AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Louis Joos (Illustrateur)
EAN : 9782211039307
35 pages
Pastel (09/05/1996)
4.15/5   91 notes
Résumé :

Nous nous sommes connus au Star Circus, Oregon et moi. Il passait juste avant mon numéro et je le raccompagnais tous les soirs jusqu'à sa cage. Un jour, il m'a parlé, et voici ce qu'il m'a dit...

Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
4,15

sur 91 notes
5
10 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

Nastasia-B
  29 novembre 2013
Voici un album très exigeant quant au sens, mais absolument fabuleux selon moi.
Quand on y regarde un peu vite, on aurait tendance à classer ce livre dans les lectures de maternelle or, ce serait une grave erreur.
Pour être tout à fait franche, je pense qu'il est inutile de proposer cet album avant l'âge d'au moins neuf à dix ans, et encore...
C'est une histoire très poétique et métaphorique où le non-dit est omniprésent. Une histoire qu'il convient de lire plusieurs fois afin que l'enfant se l'approprie et y trouve des significations chaque fois différentes.
Nous sommes aux États-Unis, probablement dans les années 1960 ou fin des années 1950. On sait juste que l'un des deux personnages principaux est né en 1935. C'est au style des camions qu'on peut conjecturer une date approximative où se déroule l'album.
De même, il n'est jamais précisé qu'on se situe aux USA, c'est au lecteur de le deviner.
Au début, nous sommes dans un cirque et le narrateur, qui est un des personnages principaux ne nous dit pas qui il est. Là encore, il faut chercher et ce n'est qu'à un certain point qu'on peut en avoir la certitude.
L'un des personnage souffre d'un handicap, mais une nouvelle fois, c'est à un certain point de la lecture qu'on l'apprend avec certitude. Pourtant, différents indices auraient pu nous mettre sur la voie, tant dans le texte que dans les illustrations, mais on n'y fait pas attention à la première lecture.
Les deux personnages décident de quitter le cirque et de voyager. Ceci aussi est sujet à interprétation.
On traverse tous les États-Unis pour finalement aboutir à un point précis. C'est la fin du voyage pour l'un des deux personnages. Pour l'autre, ce n'est peut-être que le début, allez savoir...
J'ai tâché de ne pas vous déflorer cet album extrêmement riche et qui peut être lu comme une enquête. Il y a mille liens possibles avec différents sujets. Les illustrations sont très pertinentes et donnent à voir ou à penser autre chose que le texte. On y décèle même un clin d'oeil à Van Gogh.
Bref, c'est de la belle ouvrage, messieurs Rascal et Louis Joos, et je vous en remercie. Au demeurant, ceci n'est que mon avis, un petit point rouge cheminant sur les milliers de routes qui sillonnent les milliers de kilomètres des États-Unis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          790
blandine5674
  22 mars 2017
Magnifique album ! Les dessins sont un régal pour les yeux et surtout les couleurs chaudes qui font penser aux tableaux de van Gogh avec cet orange qui prédomine. Un clown voit de la tristesse chez l'ours cycliste. Ils quitteront le cirque pour qu'il retrouve ‘sa' forêt. Un voyage de plus de 4 000 kms entre Pittsburgh et l'Oregon, passant par Chicago et les Rocheuses, au gré des rencontres. Un texte qui fait écho aux poèmes de Rimbaud. Partons sur la route avec Duke et Oregon à la manière de Kerouac. Et peut-être, à la fin, poserons-nous aussi notre nez de clown pour être nous-même…
Commenter  J’apprécie          250
Nyfa-Mars
  29 décembre 2015
Bienvenue au cirque, mesdames et messieurs! Derrière le rideau rouge se cachent des funambules, des clowns et des animaux que vous admirerez. Mais qui sont ces personnages singuliers qui vous font rire ou pleurer?
Le voyage d’Oregon est un album qui m’a laissé au dépourvu. Je ne m’attendais pas à ressentir une telle variété de sentiments divers et variés en lisant et regardant ce livre. Je suis passé de l’ambiance festive et unique du cirque, à cette amertume et cette tristesse dégagée par les personnages d’Oregon et de Duke.
Oui, avant tout ce livre est une belle histoire entre un ours par vraiment sauvage et un clown au cœur d’artichaut.
Tout démarre par une demande d’un retour à la nature pour un ours domestiqué à un clown un peu désarmé face à sa demande. Non, non ce n’est pas parce qu’Oregon est un ours qui parle, mais parce qu’Oregon bouleverse le petit clown par sa demande. Et puis le déclic survient, Oregon est loin des siens et de son environnement naturel, alors qu’est-ce qu’un numéro à côté du bonheur de son nouvel ami. Duke décide donc de tout claquer et d’accompagner son singulier partenaire Oregon en Oregon!
Je trouve cet album très beau dans sa simplicité. Graphiquement, les personnages, scènes et objets sont reconnaissables sans entrer dans des détails minimalistes (ou presque).
Quant à la couverture, elle oscille entre couleurs pastels (violet lavande), couleurs vives (orange/ocre et rouge) et couleurs sombres (noir/marron). Et, j’avoue que la couverture et l’aspect général du livre m’ont poussé à l’acheter (pour l’anecdote il s’agit de l’édition de 1995 -20 ans tout pile et oui- et donc comme j’ai du mal à résister à des vieux livres… enfin vous voyez…).
Le reste de l’album est composé des mêmes teintes de couleurs et permet d’admirer plusieurs techniques dont l’aquarelle et les pastels.
Et dans l’ensemble les textes et les illustrations sont en échos total.
Je m’explique…
Le début de l’album s’ouvre sur le cirque et le spectacle du soir. L’ambiance nocturne et joyeuse est recouverte du voile sombre de la nuit. Là, beaucoup de question se posent. Comment s’organisent les numéros? Que se passe-t-il à la fin du spectacle?
Du réalisme du cirque l’on passe au domaine de l’irréel lorsque l’ours Oregon s’adresse à Duke.
Le voyage de Duke et d’Oregon démarre donc par la ville (pas de nom spécifique) et ses usines crachant de la fumée noire, tout comme les voitures et l’atmosphère nocturne de la circulation urbaine.
Leur voyage se poursuit dans un hôtel : Le sioux Motel.
L’industrialisation et la vie urbaine sont très bien représentées.
Toujours dans la même veine, les scènes naturelles (sauf celle que l’on peut voir en couverture) sont assez prenantes, tout en contraste entre le sombre et les couleurs pastels.
Les références sont graphiques sont aussi nombreuses : l’histoire des États-Unis, la culture populaire américaine mais également le peintre Van Gogh et ses œuvres.
Au final le récit est un véritable voyage initiatique, sous forme de Road-trip où l’on découvre le personnage de Duke et son passé.
Duke est un personnage singulier, un clown qui cache un physique atypique dans une Amérique peu ouverte d’esprit.
Et rapidement, je me suis attaché à ce clown-ange gardien et à son ours pas vraiment en peluche.
Pour résumer : Le voyage d’Oregon est un superbe conte moderne s’inspirant de la réalité tout en apportant une touche de rêve et de poésie. Le récit et les illustrations nous véhiculent de belles leçons sur l’amitié, la liberté et la tolérance. Ce voyage est cependant à réserver aux plus grands pour en comprendre toute l’étendue philosophique, mais aussi les non-dits et les références.
Lien : https://masquedutemps.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
GalaxioN
  31 octobre 2021
C'est un album que j'aime étudier en classe avec des CM1/CM2. Pour ces classes-là, on pense souvent, à tort, que le support de l'album est un peu dépassé, mais quand on plonge dans cet ouvrage et qu'on l'exploite sous toutes ses coutures, il en devient un support multidisciplinaire passionnant.

Ainsi, on découvre une histoire où tout est suggéré, tout est à découvrir dans le texte mais aussi dans les magnifiques illustrations qui recèlent de nombreux indices. Il faut donc être attentif à tout pour comprendre le sens de cette histoire jusqu'à la fin. Plusieurs lectures sont nécessaires, pour réinterpréter ce que l'on avait compris initialement, pour redécouvrir certains textes ou images qui prennent alors un autre sens.
C'est donc un album qui peut faire travailler de nombreux domaines comme l'histoire, la géographie, mais aussi faire réfléchir sur des questions morales et civiques.
Un véritable travail d'investigation peut être mené pour comprendre en profondeur les messages de cette oeuvre, mais il y a aussi une part de subjectivité, notamment avec la fin, qui permet de rendre la réflexion libre sur le destin des personnages. Un magnifique support d'enseignement (puisque je l'ai découvert sous ce prisme), un magnifique album, profond, riche en réflexions et en émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ileautresor
  31 octobre 2020
Un artiste: un clown et un ours appelé Orégon traversent les Etats Unis pour revenir au lieu qui a donné naissance à l'ours... les forêts de l'Oregon.
Ils embarquent dans un bus dans la grisaille d'une ville américaine. Prennent une camionnette Wolkswagen pour cette traversée
dans ces lointaines contrées.
Traversent de paysages magnifiques parsemées de champs de blés...
J'aime particulièrement le passage avec un feu de camps dans une clairière au sein de la forêt... avec la cafetière en "bandoulière" sur une branche.
Un retour aux origines: mélancolie et beauté sont au rendez-vous.
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   21 mars 2017
On cheminait sous la grêle.
On festoyait dans les maïs.
On somnolait dans l'herbe tiède.
On rêvait sous les étoiles.
Les oiseaux pour réveille-matins, les rivières
pour salle de bains, le monde entier nous appartenait.
Commenter  J’apprécie          224
Nastasia-BNastasia-B   29 novembre 2013
C'est au Star Circus que nous nous sommes connus, Oregon et moi. [...] Un soir, Oregon m'a parlé. Comme dans les livres pour enfants...
" Conduis-moi jusqu'à la grande forêt, Duke ".
Sur le coup, je n'ai rien pu répondre.
Commenter  J’apprécie          150
Pitchounette45Pitchounette45   04 octobre 2016
On cheminait sous la grêle.
On festoyait dans le maïs.
On somnolait dans l'herbe tiède.
On rêvait sous les étoiles.
Les oiseaux pour réveille-matins,
les rivières pour salle de bains,
le monde entier nous appartenait.
Commenter  J’apprécie          50
LilizLiliz   29 septembre 2018
Dans le matin blanc,
je partirai, le coeur léger et la tête libre.
Commenter  J’apprécie          91
Martin1972Martin1972   15 octobre 2014
Les cheveux rouges au vent, j'ai traversé des tableaux de Van Gogh... En plus beau.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : cirqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
528 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre