AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Neshov tome 6 sur 6

Hélène Hervieu (Traducteur)
EAN : 9782265154803
368 pages
Fleuve Editions (18/06/2020)
3.89/5   84 notes
Résumé :
Après la mort de son oncle Margido, Torunn se consacre corps et âme à la modernisation de l'entreprise de pompes funèbres sans pour autant négliger la ferme familiale où elle règne désormais seule. Sa petite routine est cependant interrompue par deux événements : Erlend et Krumme, accompagnées de leurs enfants et de leurs mères porteuses ont décidé de rendre une visite à l'ancienne demeure familiale ; et depuis peu, le nouveau pasteur de la région semble éprouver un... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 84 notes
5
9 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
1 avis

kateginger63
  08 juillet 2020
Le dernier opus, encore le chaos émotionnel
*
Ca y est, la boucle est bouclée. Voici le dernier tome lu de cette saga norvégienne qui m'a réellement enchanté. Certes il y a eu l'avant-dernier tome où le rythme s'essoufflait un peu mais avec celui-ci, l'histoire de la famille Neshov a fini en apothéose.
*
(attention spoiler pour ceux qui n'ont pas lu le 5ème tome) :
Maintenant que Margido n'est plus, Torunn sa nièce finit de s'installer convenablement dans la ferme reçue en héritage. Une salle de bain luxueuse, un nouveau mât ainsi que la décoration intérieure des chambres d'invité.
Torunn a tout de même du mal à faire le deuil de son oncle chéri. Qui lui a laissé les rênes de l'entreprise de pompes funèbres. Elle visite régulièrement son grand-père/oncle à la maison de retraite.
La vie continue de s'écouler bon gré, mal gré dans cette campagne bucolique aux effluves automnales.
*
D'un rythme lent, l'histoire se déroule sur plusieurs jours, avec quelques cahots mais toujours avec tendresse et bienveillance.
L'auteure choisit ses mots avec soin et raconte mille petits détails de la vie quotidienne. Des tranches de vie qui bouleversent tout un chacun. J'apprécie énormément cette façon de narrer la plus infime action qui pourrait porter à sourire mais qui au final apporte cette touche de naturel et d'authenticité.
La fin - avec une révélation capitale - m'a complètement bouleversé. Et l'auteure a trouvé l'élément parfait pour clore cette fin de saga.
*
Je ne peux que vous conseiller d'ouvrir la première page du 1er tome, lisez le chapitre et vous verrez que vous aussi serez charmés par cette aventure norvégienne de qualité. Une famille que je n'oublierais jamais. J'ai vraiment eu l'impression qu'ils prenaient vie devant moi.
*
Un grand vide maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          487
pyrouette
  13 novembre 2021
Voilà, c'est fini. Je viens de terminer le dernier tome de la saga des Neshov. J'ai traîné, pris tout mon temps, surtout que pour une fois, j'étais synchro avec la saison : l'automne. Cette saison adorée où les jours raccourcissent, où l'on peut se pelotonner sur le canapé, la lumière et les bougies allumées. Torunn est d'accord avec moi. Plus d'introspection, moins de vie en société. Elle dirige la société de pompes funèbres depuis la mort de Margido, son oncle, et elle continue à rénover la vaste ferme familiale qui est devenue son domaine. Erlend, le plus jeune de ses oncles, le plus original aussi, lui a laissé sa part d'héritage pour l'aider. Torunn fait ce qu'elle peut pour faire face à toutes ses obligations mais elle se sent déprimée. Elle rend visite à son grand-père, heureux de sa vie en maison de retraite et a toutes les peines du monde à le faire sortir de son nid douillet. Et oui, on peut être heureux en maison de retraite quand on a eu une vie de chien, et je pense sincèrement que les chiens étaient mieux traités. Mais ça c'est un autre tome de la saga. Torunn se sent un peu seule. Elle va courir tous les soirs avec son chien, prépare la ferme de façon à accueillir Erlend et sa tribu (compagnon, trois enfants et les mères de ces derniers) en vacances pendant une petite semaine, travaille et va même rencontrer un pasteur séduisant. Si l'histoire est calme jusqu'à l'arrivée de sa famille à la ferme, la suite sera beaucoup plus mouvementée et secouera Torunn dans ses certitudes, ses peurs, sa vie.
L'autrice a l'art de décrire tous les petits détails de la vie de ses personnages et on se sent bien un peu comme une séance d'Asmr sans le son.
J'ai fait connaissance avec la famille Neshov, en Norvège, il y a 8 ans. Je les quitte avec regrets. Les membres de cette famille ont traversé bien des tragédies, ont dû faire face aux différents secrets sur plusieurs générations, ont appris à mieux se connaître et à être tolérants, ce qui fait une très belle saga.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
Ichirin-No-Hana
  09 juillet 2020
Sixième tome autour de la famille Neshov, Les Liens éternels restent dans la même veine que les précédents et c'est toujours avec grand plaisir que je retrouve les personnages atypiques de cette saga familiale.
On se concentre essentiellement sur Torunn lors de ce tome-ci. Alors qu'elle mène une vie de plus en plus chargée avec la reprise de l'entreprise de pompes funèbres et en même temps avec la rénovation de la ferme familiale, la jeune femme ne peut s'empêcher de faire le point sur sa vie et se sent de plus en plus seule. Sa petite routine va être totalement chamboulée par la tornade qui s'annonce. En effet, Erlend et Krumme débarquent pour une durée d'une semaine avec la famille entière.
Ouvrage de plus de 350 pages, Les Liens éternels est un roman où finalement il se passe peu de choses. Cependant, et de la même façon qu'avec les tomes précédents, Anne B. Radge nous prouve encore une fois son talent pour implanter une ambiance et des personnages complexes et on dévore les pages tant les personnages sont tangibles et qu'on a envie de suivre leur évolution. de plus, l'auteure se penche encore une fois sur des thématiques fortes comme le deuil ou encore la solitude et elle le fait, comme toujours, avec beaucoup de respect et nous pose des questions très pertinentes.
Les six tomes que composent cette saga sont sûrement les romans qui transpirent le plus d'humanité pour moi et je vous les conseille fortement si vous n'avez jamais tenté l'expérience. Anne B. Radge a vraiment une patte particulière et c'est toujours avec un immense plaisir que je la retrouve. La fin de ce tome-ci, inattendue, m'a vraiment émue et je refuse de croire en la fin de cette saga !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
fabienne2909
  17 novembre 2022
Dernier tome de la saga Neshov, et, il faut bien l'avouer, même si je le fais avec tristesse, parfois c'est bien de savoir s'arrêter. le mieux aurait été de le faire avant le tome de trop...
Dans ce dernier tome, centré particulièrement autour de Torunn, celle-ci reprend l'entreprise de pompes funèbres de Margido tout en vivant dans la ferme des Neshov. Elle s'occupe du grand-père Tormod, accueille Erlend, ses enfants et leurs mères, en vacances, bref, c'est elle qui représente dorénavant le coeur des Neshov, d'autant plus qu'elle entreprend les démarches pour obtenir ce nom, quitte à sa fâcher avec sa mère. Sauf que Torunn est complètement perdue, marquée par les événements qui se sont enchaînés dans sa vie ces dernières années, souffre de plus en plus de la solitude, et atteint un certain stade de saturation.
Voilà je crois que j'ai résumé les grandes lignes de cette intrigue mince comme une feuille de papier. Alors, si on prend plaisir à retrouver les personnages de la famille, j'ai trouvé que c'était bien plat, et que l'étaler sur 368 pages, ça relève presque du prodige, même si l'auteur nous fait réfléchir sur le deuil, savoir se poser des questions sur l'orientation que l'on fait prendre à sa vie etc. Et surtout, il faut apprécier Torunn qui est, il faut l'avouer, un personnage que j'ai trouvé assez désagréable dans ce tome, entre réflexions auto-centrées voire un peu partiales (faire la différence entre les enfants de sang d'Erlend et les autres par exemple).
Bref, un roman que j'ai trouvé dispensable, à mon grand regret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Nadouch
  03 septembre 2021
En tournant la dernière page du dernier tome de cette saga, je me demande encore pourquoi j'ai tant attendu pour lire cette "suite". Agacée que cette trilogie soit prolongée, sans doute de manière artificielle, et bien des années après, je n'avais pas voulu replonger dedans. J'ai bien fait de revenir sur ma décision !
Cette seconde trilogie rappelle tout ce qui avait plu dans la première : l'esprit de famille, les querelles, les individualités fortes et le bien commun, la mémoire collective, mais aussi l'ambiance norvégienne, entre les décors, les coutumes, la nourriture. C'est plein de détails qui en agaceront certains, moi j'ai bien aimé.
Ce dernier tome est très centré sur le personnage de Torunn, qui incarne en fait la "jeune" génération. Il y a beaucoup moins de chapitres alternés et centrés sur d'autres protagonistes, on sent que le récit prend un autre tour.
Mais ce tome reste très agréable, il clôt joliment la saga !
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
pyrouettepyrouette   11 novembre 2021
Mais les soirées sombres étaient une chance. Allumer la lumière, se pelotonner sur le canapé, trouver le calme dans un livre : l'obscurité ne l'avait jamais effrayée, au contraire. Les journées et les nuits ensoleillées étaient vécues comme une incitation à rester éveillée, présente, contente et sociable à toute heure, tandis que l'obscurité lui donnait la possibilité de se reposer en sa propre compagnie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
pyrouettepyrouette   07 novembre 2021
C'était fou comme on pouvait se tromper, comme on pouvait faire les choses de travers et se retrouver l'instant d'après balancée comme de l'eau sale dans le caniveau.
Commenter  J’apprécie          180
pyrouettepyrouette   15 novembre 2021
Il est certaines distinctions pour lesquelles il faut se donner plus de mal que d’autres. Et pour ce faire, il faut tenir jusqu’au bout et franchir la ligne d’arrivée.
Commenter  J’apprécie          170
ya2meufs_qui_lisentetvoyagentya2meufs_qui_lisentetvoyagent   30 juin 2020
"C'était comme si le nouveau mât l'attachait à cette terre, à cette ferme, aux générations avant elle qui toutes avaient regardé vers un avenir maintenant devenu le passé."

"Aussi loin au nord, la lumière du jour déclinait beaucoup plus rapidement. Mais les soirées sombres étaient une chance. Aller la Lum!re, se pelotonner sur le canapé, trouver le calme dans y-un livre; l'obscurité ne l'avait jamais effrayée, au contraire. Les journées et les nuits ensoleillées étaient vécues comme une incitation à rester éveillée, présente, contente er sociable à toute heure, tandis que l'obscurité lui donnait la possibilité de se reposer en sa propre compagnie."

"C'est alors qu'elle l'aperçut.
Une aurore boréale impressionnante ondulait dans les tons rose et vert clair au-dessus du massif de Fosen. Elle devait être apparue en l'espace de quelques secondes: elle qui gardait toujours les yeux levés et regardait droit devant elle en courant n'y avait pas prêté attention jusqu'à maintenant"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pyrouettepyrouette   10 novembre 2021
Ne plus s'enfoncer davantage dans l'obscurité aujourd'hui, pensa-t-elle. Ne pas se laisser déprimer par tout ce qui ne dépendait pas d'elle...
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Anne B. Ragde (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne B. Ragde
Retrouvez vos "Live Books" du neuvième numéro de Gérard Part En Live ici :
Une brève histoire du temps : du Big Bang aux trous noirs de Stephen Hawking aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/31019-sciences-une-breve-histoire-du-temps.html
La Chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan et Françoise du Sorbier aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/108515-article_recherche-la-chorale-des-dames-de-chilbury.html
Camarades de Pekin de Bei Tong aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/108029-divers-litterature-camarades-de-pekin.html
Ragdoll de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/104626-article_recherche-ragdoll.html
Les Chasseurs de gargouilles de John Freeman Gill et Anne-Sylvie Homassel aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/108123-divers-litterature-les-chasseurs-de-gargouilles.html
Filles de la mer de Mary Lynn Bracht et Sarah Tardy aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/105443-divers-litterature-filles-de-la-mer.html
Sophie de Habsbourg de Jean-Paul Bled aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/104945-encyclopedie-sophie-de-habsbourg---l-impera.html
Le Bruit du silence de Léa Wiazemsky aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/108541-article_recherche-le-bruit-du-silence.html
Dans l'équipe de Staline de Sheila Fitzpatrick aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/106913-encyclopedie-dans-l-equipe-de-staline.html
L'Espoir des Neshov (4) de Anne B. Ragde et Hélène Hervieu aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/108548-article_recherche-l-epoir-des-neshov.html
Visitez notre chaine Youtube et abonnez-vous ! : http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables.
Gérard Collard - Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : norvègeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus