AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021296556
Éditeur : Seuil (21/09/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
"Les Bords de la fiction" de Jacques Rancière

On le sait depuis Aristote : ce qui distingue la fiction de l’expérience ordinaire, ce n’est pas un défaut de réalité mais un surcroît de rationalité. Elle dédaigne en effet l’ordinaire des choses qui arrivent les unes après les autres pour montrer comment l’inattendu advient, le bonheur se transforme en malheur et l’ignorance en savoir.

Cette rationalité fictionnelle a subi à l’âge moderne ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
hubertguillaud
  06 décembre 2017
Dans son dernier livre, "Les bords de la fiction", Jacques Rancière décortique quelques grandes oeuvres de la littérature pour nous aider à les lire. Et c'est bien souvent éblouissant d'intelligence de relire en quelques pages, sous son regard, La Chartreuse, Madame Bovary, La Recherche, Les Cahiers, le Capital, le Double assassinat, Au coeur des ténèbres, La promenade au phare, Les anneaux de Saturne, Lumière d'août ou Premières histoires... Il nous fait entrevoir une logique qui parcourerait l'évolution de la littérature, un sens caché, allant de la description du réel, à la vérité du sensible, de faire se rejoindre le réel et l'imagination, des péripéties construites en histoires au choses désoeuvrées de la vie ordinaire, un passage des personnages aux événements jusqu'à leur absence même (ce moment entre le rien et le tout)... La littérature consiste à recouvrir la réalité par ce qu'en produit le cerveau humain, à un voyage entre les formes de la réalité, aux bords des mondes, dans l'entremêlement du temps. "l'oubli seul est la condition du souvenir, l'absence d'amour est le lieu où se déploient les histoires d'amour ; et la vraie vie est ce qui n'existe qu'en marge de la vie (...)"
La fiction est plus rationnelle que la réalité explique-t-il : "Ce qui distingue la fiction de l'expérience ordinaire, ce n'est pas un défaut de réalité mais un surcroît de rationalité". de la fiction aux théories du social, nous ne cessons de chercher à développer, de rechercher, l'enchaînement des causes. Nous sommes des machines irrationnelles qui produisent de la rationalité, partout, tout le temps, à tout moment. Jusque dans la plus pure poésie, nous n'échappons pas à notre condition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
NonFiction   31 octobre 2017
Jacques Rancière montre comment la littérature, à la fois acte et vision politique, rend justice aux personnages qu’elle invente.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   28 novembre 2017
Marx, Freud ou Braudel nous l'ont enseigné chacun à sa manière : la bonne science des actions et des comportements humains se reconnaît à sa fidélité aux structures fondamentales de la rationalité fiction elle : la distinction des temporalités, le rapport du su au non-su et l'enchaînement paradoxal des causes et des effets. Et si la formule bachelardienne de la rationalité scientifique "Il n'est de science que du caché" ressemble si fort à la raison du détective Rouletabille, c'est que toutes deux ont leur commune origine dans le principe aristotélicien de la causalité paradoxale : la vérité s'impose comme retournement de ce que les apparences laissaient attendre. (p. 8)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Jacques Rancière (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Rancière
Déjà cent. Cent émissions. Et toujours la même envie d'interpeller et d'interroger. S'interroger. Cette semaine, Jacques Rancière et Thomas Porcher ont dit, chacun à sa manière, les errements du pouvoir. le pouvoir en place, comme le pouvoir passé, la « gauche » avec tous les guillemets possibles. Et aussi le pouvoir à venir. À un an de la présidentielle, quelle gauche peut encore nous inspirer ?
De son côté, la journaliste Audrey Chabal nous a éclairés sur le « nudge » : technique de communication destinée à nous manipuler ou machine à cash pour quelques cabinets qui savent se vendre auprès du gouvernement ? Un peu des deux apparemment.
Enfin, jeudi, pour la 100e, l'écrivain et journaliste italien Roberto Saviano nous a parlé de son dernier livre, une dénonciation percutante du traitement de la crise migratoire par l'Europe : les lâchetés et les manipulations de nos gouvernements.
Et parce que nous voulons aussi expliquer, nous avons abordé la crise dans les fonderies françaises lundi, l'affaire Sarah Halimi mercredi et l'affaire Sciences-Po Grenoble jeudi.
Vous connaissez notre émission À l'air libre ?
Votre avis nous intéresse https://mdpt.fr/39yQZsn
Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement#at_medium=custom7&at_campaign=1050 Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
+ Lire la suite
autres livres classés : sciences socialesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
570 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre