AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Didier Raoult (Autre)
EAN : 9782379313158
456 pages
Éditeur : humenSciences (30/09/2020)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Qui est Didier Raoult ? Que pense-t-il vraiment ? Pourquoi ce grand infectiologue, auteur de nombreuses découvertes, irrite-t-il autant les autorités politiques, sanitaires, et nombre de ses confrères ? Dans ce livre, dense, fort, personnel, le professeur Raoult éclaire toute sa démarche, au-delà de l’actuelle controverse autour de l’hydroxychloroquine et du Covid-19. Ce défenseur acharné du progrès scientifique donne sa vision de ce que doit être la médecine et la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Goudal
  27 novembre 2020
Didier Raoult fait l'objet de beaucoup de controverses aujourd'hui. On es pour ou on est contre.Personne n'est indifférent.
Si la plupart de ses défenseurs ne l'ont pas lu, au moins, ils l'ont écouté comme moi-même sur ses vidéos hebdomadaires YouTubées.
Quant à ses détracteurs, personne à ma connaissance ne l'a lu ni essayé de comprendre le personnage et sa démarche.
En fait de controverse, seule sa défense de l'HCQ fait débat. Et c'est dommage.
Je ne suis pas infectiologue et je n'ai pas encore eu le covid.
Je défends l'HCQ parce que j'ai fait un peu de statistique dans ma vie et les chiffres me semblent sans appel (chiffres disponibles sur Santé Publique France, organisme peu enclin à soutenir Raoult.
Mais là n'est pas le propos de ce billet ni celui du livre qui apporte un éclairage très interessant sur son parcours personnel, ses expériences professionnelles, l'état de la science médiale et ses méthodes.
Le bouquin est structuré en grande partie sur les idoles de Francis Bacon, le philosophe du XVIème siècle, pas le peintre.
Bacon est le père de l'empirisme. Il pose les fondements de la science moderne notamment dans Novum Organum (La méthode nouvelle) dans lequel il expose les idoles (les illusions, les chimères) :
- les idoles de la tribu (idola tribus) communes au genre humain qui croit connaître les choses telles qu'elles sont alors qu'il ne les connaît qu'à travers ses organes sensoriels,
- les idoles de la caverne (idola specus) propres à l'éducation et à la culture de chacun.
- les idoles de la place publique ou du forum (idola fori) : celles qui viennent de l'usage public du langage qui structure notre pensée
- les idoles de la scène ou du théâtre (idola theatri) qui viennent de l'abus de l'autorité de la tradition, qui n'est qu'une mise en scène où l'on surestime les vieilles idées rendant ainsi impossible l'ouverture de l'esprit et les idées nouvelles.
Didier Raoult défend ainsi sa méthode fondée sur l'expérience et le doute. Ainsi il écrit : « En effet, le doute est la seule preuve de la pensée scientifique. Sans doute, il n'y a pas de pensée; le scepticisme est intrinsèque à toute forme de science. Les ayatollahs et les inquisiteurs doivent rester dans leur champ, qui est celui de la religion. La science ou la pseudoscience peut devenir aussi arrogante et aussi excessive que les religions. »
Son empirisme est à rapprocher de celui d'un autre réprouvé dans un tout autre domaine qui a écrit cette année « L'éloge de l'empirisme » : Emmanuel Todd. Il y a beaucoup plus de similitudes entre ces deux individus qu'on pourrait le penser. S'il se connaissait, je suis sûr qu'il se détesterait. Trop pareil.
Au fil des pages, Didier Raoult nous raconte quelques morceaux de son parcours. Il ne croit pas au consensus et revendique de pied ferme son empirisme : «  Chacun de nous est modelé par son histoire qui l'amène à avoir une vision différente des autres. [...] Je voudrais expliquer pourquoi nous devrions faire un effort pour ne pas tenter d'homogénéiser la pensée scientifique (et qui est la raison pour laquelle je suis hostile à la spécialisation très précoce des élèves et des étudiants), afin d'avoir des scientifiques venus d'horizons très différents permettant ainsi une contribution à la pensée qui est nécessaire dans ces périodes de révolution scientifique ».
Et Didier Raoult va conforter sa méthode avec … Nietzsche : « Nietzsche est le penseur qui m'a toujours le plus bouleversé. Il m'a, pour dire la vérité, bridé dans mon désir de devenir un jour un philosophe, un écrivain. A quatorze ans, quand j'ai découvert "le gai savoir", j'ai compris que quoi que je fasse, quelle que soit la force et le temps que j'y mettrais, je ne pourrai jamais atteindre ce niveau de clarté dans l'expression, cette volonté délibérée de tout exprimer sans tentative de rationalisation entre les différents aspects de la pensée, et que je n'aurai pas un maniement du verbe d'une telle beauté ».
Comme dans « Dépasser Darwin », il revient sur Deleuze et Guattari et leur image du rhizome pour démonter l'arbre darwinien.
Il termine ainsi son livre dans une conclusion provisoire : « Le XXIe siècle sera le sicle de la complexité. Et en biologie, nous aurons besoin au XXIe siècle […] de vivre une révolution comparable à celle de la mécanique quantique, pour appréhender sa complexité et nous aider à entrer dans un nouveau monde de connaissance. Une perspective enthousiasmante!
Encore la pêche, le Didier.
Passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Papyrusdunil
  19 novembre 2020
Un livre brillant, érudit, qui ne devrait pas faire un tabac médiatique dans la triste configuration de ce qu'est la communication scientifique actuelle.
Je n'aurai ni la prétention de me risquer à résumer cet ouvrage, ni à prétendre que j'ai tout compris, mais j'ai apprécié de le lire, d'écouter la voix d'un scientifique émérite parfaitement iconoclaste nous donner sans interférence sa vision de la science et de sa spécialité. Et j'ai apprécié que le livre soit encore cet extraordinaire média, qui permet la mise à distance, qui permet au temps d'agir utilement, qui permet au lecteur de s'arrêter, de revenir en arrière, de murir sa lecture. J'y ai appris énormément de choses, aussi bien sur le plan de l'épidémiologie, des méthodologies, que de la littérature et de la place de la philosophie dans la pensée scientifique.
Comme enseignante, j'ai toujours pensé comme ce grand professeur que la spécialisation précoce des étudiants est une erreur magistrale, nuisible à l'enrichissement de la pensée et à la construction d'une personnalité équilibrée, et comme malade, j'en ai eu la confirmation en me confrontant aux actuels médecins-techniciens dépourvus d'humanisme, compétents mais rendus « incultes » par des études omnipotentes totalement déconnectées du réel. Des médecins qui soignent des maladies mais pas des malades.
Les situations de lynchage politico-médiatiques ne sont pas rares en ce monde où l'argent est roi, mais à cette échelle, il y a de quoi être interpellé et avoir envie de se faire une idée par soi-même de qui est ce célèbre épidémiologiste. J'invite les curieux et les sceptiques de tous poils, ceux qui comme moi doutent de l'objectivité médiatique, ceux qui n'aiment pas qu'on leur dicte ce qu'ils doivent penser à ouvrir ce livre et à le lire, car à son actif de chercheur à la formation universitaire il faut ajouter quelque talent de plume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
dcombierdcombier   13 décembre 2020
Le Professeur Raoult délivre à travers ce livre sa conception et sa philosophie de la recherche scientifique : Douter et être curieux de tout. A travers de multiples exemples tirés de son expérience, il montre les erreurs que les préjugés scientifiques ou personnels peuvent induire.
Accessible, malgré un premier chapitre où l'ingénieur en biologie que je suis (formé il y a plus de 40 ans) a eu du mal à suivre, il explique que la pluralité des connaissances est de loin préférable à l'ultra-spécialisation dans une seule.
Un livre à l'image de son auteur, volontiers iconoclaste, mais scientifiquement, et intellectuellement, impeccable..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PapyrusdunilPapyrusdunil   19 novembre 2020
Le nombre de bactéries dans le monde est absolument considérable. Ainsi une simple cuillère à soupe de terre contient plus de bactéries que d'humains à la surface de la planète. Par ailleurs il y a plus de bactéries dans la mer que d'étoiles connues dans le ciel. Cela donne une idée de l'importance des micro-organismes.
Et le nombre de virus est encore plus effarant: on considère qu'il existe10 puissance 31 virus sur Terre, c'est à dire cent fois plus encore que de bactéries.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dcombierdcombier   08 décembre 2020
Le rôle du virus de la mosaïque du tabac, comme cofacteur du cancer du poumon, n'a pas été étudié, mais c'est une piste qui pourrait ne pas être négligeable. Cela d'autant plus que certains scientifiques pensent pouvoir utiliser le virus de la mosaïque du tabac comme vecteur médicamenteux ou vaccinal que l'on injecterait chez l'Homme. Il est d'abord très important de s'assurer que celui-ci n'interfère pas de manière significative avec les cellules. En effet, un virus n'a pas besoin de se multiplier dans les cellules pour changer leur programme. Il suffit que ces petits ARN de contrôle entrent dans une cellule (ce qui peut se faire assez facilement) pour la reprogrammer et la transformer en cellule cancéreuse. En tout cas, cela est parfaitement réalisable et c'est probablement l'un des supports de la cancérogenèse des agents infectieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PapyrusdunilPapyrusdunil   19 novembre 2020
Nietzsche est le penseur qui m'a toujours le plus bouleversé. Il m'a, pour dire la vérité, bridé dans mon désir de devenir un jour un philosophe, un écrivain. A quatorze ans, quand j'ai découvert "le gai savoir", j'ai compris que quoi que je fasse, quelle que soit la force et le temps que j'y mettrais, je ne pourrai jamais atteindre ce niveau de clarté dans l'expression, cette volonté délibérée de tout exprimer sans tentative de rationalisation entre les différents aspects de la pensée, et que je n'aurai pas un maniement du verbe d'une telle beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PapyrusdunilPapyrusdunil   19 novembre 2020
Chacun de nous est modelé par son histoire qui l'amène à avoir une vision différente des autres. [...] Je voudrais expliquer pourquoi nous devrions faire un effort pour ne pas tenter d'homogénéiser la pensée scientifique (et qui est la raison pour laquelle je suis hostile à la spécialisation très précoce des élèves et des étudiants), afin d'avoir des scientifiques venus d'horizons très différents permettant ainsi une contribution à la pensée qui est nécessaire dans ces périodes de révolution scientifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Didier Raoult (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Raoult
L'intégralité de l'interview sur la plateforme france·tv https://bit.ly/3u8sgD1 « Didier Raoult est le symbole de l'excellence médicale à Marseille » déclarait Jean-ClaudeGaudinven juin dernier. Aujourd'hui l'ancien Maire ajoute : "À Marseille, globalement, tout le monde le soutient."
— Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa —
Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5  | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/
autres livres classés : BactériesVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
344 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre