AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782918059240
123 pages
Éditeur : Libertalia (20/11/2012)
4.67/5   3 notes
Résumé :
L'AVENTURE DU BULLETIN " QUE FAIT LA POLICE " ? 1994-2012
Dans un pays où la police parle plus de ses droits que de ces devoirs , quel espace de liberté peut bien subsister pour les citoyens ? Ces droits revendiqués par les policiers ne peuvent signifier , parallèlement , le renoncement à la critique quant à la qualité de leurs activités . Lorsque la parole du policier ne peut être réfutée , c'est toute la liberté d'expression qui se trouve mise en cause .... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Hardiviller
  23 mai 2016
Depuis les premières grandes manifestations contre " le mariage pour tous " les plus énervés des supporters de Frijide Barjot , excités par les grands esprits de L'UMP , n'ont cessé de se heurter à la police . Tous se plaignant ensuite d'avoir été arrosé de ces gaz lacrymogènes qui leur paraissait naturel de faire utiliser par la police contre les manifestations ouvrières . Aussi bien le 18 avril que dans les démonstrations suivantes , jusqu'au 26 mai 2013 , les nervis de l'extrême droite sont réapparus au grand jour , multipliant les provocations , cherchant l'affrontement avec les forces de l'ordre qui , de leur coté , limitaient leurs ripostes brutales au strict minimum . Dans les premiers jours de mai 2013 , étonnés d'avoir été un peu chahutés par les gendarmes mobiles et les CRS , ces nostalgiques de Vichy et de l'Ordre nouveau publiaient un étonnant courriel anonyme , reproduit dans le Monde du 6 mai 2013 : " flicaille gauchiste , bien dans ses rangers , bonne conscience comme les boches des années 1940 , gavés de Juifs . Nous n'aurons pas la mémoire courte lorsque nous reprendrons le pouvoir ! " . Nous retrouvons dans ce propos curieusement anti-flic , la haine exprimée d'une extrême droite retrouvée contre la démocratie , mêlée au ressentiment , de ceux qui , hier encore , commandaient aux matraqueurs , mais se retrouvent aujourd'hui dans la triste situation de l'arroseur arrosé - d'où leur ressentiment . Curieusement , au côtés des petits salauds , héritiers du GUD et peut-être zélateurs du Bloc identitaire , une voix de connaisseur se faisait entendre , celle de Claude Guéant , ancien ministre de l'intérieur , critiquant vivement l'intervention policière contre les nouveau croisés de l'ordre social : J'ai personnellement vu des gestes de violence de la part des forces de l'ordre qui étaient inacceptables ... la situation ne justifiait en rien l'utilisation des gaz ! ( Propos exprimés par un expert ...)
A pas de Guéant vers la paille humide des cachots ?

Un an après avoir quitté le ministère de l'intérieur , Claude Guéant se retrouve au coeur d'une mauvaise affaire financière . Blanchiment d'argent ? Peut-être . Transaction pour le compte du candidat Sarkozy aux élections présidentielles , qui manquait sans doute de menue monnaie au printemps 2007 ? Son patron a été battu le 6 mai 2012 , lui-même étant balayé aux élections législatives du mois de juin suivant . Faute de mieux , l'ancien premier flic de France ouvrait un cabinet d'avocat . Question nécessaire : l'expression " avoir le sens de l'honneur " a-t-elle un sens pour certains hommes de pouvoir ? Peut-on dire que ceux-là se battent pour défendre ce qu'ils n'ont pas , ou ce qu'ils n'ont plus : cet honneur censé leur servir de bouclier . Au terme d'une carrière bien remplie , l'ancien préfet , issu de l'ENA , Allait devenir patron de la police nationale puis directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy , ministre de l'intérieur en 2002 . Déjà , il devait avoir le sentiment d'avoir réussi sa carrière et de mériter les honneurs . Il suivra son mentor à l'Elysée , lorsque celui-ci accédera à la présidence de la république , en mai 2007 . Viendra le temps où il succédera à Brice Hortefeux au ministère de l'intérieur . A ce poste , Claude Guéant affichera tranquillement sa xénophobie , puisque c'était dans l'air du temps . Particulièrement haineux envers les Roms et les Comoriens , les maghrébins et tous ceux qui ont l'audace d'afficher une couleur de peau pas très claire . Durant plus d'une année , il sera l'exécuteur des basses oeuvres d'une clique politique qui pour capter les suffrages des électeurs du Front National , n'hésitera plus à faire de la surenchère au programme de la famille le Pen , allant même chasser sur les terres de l'extrême droite radicale . Dans le même temps , peu soucieux de respecter les sources des journalistes , le ministre de l'intérieur n'hésitera pas à s'intéresser de trop près à ces confrères du Monde , lesquels risquaient de dévoiler au grand jour les abus de faiblesse , peut-être exercés par son mentor sur la patronne du groupe L'Oréal . Cet homme , dépositaire d'un immense pouvoir , aussi bien à la tête de la police que dans les couloirs de l'Elysée , était également le monsieur Afrique de Sarkozy . Peut-être n'avait-il pas le physique de l'emploi . le 17 septembre 2011 , au dessous de son portrait , le quotidien Libération publiait une énorme méchanceté sur son compte . Extraits : " Guéant , le Mazarin de la Sarkozie pourrissante , l'araignée politique tissant la toile des réseaux occultes , le calculateur implacable , organisant tous les dérapages , tout en continuant d'indiquer au GPS la voie droite d'une République irréprochable .
Dans le genre vie morne , il faudra repasser .C'est plutôt du James Bond immobile avec imbroglio , valise , mensonges , coups tordus et , au milieu le masque impénétrable du docteur Guéant , l'homme machination . le feuilleton ne fait que commencer " . En cette fin d'été 2011 , l'homme lige de Sarkozy était habillé pour le dernier hiver qu'il devait passer place Beauvau . La photo surmontant cette algarade peu amène laissait apparaître un renard glacé , derrière ses fines lunettes d'inquisiteur . Un mauvais regard , comme celui que présente l'avocat général d'un procès où l'accusé est condamné d'avance , selon son intime conviction . C'est à cette époque que dans " Que fait la police ? " nous avions débuté une série d'acrostiches , précédant Libération d'une quinzaine de jours dans la volonté de montrer le vrai visage de Claude Guéant :
Calme en apparence
Libéral forcené
Authentique Sarkozyste
Uniforme bleu dans la tète
Déterminé à sévir
En vue de 2012
Gardien
Utile
Et sécuritaire vigilant
Acharné de la traque et de la trique
Nestor Burma de l'identité nationale
Tyran des sans papiers .
........... Maurice Rajsfus .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
olivierpla
  30 juin 2020
Petit opuscule dans lequel Maurice Rajsfus nous raconte d'où est venu cet Observatoire des Libertés Publiques, et l'édition de son bulletin mensuel "Que fait la Police?" de 1994 à 2012. Un travail repris depuis quelques mois par David Dufresnes. A présent on peut se rendre compte que cet usage de la force publique durant tant d'années par les différents Gouvernements a donné aux forces de l'ordre (si mal nommées) une telle latitude à verser dans la violence pour réprimer de plus en plus violemment tous ceux qui s'opposent à quelques décisions que ce soient, voire simplement parce qu'ils sont là, qu'ils habitent là, qu'ils passent par là, qu'ils soient racisés/es, pauvres, jeunes... Nous sommes prévenus !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
HardivillerHardiviller   11 juillet 2017
Extraits d'entretiens avec l'auteur :
- Tu es un historien contesté par le système ?
- Bien sûr , parce que je ne suis pas issu de l'institution des historiens , et pour leur faire un pied de nez ( j'ai quitté le collège à 14 ans ) en 1992 , j'ai passé un doctorat d'état de sociologie .
- Tu as été parmi les premiers à travailler sur la police de Vichy ?
- J'ai été le premier . Mon premier papier sur ce thème a été publié dans " Le Monde " le 9 juillet 1982 . Il était intitulé " 40 ans après , je n'ai pas oublié " . C'était la première fois que la presse française publiait un papier sur le rôle de la police sous l'occupation . Avant , c'était tabou .
- Quant à la police actuelle ?
- On a pas tiré les leçons de l'histoire . Il n'y a jamais eu de procès de l'institution policière pour son rôle sous l'occupation . Ce qui a permis à De Gaule , 6 semaines après la libération de Paris , de décorer la police de la fourragère rouge , pour avoir pris la préfecture de Paris le 19 août 1944 , à la 25 ème heure .
- Et aujourd'hui ?
- Le policier de 2006 , il n'en à rien à faire de savoir ce que devient la personne qu'il arrête , pas plus qu'en 42/43 pendant les rafles . Il y a une différence notable quand même , qui est très importante à mon avis : c'est qu'à l'époque le policier était un pauvre type qui n'avait que le certificat d'études et qui ne voyait pas plus loin que le bout de son nez , et qui réprimait l'étranger parce que dans la police , on aime pas les étrangers .
Il faisait 15 jours d'école de police . Maintenant , on entre dans la police avec un niveau bac , on fait un an d'école de police , et on est censé , en sortant , n'être ni raciste , ni brutal , ni sexiste .... Quand les flics nous ont raflé en 1942 , ils ont été violents , ils ont été ignobles , mais ils ne nous ont pas traité de sales juifs . Quand ils traquent les mômes dans les banlieues maintenant , ils les traitent de sales bougnoules . Çà veut dire que qualitativement parlant , ça ne s'est pas arrangé .
- Quel regard tu portes sur la société quand tu observes les 30 dernières années ?
- J'essaie de mettre des lunettes grossissantes pour voir comment ça se passe . Ce n'est pas rassurant , il y a de moins en moins de projets collectifs . Chacun se replie sur son petit pré carré . Avant de songer à faire la révolution , il faudrait réveiller les vieilles solidarités , ça serait déjà un premier pas très important .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
HardivillerHardiviller   20 avril 2019
" Dans un pays où la police parle bien plus de ses droits que de ses devoirs , quel espace de liberté peut bien subsister pour ses citoyens ? Ces droits revendiqués par les policiers , ne peuvent que signifier , parallèlement , le renoncement à la critique quant à la qualité de leurs activités . Lorsque la parole du policier ne peut être réfutée , c'est toute la liberté d'expression qui se trouve mise en cause . Il est nécessaire que des témoins ou des observateurs se fassent entendre . C'est le rôle qu'a tenté de jouer , depuis le printemps 1994 , l'observatoire des libertés publiques et son bulletin mensuel " Que fait la police ? "
Avons-nous réussi à décrire les aspects malfaisants de la police et à sensibiliser les esprits ? Peut-être pour une minorité . Sans doute pas pour le plus grand nombre . Est-ce une raison pour renoncer ? Sans doute pas ! "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Maurice Rajsfus (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Rajsfus
Vidéo de Maurice Rajsfus
autres livres classés : maintien de l'ordreVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2188 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre