AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2918767786
Éditeur : Asphalte (05/04/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Le jour de ses vingt-trois ans, Roland Tarpenbek se décide à signaler à la police la disparition de sa mère, Christiane, avec qui il est en froid. Cette institutrice d'une quarantaine d'années n'a plus donné signe de vie depuis des semaines, après avoir fait la une de la presse à scandales pour avoir insulté une de ses élèves, réfugiée somalienne. Mais Roland ne parvient pas à croire à cette histoire : certes, sa mère est fantasque et peu sociable, mais adresser des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
LettresItBe
  15 mai 2018
Après avoir tenu des propos jugés racistes dans la classe où elle enseigne à l'encontre d'une jeune élève d'origine somalienne, Christiane Tarbenbek, hambourgeoise quarantenaire somme toute banale, fait le voeu de disparaître des écrans radars. C'est, en quelques mots très brefs, le point de départ de Hôtel Jasmin, ce nouveau roman de Jasmin Ramadan, auteure allemande d'origine égyptienne, son quatrième roman et le premier à paraître dans l'Hexagone. Lettres it be vous en dit plus sur ce roman surprenant, original à bien des endroits et qui ne manque pas de rappeler d'autres choses.

# La bande-annonce

Christiane Tarbenbek, la quarantaine, est institutrice à Hambourg. Elle n'a plus donné signe de vie depuis des semaines, après avoir fait la une de la presse à scandales pour avoir insulté une de ses élèves, réfugiée somalienne. Son fils Roland, en froid avec elle depuis qu'il a pris son indépendance, refuse néanmoins de croire à cette histoire. Certes, sa mère est fantasque et peu sociable, mais adresser des injures racistes à une enfant ? Difficile à avaler. Il fait donc appel à une détective privée qui, armée de son dictaphone, va interroger chacun des proches de la disparue. Peu à peu, les pièces du puzzle s'assemblent… Qui est réellement Christiane ? Qui la connaît vraiment ? Et que s'est-il passé dans sa salle de classe ?

Roman délicieusement loufoque, Hôtel Jasmin nous conduit de Hambourg au Caire, sur les traces d'une femme qui veut fuir sa vie.

# L'avis de Lettres it be

Un magnétophone pour enregistrer sur de petites cassettes les témoignages de plusieurs personnages ce qui n'est pas sans rappeler la série à succès 13 reasons why, la disparition volontaire et farfelue d'un personnage que la société rejette d'un jour à l'autre qui fait penser à quelques endroits au célèbre Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson ou plus récemment au dernier roman d'Arto Paasilinna Un éléphant, ça danse énormément, une relation mère-fils conflictuelle… Les thématiques et références semblent nombreuses dans ce tout premier roman de Jasmin Ramadan publié en France. Des références comme autant de points d'attache dans un roman captivant mais qui, parfois, semble se perdre dans des réflexions peut-être trop nombreuses et qui peinent à aboutir. le traitement du racisme dans nos sociétés, l'emballement médiatique expéditif, les relations familiales complexes, la question de l'identité, le rapport à la vérité dans les témoignages… Sur le fond, tout n'est pas indigeste mais reste compliqué à assimiler pour saisir l'ensemble des messages du livre. Une petite déception.

Sur la forme, on retrouve une certaine richesse tout de même : la fuite en avant, la volonté de disparaître d'une société qui évolue trop vite sur les questions qui la secouent, la confrontation de nombreux témoignages pour construire la trame de tout un roman, les disgressions fantasques de quelques personnages… Dans son nouveau livre, Jasmin Ramadan n'hésite pas à proposer un bric-à-brac des originalités littéraires du moment. le résultat est plutôt satisfaisant : même si l'on se prend parfois les pieds dans le tapis à trop se poser la question de savoir où tout cela nous mène finalement, Hôtel Jasmin réussit à convaincre et soulève quelques interrogations finales plutôt intéressantes. Une lecture à découvrir et une auteure dont on devrait peut-être reparler dans les années à venir.

Retrouvez la chronique en ligne sur Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Brize
  21 avril 2018
Christiane Tarpenbeck a disparu. La quarantaine, institutrice, elle a défrayé la chronique pour avoir tenu, en classe, des propos racistes à l'égard d'une jeune Somalienne. Mais qu'en est-il exactement ? Certes, Christiane était spéciale, au point que Roland, son fils de 23 ans, souhaitait la voir définitivement sortir de son propre paysage. Pourtant, l'image que les média donnent d'elle ne correspond pas à ce qu'il connaît de sa mère.
Son absence l'inquiète et il fait appel à une détective, Laila Voss. Sa technique d'investigation ? A chacun de ceux qui, de près ou de loin, ont connu Christiane, elle laisse un magnétophone à cassettes et lui demande d'enregistrer tout ce qu'il a à dire à ce sujet. S'ensuivent des témoignages divers, qui en révèlent autant sur les individus s'exprimant que sur Christiane, jusqu'à ce que le projecteur se braque directement sur elle …
– J'ai une préférence pour les histoires fragmentaires. Et surréalistes.
– Pourquoi cela ?
– Parce qu'elles laissent de la place à l'imagination.
– Mais les gens n'ont pas tous assez d'imagination.
– J'envie ceux qui en ont peu.
– Et pourquoi ?
– Parce qu'ils ont moins peur.
Cet extrait du dialogue entre Roland et Laila Voss (c'est Roland qui parle en premier, après que Laila lui a expliqué qu'elle se fait fort de retracer la chronologie des événements concernant Christiane) donne une idée de la tonalité du roman, où la réalité est toujours un peu décalée. le policier Edgar Lehmstedt rêve d'Arizona, dessine des cactus à longueur de temps et souffre d'une boursouflure à l'orteil (boursouflure aussi chez Christiane, mais pas au même orteil et elle disparaît dès qu'elle se retrouve face à un médecin, c'est « l'effet blouse blanche », explique-t-elle). Chez Roland, « tout [est] flasque, insaisissable ou absent ». Lerke, la soi-disant meilleure amie de Christiane, auteure de romans à l'eau de rose, vit à des années-lumières d'elle et avoue avoir toujours considéré son excentricité comme un fardeau. Christiane, quant à elle, fumeuse acharnée à l'alimentation surprenante (du pâté de tête au petit-déjeuner), affronte son principal et paradoxal problème : « que peut-on faire quand on se sent seul mais qu'en même temps, on redoute les gens ? ». Elle perd pied lorsqu'elle se retrouve en vacances, fait un rêve récurrent où elle est un générateur de hasard et sent une bizarre odeur de moisissure envahir son appartement, tandis que son voisin, qui la harcèle, s'acharne à concocter des moutardes aux recettes improbables.
Le roman fourmille de notations et de situations qui révèlent, sur un mode tragicomique, ces étranges étrangers que les uns sont pour les autres et parfois pour eux-mêmes, quand ils peinent à se cerner. Au travers de ces histoires particulières, dont celle de Christiane, toute atypique qu'elle soit, on a un aperçu en mode kaléidoscopique de la société allemande actuelle, où même les petites filles modèles ne sont plus ce qu'elles étaient.
« Hôtel Jasmin », fiction originale à l'écriture immersive et au dénouement bluffant, nous plonge dans un entrelacs d'existences chaotiques dont on n'a aucune envie de s'extirper : une réussite !

Lien : https://surmesbrizees.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Scipion95
  19 octobre 2018
Tout d'abord, merci à Babelio de m'avoir offert ce livre dans le cadre de la dernière campagne de "Masse Critique".
Ce fut la découverte d'une auteure dont je n'avais pas entendu parler, Allemande de père Égyptien. Si au travers de ce roman elle était un peu à la recherche de ses racines, il faut s'attendre à d'autres essais...qui espérons le seront tout aussi loufoques.
Tout part d'un fait banal. Christiane, une institutrice reconnue pour ses compétences, mais considérée par tous comme asociale est accusée d'un agissement raciste à l'encontre d'une jeune réfugiée Somalienne. En est-elle coupable réellement? En tous cas elle refuse toutes excuses et toute explication conduisant ainsi à son exclusion. Rejetée par son fils marginal né de père inconnu lorsqu'elle était très jeune, il lui manque puisque c'était à peu près son seul lien social. Plus de contact avec sa famille , des relations professionnelles au couteau, elle ne supporte plus la superficialité de sa seule amie d'enfance .... dont le mari ne la supporte pas. Elle ne supporte pas non plus son voisin, lui même rejeté professionnellement, qui la drague lourdement. Comment sortir de cette vie où seuls les cigarettes et l'alcool parfois accompagnent sa triste vie ?
Lorsqu'elle disparaît , son fils inquiet entreprend de lancer des recherches en s'adressant à une détective pour le moins atypique se contentant de confier un magnétophone à tous ceux que Christiane a connue. Après cette multitude de témoignages de personnages divers , sorte d'analyse de la société allemande en cette époque controversée sur l'émigration, on n'entend plus parler de l'enquêtrice. Cependant on retrouve Christiane qui de manière pour le moins incongrue a pris l'avion pour la première fois de sa vie. Nouvelles rencontres, nouvelle asociabilité mais rencontres plus profondes aussi. Pour l'emmener où en fin de compte ...?
Un roman loufoque certainement, un personnage ni attachant ni antipathique dont on se demande où il va nous mener, tout comme cette enquête d'ailleurs, mais qui pose néanmoins de vraies questions existentielles au travers de tous les personnages rencontrés.Une lecture très plaisante.
Merci Babelio/Masse Critique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
marionf
  03 décembre 2018
Par une froide journée de décembre Roland, jeune Allemand, se rend au poste de police pour signaler la disparition de sa mère, Christiane. Il faut dire qu'il a de quoi s'inquiéter. Peu liée socialement et n'ayant plus aucun contact avec lui, Christiane a fait la une de tout les médias nationaux et est devenue aux yeux de tous un monstre de racisme. A tort ou à raison car elle n'a jamais eu l'occasion de s'exprimer sur l'incident d'une grande violence. Depuis qu'elle a fait le beurre de toute la presse à scandale plus personne n'a de nouvelles d'elle, son appartement n'est plus habité.
Face à l'inintérêt, en surface, de l'agent de police et son manque d'écoute Roland se tourne vers Madame VOSS, une détective privée aux méthodes peu académiques (quoique je n'ai jamais fait appel à un détective privé). L'enquête débute avec un simple dictaphone où chacun de ceux qui côtoyaient Christiane vont enregistrer leurs ressentis, leurs histoires passées avec elle.
Viendra ensuite la version des faits de Christiane et surtout ses choix qui l'ont amenée à quitter le calme de Hambourg pour l'effervescence du Caire où elle aspire à un anonymat total.
HÔTEL JASMIN a, sur le papier, tout pour plaire, une intrigue complexe, peu probable, mais prometteuse.
Si j'avais été à la place des personnages, me retrouvant face à un dictaphone auquel je dois raconter l'un de mes proches je doute de tant me livrer et tant en livrer sur le disparu. J'étais curieuse de découvrir comment Jasmin Ramadan allait rendre ces monologues probables et suffisamment pertinents pour faire avancer l'enquête.
L'écriture est fluide, l'idée bonne, mais malheureusement je n'ai pas accroché et aurai abandonné ma lecture aux 100 premiers pages s'il ne s'était pas agit d'un partenariat. Beaucoup de questions sont posées, de pistes ouvertes, de personnages interrogés, mais njxcdj_uèv ..0 +6-66666985+mùùùùù+ 9ercc' - saluons la contribution de FRANCOIS à cette chronique - trop peu sont exploités, on en vient à se demander pourquoi tant d'interventions et tant de points laissés en suspens.
Malheureusement je ne peux pas vous conseiller de mettre HÔTEL JASMIN de Jasmine Ramadan sous le sapin mais serai ravie de lire vos avis sur ce récit surtout s'ils sont positifs.

