AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 228500205X
Éditeur : Les Presses De La Cite (01/03/1990)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Cinquante scorpions escaladent la femme. Un stylet caudal lui perce l’œil. Des pinces fouaillent les plaies du visage... Ça frétille de la queue ! Ça éjacule du venin ! Ça grignote des mandibules ! Ça charcute de la carapace !... Un vrai rallye mondain, quoi !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Fab72
  20 juillet 2014
Madame de Fovancage, seconde fortune de France, engage Sébastien Korty, détective privé (personnage déjà présent dans le précédent roman Gore de l'auteur : « Aux morsures millénaires »), pour retrouver ses enfants enlevés par une tribu cannibale, suite à un accident d'avion. Toutes les tentatives menées depuis vingt ans, afin de les retrouver, ont échoué. Pour réussir sa mission Korty va participer au célèbre rallye autos-motos-camions « Tropoli-Nairavif » à travers 10000 km et 5 pays africains. Les participants sont des malades assoiffés de sang qui violent et torturent les autochtones mais aussi les autres concurrents. Tout est bon pour grappiller des secondes afin de passer au journal de 20 heures de Christine Okunn-Krent.
Ici, les personnages secondaires ont des noms amusants : Greta Hemssa Kantonlasson, Djamel di M'Aanch, Elsa von Leupubisse, James Hapine, les japonais Sytu Vazaryo et Nublypadmonthé-Lao, Pierre Kiroul avec la sud-américaine Namasse Pamuz, une M'aa Minova etc. L'écriture très imagée ne vole pas très haut mais on sourit souvent. Axelman joue avec les mots comme ce Ketchdown (beaucoup moins calorique que le ketchup) ou ce sommet bipartite « Tropoli-Pourouët-Onett » (capitales respectives de l'Alibye et du Zinguan), sans parler de l'oasis Tirlo Opui et du plateau de Ssava Hetlabaggar…

Le style particulier d'Axelman rend la lecture parfois difficile mais il faut reconnaître son originalité.
Description d'un accident : « Un puzzle de joues et d'ancillaires maxillaires, d'occipitaux occis piteux , de pariétaux pariés tard, de mâchoires échues à hachoirs, de postérieurs en feu d'artifesses, d'omoplates archigondolées, de thorax à l'axe torsadé, d'austères sternums d'hommes, de poignets aux poids niés, de biceps de vignes rougeoyantes, bidoche très moche, fiente très viande, bombarde de mille pièces sanguinolentes le pare-brise de la Porsche. »

Les scènes d'horreurs sont très osées. Par exemple, une concurrente a un pot d'échappement introduit dans son sexe pendant que le tortionnaire démarre la voiture ! Un autre participant a les fils des bougies enfoncés dans les yeux alors que le bourreau lance le moteur à plein régime faisant éclater les yeux du malheureux. On le voit, malgré le délire ambiant, les amateurs de gore sont servis.

On pense tout de suite au Paris-Dakar mais comme dans tous les livres d'Axelman l'histoire est secondaire. Les scènes d'horreur sont trop outrancières et décalées pour vraiment faire peur. C'est surtout l'humour « hénaurme » qui retient l'attention du lecteur.

« Dunes sanglantes » est le troisième et dernier roman d'Axelman paru dans la collection Gore. Personnellement, j'aime bien son style d'écriture malgré ses excès. Je peux comprendre que des lecteurs ne puissent supporter 153 pages non stop de jeux de mots et contrepèteries.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Fab72Fab72   22 novembre 2014
Ce qu'y a de franchement dangereux avec les femmes que l'on aime, c'est qu'elles vous ramollissent toujours d'un bord quand elles vous durcissent de l'autre ! C'est la théorie des vases communicants !
Commenter  J’apprécie          40
Fab72Fab72   22 novembre 2014
Nous avons déjà digéré trois cents kilomètres de désert. Je vous épargne la conversion en grains de sable !
Commenter  J’apprécie          50
Fab72Fab72   22 novembre 2014
La mort est-elle un point final ou un point virgule ?
Commenter  J’apprécie          100
Fab72Fab72   22 novembre 2014
Il vaut mieux couler une bielle que couiller une vieille ! rigole Greta.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Yves Ramonet (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Ramonet
Les chroniqueurs de Cinémalt
"Ils sont sept, mais pas les 7 mercenaires" :
Stéphane Evanno : Journaliste spécialisé cinéma et séries télévisées. Eddy Labarre : scénariste, assistant réalisateur. Sébastien Le Délézir : Scénariste. Henri Lœvenbruck : Ecrivain, auteur-compositeur. Gilles Malençon : Scénariste. Yves Ramonet : Scénariste. Laurent Vachaud : Scénariste (absent pour cette 7ème édition)
autres livres classés : goreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
544 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre