien aimé cette dualité, ce mélange de candeur enfantine et de froideur assassine.
Pour ce qui est du monde le principal danger vient de la magie. En effet celle ci, utilisée par parcimonie n'est pas dangereuse mais dés qu'on veut un peu plus de puissance, elle déstabilise totalement l'équilibre de la zone autour d'elle, créant des zones mortes ou rien ne poussera tant que l'équilibre ne sera pas rétablit.
Et pour le rétablir il n'y a à l'heure actuelle qu'un seul moyen : faire tomber dessus des cascades de sang, si possible gorgé de magie (et donc d'utilisateurs de magie). Il y a donc un ordre de chevalier qui n'existe que pour traquer les magiciens et les faire saigner avec toute leur famille sur les terres mortes. Ils en profitent évidemment pour faire saigner aussi dessus tous les criminels condamnés à mort et tout ceux qui ont la malchance d'être nés difforme.
C'est aussi pour ça que Girton est particulièrement mal vu au château, étant soit disant fils de noble, il a échappé au couteau qui est normalement le cas quand on nait avec un pied bot.
Le pays ou se passe l'action est parsemé de zones mortes, la plus grande étant celle résultant de guerres passées qu'on n'a toujours pas réussi à rééquilibré. Malgré tout ce qui est fait pour arrêter l'extension de ces zones, pour l'instant rien ne marche vraiment et le spectre de la disette plane en permanence sur le peuple.
Les gens sont parfaitement conscients que leur traque des mages est la cause de la majorité des zones mortes mais ils n'ont pas encore trouvé d'autre moyen de régler le problème définitivement et les mages continuent à naître dans la population.
Contrairement à certains la résolution de l'enquête façon Hercule Poirot ne m'a pas dérangé, mais par contre ce qui m'a un peu déçu dans l'ensemble c'est le fait que vu que nous ne suivons que Girton et pas don maître, nous n'avons aucune idée de ce que celui ci fait pendant tout ce temps. Les seules fois ou nous le rencontrons Girton se contente de faire son rapport sans qu'il y ai échange d'information dans les deux sens. Et du coup vu que tout se résout à la fin on a un peu l'impression que le maître n'a rien fichu pendant tout le tome et que c'est Girton qui a fait tout le boulot.
J'aurais aimé en savoir plus, et avoir plus l'impression qu'il y avait aussi de l'évolution de son coté quoi, et j'ai été déçu que ça ne soit pas le cas.
J'aurais aussi aimé avoir un peu plus de background du monde, car du coup on n'en connait pas grand chose pour l'instant en dehors d'un ou deux épisodes avec des mages et des catastrophes. Après j'ai bien conscience qu'on n'est que sur un premier tome, et qu'il y aura surement d'autres éléments ensuite. Ce n'est dont pas forcement un défaut pour l'instant, mais ça pourrait le devenir si plus tard. On n'a aussi aucune idée du reste de la géographie du monde, vu que l'action est vraiment hyper centrée sur le château et la ville associée.
Après c'est vrai que si on compare avec par exemple l'Assassin Royal, et uniquement le premier tome pour comparer le comparable, on est sur le même niveau d'information donc je ne me fais pas non plus de souci pour le futur.
Ce qui est bien aussi si on on continue les comparaisons avec l'Assassin royal c'est qu'il n'y a que ce tome ci ou nous suivons Girton adolescent. On ne s'éternise donc pas sur cette période de sa vie et dans le prochain tome il est sera déjà totalement adulte ce qui est un bon point pour moi. On n'a pas non plus subit son apprentissage, cette période étant déjà passée lorsque l'histoire de ce tome ci commence.
Au final j'ai bien apprécié ma lecture. Ça reste plaisant et on suis l'enquête de Girton et de son maitre avec plaisir. Mais je ne sais pas pourquoi il ne rentre pas non plus dans mes favoris pour l'instant. Je n'ai pas été passionnée par cette histoire et même si j'ai envie d'en savoir plus ce ne sera pas avec énormément d'impatience.
15.5/20
Lien : http://delivreenlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Igguk
  23 janvier 2018
Bragelonne démarre toujours de nouvelles séries à la pelle en pêchant dans les auteurs fantasy anglophones du moment. C'est aujourd'hui au tour de RJ barker, écrivain anglais qui s'est fait remarquer avec sa première parution l'âge des assassins, d'être adapté dans notre belle langue par l'éditeur prolifique.
Comme son nom l'indique, le premier tome du Royaume blessé va nous plonger dans un monde fantasy ou les assassins se glissent derrière les tapisseries, complotent dans les couloirs déserts et égorgent leurs victime en toute discrétion, au nez et à la barbe des rois et des chevaliers. Notre héros-narrateur est Girton, un apprenti assassin de quinze ans extrêmement doué malgré son pied-bot. Accompagné de sa maîtresse, il est contraint d'accepter une mission peu ordinaire, infiltrer la cour du château de Maniyadoc et démasquer un autre assassin qui tente de tuer l'héritier du trône. le problème c'est que la reine qui leur a donné cette mission et son fils, l'héritier en question, sont des cons finis et que Girton n'est pas bien chaud pour la mission, mais ils n'ont pas bien le choix.
Notre jeune zigouilleur va donc intégrer une bande d'écuyers en formation et la vie de futur chevalier. On va vivre avec lui ses rencontres et ses conflits, il se fera quelques amis mais aussi beaucoup d'ennemis, parce qu'apparemment les ados du coin sont tous des sadiques. En parallèle, bien sûr, il devra mener son enquête, fouiller dans les bureaux, écouter aux portes, et faire semblant de ne pas savoir se battre. Beaucoup des situations vont lui demander de résoudre un problème sans faire étalage de ses immenses talents, pour ne pas gâcher sa couverture. Ça crée une tension chez le lecteur qui n'attend qu'une chose : Que Girton se révèle enfin et qu'il castagne tout le monde avec classe !
Le contexte médiéval est assez classique, roi, reine, chevalier, château, la panoplie fantasy occidentale classique. Mais l'histoire de cet univers présente quelques trucs rigolos, on apprends que la magie a disparu parce que les sorciers hors de contrôle ont pourri l'équilibre de la nature, en volant l'énergie vitale des sols. le petit sous-texte écolo est amusant. Globalement, l'atmosphère rappelle les débuts de l‘assassin royal de Robin Hobb, les personnages sont réussis, on s'attache à Girton (qui démarre avec une belle gouaille ironique qui va malheureusement s'estomper au fil des pages), à sa maîtresse, aux quelques amis qu'il va se faire et aux adultes qui gravitent autour de lui. On voit bien les relations se mettre en place et le roman se lit avec plaisir pour ça.
L'intrigue va évidemment être constituée de secrets, de complots et de buts inavoués que l'entourage royal va cacher sous son chapeau. On va rassembler les pièces du puzzle à travers les découvertes du héros mais pendant un long moment, tout ça passe au second plan, on suit juste Girton dans sa vie d'écuyer, ce qui peut faire perdre un peu l'élan au mystère. C'est globalement satisfaisant quand même, je regrette un peu la révélation finale en mode « Hercule Poirot » où on va nous déballer toute l'intrigue de A à Z dans une grande réunion au sommet pour montrer qu'on est trop astucieux. Et enfin, dernière petite déception : l'affrontement final, car les capacités quasi-surnaturelles de Girton que j'espérais tant voir se déchainer dans une explosion de fureur et de maîtrise… Ben rien du tout, on nous tease tout le roman et au final c'est trois roulades maladroites dans la boue et un coup de chance, anti-épique à souhait.
L'âge des assassins est un roman plaisant, jamais désagréable mais jamais renversant. On s'attache aux personnages, on vit une aventure, on suit Girton dans ses dilemmes et ses combats, mais il manque d'un petit quelque chose pour aller plus loin que ça. Je suis curieux de lire la suite quand même, je veux voir ce que va devenir la série car elle a un potentiel sympathie certain.
Lien : http://ours-inculte.fr/lage-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   13 février 2018
Le couteau faisait son œuvre nécessaire sur un autre Affligé, et une nouvelle série de symboles sanglants apparaissait sur le sol souillé. Avaient-ils un sens ? Etait-il censé y lire un message ? Dans ce lieu entre la vie et la mort, si près d'embrasser les ténèbres liquides qui avaient avalé les dieux morts, lui étaient-ils destinés ?
Ou bien n'était-ce que du sang ?
Et la mort.
Et la peur.
Commenter  J’apprécie          63
Video de R. J. Barker (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  R. J. Barker
Meet RJ Barker | Author of Age of Assassins
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de R. J. Barker (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1016 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre