AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Mithridate (10)

raynald66
raynald66   12 décembre 2013
Vous−même, d'un autre oeil me verriez−vous, Madame,
Si ces Grecs vos aïeux revivaient dans votre âme ?
Et puisqu'il faut enfin que je sois votre époux,
N'était−il pas plus noble, et plus digne de vous,
De joindre à ce devoir votre propre suffrage,
D'opposer votre estime au destin qui m'outrage,
Et de me rassurer, en flattant ma douleur,
Contre la défiance attachée au malheur ?
Hé quoi ! n'avez−vous rien, Madame, à me répondre ?
Tout mon empressement ne sert qu'à vous confondre.
Vous demeurez muette, et loin de me parler,
Je vois, malgré vos soins, vos pleurs prêts à couler.
Commenter  J’apprécie          80
KahlanAmnell
KahlanAmnell   07 décembre 2015
Annibal l'a prédit, croyons-en ce grand Homme,
Jamais on ne vaincra les Romains que dans Rome.

(Acte III, scène 1)
Commenter  J’apprécie          32
Cer45Rt
Cer45Rt   21 octobre 2018
Cet amour s'est longtemps accru dans le silence.
Commenter  J’apprécie          20
KahlanAmnell
KahlanAmnell   09 décembre 2015
J'ai vengé l'Univers autant que je l'ai pu.
La Mort dans ce projet m'a seule interrompu.
Ennemi des Romains, et de la Tyrannie,
Je n'ai point de leur joug subi l'ignominie.
Et j'ose me flatter, qu'entre les Noms fameux,
Qu'une pareille haine a signalés contre eux,
Nul ne leur a plus fait acheter la victoire,
Et de jours malheureux plus rempli leur Histoire.
Le Ciel n'a pas voulu, qu'achevant mon dessein
Rome en cendre me vît expirer dans son sein.
Mais au moins quelque joie en mourant me console.
J'expire environné d'Ennemis, que j'immole.
Dans leur sang odieux j'ai pu tremper mes mains.
Et mes derniers regards ont vu fuir les Romains.

(V, scène dernière.)
Commenter  J’apprécie          10
ClioIno
ClioIno   25 novembre 2015
N'attirez point sur vous des périls superflus, pour un fils insolent, que vous ne verrez plus.
Commenter  J’apprécie          10
Tibere
Tibere   17 avril 2012
Non, Princes, ce n'est point au bout de l'univers
Que Rome fait sentir tout le poids de ses fers.
Et de près inspirant les haines les plus fortes,
Tes plus grands ennemis, Rome, sont à tes portes.
Ah ! s'ils ont pu choisir pour leur libérateur
Spartacus, un esclave, un vil gladiateur,
S'ils suivent au combat des brigands qui les vengent,
De quelle noble ardeur pensez-vous qu'ils se rangent
Sous les drapeaux d'un roi longtemps victorieux,
Qui voit jusqu'à Cyrus remonter ses aïeux ?
Commenter  J’apprécie          10
Soundandfury
Soundandfury   05 juillet 2011
Annibal l'a prédit, croyons-en ce grand homme,
Jamais on ne vaincra les romains que dans Rome
Commenter  J’apprécie          10
Chasto
Chasto   25 septembre 2016
Quand je vous élevais au comble de la gloire, m'avez des trahisons préparé la plus noire.
Commenter  J’apprécie          00
KahlanAmnell
KahlanAmnell   09 décembre 2015
Seigneur, je viens à vous. Car enfin aujourd'hui,
Si vous m'abandonnez, quel sera mon appui ?
Sans Parents, sans Amis, désolée, et craintive,
Reine longtemps de nom, et en effet Captive,
Et Veuve maintenant sans avoir eu d'Epoux,
Seigneur, de mes malheurs ce sont là les plus doux.
Je tremble à vous nommer l'Ennemi qui m'opprime.
J'espère toutefois qu'un Coeur si magnanime
Ne sacrifiera point les pleurs des Malheureux
Aux intérêts du sang qui vous unit tous deux.
Vous devez à ces mots reconnaître Pharnace.
C'est lui, Seigneur, c'est lui dont la coupable audace
Veut la force à la main m'attacher à son sort
Par un hymen pour moi plus cruel que la mort.
Sous quel Astre ennemi faut-il que je sois née?
Au joug d'un autre hymen sans amour destinée,
A peine je suis libre, et goûte quelque paix,
Qu'il faut que je me livre à tout ce que je hais.
Peut-être je devrais plus humble en ma misère
Me souvenir du moins que je parle à son Frère.
Mais soit raison, destin, soit que ma haine en lui
Confonde les Romains dont il cherche l'appui,
Jamais Hymen formé sous le plus noir auspice
De l'Hymen que je crains n'égala le supplice.
Et si Monime en pleurs ne peut vous émouvoir,
Si je n'ai plus pour moi que mon seul désespoir;
Au pied du même Autel, où je suis attendue,
Seigneur, vous me verrez à moi-même rendue
Percer ce triste coeur qu'on veut tyranniser,
Et dont jamais encore je n'ai pu disposer.

(I, 2)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
raynald66
raynald66   12 décembre 2013
Mithridate
Madame, enfin le ciel près de vous me rappelle,
Et, secondant du moins mes plus tendres souhaits,
Vous rend à mon amour plus belle que jamais.
Je ne m'attendais pas que de notre hyménée
Je dusse voir si tard arriver la journée,
Ni qu'en vous retrouvant, mon funeste retour
Fît voir mon infortune, et non pas mon amour.
C'est pourtant cet amour, qui de tant de retraites
Ne me laisse choisir que les lieux où vous êtes,
Et les plus grands malheurs pourront me sembler doux
Si ma présence ici n'en est point un pour vous.
C'est vous en dire assez, si vous voulez m'entendre.
Vous devez à ce jour dès longtemps vous attendre,
Et vous portez, Madame, un gage de ma foi
Qui vous dit tous les jours que vous êtes à moi.
Allons donc assurer cette foi mutuelle.
Ma gloire loin d'ici vous et moi nous appelle,
Et sans perdre un moment pour ce noble dessein,
Aujourd'hui votre époux, il faut partir demain.
Commenter  J’apprécie          00


    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Phedre

    quelle est la relation entre Phedre et Ariane?

    Mere/fille
    soeur
    confidente

    10 questions
    793 lecteurs ont répondu
    Thème : Phèdre de Jean RacineCréer un quiz sur ce livre