AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782852081628
336 pages
Éditeur : Terrain vague (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Puisé dans une importante documentation ethnographique et archéologique, également basé sur l'expérience de l'auteur in loco, cet ouvrage n'est surtout pas une manière de rapport Kinsley sur le comportement sexuel ses Noirs d'Afrique.
Le but est tout autre: c'est l'âme africaine, dès ses origines, que Boris de Rachewiltz a voulu pénétrer par la porte de l'éros, en tant que force primordiale dans les institutions sociales et religieuses, dans la magie et les m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
tristantristan
  01 juillet 2019
Le prince Boris de Rachelwitz, plutôt réputé pour ses connaissances en égyptologie nous offre avec "Eros noir" une manière de mémento sur les moeurs africaines en matière de sexualité. Ecrit en 1963 ce document m'a paru intéressant, malgré ce qui ressemble parfois à des approximations ou à des affirmations gratuites et m'a permis de connaître quelques aspects des épreuves - variées suivant l'ethnie- toujours très spéciales au programme des rites initiatiques de passage à l'âge adulte. Normalement, il est interdit d'en dévoiler la nature et j'avais vainement cherché à en savoir plus il y a déjà longtemps en compulsant divers ouvrages à la BNF. Mais, c'est dans "Eros noir" que j'ai pu entrevoir de quoi il s'agissait vraiment.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
tristantristantristantristan   01 juillet 2019
La circoncision du 4ème type est de caractère entièrement africain et n'est pas influencée par celui des autres civilisations (...). Ce n'est pourtant pas le mobile hygiénico-rituel qui en dicte l'usage, ni la ratification d'un pacte avec la divinité: cet acte, considéré comme sacré, a pour seul but de différencier de façon définitive le sexe de celui qui va être initié.(...). En fait les Dogons et les Bambaras pensent que "le garçon est féminin par son prépuce, la fille masculine par son clitoris". Dieterlen confirme que c'est seulement en se libérant de la partie de son sexe qui correspond au sexe opposé que le jeune homme ou la jeune femme a le sentiment d'entrer en possession de son sexe véritable. La même raison déterminerait donc aussi bien la circoncision que la clitoridectomie. (...) Quant à l'origine de cet usage, les groupes qui le pratiquent l'expliquent le plus souvent par la coutume. Interrogés à ce propos, ils répondent: "On a toujours fait ainsi", ce qui montre que la signification primitive du rite s'est entièrement perdue.
pp. 170 et 182.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tristantristantristantristan   01 juillet 2019
Le jour de l'opération, après s'être lavé le pénis dans l'eau du fleuve, selon les ablutions rituelles, le jeune Nandi doit confesser ses rapports sexuels éventuels avec toute femme excisée. De nombreux adultères sont ainsi découverts. S'il ne veut pas accabler une femme mariée, le jeune homme déclare que l'affaire s'est passée en plein air, délit moins grave que de faire l'amour à l'intérieur d'une case. S'il n'est pas particulièrement attaché à la femme, il se justifie en l'accusant de l'avoir séduit. Si le mari est averti, une punition corporelle s'ensuit, mais jamais la mort puisque l'adultère avec un garçon non circoncis n'est pas digne d'être pris en considération. Le véritable but de la confession publique st de libérer le futur initié de toute culpabilité vis-à-vis de la communauté.
pp.193 et 197.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
tristantristantristantristan   30 juin 2019
En Egypte (...) ceux qui devaient être initiés étaient soumis à des épreuves pénibles; l'initiateur leur distribuait des jupons spéciaux; ils étaient enfermés dans une hutte construite spécialement loin de tout regard profane; au moment de la circoncision proprement dite, on commençait par couper la natte qu'ils portaient depuis leur enfance, afin de rompre symboliquement avec leur vie d'adolescents. On retrouve tous ces éléments dans les rites d'initiation africains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
tristantristantristantristan   09 décembre 2019
Chez les Dahomey, les femmes (qui célèbrent le culte du serpent) portent un jupon très court dont elles se débarrassent, en exposant leurs parties génitales, chaque fois qu'elles rencontrent un homme qu'elles convoitent. Les Zandé estiment, par contre, que l'homme auquel une femme montre son sexe de façon provocante, sera frappé de malheur.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : Rites d'initiationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox