AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Karine Chesneau (Traducteur)
EAN : 9782877304955
142 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (26/05/2000)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 26 notes)
Résumé :

Ses cheveux dénoués se tortillaient pareils à d'innombrables serpents enchevêtrés, son corps débarrassé de son kimono brillait d'un rose aveuglant, les membres à la peau de satin s'agitaient dans le vide. C'était au-dessus de ses forces, et Masaki se mettait à grelotter, incapable de supporter ce spectacle brutal... A Tôkyô, dans une vieille maison, un misanthrope excentrique et pervers fascin... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Labibliothequedemarjorie
  12 juillet 2019
"Mirage" est un livre composé de deux nouvelles intitulées "Mirage" et "Vermine".
Dans la première, un voyageur à bord d'un train parle de sa rencontre avec un vieil homme voyageant avec un tableau japonais dont il prend extrêmement soin. Les deux hommes sympathisent et au fil de leur discussion, les personnages du tableau semblent s'animer.
Dans la deuxième, nous assistons à la descente en enfer d'un jeune misanthrope suite à sa rencontre avec une belle actrice de théâtre à Tokyo. D'obsessionnelle, cette relation devient rapidement dévastatrice.
Les deux récits proposés posent une atmosphère angoissante et douteuse, laissant un sentiment de malaise. Avant de se lancer dans cette lecture, il est intéressant de connaître un peu l'auteur. Ranpo Edogawa est un écrivain nippon réputé pour être un des fondateurs du roman policier japonnais. La majorité de ses oeuvres ont été écrites et publiées dans les années 1920 et 1930. "Mirage" date de 1929 et a été rééditée plusieurs fois.
Le premier récit frôle légèrement avec le domaine du fantastique. le voyageur d'un train raconte sa drôle de mésaventure. Son voisin de wagon voyage avec un oshie, un tableau traditionnel japonais fabriquer en partie avec de la soie. Ce dernier l'invite à observer attentivement les personnages peints et lui raconte leur histoire comme si c'était la sienne. Tout à coup, sans qu'il ne comprenne ce phénomène, il a l'impression que les personnages s'animent et prennent vie devant ses yeux.
Cette nouvelle est très courte et ne m'a pas apportée grand chose. Je l'ai lu comme un conte ou une fable se situant dans le Moyen Age japonais, comme une histoire que l'on se raconte devant un feu pour se faire peur.
La deuxième, par contre, est bien plus sombre et effrayante. Dans "Vermine", on découvre l'histoire de Masaki, la vingtaine, misanthrope et mal dans sa peau. Son seul ami lui présente une ancienne camarade de classe devenue actrice. Dès le soir de leur rencontre, Masaki développe une obsession pour elle et en vient à la suivre et à l'épier, jusqu'au jour où il commet l'irréparable.
Le texte est un peu plus développé que le premier. Il est très sombre et laisse un sentiment de malaise. Les personnages sont bien décrits dans leur attitude et leur caractère. On comprend bien les difficultés sociales que rencontrent Masaki, ainsi que son caractère introverti. Ce récit est si noir que l'on entre vite dans son esprit torturé et pervers jusqu'au drame, entraînant ainsi des conséquences terribles.
Il est vrai que "Vermine" est un des premiers thrillers japonais, ce qui explique peut-être le texte relativement court. Mais, cette nouvelle aurait tout de même pu, à elle seule, faire l'objet d'un seul et même roman, plus développé laissant planer une intrigue psychologique bien plus poussée.
Même si je suis restée un peu sur ma faim, cette lecture fut quand même un belle découverte de cet auteur que j'aimerai relire pour me faire une idée un peu plus précise de son style. À découvrir !
Lien : http://labibliothequedemarjo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ericlesapiens
  16 avril 2017
Je ne me souviens plus très bien de la première nouvelle. En revanche, Vermine, la deuxième, est de la folie pure. Un homme follement amoureux d'une cantatrice, la tue pour garder son cadavre. de cette manière, il l'aura pour lui seul. Raconté comme çà, l'intrigue peut paraître tres mince. En fait, il n'en est rien. Toute la subtilité de ce récit tient dans le rapport que cet homme entretient avec la mort de son aimée, qu'il veut à tout prix garder "en vie". Edogawa en vrai virtuose de la description de la perversité et de la folie nous maintient en haleine jusqu'à la decomposition finale du cadavre au grand désespoir du protagoniste . En effet, celui-ci se desole à chaque signe de décomposition des chairs. On est dans le scabreux, l'horreur, mais les descriptions sont d'un réalisme étonnant.
Certes, on peut ne pas aimer le sujet, mais on doit reconnaitre que c'est du grand art, de la très grande littérature.
Commenter  J’apprécie          110
Nyuka
  30 septembre 2017
Première lecture de monsieur Edogawa !
Une jolie découverte.
J'aime beaucoup le style de cet auteur.
La première nouvelle était bien, mais j'ai préféré la deuxième.
Masaki est presque attachant dans sa folie.
Je vais de ce pas entamer une autre oeuvre de cet auteur.
Commenter  J’apprécie          80
Nathv
  13 avril 2019

Grâce à ce livre, je découvre l'existence de Ranpo Edogawa - apparemment, l'un des principaux fondateurs de la littérature policière japonaise. Il est né en 1894 et décédé en 1965... et ce roman - contenant 2 histoires - date de 1929 et, pourtant, n'est en rien démodé et/ou suranné.
La première histoire, Mirage, dépend plus du domaine de l'étrange, du surréel alors que la seconde, Vermine, est, elle, bien plus un thriller.
Toutes les deux sont, comme bien souvent dans les romans japonnais, très bien écrites et hyper descriptives. La première, de par le fond, m'a moins enthousiasmée que la seconde.
Vermine est le récit de Masaki qui retrouve un amour d'enfance - Fuyô - alors que celle-ci vit une histoire d'amour passionnée avec Ikeuchi, son meilleur ami. Rapidement, Masaki désire supprimer Fuyô et mettra, alors, son plan machiavélique en route. le sombre destin de cet homme névrosé atteindra son paroxysme à la fin de l'histoire. Vraiment prenant et très intéressant!
Commenter  J’apprécie          30
ArnaudD
  06 décembre 2012
La couverture nous promet deux récits policiers. Ranpo Edogawa nous livre, en réalité deux nouvelles. La première, Mirage, très courte, une trentaine de pages, nous entraîne à la frontière du fantastique. Lors d'un voyage en train un mystérieux voyageur raconte au narrateur l'histoire d'un oshie (tableau japonais en relief) dont les personnages sont vivants. Sympathique mise en bouche, mais pas grand-chose de policier la dedans !
La seconde, Vermine, beaucoup plus sombre, nous conte la descente aux enfers d'un misanthrope pervers qui sombre dans une folie meurtrière. Pas vraiment un policier mais plutôt un récit noir et glauque.
Pour conclure, j'ai bien plus apprécié « Vermine » dans laquelle on retrouve les thèmes favoris d'Edogawa, la description des corps, la perversité ou la sexualité.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ArnaudDArnaudD   05 décembre 2012
S'il s'enfermait dans sa remise et ne fréquentait personne, c'était également parce qu'il entendait vivre selon son bon plaisir, en égoïste capricieux, attitude qu'il lui fallait réprimer en public. Et puis, sous cette personnalité de misanthrope endurci subjugué par le secret se cachait, je le crains, un "criminel en puissance".
Commenter  J’apprécie          00
ArnaudDArnaudD   05 décembre 2012
Mortifié, Humilié, Masaki ne pouvait s"empêcher de trembler de tout son corps. La fureur qui l'assaillit fut telle qu'en réalité, il est permis d'affirmer que le mobile initial qui le conduisit à commettre cet effroyable crime prit naissance dans ce rire.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Edogawa Ranpo (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edogawa Ranpo
La Chenille de Suehiro MARUO et Edogawa RANPO
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1869 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre