AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,8

sur 79 notes
5
3 avis
4
2 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
1 avis
chartel
  10 septembre 2013
Après un "Tiers Livre" bien fixé, consacré en grande partie aux soucis de mariage de Panurge, Rabelais prend le large et embarque ses personnages pour un périple en haute mer . Il s'inscrit ainsi dans l'air du temps, et participe aux rêves et aux espoirs nés de la découverte du Nouveau monde. D'escales en escales, d'îles en îles, les galions, trirèmes et bateaux à rames du bon Pantagruel, découvrent une multitude de mondes et de personnages insolites et extravagants. Bien entendu, il y a force merdes, couilles et braquemarts, mais la paillardise de Rabelais n'est pas gratuite. L'ironie et les sous-entendus sont toujours présents. Les idolâtres, intégristes et pudibonds y sont bien souvent ridiculisés. Cela n'a pas plu à beaucoup de monde du temps de l'auteur, et l'on voit que cela fait encore grincer quelques dents de nos jours.
Commenter  J’apprécie          120
vincentf
  16 mai 2013
Les aventures se poursuivent, sur un ton souvent moins grivois, d'îles bizarrement peuplées en tempêtes à foutre la trouille. Panurge, de peur, chie dans son froc, ce qui donne l'occasion à quelques rabelaiseries hilarantes. Frère Jean se moque. Pantagruel fait le sage. Des andouilles se battent à coup de moutarde, et se rendent sous les assauts d'un cheval de Troie bourré de marmitons. Des papimanes révèrent le Dieu terrestre, le très saint pape, qui ne dit rien que de très bon. D'autres personnages boivent, mangent et se battent, et les compagnons d'Ulysse revisités navigue un peu à vau-l'eau, parce que rien n'est terminé, Panurge restant célibataire, les autres errant en mer, pour rien, semble-t-il.
Commenter  J’apprécie          112
Darkcook
  21 mars 2013
Un récit de voyage grandguignolesque, la définition du bon-vivre... Même si je l'ai peu lu, j'adore cet auteur surtout pour son héritage littéraire (Hugo, Céline, Cohen...) et la philosophie de vie qui se dégage de ses romans, qui se perd aujourd'hui, dans notre société maniérée qui oublie de profiter de la vie, de bien vivre, et s'affaire à mille précautions ridicules et superstitieuses...

Le Quart Livre est aussi, outre le carnaval perpétuel comme dirait Bakhtine, grâce au voyage insulaire, une ode à la soif de savoir humaniste. Une île = une culture, une société... Insolite, grotesque, mais qui nous ressemble bien souvent!

En somme, une littérature de la fête permanente, de par l'interêt pour le monde antique des humanistes, ce roman-là étant plus précisément celui du voyage en mer.
Commenter  J’apprécie          80
nathalie_MarketMarcel
  30 janvier 2020
Dans le volume précédent, nos héros cherchaient à savoir si Panurge en se mariant deviendrait automatiquement cocu ou non. Les voici embarqués pour aller consulter l'oracle de la Dive bouteille. Il s'agit donc du récit de leur voyage en mer, de la découverte de diverses îles et de leurs aventures.
J'ai nettement préféré ce volume au précédent, où il y avait trop de parlotte et de raisonnements théoriques. Ici, on est dans le roman « post 1492 » où les navigateurs découvrent des mondes exotiques et vont d'îles en îles, rencontrant baleines et tempêtes, et aussi des allégories. le tout sur un mode burlesque. On rencontre les Andouilles, le peuple qui se nourrit de vent, celui qui se nourrit de chicanes juridiques, etc. avec des allusions aux querelles contemporaines (il est beaucoup question du pape), mais qui me sont un peu passées par-dessus la tête. Les caractères des personnages se distinguent : Panurge est lâche et poltron, Pantagruel est décidément un modèle de prince noble et sage, frère Jean est toujours un aide efficace.
On retrouve cette merveilleuse invention verbale et les énumérations surréalistes (ah le blason du corps en est transformé). C'est l'occasion de se moquer des « petits égoïsmes couilloniformes ».
Ici Pantagruel est un nouvel Ulysse. D'ailleurs l'épisode du cheval de Troie est revisité, sous la forme d'une grande Truie (en réalité, un genre de catapulte). Il y a aussi un cochon volant qui projette de la moutarde au sol.
Vous savez quoi ? Les moutons de Panurge, c'est dans ce roman !
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Lucile-
  09 mai 2013
Ma critique va être brève. Ma formation en Lettres Modernes m'a ouvert les yeux sur bien des ouvrages mais je dois dire que Rabelais me laisse en travers de la gorge. J'ai dû en lire et en étudier plusieurs face à une professeur qui éructait et reniflait tellement bruyamment ses sécrétions nasales qu'on se serait cru réellement dans un épisode du roman.

En bref, si pipi, caca, prout vous fait bidonner alors vous aurez des fou rires gargantuesques. Personnellement, j'aime un humour beaucoup plus subtile et recherché.
Commenter  J’apprécie          73
helo1807
  29 décembre 2012
Pas facile de lire un ouvrage du 16e siecle à cause de la barrière de la langue, des thèmes qui ont perdu leur actualité et encore plein d'autres arguments.... mais là, on parle de Rabelais ! Il est nécessaire de connaitre son univers, de faire l'effort d'approcher de sa langue pour espérer parvenir (toujours difficilement) au sens caché mais la difficulté est supplantée par le plaisir des mots et de la découverte ! et le rire rabelaisien demeure éternel et consacre la pérennité de cette oeuvre !
Commenter  J’apprécie          30
ayml
  15 novembre 2013
un des écrivains les plus intelligents de tous les temps
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
9520 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre