AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757858947
Éditeur : Points (14/04/2016)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 104 notes)
Résumé :
Les douze nouvelles de ce recueil sont des portraits de désespoir rural, de vies oblitérées par la misère, le manque d'éducation, la drogue.
Situées dans le décor sauvage et somptueux des Appalaches déjà rencontré dans les romans de Rash, elles se déroulent entre l'époque de la guerre de Sécession et nos jours, et décrivent avec une compassion résignée et lucide de pathétiques actes de survie, des trahisons, une violence quotidienne banalisée par la pauvreté... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  08 décembre 2016
D'un chien accusé de vol à cette jeune mère qui, en pleine guerre, reçoit la visite d'un confédéré venu lui voler ses biens en passant par des gamins sans scrupules accros à la meth, des boucles de ceinturon des États confédérés qui peuvent coûter très cher, le crash d'un avion vu par un enfant, une épouse soupçonnant son mari d'être pyromane, le retour d'un soldat sur ses terres, un mari délaissé par sa femme qui a décidé de reprendre ses études... et bien d'autres encore...
Ce recueil de douze nouvelles dépeint avec force et une certaine mélancolie le désespoir, la misère et des tranches de vie difficile, des êtres isolés ou abandonnés. Au coeur des Appalaches, de la guerre de Sécession à nos jours, Ron Rash, témoin de ces désillusions, de ces peines, de ces luttes, souvent vaines, ou encore de ces rêves brisés, fait montre d'une humanité profonde et d'une sincérité et d'une compassion confondantes. En peu de pages, chaque nouvelle, emplie d'une force et d'une intensité remarquables, décrit avec précision ces êtres le plus souvent malmenés, désespérés, angoissés, brutaux ou vénaux. Dans des décors semblant venir d'un autre temps. L'écriture, précise et poétique, illumine pour un temps ces tranches de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          692
berni_29
  24 août 2019
Au travers de ce recueil de nouvelles, Incandescences, j'ai continué de faire route dans l'univers de Ron Rash, auteur américain découvert grâce à son roman envoûtant lu récemment, Le monde à l'endroit.
Ici, j'ai retrouvé l'atmosphère de cet écrivain, quelque chose d'impalpable, des êtres brisés, qui s'arrangent avec la vie comme elle vient, comme ils peuvent, qui y croient encore un peu, tâtonnent dans le vide sidéral, il y a toujours un moment où ces êtres sont au bord du précipice qui les guette à chaque instant, ce qui les amènent là, le dénuement, la traque, la peur, l'innocence, la compassion, un rêve fou, la folie peut-être...
Ce sont douze nouvelles. Je ne suis pas forcément un grand lecteur de nouvelles, ici je dois avouer avoir succombé pour ce style de narration. Douze nouvelles dont le paysage est celui des Appalaches. Une terre sauvage, abrupte, rugueuse comme l'existence des personnages ; une ruralité encore archaïque, désœuvrée. On entend de temps à autre le babillage d'un écureuil, on cueille d'un regard furtif le vert terne des rhododendrons, on entend au loin le croassement d'une corneilles. Les oiseaux ici peuvent être de mauvaises augures ou transmettre des signes. Quand le désespoir est là, on s'accroche comme on peut aux messages que la nature peut transmettre.
Humer l'odeur de la terre noire et grasse. Sous cette terre peuplée de légendes et de fantômes, dans des cimetières retirés du monde, il y a les corps des confédérés qui ont pourri et qui suscitent encore des convoitises.
J'ai aimé retrouver son style dépouillé, la phrase épurée jusqu'à l'os, les mots au plus près des personnages, nous voyons leurs gestes, leurs pas, leurs craintes, leurs espérances encore à mi-chemin entre le crépuscule et la nuit...
Il y a une beauté crépusculaire dans ces douze récits.
Chaque histoire fait entendre sa petite musique lancinante, sa voix, son étreinte. J'ai aimé l'histoire de cet enfant qui découvre cet avion écrasé au milieu de la forêt, découvrant ses passagers inanimés, son désespoir quotidien par le naufrage de ses parents endettés, shootés à la méthamphétamine, s'efface brusquement comme une petite folie au contact de la carlingue, d'une bague arrachée au doigt de la passagère, d'une rolex au bras du pilote...
Malgré le côté sombre, il y a toujours une petite lueur, une étincelle, un regard éperdu qui se fraye un chemin dans le dédale de la nuit qui apparaît.
L'épure et le sublime sont à leur comble dans la dernière nouvelle, clin d’œil à la Grande Histoire, ici la guerre de Sécession, offrant au lecteur l'occasion d'une immense empathie avec l'héroïne.
Ce sont douze tranches de vie que j'ai aimé visiter, côtoyer, étreindre... Dans cette écriture taiseuse et incandescente, je me suis retrouvé au plus près des personnages...
Cette écriture magnifique est aussi le fruit du travail de la traductrice, Isabelle Reinharez. On ne dit jamais assez tout le talent des traducteurs... Parmi les auteurs qu'elle a traduits figurent Louise Erdrich, Robert Olen Butler, Anne Enright, Tim Parks... Un très beau chemin aussi...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
Mimeko
  03 juillet 2016
Avec Incandescences recueil de douze nouvelles, Ron Rash
évoque les petits, la vie rurale difficile, les êtres isolés, seuls ou abandonnés, qui tentent de survivre ou de sauver le peu qu'ils ont ou les êtres qui leur sont chers, comme cet enfant qui, ayant trouvé une bague de valeur, se la voit confisquée par son père toxico et qui ne peut s'y opposer, ou des pilleurs de tombes qui cherchent fortune en déterrant des objets des soldats confédérés.
Au fil des nouvelles Ron Rash nous dévoile toute son humanité, son amour et sa tendresse pour les petits, les paumés, tous ceux qui n'ont pas toujours fait les bons choix; il ne les juge pas, il se fait uniquement le témoin de leurs luttes ou de leurs désillusions. Ce regard humain et tendre est servi par un style épuré, simple et dépouillé qui met en valeur la force de ces nouvelles. Je continue avec toujours autant de bonheur ma découverte de cet auteur profondément humain.
Commenter  J’apprécie          384
Bazart
  09 octobre 2015
Ron Rash, j'ai eu le plaisir de rencontrer la semaine passée le 1er octobre grâce au Festival Quais du Polar pour un long master class qui s'est déroulé dans la salle Celestine du très beau théâtre des Célestins.
Ron Rash y est notamment venu présenter son dernier livre publié à ce jour en France, "Incandescences", publié chez Seuil en avril dernier, un recueil de douze nouvelles de ce recueil qui nous parle, comme tous les écrits de l'auteur de désespoir rural, de tranches de vie oblitérées par la misère, le manque d'éducation, la drogue entre William Faulkner et Steinbeck.
"Incandescences", encore plus que dans ses romans, témoigne de la puissance du style de Rash, épuré, où chaque mot, chaque phrase chaque mot a son importance , et pour lui, la nouvelle, à mi chemin entre le poème et le roman est sans doute l'exercice le plus difficile, mais celui qu'il préfère de tous
Rarement son économie de mot a été poussée comme ici à son maximum pour faire comprendre en quelques paragraphes, tout ce qu'il faut savoir du passé et de la personnalité de ses personnages .
Ainsi "l'envol", une histoire de crash d'avion vu à travers les yeux d'un enfant qui le découvre, est sans doute le plus remarquable de toutes les nouvelles du livre, afin de montrer toute l'efficacité de la puissance stylistique de Ron Rash, ce grand romancier américain que les rares spectateurs privilégiés de cette belle rencontre étaient ravis de le voir descendre de ses montagnes américaines.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
zellereb
  03 août 2016
Ces nouvelles m'ont ravie. Dans chacun de ces textes, il y a un tout petit quelque chose à chaque fois qui montre le supplément d'humanité, de sensibilité de Ron Rash.
Ça se passe en Caroline du Sud, dans des milieux agricoles, auprès de fermiers, de gens pauvres souvent chevillés aux problèmes d'argents, contraints au pillage parfois. Elles nous parlent de la solitude de la vieillesse. Proche de la nature, l'écriture de Ron Rash sonde la neige, la forêt, le jardin, les poules, le vent, la montagne. Tout est merveilleusement décrit. Pleines de mélancolie pour certaines « Etoile filante », ou réveillant des bleus à l'âme. D'autres nous entraînent dans le blues « L'envol », au fond d'une noirceur sans pitié « Lincolnite ».
On penserait croiser parfois des personnages à la Jim Thompson. Certains textes sont des petits bijoux, comme « Retour ». Donc, un beau recueil à découvrir.
Commenter  J’apprécie          220
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   08 décembre 2016
Je pense que papa est mort à la tâche avant ses soixante ans et que maman a vécu assez longtemps pour apprendre que cinquante ans à travailler du lever du jour à l’heure d’aller se coucher vous permet pas d’avoir de quoi payer une opération et un séjour de deux semaines à l’hôpital. Je me demande où est la justice dans tout ça quand y a des types qui font rien que bien taper dans un ballon ou en lancer un dans un panier qui vivent dans des châteaux et pourraient carrément s’acheter un hôpital en cas de besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
ceanothusceanothus   06 janvier 2016
Dans L’Envol, un enfant, Jared, découvre dans la montagne un avion qui s’est écrasé sur le sol enneigé. Les passagers et l’équipage sont morts. Il trouve de l’argent qu’il rapporte à ses parents. Ceux-ci, malgré les difficultés dans lesquelles ils vivent, prennent leur pick-up pour se rendre en ville et dépensent tout, en achetant de la drogue et de l’alcool. Jared quitte la maison sans bruit, rejoint l’avion tandis que la neige tombe.
Citation
« Il s’assit sur le siège arrière et attendit. Le travail et la marche l’avaient réchauffé mais il eut rapidement froid. Il regarda la neige recouvrir le pare-brise d’une blancheur assombrissante. Au bout d’un moment il se mit à frissonner mais au bout d’un moment plus long il n’eut plus froid. Il regarda par le hublot et vit que la blancheur n’était pas seulement devant lui mais en dessous. Il sut alors qu’ils avaient décollé et s’étaient élevés si haut qu’ils étaient enveloppés dans un nuage, pourtant il regarda tout de même en bas, attendant que les nuages se dissipent pour pouvoir chercher des yeux le pick-up qui roulait sur la route sinueuse en direction de Bryson City ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zellerebzellereb   03 août 2016
J’envoie quelques méchants riffs à la guitare, et j’ai beau ne pas être un grand chanteur je me donne à fond, et La Dernière Chance a beau maintenant être quasiment vide ça va aussi parce je mêle le primitif et l’existentiel et j’ai tellement poussé le volume que les bouteilles de bière vides tombent des tables à force de vibrations et les phares de tracteur palpitent comme des lumières stroboscopiques et quelle que soit la bête brutes qui dort dehors dans le noir pour elle l’heure du réveil sonne et moi je suis prêt et j’attends de voir ce qu’elle me réserve.

Waiting for the End of the World.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
BazartBazart   08 juin 2016
Puis son esprit s’était égaré en un lieu où elle n’avait pu le suivre, emportant avec lui tous les gens de son entourage, leurs noms et les liens qui les unissaient, s’ils vivaient encore ou s’ils étaient morts. Mais son corps s’était attardé, dépouillé d’un être intime, aussi vide qu’une carapace de cigale. »
Commenter  J’apprécie          151
MimekoMimeko   27 juin 2016
Je reste là dans le noir et je pense à un truc qu'elle a dit il y a longtemps, le jour où elle a décidé de reprendre les études. "Tu devrais être fier que je veuille arriver à quelque chose dans la vie", elle a dit. C'est peut être pas comme ça qu'elle le sent , mais je peux pas m'empêcher de penser qu'elle disait aussi : Bobby, c'est pas parce que t'es jamais arrivé à rien dans la vie que je dois faire pareil.
Nouvelle : Etoile filante
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Ron Rash (70) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ron Rash
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, le libraire Jean-Edgar Casel et le journaliste David Medioni (ernestmag.fr) recevaient l'auteur et le parrain de SMEP 2019 Ron Rash...
Un silence brutal de Ron Rash et Isabelle Reinharez aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/145502-divers-litterature-un-silence-brutal.html
Un pied au paradis de Ron Rash et Isabelle Reinharez aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/145625-nouveautes-polar-un-pied-au-paradis.html
Le chant du monde de Jean Giono aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/71308-poche-le-chant-du-monde.html
Moby Dick de Herman Melville et Jean Giono aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/48529-poche-moby-dick.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1306 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre