AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2710378574
Éditeur : La Table ronde (07/01/2016)

Note moyenne : 2.92/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Londres, été 2012. Tandis que les Jeux olympiques se préparent dans l'effervescence, Abel erre à travers la ville, un carton sous le bras. Jeune trader plein d'avenir, père attentionné, il vient de tout perdre. Lizzie, sa compagne, l'a chassé de leur appartement et Firouz, son ami, son mentor, l'a viré de la banque où il l'avait fait embaucher. Échoué dans un hôtel au milieu d'autres laissés-pour-compte, migrants et réfugiés, Abel décide de remettre de l'ordre dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
PhilippeRahmy
  21 février 2016
Nous vivons des temps troublės: Charlie, Bataclan, montée des nationalismes, de l'extrême-droite, du refus et de la haine de l'autre, mise à bas des acquis sociaux, etc, et l'onde de choc de ces turbulences se propage au monde entier. Personne n'est épargné, où qu'il se trouve. le roman témoignant de cette réalité a donc un rôle primordial à jouer, et, peut-être même, est-il investi d'une mission, comme il l'était au 19e siècle, quand l'humanité a été profondément transformée par l'industrialisation. Nous vivons aujourd'hui une mutation aussi profonde, aussi radicale, mais qu'il nous est difficile d'appréhender, de nommer. Tout juste parvenons-nous à articuler la violence avec laquelle cette mutation s'opère.
Dans un tel contexte, que peut le roman, quels sont ses moyens et quel est son but? le but n'a pas changé: plaider en faveur des faibles, donner la parole aux victimes, rétablir, autant que faire se peut, l'injustice sociale, proposer une alternative au triomphe de la force brute dont Simone Weil dit qu'elle est la puissance qui transforme les êtres humains en choses. Quant aux moyens du roman, ils ont subi une profonde transformation. Il ne s'agit plus de nommer une classe, la classe laborieuse, pour lui permettre d'exister sur le devant de la scène. le libéralisme sauvage, le capitalisme financier, malgré les progrès des sciences et techniques, du recul de la famine, malgré l'accroissement de la richesse mondiale globale, ont produit de nouvelles inégalités, creusé de nouveaux fossés entre les humains, nivelant les sociétés, neutralisant les classes et les états, tous soumis à la rapacité des banques et des conglomérats. Les sociétes se sont fragmentées, ravivant les nationalismes, les peurs ont envahi les coeurs et les esprits, peur de l'autre et peur de soi-même. Un tel contexte fragmenté appelle de nouveaux instruments pour être appréhendé au moyen de la littérature. le roman doit désormais produire l'effort de recenser tous ces fragments à la dérive, mais il doit faire davantage: les articuler pour inscrire à nouveau les individus dans la vie.
Comment? La question ne peut être tranchée, mais elle s'inscrit dans l'héritage du siècle précédent, siècle de la grande guerre, puis de la seconde guerre mondiale, de la Shoah, de la destruction systématique de l'être humain. Il va sans dire que la littérature, et, a fortiori le roman, ne se sont pas relevés indemnes d'une telle boucherie. S'il est possible de nommer l'une des plus profondes mutations affectant le roman, ce sera celle signant la fin de l'histoire telle qu'elle se concevait auparavant, autrement dit, une impossibilité de raconter, à laquelle les romanciers sont maintenant confrontés. Il n'est en effet plus possible d'envisager le monde comme un tout à saisir par le langage, car le monde a été brisé, et il ne s'est pas relevé : mort de la vérité sous toutes ses formes, y compris en littérature (du moins telle qu'elle m'importe), fin du pouvoir de raconter quelqu'histoire que ce soit. Les romans ne racontent plus d'histoires, il racontent la malédiction qui frappe les histoires.
Il en découle un nouvel âge, une ère du soupçon, une esthétique du fragment. J'assume et j'embrasse cet héritage, plaidant en faveur d'une littérature morcelée, refusant de produire des textes aproblématiques. le tradition à laquelle je me réfère, dans laquelle je m'inscris, est aussi nourrie par l'esthétique de l'insistance sur le même, par une obsession stylistique, en somme, si chère, par exemple, à Claude Simon, dont les romans déclinent des motifs récurrents produisant des pauses narratives dans le chaos de l'écriture, incapable de recoller les morceaux de son histoire (celle de l'expérience des tranchées).
Obsession sur le même et refus d'un ensemble textuel homogène font loi. En tant qu'écrivain, il m'importe de faire l'inventaire de notre monde brisé, de nos peurs, de nos refus, de produire un ensemble de fragments imparfaitement articulés, pour provoquer chez le lecteur une frustration et un manque, pour lui proposer un texte qui ne vient pas soulager ses propres incohérences, angoisses, errances, voire satisfaire ses quelques espérances. Ce travail est celui des politiciens, des curés, des publicitaires. Je veux faire résonner l'incomplétude du roman dans celle de nos existences quotidiennes, en produisant un cercle vicieux où ces deux sphères se confondent.
Je n'écris pas pour distraire ou pour faire voyager le lecteur. On ne voyage pas dans les livres que j'aime ou que j'écris. On fait l'expérience d'une étrangeté. D'une radicalité. D'une chute. D'une tentative. Voilà ce que peut et doit faire le roman. Se coltiner le monde tel qu'il est.
La même obsédante question se pose: comment? Pour avancer, inscrivons cette question dans un cadre plus large. Quelle était l'invention majeure du roman réaliste? À mon sens, elle concernait la voix d'auteur, si populaire aux siècles précédents, qui s'invitait dans les histoires pour les commenter. le commentaire d'auteur s'amenuisa au profit de l'avènement des personnages. Mais pas n'importe quels personnages: personnages laborieux, marginaux, incarnations de la misère du peuple, des luttes sociales et du désir d'ascension. Les personnages étaient identifiables, assignés à une classe.
La question qui se pose aujourd'hui peut désormais être reformulée: comment faire, une nouvelle fois, muter le roman, autrement dit, comment écrire un roman réaliste de nos jours? La réponse, une fois encore, ne peut être que fragmentaire, frustrante, inaccomplie. Mais cette réponse doit être recherchée avec l'énergie du désespoir pour ne pas laisser le champ libre aux adorateurs du veau d'or du réalisme politique, comme les appelait Camus.
Revenons aux personnages. le roman réaliste ne peut plus s'appuyer sur le motif de la classe sociale. Il n'y a plus de classes clairement identifiables, elles entremêlent aujourd'hui leurs difficultés et leur misère: la société, dans son ensemble, a été décaptitée, toutes classes confondues, par le capitalisme financier. le personnage du roman réaliste contemporain subit cette mutation. Il se trouve catapulté d'une classe dans l'autre.
Ainsi, Abel, mon personnage, est issu d'un milieu modeste, il s'élève à la manière de Rastignac, devient banquier et riche, puis il connaît le chômage, chômage qui ne va pas sans bouleversements familiaux ni sans effondrement nerveux. Ce personnage est "lost in translation", il erre entre plusieurs fragments de vie qu'il a laissées derrière lui, comme autant de peaux de serpent. Il est incapable de se stabiliser, il glisse, il tombe d'une case dans une autre, comme le personnage d'une bande dessinée qui trouerait les zones graphiques, dégringolant la page, sans pouvoir se récupérer. Il tombe. Cette chute, et non pas la psychologie ou les actes du personnage, constitue l'histoire, lui donne corps. La chute du personnage met le texte en mouvement. Chute du présent dans le passé, chute du présent dans le présent, chute d'un contexte dans l'autre, chute d'une isotopie dans l'autre, entre ville et campagne, travail et chômage, misère affective, folie, migration, terrorisme, etc, etc... La translation d'Abel donne mouvement au texte et finit par constituer une "espèce d'histoire", une histoire paradoxale, fragmentaire, dans laquelle il n'y a rien à "deviner", rien à "approfondir", une histoire comme l'histoire de tant d'individus, pleine d'approximations, de blancs et de certitudes passagères.
La chute d'Abel n'est pas expliquée, elle se produit, mais elle est amplifiée par celle des réfugiés qui entourent Abel et qui universalisent sa petite histoire de bouts d'histoires... Il en va de même avec les personnages secondaires. Ils sont fils et filles des personnages de Robert Pinget, il transitent sans vraiment se constituer, ils sont présences de chair, ils forment une résille, une humanité de phrases qui se lient et qui se délient.
J'ajoute, enfin, que, contrairement aux personnages du roman réaliste du 19e siècle, saisis par les textes à la troisième personne, emblématiques de l'individu-marchandise broyé par l'industrialisation, le personnage central d'Allegra s'exprime à la première personne. Jamais, cette subjectivité ne recoupe celle de l'auteur. Il s'agit, au contraire, d'affirmer l'héritage, une fois encore, des guerres mondiales. Ce ne sont pas des personnages qui ont été massacrés, des individus à la troisième personne, des noms et des prénoms, ce sont des sujets incarnés. Abel, la victime, est donc un sujet incarné, mais tout aussi impuissant, livré pieds et poings liés aux rouages qui meuvent l'époque.
Voilà ce qu'est Allegra. Qui est Allegra. Un roman qui se présente sous l'apparence d'une histoire, capable de produire l'illusion d'une destinée, faisant usage de certaines ficelles (suspense, actualité, facilité d'accès, etc) d'une tradition romanesque, d'abord soucieuse d'efficacité, et nourrissant une certaine attente chez la lectrice et le lecteur. Mais le coeur profond de mon texte est avant tout littéraire. Il cherche désespérément à concilier l'impossibilité de raconter une histoire, cette fin des certitudes, telle que la définissait Prigogine, avec la nécessité de témoigner, d'articuler, malgré tout, une histoire. Voilà mon seul impératif. Produire l'équation, pour part incompréhensible, même pour moi, témoignant de mon temps, un temps à la fois ramassé sur une tête d'épingle et dilaté à dimension de l'univers, une équation de phrases qui s'appelle "roman", contre laquelle se cogne aussi bien celui qui écrit que celui qui lit, se cogne et grogne, mais trouve aussi de la chaleur dans la froide nuit du langage, et dans la folie de chaque jour.
Lien : http://www.rahmyfiction.net
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
motspourmots
  18 février 2016
D'une écriture agréable, Philippe Rahmy nous entraîne sur les pas d'Abel dans les rues d'un Londres écrasé de chaleur, à quelques semaines des Jeux Olympiques (2012). Abel est tourmenté, sur le fil. Il s'est disputé avec Lizzie sa compagne, son ami et patron, le mystérieux Firouz, le poursuit et lui, Abel ne semble plus très bien savoir où il en est. Petit à petit, sa personnalité et son passé se dévoilent. Une enfance française auprès de parents venus d'Algérie comme tant d'autres, des études brillantes de mathématiques et un job prestigieux dans la finance, à Londres... Alors, comment en est-il arrivé là ? Sur le point de tout perdre, il devient une proie facile pour ceux qui s'appuient sur les faiblesses des uns pour les transformer en armes de destruction massive. Va t-il céder ?
L'auteur mène plutôt bien son intrigue pendant une bonne moitié du livre, réussissant à accroître l'intérêt du lecteur pour le personnage d'Abel et ses mystères. Par contre, la seconde partie est un peu moins convaincante (j'ai deviné très vite le fin mot de l'histoire). Il n'en reste pas moins une agréable impression de qualité, une lecture fluide et une question qui n'a pas fini d'être débattue : jusqu'où peut mener le sentiment de culpabilité ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ticafouillou
  18 février 2016
Je commence cette chronique en adressant mes remerciements à BABELIO et aux Editions de LA TABLE RONDE pour m'avoir adressé ce livre dans le cadre de l'opération Masses Critiques.
Ce roman se déroule dans le LONDRES de l'été 2012, juste avant le début des Jeux Olympiques. Il met en scène un couple, Abel et Lizzie, tout jeunes parents d'une petite Allegra et dont les relations ne cessent de se dégrader depuis la naissance de leur fille. On sent très vite qu'au-dessus d'eux, outre la canicule de cet eté-là qui rend les tensions électriques, plane aussi l'ombre inquiétante d'un certain Firouz; c'est à lui qu'Abel doit sa carrière de trader et on comprend qu'il lui est redevable de bien plus que ça. Un jour, au cours d'une dispute, Lizzie a le mot de trop et Abel le geste de trop; la jeune femme le chasse de l'appartement et lui refuse tout contact avec sa fille. Dans le même temps, Firouz le vire de la banque dans laquelle il l'a fait entrer. Abel se retrouve dans un hôtel miteux qui abrite des migrants et bascule dans un projet qui pourrait bien lui être funeste.
A lire ce résumé, on se rend compte que Philippe RAHMY avait tous les ingrédients pour une histoire intéressante. Mais en ce qui me concerne la sauce n'a pas pris. L'histoire est décousue, donnant l'impression d'un récit confus où on a souvent le sentiment de ne pas avoir les clés pour comprendre ce qui n'est que sous-entendu, effleuré dans le roman. le personnage de Firouz manque de consistance alors qu'on le devine déterminant dans l'effondrement de la vie d'Abel et dans le projet dans lequel celui-ci va s'investir. Il en est d'ailleurs de même de ce projet, qui tombe un peu "comme un cheveu sur la soupe", sans qu'on comprenne comment et pourquoi Abel en arrive à de telles extrémités. La fin est surprenante et démontre qu'il y avait vraiment "matière à " dans ce roman, mais là encore je dirais que justement la conclusion du récit est peut-être trop surprenante, pas assez amenée, trop brutalement assénée.
Dommage...En réalité, j'en aurais voulu plus, j'aurais voulu que Philippe RAHMY prenne davantage son temps pour nous parler d'Abel et de ses complexités. le roman aurait gagné à croiser les lignes plutôt que de les dérouler de manière parallèle.

Lien : http://cousineslectures.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Avisenfolie
  08 février 2016
Je remercie tout d'abord Babelio puisque c'est grâce à la masscritique que j'ai eu ce livre et donc les Editions La table ronde de me l'avoir envoyé.
En premier lieu, j'ai été enchantée de l'objet en lui même, le livre est de bonne qualité avec une couverture "enrobée" de papier photo (d'habitude c'est du papier tout simple qui se déchire...) donc déjà, d'un point de vue pratique, ce livre à été très agréable à lire.
Ensuite, lorsque j'ai commencé ma lecture, j'admets que je n'ai pas trop bien compris... Au chapitre 4 j'avais la sensation que le personnage principal était aussi paumé que moi... Ca m'a rassurée et même amusée...
A la fin du 5ème chapitre, j'avais envie de connaître la suite mais je devais vraiment interrompre ma lecture...
Je l'ai donc reprise le lendemain soir, et là, je l'ai fini d'une traite.
Je ne m'attendais vraiment pas à ce genre de livre, le sujet traité est en réalité très délicat, surtout en ce moment... Je n'en dirais pas plus Parce que je ne veux pas spoiler... Mais vraiment, c'est un ouvrage que je conseillerai à beaucoup de monde.
Vraiment, j'aimerais pouvoir dire quelque mots sur l'histoire mais je préfère que vous la découvriez vous même parce que j'avais vraiment pas vu venir cette histoire :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
saindon
  12 mai 2016
La citation en exergue provient du roman Robinson Crusoe de Daniel Defoe. D'entrée de jeu, elle nous annonce le sujet de ce nouveau roman: comment le mal que nous cherchons le plus à éviter devient le seul moyen de sortir de l'affliction qui nous dérange.
ALLEGRO est un roman de réalisme psychologique qui met en scène un fils d'immigrant arabe, Abel, qui « ne parle pas la langue de (ses) parents » et « qui ne porte pas le poids de leurs traditions », un homme intelligent avec une bonne éducation, un bon travail, un homme avec une famille, une femme, un enfant, et qui se voit entrainé dans un chemin qui semble inéluctable.
Ce livre ne répondra pas à toutes les réponses du pourquoi de tous les événements que l'on peut associer à l'histoire de ce livre sauf que sa lecture rend compte de la complexité du phénomène.
L'écriture est coulante et procure une facilité de lecture qui est plaisante sans être trop recherchée. J'aurais préféré une écriture plus littéraire, plus animée au niveau de la construction des phrases.
Au final, Philippe Rahmy fait un portrait de notre époque avec ses machinations infernales et pernicieuses. La motivation de Firouz surprend et désole autant qu'elle apparait aussi inéluctable que celle de Abel.
C'est un roman à lire pour nous aider à mieux saisir la complexité d'une des questions les plus importantes de notre temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
nadejdanadejda   16 février 2018
Épigraphe
Que de fois n'arrive-t-il pas, dans le cours de notre vie, que le mal que nous cherchons le plus à éviter, et qui nous paraît le plus terrible quand nous y sommes tombés, soit la porte de notre délivrance, l'unique moyen de sortie de notre affliction !
Daniel Defoe, Robinson Crusoé
Commenter  J’apprécie          230
ILLEILLE   20 janvier 2016
Notre nom,Iflissen,n'attire pas l'attention.On le croit scandinave.Mes parents se sont entendus sur mon prénom,Abel,un personnage de la Genèse et du Coran.Ce prénom ratissait large.J'étais paré pour affronter la France.
Commenter  J’apprécie          70
photomum01photomum01   05 mai 2017
Je termine ma bière. Je tire une fiole de Jägermeister de ma poche. Je me sens triste. Chaque fois que j'interroge cette tristesse, la peur me prend. La peur est l'unique enfant de mon cerveau. Sans prévenir, cet enfant se réveille et se met à crier. Il crie toujours plus fort, puis il se tait, et ce silence est pire que les cris. Alors je bois. Chaque jour un peu plus.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Philippe Rahmy (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Rahmy
Philippe Rahmy - Béton armé .Philippe Rahmy vous présente son ouvrage "Béton armé". Parution le 5 septembre 2013 aux éditions La Table Ronde. Notes de Musique : The Rough Guide to the music of China - 1 Shanghai Xiao Jie (Miss Shanghai)
autres livres classés : londresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
294 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre