AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253152161
Éditeur : Le Livre de Poche (13/01/2002)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Louise, c'est Louise Michel, la bâtarde " devenue directrice d'une école pour les pauvres sur la Butte-Montmartre, militante anarchiste déportée en Nouvelle-Calédonie après la Commune.Georges, c'est Georges Clemenceau : le tribun de la gauche radicale, défenseur de Dreyfus, ministre à poigne, qui justifiera plus tard les surnoms de " Père la Victoire " et de " Premier Flic de France ".

Entre eux, une amitié, une affection, une admiration ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Herve-Lionel
  07 juin 2014

N°234
Février 2001

GEORGES et LOUISE - Michel RAGON Éditions Albin Michel.

On s'étonnera peut-être que Michel Ragon, dont le parcours dans la vie et dans la littérature est des plus exemplaires qu'il choisisse de parler de deux personnages aussi apparemment différents que la révolutionnaire Louise Michel, fille naturelle, institutrice, pauvre et délicate poétesse et l'homme politique mondain et ambitieux, le médecin et riche bourgeois qu'était Georges Clemenceau.
A priori tout les oppose mais ces deux êtres portaient en eux la révolte, la volonté de faire changer le monde, même si leurs chemins divergèrent parfois, ils restèrent rebelles à cette société dans laquelle ils vivaient. Louise avait épousé la cause des pauvres, des déshérités et Georges, quand il la rencontra à Montmartre dont il était la maire, fut frappé par son immense charité, bien qu'elle ne fût pas chrétienne, au contraire ! Il choisit donc de l'aider financièrement comme l'aideront plus tard le Marquis de Rochefort et la Duchesse d'Uzès ! C'est que Louise ne laissait pas indifférents ceux qui la rencontraient !
Pendant tout son chemin, Louise a opté pour l'action politique, parfois violente mais Georges lui préféra toujours l'action parlementaire, plus feutrée mais pas moins efficace. Pendant la Commune, l'action de Louise sera modeste mais pendant son procès elle prendra sur elle toute la responsabilité des émeutes, bravant ses juges et la condamnation à mort. Finalement ce sera la déportation en Nouvelle-Calédonie où elle n'oubliera pas son engagement humanitaire définitif. Il se fera en faveur des Canaques !
On sent qu'il s'apprécient ces deux personnages que tout sépare. Ne compare-t-on pas à Jeanne d'Arc celle qui fut, un peu après coup, la Pasionaria de la « Commune », ne porte-t-elle pas le deuil de cette révolte avortée, de tous ces fusillés, de tous ces morts pour la Liberté ?
On sent bien que cet autodidacte authentique qu'est Michel Ragon, qui porte aussi en lui la révolte, aime peut-être
davantage Louise Michel pour la droiture de son action. L'histoire l'a fait croiser la route de Clemenceau, vendéen comme lui, révolté aussi et de cette rencontre est née plus qu'une amitié, une sorte d'admiration réciproque dont leur correspondance témoigne.
Ce qui passionne sans doute Michel Ragon c'est sans doute aussi le souci qu'il a de livrer à son lecteur l'histoire authentique comme il le fit à de nombreuses reprises, notamment à propos des « Guerres de Vendée », même si ce qu'il écrit dérange, est en marge de l'histoire officielle dont on sait qu'elle est toujours écrite par les vainqueurs !
Il aime la révolte même si elle est utopique car nous savons bien que cela aussi et peut-être même surtout fait avancer le monde, le fait évoluer et non s'engoncer dans des idées reçues. On sent qu'il les aiment ces oubliés de l'histoire qui ont su, eux-aussi et à leur manière oeuvrer pour le triomphe des valeurs de notre république. Il ne quitte jamais des yeux son modèle, sa « Vendée » !
Il tient à nous dire qu'il apprécie les êtres humains pour ce qu'ils sont mais surtout quand ils sont fidèles à leur idéal. Ennemis peut-être mais qui forcent le respect par leur droiture et le refus de la compromission, la fidélité à leur engagement personnel, oubliant les clivages sociaux, les opinions divergentes.
L'auteur, véritable humaniste, n'oublie pas de rappeler des évidences, que le pouvoir corrompt, rend oublieux parfois des engagement pris qui ne sont jamais tenus et il conclut (sans doute) avec Louise « C'est que le pouvoir est maudit et c'est pour cela que je suis anarchiste. ». Il n'oublie pas non plus de se situer dans son siècle, l'histoire étant, nous le savons un éternel recommencement et c'est pleinement conscient de ce qu'il écrit qu'il note pour son lecteur attentif ( et ce sont ses propres termes) « La gauche au pouvoir n'est plus la gauche ». Cette remarque me paraît à moi, avoir été dans un passé récent ( et peut-être aussi dans le présent ?) marqué au point du bon sens !
On sent bien sous la plume de notre auteur le vendéen frondeur qu'il continue d'être et lui de citer Clemenceau encore une fois «  Ce peuple vendéen a quelque chose de sauvage et de buté qui me plaît ! »
Dans sa haine du pouvoir Louise, à son retour en France, va désirer ardemment tuer Gambetta comme elle avait pensé exécuter Thiers pendant la Commune. Pour elle ce qui importait c'était « que ça pète »
Elle n'est pas exempte de contradictions non plus, elle qui désira faire sortir les femmes de leur condition inférieure mais refusa de militer pour leur droit de vote. Elle resta célibataire pour ne pas être assujettie à une homme mais défendit quand même la cause des femmes que la Commune oublia un peu vite. Elle refusa même un mandat parlementaire qui lui aurait sûrement permis de faire bouger les choses, certes plus lentement, mais dans la légalité. Elle restait pour Clemenceau « l'incarnation de l'éternelle révolte des gueux, l'image de la Révolution ».
Pourtant c'est Clemenceau qui fait évoluer les choses en instituant de nouvelles libertés politiques et syndicales, s'élevant contre la répression et la peine de mort, militant pour l'institution de retraites ouvrières, pour l'école laïque et gratuite.
Mais la «  veuve rouge », celle qui porte si haut le deuil des communards morts, va finir par être manipulée, huée même. Elle devient impopulaire, un comble pour elle tandis que Clemenceau prend la première place dans le monde politique. A elle le combat au quotidien contre la misère, la pauvreté et les injustices, à lui les mondanités et les honneurs. Lui si élégant et raffiné si soucieux de sa personne, elle négligée jusqu'à l ‘outrance car ce qui les sépare malgré tout c'est bien le milieu social.
Nous la découvrons aussi « femme de plume » non seulement auteur de romans poèmes et pièces de théâtre mais aussi ardente lectrice de science fiction, amie d'un « lointain » Hugo, admiratrice de Zola et célébrée par les poètes symbolistes, moins, il est vrai, pour son talent que pour son engagement politique.
C'est que la voilà désormais, après un long séjour hors de France, conférencière, mais son image ne fait plus recette. Elle est de plus en plus contestée, elle essuie des quolibets. Ses atermoiements, ses silences coupables lui ont peut-être valu cet attentat où elle échappa à la mort, pardonnant cependant à son agresseur. A ce moment peut-être plus qu'à tout autre elle mérite son surnom de « Vierge rouge ».
Georges et Louise se sont toujours suivis malgré les divergences de parcours. L'homme politique a toujours été aux côtés de l'anarchiste un peu comme son double, l'autre face d'un Janus, l'un dans la lumière et l'autre dans l'ombre, un peu comme si l'un osait faire ce que l'autre n'osait pas !
Michel Ragon, on le sent bien, domine son sujet, plus, celui-ci le passionne. Il sait quand même pointer du doigts, même s'il est sous le charme de cette Louise, les insuffisances de ce personnage complexe. D'elle et de Georges je crois bien que c'est elle qu'il préfère sans doute parce qu'elle est restée fidèle jusqu'au bout à elle-même alors que Clemenceau, malgré ses idées libertaires affichées sera constamment tenté par le pouvoir et finira pas succomber. Si elle avait fait sienne la devise de Blanqui « Ni Dieu ni Maître » qui, si je me souviens bien avait aussi été celle de Cathelineau, voiturier vendéen qui commanda les Blancs au début des Guerres de Vendée, Clemenceau aimait le pouvoir pour ce qu'il était.
Puis, lui qui était surtout capable de faire et de défaire les gouvernements, porté par le Bloc des Gauche , devint député puis, comme il aimait à le rappeler, « le premier flic de France » et enfin Président du Conseil, reniant beaucoup de ceux qui avaient été ses amis et l'avaient soutenu et, pire encore faisant réprimer par la troupe les émeutes ouvrières du nord et les révoltes paysannes du sud de la France. Louise était déjà morte, un peu comme si la griserie du pouvoir prenait le dessus, comme si son mentor de l'ombre, son contrepoids n'existant plus. II était en quelque sorte libéré !
C'est vrai qu'il s'en moqua un peu de ce pouvoir mais pour mieux s'en emparer et oublier que dix ans plus tôt il souhaitait  réduire l'action du gouvernants «  à son minimum de malfaisance ». Pourtant, dans la mémoire collective, c'est sous le nom de « père la Victoire », jusqu'au-boutiste, revanchard, cocardier, patriote qu'il restera, le comble pour un anarchiste et un antimilitariste. Lui aussi essuya un attentat et comme Louise protesta contre la peine de mort pour son agresseur .
Pour s'excuser peut-être Clemenceau disait de lui qu'il était un mélange d'anarchiste et de conservateur mais refusait d'indiquer dans quelle proportion ! Il rappelait qu'il avait eu ses heures d'idéologie et qu'il n'était pas disposé à les regretter.
A travers ces pages écrites simplement comme à son habitude, c'est à dire pour être lues et comprises, Miche Ragon se fait (et avec quel brio) un peu l'historien de l'anarchisme et on ne peut que souligner l'important travail de recherche qu'il a mené pour écrire cet ouvrage, pour montrer la part d'anarchisme qu'il y avait chez l'homme de pouvoir et la part de rêve qu'il pouvait y avoir dans cette petite silhouette frêle qui incarna l'insoumission sans renoncer à l'amitié et à l'argent des riches, même si elle n'en profitait pas elle-même. Ces portraits croisés ont quelque chose d'émouvant .
Le choix qu'a fait Michel Ragon d'en être l'auteur vient sans doute du fait que Louise et Georges se sont beaucoup écrit pendant leur vie mais, à mon avis, c'est un peu la condition humaine qu'il a évoquée à travers ces deux personnages, sa complexité ses nuances, ses renoncements…
© Hervé GAUTIER.
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
fanfanouche24
  23 octobre 2013
Un texte de Michel Ragon que je viens de relire avec le même intérêt ; texte qui relate la rencontre unique et l'amitié entre deux être que rien ne prédisposait à se rencontrer. Un récit très instructif sur Les événements de la Commune, sur le mouvement anarchiste...et ses personnalités les plus significatives... sans oublier les deux figures centrales : le jeune homme, maire très actif de Montmartre, qui fera carrière en politique: Georges Clémenceau, et l'institutrice qui défend les plus démunis, l'Anarchiste" , la "Vierge rouge", Louise Michel:
"A priori, tout paraît opposer ces deux êtres. Aujourd'hui, cent trente ans après leur aventure qui commence, la distance qui les sépare n'a fait que s'accentuer. Ils semblent même, au regard de l'Histoire, ennemis irréductibles. Lui, le Vendéen qui se complaisait, dans sa vieillesse, à se dire "premier flic de France", lui, le jusqu'au-boutiste nationaliste, "père de la Victoire" en 1918. Elle, l'irréductible anarchiste, la "pasionaria" de la Révolution, l'éternelle rebelle.
Et pourtant une amitié, une affection, un respect, une admiration réciproque, les lieront pendant toute la vie de Louise.
Car elle s'appelait Louise. Louise Michel. Et lui, Georges. Georges Clémenceau. "(p.9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Vermeer
  01 juillet 2015
Petit roman historique très agréable à lire dans lequel on apprend beaucoup. Portraits croisés de Georges Clemenceau et Louise Michel a priori très différents voire opposés mais qui ont entretenu une longue amitié. Evidemment Louise est morte en 1903 et n'a pas connu l'évolution politique de Clemenceau mais ils étaient déjà très dissemblables. On apprend beaucoup sur la Commune, l'anarchie et on découvre surtout deux très fortes personnalités.
Commenter  J’apprécie          50
paulotlet
  17 juin 2011
Ce petit roman raconte l'amitié entre Georges Clémenceau, parlementaire puis ministre radical et Louise Michel, la passionaria de la Commune de Paris. L'histoire est inspirée de faits réels. La complicité entre Georges et Louise fut d'une exceptionnelle longévité. Ragon rappelle comment celui qui avait fini par devenir le premier flic de France fut un des derniers fidèles de l'institutrice anarchiste qui, à la fin de sa vie, vivait tant bien que mal de conférences auxquelles plus personnes n'assistait. Un livre touchant et bien documenté.
Commenter  J’apprécie          40
La31
  09 décembre 2018
L'amitié ou l'estime entre le futur père la Victoire, Georges Clémenceau, et Louise Michel, la communarde, est la trame de ce livre qui nous éclaire sur cette période troublée des années 1870.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
issablagaissablaga   28 avril 2016
J’avais vu à l’oeuvre mes amis de la Commune, si honnêtes qu’en craignant d’être terribles, ils ne furent énergiques que pour jeter leurs vies. J’en vins rapidement à être convaincue que les honnêtes gens au pouvoir sont aussi incapables que les malhonnêtes sont nuisibles. Il est donc impossible que la libertė s’allie jamais avec un pouvoir quelconque.
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   23 octobre 2013
Pour Georges, Louise représentait bien plus qu'un modèle. C'était l'incarnation de l' éternelle révolte des gueux, l'image même de la Révolution que, à ses côtés, il avait vu s'allumer à Montmartre. (p.73-74 / Albin Michel, 1999)
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24fanfanouche24   12 janvier 2014
Il faut bien dire que si Louise ne tient aucun rôle important pendant la commune, c'est qu'aucune femme n'y recevra de poste de direction. La commune sera libertaire et égalitaire, sauf pour les femmes auxquelles elle oubliera de donner le droit de vote. (p. 25 / Livre de poche, 2002)
Commenter  J’apprécie          40
fanfanouche24fanfanouche24   23 octobre 2013
En 1884, il (Georges Clémenceau), il votera la loi sur la liberté syndicale, tempêtera à la Chambre pour que soit réduite la durée de la journée de travail; pour que les enfants de moins de quatorze ans ne soient plus employés dans les mines, les usines, les ateliers; pour que des caisses de retraite soient instituées pour les vieillards et les invalides. Il s'obstine à réclamer l'abolition de la peine de mort. (...)Il y a chez Clémenceau un esprit libertaire qui ne peut que le rapprocher de Louise Michel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Herve-LionelHerve-Lionel   07 juin 2014
C’est que le pouvoir est maudit et c’est pour cela que je suis anarchiste. 
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Michel Ragon (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Ragon
Vidéo de Michel Ragon
>France : histoire>20e siècle>Troisième République: 1870-1945 (178)
autres livres classés : commune de parisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1541 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre