AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2752602693
Éditeur : L'Aube (05/10/2006)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 127 notes)
Résumé :
" Comment se fait-il que l'humanité, en dépit de ressources planétaires suffisantes et de prouesses technologiques sans précédent, ne parvienne pas à faire en sorte que chaque être humain puisse se nourrir, se vêtir, s'abriter, se soigner et développer les potentialités nécessaires à son accomplissement ? [...] Comment se fait-il que nous n'ayons pas pris conscience de la valeur inestimable de notre petite planète, seule oasis de vie au sein d'un désert sidéral infi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Mladoria
  14 juillet 2017
Lecture très enrichissante que cet essai engagé pour l'humanité et le respect de notre Environnement, de la Terre nourricière, unique et irremplaçable. Pierre RABHI remet l'homme à sa juste place de simple part de l'univers, ni supérieur ni inférieur, simple égal à lui-même et aux autres, face à ses responsabilités qui font de l'industrialisation des derniers siècles, une menace croissante et latente pour les jours futurs. Quelques propositions assez utopistes mais tellement optimistes qu'elles mériteraient d'être étudiées en haut lieu, réguler la consommation pour pérenniser la planète, quel beau mantra. L'auteur a fait là sa part, comme le colibri de la légende et mit l'espèce humaine face à son devenir. Clés en main, l'avenir nous dira ce que nous en ferons.
Commenter  J’apprécie          180
livres88
  29 mars 2013
Pierre Rabhi dans ce livre résume tout d'abord son engagement écologique et explique la notion de « part du colibri ». Ensuite, il dénonce notre civilisation de consommation de masse et ses dérives. Pierre Rabhi prône à instaurer un nouveau rapport entre l'homme et la nature. L'alternative à l'ère industrielle à bout de souffle est de la remplacer par un modèle plus respectueux de la nature. Il remet en question la notion de croissance, base de notre société, et développe l'idée de décroissance sans jamais la nommer. Il faut réduire la production des biens superficiels, cause principale de l'hyperconsommation. Les vrais besoins ont une limite naturelle : nourriture, vêtements, abris, soins… Il appelle à une autre vision de la vie où l'homme et la nature seraient au coeur des préoccupations. Également, Pierre Rabhi préconise l'abandon progressif de l'agriculture industrielle et chimique et de développer l'agroécologie. Pour lui, l'agriculture d'aujourd'hui à un goût de poison. La fonction actuelle de l'agriculture est de détruire l'homme et son environnement et non de la nourrir sainement. Ce petit texte d'une cinquantaine de pages permet aux lecteurs, dans un style clair et simple, de prendre ainsi connaissance des engagements écologiques du mouvement pour la terre et l'humanisme, le colibri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Limoncella
  07 mai 2015
La part du colibri : L'espèce humaine face à son devenir.
Goutte à goutte un incendie s'éteint plus avec de la sagesse qu'avec de l'eau.
Il n'en faut pas beaucoup plus pour être heureux : faire sa part ...même pour un colibri.
Pierre Rabhi, réel écologiste philosophe du monde exempt de toute considération politique, nous amène à réfléchir sur la planète et son devenir, en conscience et avec espérance.
Cet avenir dépend de nous si nous sommes les acteurs de notre vie car se nourrir et guérir (ou se soigner) sont les objectifs de l'agriculture d'aujourd'hui contre celle irraisonnée et assujettie à la chimie !
Un court récit d'utilité publique qui se lit très vite ...à lire lentement comme un poème à la nature qui n'expliquerait rien mais qui dirait tout entre les mots...
Seul point négatif : un livre avec de multiples questionnement mais sans réel développement.
Je vous recommande aussi le documentaire " Pierre Rabhi Au nom de la Terre "
https://www.youtube.com/watch?v=Z7AlpeqRGoo
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Fx1
  07 septembre 2014
Un livre court de par sa taille (50 pages) , mais important de par son contenu . L'on retrouve ici l'expression compléte de la vision de Pierre Rabhi sur l'écologie , sur le comportement agricole qui détruit de par son acharnement à vouloir toujours plus de bènéfice , sur le manque de respect de l'homme vis à vis de la nature , ect . Ce court opus est important , car au fond ils sont rares les ouvrages sur l'écologie qui abordent frontalement certains sujets , cela sans peur de déplaire aux trop puissants lobbys . C'est en quelque sorte le manuel qu'il manque trop pour comprendre l'écologie . Opus trés important .
Commenter  J’apprécie          130
Acerola13
  21 juin 2014
Très court essai de Pierre Rabhi (moins de cinquante pages), la part du colibri repose sur une légende ancienne : la forêt prend feu, et tous les animaux se sauvent, excepté le colibri, qui jette sur le brasier les quelques gouttes d'eau qu'il est parvenu à transporter. le voyant faire, le tatou s'exclame "crois-tu pouvoir éteindre le feu avec ses gouttes d'eau ?" Ce à quoi répond le colibri "je fais ma part".
Cette touche philosophique et ce don de soi se retrouve dans l'ouvrage de Pierre Rabhi, qui nous compte sa vie, son point de vue sur la société actuelle, et ses espoirs d'un changement rapide.
Sans véritable explication quant à un mode d'emploi pour contrer les déviances du capitalisme, le texte se concentre ici sur la philosophie de son auteur et sur un appel au changement des plus pressants, non dénué de poésie.
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
lireanimeslireanimes   04 mai 2008
Comment se fait-il que l’humanité, en dépit de ressources planétaires suffisantes et de prouesses technologiques sans précédent, ne parvienne pas à faire en sorte que chaque être humain puisse se nourrir, se vêtir, s’abriter, se soigner et développer les potentialités nécessaires à son accomplissement ?
Commenter  J’apprécie          1430
mosaique92mosaique92   08 avril 2018
Tout ce que nous avons trouvé de mieux à faire, c’est le choix de l’antagonisme comme principe de vie: individu contre individu, nation contre nation, religion contre religion, etc., ce qui aboutit à la mondialisation, qui est tout le contraire du mondialisme, utopie généreuse qui n’a pu être édifiée. Sous un certain angle, c’est sur cet antagonisme que repose ce que nous appelons économie, elle-même stimulée par l’avidité et l’insatiabilité humaine érigée en système économique et qui génère disparités et fractures entre le Nord et le Sud, entre l’Est et l’Ouest, au sein même des pays prospères, entre les riches et les pauvres, validant des individus qui seraient «haut de gamme», cumulant tout le positif, et d’autres «bas de gamme», cumulant le négatif. Autrement dit, l’humanité, probablement sous l’effet de l’insécurité psychique et de l’angoisse, n’a pas compris que convivialité et solidarité valaient beaucoup mieux que division, compétitivité et accaparement sans limite, générant une sorte d’anthropophagie structurelle, où l’excès de la minorité génère l’insuffisance et la précarité de la majorité.
(...)
La hiérarchie de l’avoir, du pouvoir et de l’oppression repose sur la capacité de chaque individu à servir, par ses acquis, l’idéologie de la productivité quasi illimitée, à répondre à des nécessités de plus en plus superflues qu’elle invente, justifie et propage indéfiniment. Elle implique surtout la création de «besoins» sur les seules bases marchandes pour un profit illimité; elle stimule la société de consommation dans une ambiance artificielle de pénurie et de manque au cœur de l’abondance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
WALHYDIAWALHYDIA   22 février 2015
Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul, le petit colibri s'active, allant chercher quelques gouttes d'eau dans son bec pour les jeter sur le feu.
Au bout d'un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit :
- "Colibri! Tu n'es pas fou ? Tu crois que c'est avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu ?"
- ''Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part."
Telle est notre responsabilité à l'égard du monde car nous ne sommes pas totalement impuissants si nous le décidons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
littlecatlittlecat   08 décembre 2015
Comment se fait-il que l'humanité, en dépit de ressources planétaires suffisantes et de ses prouesses technologiques sans précédent, ne parvienne pas à faire en sorte que chaque être humain puisse se nourrir, se vêtir, s'abriter, se soigner et développer les potentialités nécessaires à son accomplissement ?
Commenter  J’apprécie          160
AnncyAnncy   01 avril 2013
Plutôt que de se demander, comme beaucoup, s'il a une vie après la mort, lui est allé voir du côté de l'Ardèche s'il n'existerait pas une vie avant la mort...

Olivier Le Naire - à propos de -l'Express
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Pierre Rabhi (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Rabhi
Ces Carnets d?alerte se veulent être des livres synthétiques, accessibles à tous pour sensibiliser l?opinion à des problématiques de première importance.
Le nouveau Carnet d'Alerte "L'eau que nous sommes" : Un élément vital en péril
Quoi de plus banal que d'énoncer que l'eau est au c?ur même de la vie ? nous sommes constitués à 65 % d'eau en moyenne ! Pourtant, cette incontestable vérité est trop souvent oubliée. La soixantaine de chercheurs, d'associations, d'agriculteurs, d'acteurs de la société civile interrogés pour ce carnet ne cessent de le rappeler. Aujourd'hui, bien que nous parlions de biodiversité et de transition écologique, ceux qui disposent d'eau en abondance ont tendance à la banaliser... et par là même à la négliger. Et, par un usage irrationnel et irresponsable, nous sommes déjà en train de causer de lourds préjudices aux générations futures. Le plastique a envahi l'océan, les pesticides se retrouvent même dans le gras des baleines. L'océan, poumon de notre terre, est en danger, puisqu'il récupère toutes les pollutions terrestres. En France, la plupart de nos cours d'eau, et même les nappes phréatiques, sont pollués. Ce nouveau Carnet d'alerte se propose d'enquêter sur cette large problématique, de l'agriculture, première source de pollution et première consommatrice d'eau dans le monde, à la gestion par des entreprises privées de ce bien commun. Sans oublier que 30% de la population mondiale n'a pas accès à l'eau salubre... Comment gérer l'eau demain de façon plus écologique, équitable et locale ? L'eau nécessite plus que tout autre élément une gestion collective. Pierre Rabhi nous alerte : notre rapport à l'eau doit changer ; il est impératif que nous prenions conscience de sa valeur irremplaçable. L'eau, aujourd'hui polluée, gaspillée, source de toutes sortes de profits, pourrait très bien devenir, demain, l'une des solutions aux problèmes majeurs de notre société.
http://www.pressesduchatelet.com/livre/leau-que-nous-sommes
Par les mêmes auteurs, ont déjà été publiés aux Presses du Châtelet (2017) : - Pour en finir avec la faim dans le monde /http://www.pressesduchatelet.com/livre/en-finir-avec-la-faim-dans-le-monde/ - Les semences, un patrimoine vital en voie de disparition http://www.pressesduchatelet.com/livre/les-semences-en-voie-de-disparition/ - Les excès de la finance ou l?art de la prédation légalisée http://www.pressesduchatelet.com/livre/les-exces-de-la-finance-ou-lart-de-la-predation-legalisee/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : EnvironnementVoir plus
>Problèmes et services sociaux. Associations>Autres problèmes et services sociaux>Environnement (63)
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
353 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre
.. ..