○ Remerciements au site internet BABELIO et aux éditions Asphalte qui m'ont permis de découvrir HÔTEL JASMIN. ○
Lien : https://troisiemesansascense..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mina94
  28 octobre 2018
Roman très moyen qui ne tient pas ses promesses. Il démarre bien, pas sur les chapeaux de roue mais pose les personnages et on se plaît à imaginer une enquête un brin déjantée puisque Madame la détective est bizarre. Il est souvent question de bizarreries dans ce livre, ce qui n'est pas pour me déplaire mais -- hélas ! -- j'ai eu l'impression que l'auteur se forçait à caser des éléments d'étrangeté pour suivre une mode ou mériter une quatrième de couverture qui mentionne le mot "loufoque", totalement usurpé à mon sens.
Le résultat est décevant; ça part dans tous les sens, la toute fin est ultra prévisible et l'écriture laborieuse.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   10 avril 2018
VADE-MECUM DE LA DÉCLARATION SPONTANÉE AFFÉRENTE A UNE INVESTIGATION PRIVÉE
Affaire : Christiane Tarpenbek
Veuillez vous exprimer sans réserve. Ne nous autocensurez pas. Ne vous demandez pas si vos propos sont pertinents et ne cherchez pas à les formuler de façon élégante.
Merci d’éviter les sous-entendus.
Si cela peut avoir un effet positif sur votre concentration, plongez la pièce dans le noir ou fermez les yeux.
Je ne vous demande rien de moins que votre vérité. Mon travail n’est possible qu’à cette seule condition.
L’ordre des questions ci-dessous n’est qu’indicatif, il n’est cependant pas dû au hasard et peut-être utile, à titre d’inspiration.
Aucune question n’est obligatoire : rien ne vous force à y répondre. La décision vous appartient. Bien sûr, ce que vous passerez sous silence sera également pris en compte et intégré à l’analyse.
Mettez-vous à l’aise avant d’appuyer sur la touche d’enregistrement.
Commencez par indiquer votre nom et tout détail caractéristique que vous jugerez bon d’ajouter.
Parlez de vous. Comment vous sentez-vous ? À quoi pensez-vous présentement ? Qu’est-ce qui vous a spécialement préoccupé, ému, réjoui, attristé, désespéré ou mis en colère, ces derniers temps ?
Qu’avez-vous à dire sur Christiane Tarpenbek ?
Qu’avez-vous à dire sur la disparition de Christiane Tarpenbek ?
Pouvez-vous vous expliquer ce qui s’est passé ?
Je me soumets de mon propre chef à une obligation de discrétion. Une fois l’affaire résolue, tous les enregistrements seront effacés.
Dans l’éventualité où je vous aurais fait parvenir ce magnétophone, merci de bien vouloir me le renvoyer en recommandé sitôt votre enregistrement terminé. Une enveloppe affranchie est jointe à cet effet. Les frais sont pris en charge par le client, en l’occurrence : Roland Tarpenbek.
En vous remerciant de votre coopération.
Bien à vous,
Laila Voss
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2Charybde2   10 avril 2018
Le jour de son vingt-troisième anniversaire, en fin d’après-midi, Roland Tarpenbek décida d’aller signaler la disparition de sa mère.
Dans la nuit, une idée obsédante avait envahi ses pensées, s’était ensuite propagée dans son sommeil et se révélait à présent bien plus fraîche et dispose que lui-même. Et cette fois, il ne s’agissait pas d’un chagrin d’amour. Mort de fatigue, Roland avait mal à la tête, et chaque fois qu’il fermait les yeux, des images étourdissantes se mettaient à clignoter derrière ses paupières comme des néons publicitaires. Il se mit sur le ventre, les mains croisées sous le menton, et contempla une petite araignée dodue qui pendouillait de sa lampe de chevet cassée. À l’idée qu’il pourrait l’écrabouiller entre deux doigts, il se sentit comme l’un de ces gamins cruels qu’il avait toujours redoutés. Alors qu’il n’avait que sept ans, il se demandait déjà ce qui pouvait bien les pousser à anéantir de pauvres créatures vivantes. Yolanthe disait toujours qu’analyser systématiquement les choses était aussi dingue que de vouloir marcher sur des échasses sans s’y être entraîné, et il croyait toujours ce que disait Yolanthe, parce qu’il l’aimait, même si ce n’était pas réciproque.
À l’extérieur de la chambre, il entendait Yolanthe qui discutait au téléphone et commençait à hausser le ton. Elle n’arrêtait pas de faire les cent pas, bien que le plancher craque et qu’elle sache parfaitement qu’il avait du sommeil en retard.
« N’essaie pas de me baratiner ! s’écria-t-elle. Le hasard n’a rien à voir là-dedans, c’était de la provocation ! »
La veille, ils avaient fêté l’anniversaire de Roland jusqu’au petit matin, suite à quoi Yolanthe s’était contentée d’à peine deux heures de sommeil, ce qui n’avait rien d’inhabituel chez elle. Même quand elle n’avait pas dormi pendant plusieurs jours d’affilée, elle restait de bonne humeur à siffloter sur son échelle en travaillant sur ses sculptures. Jusque tard dans la soirée, fraîche comme une rose.
Le jeûne, les cures détox au vinaigre, les orgies, les excès d’alcool et de tabac : rien ne l’attaquait outre mesure. Qu’elle perde ou prenne du poids, elle n’en faisait jamais toute une affaire. Elle finirait par tomber raide morte sans prévenir, ou vivrait éternellement. Ces deux éventualités ne la préoccupaient pas plus que cela, même à quarante ans passés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   10 avril 2018
Après avoir sonné plusieurs fois, Roland attendait devant la porte de l’agence Laila Voss, détective privé, au rez-de-chaussée d’un immeuble ancien à deux étages, et il l’entendait s’éclaircir la voix à l’intérieur. Bien qu’il n’y ait pas de judas sur la porte, il avait l’impression d’être épié.
Elle répéta plusieurs fois à voix haute « panier-piano », en articulant bien, ce qui évidemment n’avait aucun sens. Il tournait les talons quand la détective lui ouvrit la porte avec fracas, son visage encadré par des cheveux d’un bleu métallique.
« Ne faites pas attention au panier-piano, je vous prie ! s’exclama-t-elle avant même que Roland ait pu se présenter. Ce n’est qu’un exercice d’élocution. J’ai fait du théâtre, à une époque. C’est toujours comme ça que je me mets en train. »
Le regard de Roland se riva sur le nombril de son interlocutrice – quel âge pouvait-elle avoir ? – et elle tira sur son pull rouge pour le dissimuler.
« Entrez, jeune homme, je vous en prie. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marionfmarionf   15 février 2019
Je suis incapable de dire si madame Merkel est un bon chef. ce que l'on attend des politiciens c'est qu'ils fassent le nécessaire pour que les gens puissent mener une vie sobre au quotidien. Manger, boire, dormir sous un toit. a chacun de se débrouiller pour le reste, et celui qui s'en prend à un autre file droit en prison. la politique ce n'est pas plus compliqué que ça. En Allemagne, il suffit de ne pas faire de connerie pur bien vivre au quotidien. C'est d'ailleurs pourquoi nous avons été si étonnés ici de voir tous ces Allemands descendre dans la rue. Au début, nous avons cru que c'était la révolution, comme ici. mais là, les types protestaient contre des gens encore plus mal lotis du'eux, et ça nous a paru très bizarre. juste parce qu'ils sont étrangers. Ils sont bizarres ces Allemands, ils ont des problèmes bizarres ; il n'y a pas d'étranger au pouvoir, pourtant ils luttent contre les étrangers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
marionfmarionf   21 janvier 2019
Christiane est un peu bizarre, elle aussi. Mais c'est quelqu'un de bien. Selon moi. Bien sûr, l'espace de quelques jours, tout le monde peut être quelqu’un de bien. C'est facile. Pour savoir si tu as vraiment affaire à quelqu'un de bien ou non, tu dois voyager avec lui.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : hambourgVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Histoires d'auteurs (3)

On venait chez Judith Madrier pour admirer ses collections. Sous un faux jour, elle savait mettre en valeur des oeuvres telles que : l'araigne, la neige en deuil, le mort saisit le vif ! Certes, c'était un peu morbide, mais il en faut pour tous les goûts et tant que la terre durera ...

Hervé Bazin
Henri Barbusse
Maurice Druon
Henri Troyat
Léon Bloy
Alphonse Daudet

10 questions
8 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , écrivain , littérature française , 20ème siècleCréer un quiz sur ce livre