AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Yanis Roussel (Autre)
EAN : 9782749946412
473 pages
Michel Lafon (11/02/2021)
3.32/5   11 notes
Résumé :

Pas de dépistage général – Un confinement où les patients " positifs " contaminent leurs proches indemnes et attendent de ne plus pouvoir respirer pour qu'on les emmène en réanimation – Interdiction d'un médicament sans danger prescrit depuis des décennies mais bon marché donc pas rentable au profit d'un produit à la toxicité connue mais très cher et qui a généré des fortunes, et de prestigieux journaux scientifiques qui, dans cette guerre, ont gravement dér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
BurjBabil
  18 février 2021
Il n'est pas question de résumer ces carnets. Juste dire qu'ils constituent un compte rendu jour après jour des discussions du célèbre virologue avec son équipe marseillaise, sous forme de questions-réponses, de la retranscription de son bulletin intitulé « On a le droit d'être intelligent ».
Tout y passe, jour après jour, tout notre quotidien anxiogène depuis Janvier 2020 jusqu'à Novembre de la même année : la stupéfaction face à l'arrivée du Covid, l'incompréhension, l'affaire hydroxychloroquine (un énorme chapitre), le "launcet gate", le dépistage, les labos pharmaceutiques, le vaccin...
Que des bons moments.
M. Raoult se met en scène, un ego très fort apparaît au fil des lignes, mais cela s'accompagne d'une évidente compétence.
Vu ce qui s'est passé depuis un an, ce livre connaîtra un succès certain. Si j'avais à résumer l'essentiel, je dirai que M. Raoult nous invite à ne pas tout miser sur un médicament miracle et coûteux mais plutôt soigner les malades au plus tôt, avec des personnels nombreux et compétents, libres de choisir en toute conscience des thérapies. Bref, une invitation à faire médecine plutôt que chimie.
Je ne crois pas que ce soit le chemin que l'économie de marché libérale du monde de demain choisira.
Mais, comme dirait M. Raoult, on ne sait jamais comment une maladie peut évoluer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
paulallan380
  08 avril 2021
Je donne 5 étoiles à ce livre parce qu'il remplit parfaitement son objectif principal : « réinformer » sur ce qu'est réellement la maladie Covid19. Honnêtement et avec un langage simple.
On y retrouve pour l'essentiel la retranscription des présentations hebdomadaires du Pr. Raoult sur Youtube : « Nous avons le droit d'être intelligents ». Présentations que je regarde régulièrement et où je prends des notes. Néanmoins, le livre m'a permis de mieux assimiler l'ensemble.
Cet ouvrage permet de retrouver repères et lucidité au milieu du bombardement de propagande anxiogène auquel nous sommes soumis. Surtout ceux qui consultent encore les grands médias subventionnés ou, pire encore, regardent la télévision (50 % des JT consacré au matraquage Covid19).
L'auteur, le Pr. Raoult, dirige un centre de Santé de près de mille personnes, spécialisé dans la recherche et le traitement des maladies infectieuses, l'IHU Marseille. Il est donc très bien placé pour remettre à sa juste place une maladie que le pouvoir politique utilise pour terroriser les populations et en faire des moutons. Acceptant ainsi n'importe quoi : confinements, couvre-feu, fermeture des magasins, restaurants et autres petites structures détestées par l'oligarchie, car indépendantes.
En bref, la Covid19 est une véritable aubaine pour le Pouvoir.
Le Pr. Raoult nous montre que cette maladie ne serait pas plus grave qu'une grippe (d'ailleurs contrairement à cette dernière, elle ne tue pas les enfants) si une bureaucratie corrompue par l'industrie pharmaceutique (dit entre les lignes) n'interdisait pas aux médecins de ville de soigner leurs patients dès les premiers symptômes de la maladie. Et c'est ce qui est pratiqué à l'IHU Marseille, où, en conséquence, le taux de mortalité est très faible et ne concerne que des personnes très âgées et / ou avec des « comorbidités » :
« La mortalité, en clair, ça aussi c'est un document d'Etat, celui de la DRESS [Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques], qui montre que cette maladie (et donc il faut essayer d'affoler les uns et les autres) est une maladie qui tue les sujets, soit très âgés, soit qui ont de très multiples pathologies associées. Bien sûr, l'obésité, mais pas seulement.
Obésité, cancers… » (p. 399)
Pour continuer à s'informer on ira voir les nouvelles vidéos hebdomadaires publiées sur le site de l'IHU Marseille.
A signaler aussi les informations données régulièrement par des professionnels de santé (interdits de plateaux de télévision Big Brother) sur le site de France Soir et / ou invités à l'émission d'André Bercoff sur Sud Radio.
A suivre tout particulièrement la récente émission du 6 avril 2021 sur le site France Soir : « Vaccination : la validité du consentement éclairé mise en cause ».
Le Dr Amine Unlil, pharmacien dans le centre de pharmacovigilence de l'hôpital de Cholet nous y donne des informations très importantes sur les vaccins Covid actuels.
Par exemple, que le contenu des vaccins n'est même pas stable (ce qui était injecté hier est différent de ce qui sera injecté demain). Et les vaccins actuels ne protègent ni de la contagiosité, ni des formes graves de la maladie.
Il insiste aussi sur le fait qu'un traitement (par exemple, hydroxychloroquine + azithromycine du Pr. Raoult) peut être arrêté en cas d'effets secondaires graves, alors que le vaccin est irréversible.
https://www.francesoir.fr/societe-sante-videos-les-debriefings/debriefing-avec-le-dr-umlil-vaccination-la-validite-du
Pour ceux qui iraient écouter cette émission, je serais très intéressé par votre retour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          229
Mimimelie
  04 mars 2021
Le sous-titre : « le plus grand scandale sanitaire du XXIème siècle » donne le ton…
Il s'agit en fait d'une compilation de ses entretiens vidéos en 2020 lesquelles sont visibles sur la chaîne de l'IHU ainsi que le verbatim de son audition devant la Commission d'enquête parlementaire à l'Assemblée Nationale le 24 juin 2020 et celui de son rapport à la Commission d'enquête du Sénat le 15 septembre suivant chargée de l'évaluation des politiques publiques. Lors de son intervention à cette dernière le ton est ferme et il n'y va pas par quatre chemins et n'hésite pas à remettre en cause la crédibilité scientifique ou la collusion avec l'industrie pharmaceutique de certains membres du Conseil scientifique, scandale des publications du Lancet et le New England, …. en passant par toute l'aventure de cette pauvre Hydroxychloroquine. Voilà voilà !
Les choses sont dites, mais le ton est posé et rassurant, mesuré, l'attitude responsable et empreinte de rigueur, attitude sans doute forgée par une vie durant passée à lutter contre les virus et autres bactéries. Il le répète d'ailleurs souvent, « c'est la peur qui est dangereuse, dans la panique on ne prend que de mauvaises décisions »
Certes on peut déceler sous un flegme apparent, un brin de vanité, mais après tout pourquoi pas, son cv et son palmarès scientifique a minima, l'y autorisent bien.
Au-delà des polémiques et justifications sous-jacentes, ce livre est particulièrement instructif au plan médical, même si parfois ce n'est pas toujours évident à suivre pour les néophytes, mais ce n'est pas fréquent d'avoir la possibilité de suivre en temps réel, les pensées d'un scientifique de ce niveau…. Mais aussi il et surtout, il résume l'année folle que nous avons dû subir en 2020.

« Ce n'est pas l'épidémie qui m'inquiète, c'est l'état de tension de la société qui est trop stimulée, trop inquiète. Je suis beaucoup plus inquiet des gens qui commencent à écrire qu'il faut envoyer une voiture bélier pour me tuer que j'ai peur du COVID. Donc il ne faut pas manipuler trop la peur des gens. C'est très dangereux. »
« Je souhaite que tout ça se termine le plus simplement du monde ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
Stefane59
  11 juillet 2021
Quel est le médecin en France le plus capable de gérer une pandémie ? Reconnu à la 80ème place mondiale par Expertscape (devant tous les autres médecins si ce n'est ceux de son équipe) pour le traitement du Covid 19 ? Qui a permis la création de la Fondation qui a fait construire le premier infectiopole européen (à Marseille) ? Qui a dès le départ annoncé que la peur tuait plus que le virus ? Qui a préconisé un traitement Azithromycine/Hydrochloroquine (ne coûte rien, des milliard de doses distribuées c/ le paludisme dans le monde, sans effets indésirable ni contrindication majeure) et a obtenu un résultat de 0,5 % de mortalité soit environ 10 x moins de mort qu'à Paris ou dans le reste du monde ? Qui a pointé du doigt les méfaits du lobbying de Gilead et consorts ?
Qui partage avec le monde entier l'ensemble de ses données brutes ? Qui possède l'une des meilleurs équipes de médecins au niveau mondial pour l'épauler ? Qui déclare qu'il faut traiter les malades le plus rapidement possible et qu'il faut avant tout détecter les cas (PCR - réglage sur 35 cyces et non 40). Puis confiner les malades et non toute la population ? Et soigner le plus rapidement possible ? La médecine c'est soigner les malades non de les laisser chez eux jusqu'à ce qu'il soit trop tard ? Et non transformer en cobaye la population mondiale pour réaliser des tests pour de nouvelles molécules pharmaceutiques que les « Autorités » mondiales ont appelées « vaccins » mais qui n'en sont pas puisque le traitement (génique) n'empêche pas de tomber malade,…tout cela est connu depuis oct 2020…
Et qui est le plus haï, le plus critiqué de tous les médecins français ? Qui a reçu des menaces de mort ? Etc.
Ce livre est un peu barbant à lire : il s'agit des retranscription du contenu des interview du Professeur par la Presse et des rapports au Sénat, depuis le début de la crise en 2020 jusqu'en 2021.
Mais il montre combien le Pr. Raoult reste sur sa ligne d'homme de science, d'humaniste, de médecin, tout cela chiffres à l'appui, avec les références utiles pour que chacun puisse vérifier par lui-même.
Au fil du texte et sans aucun doute on comprend pourquoi un médecin d'une telle renommée n'a pas eu plus d'écho…son honnêteté, sa compétence prouvée, son soucis du patient n'ont simplement plus cours dans un monde sous la coupe de la haute finance et des intérêts de certains milliardaires.
UN MUST pour comprendre la crise au fil du temps et ses tenants et aboutissants

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          57
BVIALLET
  15 juin 2021
Ces « carnets » sont une simple compilation d'interviews donnés par le célèbre Professeur Raoult, sommité reconnue internationalement et pourtant violemment contestée en France par des médecins de plateaux télés marqués par les conflits d'intérêts, d'articles extraits du bulletin hebdomadaire de l'IHU de Marseille « On a le droit d'être intelligent », de deux rapports pour le Sénat et d'une présentation à l'Assemblée Nationale. Il explique qu'il préfère soigner que faire des prévisions et que pour lui la bonne méthode consiste à dépister, isoler les malades et soigner. le confinement général d'une population saine ne fait que propager encore plus le virus. La preuve en a été apportée avec les pays qui n'ont pas suivi cette voie et qui ont eu de meilleurs résultats. Son traitement précoce à l'hydroxychloroquine plus azythromycine, a été découvert par les Chinois et non par lui et utilisé avec succès par les trois quarts de la planète. Mais chez nous, on a commencé par classer comme produit toxique un médicament utilisé depuis plus de 70 ans et par des milliards de gens sans le moindre problème. Une étude frauduleuse dans le Lancet ne reposant sur rien de scientifique, a permis au ministre de l'interdire et de favoriser le Remdesivir, médicament moderne, cher et prometteur (surtout pour Big Pharma). Il s'avérera inefficace et même dangereux à terme. Quand le politique se mêle de médecine, la catastrophe est assurée. Il ne restait plus au malade que de rentrer chez lui pour prendre du Doliprane et d'attendre les troubles respiratoires graves pour finir en réanimation…
« Carnets de guerre Covid-19 » peut être considéré comme un essai médical. Il est d'une bonne tenue scientifique, bien sourcé (nombreuses notes et références) mais d'une lecture plutôt laborieuse tant les redites et les redondances sont nombreuses. L'histoire de l'hydroxychloroquine est répétée des dizaines de fois. Compilation rime avec répétition. C'est un peu le principe du genre. Et pour ceux qui s'attendent soit à des révélations (le professeur a soigné nombre de personnalités du Gotha dans la plus totale discrétion alors que les résidents des EHPAD n'avaient droit qu'à une « sédation » pour ne pas dire une « euthanasie » au Rivotril), soit à des prises de positions flamboyantes dignes de l'image de druide tonitruant dont les médias l'ont affublé, ils en seront pour leurs frais. Pas un nom de ministre ou de people et un point de vue calme, posé, raisonné. Pas un mot plus haut que l'autre. On est même un peu déçu qu'il n'aille jamais au bout de ses raisonnements et qu'il se contente de réponses de Normand (bizarre pour un Marseillais…) Exemple : le masque ne sert à rien, mais il est possible qu'il faille le porter quand même juste pour rappeler à la population de garder ses distances. Il n'y a pas lieu de prendre un vaccin expérimental pour une maladie à la létalité si faible et aux variations si nombreuses, mais pourquoi pas… le professeur le dit lui-même, il ne veut surtout pas passer pour « complotiste ». le lecteur qui a déjà suivi toute cette affaire et s'est déjà tapé du Covid matin, midi et soir pendant un an et demi, n'apprendra rien de nouveau avec cet ouvrage !
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
MimimelieMimimelie   03 mars 2021
Audition devant la commission d’enquête parlementaire Assemblée nationale 24 juin 2020 :

Je crois beaucoup aux données chiffrées brutes. Je me méfie de tout ce dont Husserl parlait en disant : « les méthodes mathématiques sont les habits des idées ». Je me méfie beaucoup de la manière dont on enrobe et on manipule les chiffres, à la fin on n’y comprend plus rien.
[…]
La santé publique, c’est 70 à 80 % de politique, et 20 à 30 % de médecine. On a eu l’impression dans un certain nombre de cas que certaines décisions ont été politiques –je les pense politiques-, comme le confinement, le masque dans la rue. Il n’y a pas de données scientifiques qui permettront de prouver ça parce que c’est des notions d’écosystème. Ces décisions ont été déchargées sur des scientifiques, et des décisions médicales ont été préemptées par le politique. Là, je suis vraiment en désaccord. Donc il y a une vraie réflexion à avoir sur la part du politique, sur la part du médecin, sur la part du scientifique.
[…]
Ça a pris une ampleur extraordinaire, et je reconnais que l’ampleur s’est associée à des mouvements économiques que je n’avais jamais vus non plus, qui sont pour appeler les choses par leur nom ceux de Gilead, pour lequel il s’est échangé, pendant cette période, plusieurs dizaines de milliards d’actions. Ces échanges étaient rythmés par les déclarations « ça marche », ou les déclarations selon lesquelles la chloroquine marchait ou ne marchait pas. Il y a des enjeux qui sont d’un niveau que je n’ai jamais connu dans ma carrière, et je ne suis pas un pigeon de l’année. Je n’ai jamais vu ça.
[…]
Et bizarrement, cette chose qui est probablement le plus grand scandale scientifique du XXIe siècle : la publication par une bande de Pieds nickelés de papiers dans les meilleurs journaux du monde. Si ça a été publié, c’est parce que les gens cherchaient par n’importe quel moyen à démontrer quelque chose de tout à fait invraisemblable : que l’hydroxychloroquine tuait 9 à 10 % des gens qui en prenaient. Tant que ce phénomène n’aura pas été analysé jusqu’où il doit l’être, c’est-à-dire comment un truc qi est aussi étonnant que la vente de la tour Eiffel à un individu privé, c’est complètement délirant, comment ces choses-là ont pu être publiées dans le meilleur journal du monde, qui s’est contenté de dire : « c’est une erreur». Ce n’est pas une erreur, il s’est passé quelque chose d’exceptionnel, ça n’est jamais arrivé que le Lancet ait à rétracter en quelques semaines un papier, en même temps que le NEJM, pour des raisons qui n’auraient pas pu échapper à un étudiant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
paulallan380paulallan380   12 mai 2021
[…] pour ce que j’ai vu rapidement, les trois pays dont la situation n’est pas contrôlée actuellement, c’est l’Italie, la France et l’Espagne, donc ce ne sont probablement pas des modèles.
Le confinement en Italie n’empêche pas qu’ils continuent à avoir une évolution exponentielle, ils continuent à avoir une évolution exponentielle en France et en Espagne et ces trois pays ont décidé de mettre au premier plan le confinement.
On peut se demander s’il ne faut pas réfléchir, accepter de changer d’opinion, ce qui est une forme d’intelligence, et repartir sur ce qu’a fait la Corée, c’est-à-dire multiplier les tests, traiter les gens et n’isoler que les gens positifs. On ne peut pas isoler toute la population. […]

On est au XXIe siècle, les maladies contagieuses on doit les détecter, isoler les gens qui sont contagieux le temps pendant lequel ils sont contagieux, et on doit raccourcir le temps pendant lequel ils sont contagieux par des traitements qui les empêchent d’être contagieux. Et quand ils ne sont plus contagieux, il faut leur ficher la paix. Ce n’est pas la peine de les garder quatorze jours s’ils sont négatifs au bout de cinq jours, ce n’est plus de la science, c’est de la de la science-fiction ou de la sorcellerie.

(Ch. 2 : Le pic de l’épidémie, 17 mars 2020, p. 93)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
paulallan380paulallan380   21 mai 2021
La crise de l’hydroxychloroquine en France est a peu près unique. L’interdiction d’un côté, les pétitions de l’autre, pour permettre l’usage d’un des médicaments les plus sûrs, disponible dans la pharmacopée, sont quelque chose qui est étonnant et qui a été associé à ce qui est le plus gros scandale scientifique du XXIe siècle, c’est-à-dire la publication, par des gens inconnus, de séries prétendant analyser plus de 90 000 personnes dans le « New England » et dans le « Lancet ».
Ces articles ont été rétractés très rapidement par leurs auteurs après qu’une pétition, menée par le scientifique le plus connu du domaine des maladies infectieuses et tropicales en Angleterre, originaire d’Oxford, a commencé à écrire en disant qu’il était fou de croire que l’hydroxychloroquine pouvait être aussi toxique. Il s’agit de Nick White, l’un des chercheurs les plus cités au monde ;
et en tout cas celui le plus cité dans le domaine des maladies tropicales.

On ne peut pas empêcher les controverses, pas plus en France qu’ailleurs. Il existe des recommandations, aux Etats-Unis, dans l’un des meilleurs journaux de médecine interne, proposant l’association de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine dans des formes de Covid débutantes.
Les méta-analyses, en fonction des critères reconnus de qualité, donnent des résultats soit démontrant l’efficacité de l’hydroxychloroquine, soit démontrant l’inverse.
Cela traduit simplement les activités humaines, là comme ailleurs, l’idée qu’une personne ou un groupe de personnes peut trancher pour savoir ce qu’est la vérité est une illusion.

(Sénat, le 15 septembre 2020, p. 309-310)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
paulallan380paulallan380   15 mai 2021
[…] l’idée étant d’utiliser l’hydroxychloroquine avec le point que nous surveillons qui est celui de la charge virale dans les prélèvements respiratoires, mécanisme comparable à la prise en charge du sida, par exemple, où l’on mesure la charge virale dans le sang, pour voir si le nombre de virus s’écroule. Si c’est le cas, on sait que ça marche cliniquement car quand il n’y a plus de virus les gens ne sont plus malades. C’est une démarche qui est une démarche du XXIe siècle.
Donc on a fait ça : on teste les gens, on leur donne le médicament, on regarde si ça diminue et on s’était donné comme limite six jours, pour savoir si au sixième jour les gens n’avaient plus de virus après ce traitement, compte tenu du fait que le portage viral rapporté par les Chinois est en moyenne, maintenant on le sait, de vingt jours. Donc on prenait une marge très importante.

Par ailleurs, pour la prise en charge des gens qui sont malades, on sait depuis longtemps qu’il y a des surinfections bactériennes qui jouent un rôle dans la sévérité de la maladie, on sait que c’est de ça que sont morts la plupart des gens qui ont souffert de la grippe espagnole.
Un travail très important, qui a été publié dans le JAMA [Journal of the American Medical Association], montre que l’azithromycine, dans les infections virales chez l’enfant, améliore le pronostic et diminue la durée d’hospitalisation.
On a donc pris l’habitude, qui est notre habitude clinique, d’ajouter l’azithromycine à l’hydroxychloroquine chez les patients qui étaient malades. Nous avons mesuré comme ça les charges virales.
[…] les gens qui avaient pris de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine avaient une réaction encore plus spectaculaire, ils étaient pratiquement tous curés de la présence du virus au bout de six jours.

(Ch. 2 : Le pic de l’épidémie, 17 mars 2020, p. 95-96)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BurjBabilBurjBabil   18 février 2021
Je ne veux rien prédire, mais je ne suis pas sûr qu’on ait un vaccin miracle d’ici peu de temps.
En revanche, ce qui est absolument essentiel et ce dont doivent s’emparer les États, c’est de tester les petits moyens économiques et sans danger pour éviter les évolutions dramatiques. Il s’agit de détecter les gens, détecter leur baisse en oxygène par de petits appareils qui sont les saturomètres, qui sont très bon marché et que l’État devrait sponsoriser ou importer massivement pour les mettre à disposition du public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161

Videos de Didier Raoult (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Raoult
Directeur de l'institut hospitalo-universitaire de Marseille, Didier Raoult est devenu, au printemps 2020, une idole pour une partie de la population française. En faisant la promotion d'un traitement inefficace contre le Covid-19, le chercheur marseillais a acquis une aura, une stature nationale au point de recevoir, dès le mois d'avril, la visite du président de la République.
Et pourtant, dès cette époque-là, Mediapart révélait déjà deux rapports qui documentaient les méthodes douteuses de Didier Raoult, des arrangements avec la science et un manque d'expertise de ses équipes en épidémiologie.
À LIRE ICI : https://www.mediapart.fr/journal/france/070420/chloroquine-pourquoi-le-passe-de-didier-raoult-joue-contre-lui#at_medium=custom7&at_campaign=1050
Plus tard, Mediapart révélait également que les équipes de Didier Raoult prescrivaient de façon sauvage à des patients atteints de tuberculose un traitement expérimental, non testé, qui a provoqué dans certains cas de graves complications. 
À LIRE ICI : https://www.mediapart.fr/journal/france/221021/ihu-de-marseille-les-ravages-d-une-experimentation-sauvage-contre-la-tuberculose#at_medium=custom7&at_campaign=1050
Ce sont ces deux ans d'enquêtes que Mediapart vous propose aujourd'hui en vidéo.
Vous connaissez notre émission À l'air libre ? Votre avis nous intéresse https://mdpt.fr/39yQZsn Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement#at_medium=custom7&at_campaign=1050 Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
+ Lire la suite
autres livres classés : VaccinsVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
231 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre