AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sabrina Nouri (Traducteur)
EAN : 9782867448751
201 pages
Éditeur : P.O.L. (11/03/2002)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 20 notes)
Résumé :

En persan « mille maisons » désigne le labyrinthe, cette étendue où issue et impasse se confondent; le temps s'arrête, l'obscurité et la terreur s'installent. Et la moindre tache blanche évoque le soleil. Au temps des dictatures, Kaboul et l'Afghanistan tout entier n'étaient-ils pas cette étendue, ce labyrinthe? Cinq personnages pris dans la nasse essaient d'échapper à la terreur par l'ivresse ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Apoapo
  07 février 2016
À l'instar de beaucoup de lecteurs, j'ai connu Atiq Rahimi grâce à Syngué Sabour, prix Goncourt 2008 qui a joui d'un gros succès bien mérité. J'étais pour ma part charmé par le style, admiratif de l'idée narrative, intéressé par la synthèse multiculturelle propre à l'oeuvre migrante, mais un peu déçu au fil des pages et surtout gêné par la chute – ces deux derniers points motivant une notation qui, a posteriori, me semble peut-être trop sévère. Récemment l'auteur – accompagné par Jean-Claude Carrière – a réalisé un film absolument superlatif tiré du même roman, porté par une superbe interprétation féminine [il est encore en salle, et ce week-end c'est le printemps du cinéma, n'est-ce pas…], lequel a eu le mérite à la fois de contrevenir aux préjugés partagés sur les qualités respectives d'un ouvrage littéraire et de son adaptation cinématographique, et de très bien faire passer au grand écran les défauts du texte (la fin du film étant légèrement différente et bien plus percutante que dans le roman).
Tout cela pour expliquer mon retour à un roman précédent (2002) de l'auteur afghan. Dans Les mille maisons du rêve et de la terreur, on peut se retrouver dans le même univers narratif que dans le roman évoqué ci-dessus, mais la parole est donnée cette fois à l'homme qui gît dans l'inconscience, assisté par une femme avec ici un petit garçon. Comme dans l'autre roman, le sens se déploie très lentement, dans une narration toute en hypothèses et en ellipses, et la trame se clarifie à partir de la moitié du livre ; comme dans l'autre, le style est poétique et les métaphores ont une couleur du lointain – tels les rouge et noir du tapis et la bougie qui se consume et l'alternance entre l'Ici-bas et de l'Au-delà – mais une valeur universelle ; comme dans l'autre encore, c'est cette première moitié qui est la plus séduisante ; mais contrairement à l'autre, la clarification de l'histoire ne porte aucun préjudice au rythme du récit et la chute, très évocatrice, retrouve le même ton (voire presque les mêmes mots) que l'incipit. Dans cet ouvrage aussi, la dimension de la violence politique – il s'agit là de la guerre civile liée à l'instauration de gouvernements philo-soviétiques autour de 1978 – et celle de la domination infligée aux femmes constituent un arrière-plan certes essentiel mais inscrit dans un ensemble symbolique dans lequel la condition humaine la plus fondamentale est prééminente.
S'il y a donc une parenté proche entre ces deux romans sans qu'il y ait répétition, car la perspective des personnages est inversée, je retrouve, encore amplifiés, tous les mérites et tout mon éblouissement éprouvés (et ré-éprouvés) avec Syngué Sabour, sans aucune gêne ni fausse note. Je suis émerveillé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JeanPierreV
  06 avril 2015
Dès le début on se demande un peu où l'auteur veut nous emmener...
Un homme se réveille lentement, halluciné, il l'impression d'avoir été enterré dans une tombe. "Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux . Il fait nuit et je dors. Mais pourtant je pense, comment se fait-il?" . Est il blessé, sort-il du coma, que lui est il arrivé?
Il est né en 1958, il a 21 ans, nous sommes en Afghanistan en 1979, Mohammad Taraki (président du Conseil révolutionnaire) vient d'être assassiné par Hafizullah Amin.....Guerre des clans et terreur!
Puis petit à petit, au fil des pages, l'histoire se met en place par petites touches. L'homme se souvient de soldats qui l'ont forcé à s'agenouiller et tabassé. Dans son réveil il entend des voix qui l'appellent tantôt "Père", tantôt "Frère". Il confond la femme qui l'héberge et sa mère. Ses souvenirs se mettent progressivement en place. Rêves, délires ou réalité?
Le livre est construit avec des petits paragraphes des chapitres courts, et désordonnés, quand le narrateur retrouve sa mémoire par bribes...
Contre tous les usages musulmans il est recueilli par une femme veuve, qui n'est ni sa mère ni son épouse, un "homme fantôme gémissant" est avec elle....Le jeune homme qui se réveille est fasciné par cette femme quand elle remet sa mèche de cheveux derrière l'oreille...Une femme qui va prendre tous les risques pour lui....
Un livre parfois un peu déroutant, un labyrinthe pas toujours facile à suivre, mais pour ma part, je me suis pris au jeu de l'auteur et à son écriture...et je ne le regrette pas
Décidément, Atiq Rahimi me surprend dans chacun de ses livres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
jbicrel
  13 novembre 2011
Voilà, je l'ai fini : Ce roman d'Atiq Rahimi a été publié en 2002, il est traduit du persan et comme dans Terre et cendres, il a pour contexte l'Afghanistan à l'époque de la domination soviétique.
Mille maisons renvoie au labyrinthe dont on ne connaît ici ni l'entrée, ni l'issue : d'emblée, le narrateur s'y trouve perdu, entre réalité terrifiante de l'Afghanistan puis du Pakistan des années 80 et sommeil ou coma, délire, légendes persanes, textes coraniques, brumes artificielles de l'alcool (la vodka afghano-russe) puis du hashish (l'herbe du pauvre au Pakistan), entre vérité et illusion et il entraîne avec lui le lecteur dans les méandres de ce labyrinthe qui tels ceux du tapis dans lequel il voyagera pour fuir la terreur suscitent tantôt la rêverie, tantôt la terreur.
Déjà, le sort des femmes (la mère du narrateur, son hôtesse) est bien illustré, la dimension polémique est déjà là, encore en partie implicite ce qui ne sera plus le cas dans Syngué Sabour, paru en 2008. A nouveau, et c'est ce qui me frappe chez cet auteur, c'est surtout la poésie qui se dégage du récit, les puissantes images dont il frappe l'esprit du lecteur, un jeune homme transformé en vieillard-nourrisson, un tapis qui entrelace en rouge et noir, la nostalgie de la mehmânkhana, de la maison familiale, du foyer et la peur sourde d'un écrasement, d'une violence à peine évoquée et d'autant plus effrayante...
Sur le site de l'éditeur, j'ai retrouvé les premières pages pour donner un aperçu :
http://www.pol-editeur.fr/catalogue/ftp/pdf/5620.pdf
NB : L'auteur lui aussi a fui l'Afghanistan en 1984 pour se réfugier au Pakistan, avant de venir en France. Ce livre n'est pas pour autant une autobiographie bien sûr.
Lien : http://aller-plus-loin.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tom67
  08 novembre 2014
un style à part, une histoire déroutante comme le monde qui est décrit et les personnes qui gravitent.
L'ai je aimé ? je ne sais pas. Mais il ne laisse pas indifférent car je ne l'ai posé qu'une seule fois entre le début et la fin.
Donc je le conseille même si je ne lui met que 3 etoiles.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
micky05micky05   15 juin 2012
Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux . Il fait nuit et je dors. Mais pourtant je pense, comment se fait-il ?
Non, je suis réveillé, seulement mes yeux sont encore fermés. J'étais en train de dormir et dans mon rêve , un enfant a crié "Père !
Quel enfant ? Comment le savoir? Il n'y avait que sa voix. Peut-être était-ce moi enfant, cherchant mon père.

Grand-père disait que, selon Dâmollah Saîd Mostafa, pendant le sommeil, l'âme s'en va ailleurs, et que si jamais tu te réveilles avant qu'elle soit revenue dans ton corps tu te retrouves dans un cauchemar sans fin, livré à la stupeur et à l'effroi, sans voix et sans forces, et ce jusqu'au retour de l'âme.

Non, je ne dors pas. Je suis en proie aux forces de l'Invisible. Les djinns sont venus se poser sur ma poitrine. Grand-Père disait que, selon Dâmollah Saîd Mostafa-dont l'autorité valait au moins dix mollahs-, quand il n'y a pas de Coran dans une pièce, les djinns y font leur nid, et la nuit, pendant que tu dors et que ton âme est partie se promener, ils viennent asaillir ton corps.

Alors, j'ai juré à maman, qu'une nuit, quand tu viendrais dans mes rêves, je t'attraperais et t'empêcherais de repartir.
L'enfant m'a sorti de son rêve. Je suis une créature du songe. Un père imaginaire, un mari imaginaire...A quoi bon lutter pour revenir à la vie ?
J'abandonne Yahya à ses rêveries silencieuses, à sa ville bâtie sur un immense pont qui tourne jour et nuit ; je referme les yeux dans l'espoir de me glisser dans les rêves de quelqu'un d'autre, dans les rêves tourmentés de ma mère.

"Parcours le monde ! ....Quand l'eau stagne, elle devient malsaine. Elle transforme la terre en vase. Sois comme l'eau qui glisse de la main !"

"Tant que ton sommeil ne vaut pas l'éveil, ne dort pas !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
micky05micky05   15 juin 2012
Pourquoi ai-je de telles pensées au sujet de Mahnaz ? pourquoi suis-je incapable d’admettre qu’une femme peut tout à fait secourir un inconnu sans aucune arrière-pensée ? (…)
Pour Mahnaz et son mystère, j’ai livré toute une nuit ma mère à son angoisse dans les quatre murs de notre maison ; j’ai condamné le regard de Parvana à une interminable attente derrière la fenêtre de sa chambre ; j’ai découragé les mains de Farid posées sur la poignée de la porte.
(…)
Le mystère de Mahnaz tient à cette mèche de cheveux qu’elle vient sans cesse cueillir sur son visage pour l’enrouler derrière son oreille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jbicreljbicrel   13 novembre 2011
Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux. Il fait nuit et je dors. Mais pourtant je pense, comment se fait-il ?
Commenter  J’apprécie          30
micky05micky05   15 juin 2012
À aucun moment, je ne m’étais senti aussi proche d’une femme autre que ma mère et Parvana. À aucun moment, je n’avais perçu de si près une vie de femme. Aucune femme ne s’était jamais frayé un chemin au cœur de mes pensées, au cœur de mon existence. L’espace d’une nuit, j’ai partagé avec une femme mille instants d’une vie, comme si une chose essentielle nous avait unis. Cette femme m’a offert son toit. Ma vie est entre ses mains, elle lui appartient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
micky05micky05   15 juin 2012
Sous la charge du tchâdri, folle de chagrin, ma mère a traversé en pleurant les rues de la ville aveugle ; elle est arrivée à la maison. Elle a enroulé dans le tchâdri son chagrin fait larmes et a tendu le tout à la laveuse ; puis elle s’est discrètement éloignée vers la cuisine pour relaver la vaisselle propre. Après le départ de la laveuse, elle va aller chercher le linge sec sur la corde pour le relaver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Atiq Rahimi (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Atiq Rahimi
33EME FÊTE DU LIVRE DE BRON 6—10 MARS 2019 HIPPODROME DE PARILLY + LIEuX PARTENAIRES
Au fil des grands romans, essais, bandes dessinées, recueils poétiques ou livres jeunesse publiés dans l'année, nombreux sont les auteurs qui explorent les liens entre nature et culture, animalité et civilisation, instinct et normes sociales, urbanité et sauvagerie.
De Serge Joncour à Nicolas Mathieu, Prix Goncourt 2018 pour Leurs enfants après eux, en passant par la brillante essayiste Marielle Macé, l'écrivain David Diop ou le grand anthropologue Philippe Descola, cette interrogation sur la part animale se double d'une réflexion profonde sur les enjeux de notre monde contemporain – l'urgence environnementale, la violence sociale, la pauvreté, les migrations – autant de thèmes que la littérature et les sciences humaines permettent d'éclairer et de mettre en perspective.
Mais La Vie Sauvage, c'est aussi la vie vivante, électrique, désobéissante, audacieuse et imaginative, cette part de rêve et de poésie, de subversion et d'invention que les livres continuent de porter envers et contre tout.
La littérature aussi est une forme de vie sauvage !
Avec DOMINIQUE A · NINE ANTICO DIDIER CORNILLE · GAUTHIER DAVID PHILIPPE DESCOLA · DAVID DIOP · FABCARO · JÉRÔME FERRARI · JÉRÉMIE FISCHER · RAPHAËLE FRIER · CLAIRE GARRALON · PIERRE GUYOTAT · SERGE JONCOUR · ANDREÏ KOURKOV · OLIVIA DE LAMBERTERIE · RÉGIS LEJONC · NICOLAS MATHIEU · LAURENT MOREAU · FRANÇOIS MOREL · JEAN-CLAUDE MOURLEVAT · FRANCK PRÉVOT · VÉRONIQUE OVALDÉ · ATIQ RAHIMI · DELPHINE DE VIGAN · ÉRIC VUILLARD · VALÉRIE ZENATTI.
Festival en entrée libre. Programmation complète sur www.fetedulivredebron.com.
Suivez la Fête du Livre de Bron : facebook.com/fetedulivredebron twitter.com/FeteBron instagram.com/fetedulivredebron
Réalisation : François Leconte/Agence Tintamarre ©2019
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature iranienneVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature iranienne (39)
autres livres classés : littérature afghaneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le joueur d'échecs de Stefan Zweig

Contre qui Mirko Czentovic fit-il sa première partie d'échecs ?

Le curé de son village
Le maréchal des logis de son village
Le barbier de son village

15 questions
258 lecteurs ont répondu
Thème : Le Joueur d'échecs de Stefan ZweigCréer un quiz sur ce livre