AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Je m'appelle Lotte et j'ai huit ans (12)

pyrouette
pyrouette   26 mai 2013
Le souvenir qui lui tendait presque les bras s’est enfoui avant qu’elle ait pu l’attraper.
Commenter  J’apprécie          170
infini
infini   06 janvier 2014
Chaque maison a une odeur différente,que les gens transportent avec eux ou qu'ils aillent.
Commenter  J’apprécie          100
FRANGA
FRANGA   02 juin 2012
Ce Noël-là, son père allait manger la fameuse bouillie de riz, avec une amande cachée à l'intérieur, avec sa nouvelle femme et ses nouveaux enfants. Il glisserait l'amande dans un des bols des enfants sans qu'ils le voient, puis il irait chercher dans un placard le cochon en massepain traditionnel en criant que le Père Noël l'avait déposé là. "Ça alors ! dirait-il, moi qui me faisait une telle joie de l'avoir !" Les enfants répondraient qu'il aurait le droit d'en avoir un morceau et ils casseraient la tête du cochon pour la lui donner, puis tout le monde rirait en trouvant que le cochon avait vraiment l'air stupide, sans tête. C'était sans aucun doute comme ça que ça se passerait. Quel placard ouvrirait-il pour trouver le petit cochon ? Elle essaya de s'imaginer les placards et les armoires de l'autre maison, mais elle n'arrivait à s'imaginer ni la cuisine ni les gens. Elle n'avait jamais vu la femme de son père en vrai, seulement en photo. Elle savait seulement que sa femme avait deux enfants qui habitaient à présent avec lui, dans la nouvelle maison qu'il venait de leur acheter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
FRANGA
FRANGA   01 juin 2012
Sa Barbie était par terre, dans sa robe jaune, les bras tendus en avant.
Elle se regarda dans les yeux.
- Joyeux Noël, chuchota-t-elle... Tu es vraiment une idiote de ne même pas être capable d'être CONTENTE. Espèce d'idiote. Vieille fille.
Barbie sourit. Lotte souleva sa poupée devant la glace.
- Regarde-toi, Barbie. T'as vu comme t'es moche, dans ta robe... alors que c'est le réveillon de Noël et tout ça. Qu'est-ce que t'as à sourire ?
Commenter  J’apprécie          90
FRANGA
FRANGA   01 juin 2012
Quand ils étaient ainsi ensemble, tous les trois, l'air était empli de choses qu'elle ne comprenait pas, de mots non prononcés qui se transformaient en regards, en mouvements du visage dont ils croyaient qu'elle ne les voyait pas.
Ou alors ils se mettaient à parler en anglais et leurs voix en colère exprimaient la peur, surtout celle de sa mère, qui semblait à tout moment sur le point d'éclater en sanglots. Si le père n'avait pas été la veille au soir, ils parlaient anglais au petit-déjeuner, en chuchotant, tandis que Lotte regardait fixement la radio Kurér. Son père pouvait tout à coup quitter la table, sans presque toucher sa tasse de café. Lotte s'imaginait alors jeter quelque chose à la tête de sa mère- un verre de lait ou une assiette -, la blesser et lui ouvrir le front.
Commenter  J’apprécie          50
FRANGA
FRANGA   02 juin 2012
Sa mère avait désormais une manière bien à elle d'être assise près de la fenêtre de la cuisine. Elle gardait les mains posées sur ses genoux, comme des saucisses molles, et regardait fixement dehors.
Il n'y avait rien à voir, hormis les pelouses vertes, tondues jusqu'à la racine par le gardien, quelques arbres, les autres immeubles. Elle pouvait rester ainsi des heures, sans entendre ce que Lotte disait, sans faire de crochet ni lire quoi que ce soit. Elle ne réagissait pas avant que Mme Sybersen n'entre chez elle pour boire le café. Son corps était lourd quand elle se relevait, on aurait dit qu'elle collait encore, comme une pâte à pain toute fraîche ; elle avait le visage vide, les bras pendants.
Commenter  J’apprécie          30
FRANGA
FRANGA   31 mai 2012
- Elles ont fait la fête, voilà ce qu'elles ont fait, alors qu'elles sont mortes de trouille que leurs maris fassent la même chose... qu'ils foutent le camp eux aussi avec une belle jeune femme. Oh, maintenant qu'elles ont vu ton père faire ça, crois moi, elles n'en mènent pas large.
Commenter  J’apprécie          30
PickItUp
PickItUp   31 décembre 2016
Lotte est une petite fille Norvégienne dont le père se sépare de sa mère. Les grands parents prennent parti pour leur fils et Lotte se voit déchirée entre la nécessité de loyauté vis à vis de sa mère éplorée et dépressive, ses grands parents fermiers chez qui elle se sent si bien en harmonie avec la nature et son père heureux à nouveau qui a refait sa vie avec une femme plus jeune. Belle oeuvre. Cet auteur décrit à merveille la psychologie des personnages, lâches, dépressifs etc
Commenter  J’apprécie          10
infini
infini   06 janvier 2014
Quand elle sera grande,elle vivra ici à Perlevick pour toujours et elle ne coupera jamais l'herbe avant que ça lui arrive à la taille,car ça peut pousser aussi haut que la taille d'une dame et cette dame,ce sera elle.
Commenter  J’apprécie          10
FRANGA
FRANGA   31 mai 2012
Elles avaient mangé un gâteau à la crème, les dames de l'immeuble, le jour où son père avait quitté la maison.
Sa mère ne l'avait appris que plus tard et, après ça, elle n'avait plus voulu leur parler. Elle l'évoquait souvent, et à chaque fois, elle se mettait à pleurer.
Commenter  J’apprécie          10




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox