AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253186295
Éditeur : Le Livre de Poche (01/03/2017)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 51 notes)
Résumé :
« Moi, Président, je demanderai à Patrick Rambaud de ne pas m'écrire de chronique du règne de François Ier? » C'était impossible en effet : François Ier était pris, tout comme le méconnu François II, l'impossible François III. Et François IV fut roi de Modène. Patrick Rambaud s'est donc choisi un roi de haut calibre : François le Petit. Nicolas Sarkozy était romanesque à souhait, contourné, faux, kärcherisé, entretenant une cour volatile et dorée. Avec sa montre en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
alainmartinez
16 mars 2016
Je n'ai pas lu les chroniques sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy de Patrick Rambaud. Quand j'ai commencé « François-le-Petit» je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre.
Digne des chansonniers des années cinquante, l'auteur retrace, d'une façon très cocasse, la première moitié du quinquennat de François Hollande (François-le-Petit ou Monsieur Pas-Grand-Chose). Dans un style d'une autre époque, il caricature la vie politique française. Personne n'est épargné, ses piques touches aussi bien les partis de la majorité que de l'opposition, avec une préférence pour l'ancien locataire de l'Élysée, Nicolas-le-Mauvais.
Une analyse impitoyable de la vie politique. C'est très drôle et j'avoue que j'ai beaucoup ri, surtout au début par le choix des noms attribués aux protagonistes. Après un certain temps le rire devient sourire pour finir dans l'ennui, la chronique s'essouffle au fur et à mesure des pages.
Commenter  J’apprécie          242
ProfesseurDan
28 février 2016
Ce livre est un véritable délice parodique. En effet, Patrick Rambaud passe au crible chaque évènement du début de "règne" de "François IV" avec un ton libéré et des tournures très drôles.
Ce qui est encore plus positif dans cet opus, hormis cette précision dans les faits et la psychologie "hollandienne", c'est qu'il n'épargne absolument aucun homme politique dans cet ouvrage. Tous les hommes et femmes de tous les partis y passent; mais y passent aussi quelques personnages publics comme Valérie Trierweiler, Julie Gayet ou Frigide Barjot et les manifestants les plus virulents de la Manif pour tous.
Le plus grand témoignage du fait qu'il n'épargne absolument personne est la pléiade de surnoms drolatiques qu'il donne à chacun d'entre eux, par exemple :
L'archidiacre Wauquiez - Nathalie Prosciutto-Morizet, nommé aussi Mme de Longjumeau - le duc de Meaux pour Jean-François Copé - le duc de Sablé pour Fillon - le duc d'Evry pour Manuel Valls - La marquise de Pompatweet pour Trierweiler - Mlle de Montretout pour Marine le Pen...
Mais les pires de tous sont sans conteste sont évidemment Sarkozy et Hollande qu'il affuble de tous les adjectifs les plus déplaisants qui soient et ce, pour notre plus grand plaisir.
De plus, comme je l'ai déjà dit, le style de Patrick Rambaud est absolument délicieux d'ironie et de drôlerie, ce qui promet un franc moment de rire à tous les non-partisans (comme moi) qui liront ce livre. Il démêle avec brio tous les ficelages de ce monde cruel et hypocrite qu'est celui de la politique et des chaises musicales du pouvoir et ce, aux travers des "plus grands évènements" qui jonchèrent la première partie du quinquennat (jusque janvier 2015) qui s'achèvent avec l'attentat contre Charlie Hebdo, comme, par exemple :
* L'affaire du tweet de Trierweiler pendant les législatives contre Ségolène Royal
* L'affaire Cahuzac
* L'affaire Bygmalion
* La manif pour tous et la loi Taubira sur le mariage gay
* La montée du Front National (surnommé Front populiste pour l'occasion)
* Julie Gayet, François Hollande et le scooter
* le livre de Valérie Trierweiler Merci pour ce moment et " les sans-dents"
* le retour de Nicolas Sarkozy aux affaires
* ...
En résumé, un florilège de portraits hilarants, la description parodiquement drôle d'un début de quinquennat pour le moins mouvementé et un ton plus que libéré et ironique et, qui plus est, qui égratigne absolument tous les partis politiques, pour un livre qui très franchement est une pépite de la parodie politique que je recommande absolument à qui voudra. Un livre qui donne très envie, pour ceux qui ne l'ont pas encore fait, de lire ses "rapports" sur le "règne" de "Nicolas Ier".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
som
25 janvier 2016
Essoré par le règne précédent, Patrick Rambaud, le Saint-Simon du temps présent, l'avait pourtant craché, juré. Jamais plus jamais, on ne le reprendrait à cet exercice. Cochon qui s'en dédit, voici qu'est publiée cette chronique du règne de François le Petit…pour notre plus grand bonheur. La plume affûtée comme jamais, une documentation bétonnée, Rambaud repart pour un petit tour dans un quinquennat débutant et pourtant aux allures de fin de règne. Que d'aventures, presque déjà oubliées pour certaines, tant l'actualité est riche. Que de personnages aussi fourbes qu'imbus de leur petite personne. Entrez dans la ronde marquise de Pompatweet, duc de Meaux, abbé Wauquiez, Melle Julie, Philippot-le-Vampire !
Aucun camp n'est épargné. L'effet est dévastateur avant qu'un voile de tristesse se dépose sur les tragiques événements du début 2015.
Commenter  J’apprécie          90
Zarps
22 janvier 2016
C'est épuisé que Patrick Rambaud avait conclu le dernier tome de sa Chronique du règne de Nicolas Ier, portrait sans concession de la présidence précédente. Deux ans et demi plus tard, il reprend la plume pour écrire la satire du règne de François IV, dit François le Petit, du message vengeur de Madame de Pompatweet aux attentats de janvier 2015 orchestrés par « des crétins islamistes masqués ».
Dans un français riche et élégant, proche de la langue du XVIIIe siècle, Patrick Rambaud nous propose une vision fine et cinglante de l'échiquier politique, drôle souvent, mais laissant poindre sa consternation, à l'image d'un La Bruyère de notre temps.
Commenter  J’apprécie          80
AnnaDulac
02 octobre 2016
Même si à la fin du dernier tome consacré à Nicolas S. « Tombeau de Nicolas Ier et avènement de François IV », Patrick Rambaud avait juré qu'on ne l'y prendrait plus et qu'il se sentait enfin débarrassé d'un « boulet », il n'a pas pu résister à la nécessité de nous relater dans son style à la Saint-Simon mâtiné de Cabu et Wolinski (auxquels est dédié le livre) les aventures de François le Petit, alias François IV, le Monarque inspiré, François-le-Flambeur, François-l'Immobile, François-le-Sourdingue, François-le-Myope et on en passe.
Comme les précédents, c'est un texte écrit sur l'exaspération et la colère, d'un humour froid et efficace.
On y retrouve sans surprise Mme de Pompatweet, Julie l'actrice, Monsieur de Cahuzac, et l'incontournable Nicolas S., alias Nicolas-Babillard, notre Ex-Monarque, Nicolas-l'Arnaque, Nicolas-Pipeau…
La différence avec les tomes consacrés au règne de Nicolas Sarkozy, c'est que le ton s'infléchit vers le tragique puisque le volume se clôt sur les attentats de janvier 2015 et que la dénonciation des combines et autres tricheries se heurte au « crétinisme », dont Patrick Rambaud dresse un portrait désespéré en guise de conclusion.
Il y a différents types de « crétins » tous plus dangereux les uns que les autres : le Crétin wahhabite, le Crétin allumé, le Crétin enrôlé.
Bref, le monde vers lequel nous nous acheminons est tragique et c'est ce qu'annonce Patrick Rambaud : « À suivre ? Hélas ! »


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (2)
LaLibreBelgique21 mars 2017
Une parodie à la Saint-Simon qui en dit long sur la solitude du pouvoir.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeFigaro28 janvier 2016
Membre du jury Goncourt, le romancier écrit des parodies comme il respire. Sa dernière cible: François Hollande et son entourage, qu'il brocarde dans François le Petit, chronique d'un règne.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations & extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
alainmartinezalainmartinez17 mars 2016
— Au fond, le Prince n’y croit pas, disait l’un.
— Il n’a pas l’air bien convaincu, disait l’autre.
— Les lois sociales, il s’en méfie. Elles ne lui serviront pas pour être réélu.
— Mais c’est une vraie loi de gauche !
— Justement. Il n’aime pas trop ça.
— Enfin ! c’est la trente et unième promesse de son programme.
— Dis-moi qui est élu sur un programme.
— Quand même, l’affaire est engagée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
alainmartinezalainmartinez09 mars 2016
Comme François IV restait incapable de dire ce qu’il faisait, le peuple conclut qu’il ne faisait rien. À force de raisonner, de parler, de dicter, de reprendre, de corriger, de raturer, de changer, de refondre, tout s’évaporait et il ne demeurait quoi que ce fût, sinon quelques images tirant sur le grotesque qui surnageaient dans les mémoires.
Commenter  J’apprécie          50
ProfesseurDanProfesseurDan28 février 2016
Il ne savait point parler aux gens de leurs problèmes, qu'en fonctionnaire il n'avait jamais sentis. Le chômage, pour lui, ce n'est pas une famille endettée, qui s'épuisait en petits travaux pour payer le gaz qui cuirait les haricots en boîte, non, mais une courbe qui ondoyait, montait ou descendait au gré des gains ou des pertes, qui dégringolait surtout en un bel arrondi...
Commenter  J’apprécie          40
ProfesseurDanProfesseurDan28 février 2016
La contestation se généralisait en prenant des noms de basse-cour, d'abord les pigeons, entrepreneurs en haute technologie qui s'insurgeaient contre une fiscalité dévorante, puis les poussins, auto-entrepreneurs menacés, puis les dindons, hostiles à la réforme des rythmes scolaires, puis les moutons tondus par une augmentation de leurs cotisations, enfin les cigognes qui demandaient que les sages-femmes aient un statut à l'hôpital. Une succession de révoltes menaçait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
julienraynaudjulienraynaud27 décembre 2015
M. de la Corrèze en fit son credo; il se souvenait d’une autre recommandation: «Méfie-toi des hommes de petite taille: ils sont butés et arrogants.» Il y devinait le portrait de son prédécesseur, Nicolas Ier, et décida à son inverse de présenter une image normale.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Patrick Rambaud (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Rambaud
Après avoir consacré six volumes à Nicolas Sarkozy dans "Chroniques du règne de Nicolas 1er", Patrick Rambaud, de l'Académie Goncourt, a repris la plume pour croquer à la manière de Saint-Simon les faits d'armes de François Hollande et de son entourage. MyBOOX l'a rencontré autour de ce nouvel ouvrage intitulé "François le Petit" paru chez Grasset.
Musique : Prélude No7_Chris Zabriskie
En savoir plus sur le livre : http://www.myboox.fr/livre/francois-le-petit-9782246856733
autres livres classés : satire politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12646 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
. .