AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253140894
308 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 140 notes)
Résumé :
Qui est ce vieux prélat vagabond qui, lorsqu'on l'interroge, répond simplement : " Je suis Benoît " ? Un usurpateur ? Un illuminé ? Pourquoi les Services secrets du Vatican lacent-ils sur ses traces leur meilleur agent ? Le Saint-Siège se sentirait-il menacé ? Nous sommes pourtant en 1993.
L'autorité de Rome n'est plus contestée depuis le concile de Constance qui déposa Benoît XIII, le dernier des antipapes d'Avignon, en 1417. La trace de " Benoît " s'est per... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Levant
  24 septembre 2020
Il fut une époque de notre histoire judéo chrétienne où il y eut simultanément trois papes en exercice. C'est ce qu'on appelle le grand schisme, à la fin du 14ème siècle début du 15ème. Un de ces papes était assis sur le trône de Pierre à Rome, un autre en Avignon et le troisième dans l'ordre chronologique d'élection à Pise où s'était tenu le conclave qui devait destituer les deux premiers. Et tous trois de rester en place et de proclamer le Saint-Siège là où chacun était. Quel était le vrai, quels étaient les faux ? Jean Raspail se garde bien de se prononcer. Même avec le recul, inutile de souffler sur les braises.
Il faut dire que la place était bonne. Ils convoitaient pouvoir, richesse et … concubines ! Pourtant n'avaient-ils pas fait voeu de pauvreté, de chasteté ? Ils pourchassaient les fois concurrentes ! Pourtant n'avaient-ils pas pour crédo tolérance et charité ? Ils condamnaient au bûcher ceux qu'ils avaient désignés comme hérétiques ! Pourtant ne devaient-ils pas appliquer les dix Commandements, dont le cinquième, Tu ne tueras pas, et le dixième, Tu ne convoiteras rien de ce qui est à ton prochain ?
Oui mais voilà, fût-il représentant de Dieu sur terre, le pape n'en était pas moins homme. Et donc cupide, esclave de son corps, vaniteux, jaloux de ses prérogatives, et cætera. Cette dernière locution englobant tout ce que la nature humaine peut comporter de mauvais penchants.
Je suis voisin du palais des papes en Avignon. Je m'étais ouvert à cette histoire fascinante qui voyait des hommes prêcher une chose et faire son contraire. Mais il est une chose qui m'avait échappée, c'est que la lignée des papes d'Avignon s'est perpétuée dans la clandestinité jusqu'à nos jours. Poil à gratter de la curie romaine, une lignée restée fidèle au dernier d'entre eux officiait envers et contre tout, surtout dans la contradiction de l'officielle de Rome, sous le nom reconduit de Benoît, en souvenir du XIIIème du nom dans l'ordre d'intronisation et premier à entrer en dissidence. A moins que ce ne furent les autres qui étaient en dissidence.
Ce Benoît mourut presque centenaire en 1423 et quelques soudards incultes des troupes de Napoléon en retraite de la calamiteuse campagne d'Espagne, retrouvant son cercueil en 1813, se lancèrent tour à tour son crâne comme dans un jeu de balle, méprisant de la profanation qu'ils commettaient.
« La plupart des chroniqueurs du temps s'accordent pour le considérer comme l'un des plus grands hommes de son siècle, d'une totale intégrité de vie, d'une droiture sans pareille, avec toutes les qualités de coeur et d'esprit que nécessitait sa charge. » Nous dit Jean Raspail. Autant de qualités témoignant de la grandeur d'un homme et faisaient qu'il ne pouvait avoir le soutien des grands de ce monde. Il eut fallu pour cela qu'il soit cupide, vaniteux, et cætera …
Jean Raspail a fait cette recherche des traces ténues, enfouies dans les mémoires locales, que ces Benoît ont laissées dans le flou de leur existence de parias, l'ombre de leur refuge itinérant dans le grand sud de la France entre Rouergue et Provence, fuyant la vindicte de l'officielle de Rome. La mort de l'un provoquant la tenue d'un modeste conclave discret de la poignée de fidèles gravitant dans son sillage et élisant son successeur. Ils avaient tous en commun d'être reconnaissables par une aura, un magnétisme du regard qui trahissait la présence en eux de Celui qu'ils représentaient sur terre. Dans l'errance et le dénuement, seuls compatibles avec le prêche de pauvreté et d'amour du prochain.
Dans les années 90, le gendarme qui entendit le dernier d'entre eux en audition fut troublé par le rayonnement de sérénité qui émanait de sa personne. Il ne le mentionna pas dans son rapport.
Magnifique ouvrage de Jean Raspail auquel mon goût pour l'histoire, son écriture riche sans être pompeuse et cette quête de vraies valeurs humaines au secret dans la mémoire des humbles lui font accorder mon complet satisfecit. On y perçoit en filigrane la récusation non dite de la perversion qui en ce temps engluait la fonction suprême de L'Eglise, laquelle revendiquait la majuscule. Alors qu'en parfaite contradiction entre leur discours et leurs actes ses plus hauts dignitaires se vautraient dans le luxe, la corruption, la concupiscence, et cætera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Chouchane
  21 mars 2013
Rome bruisse de fureur et de sang, le moyen âge ne lui réussit pas !. 1309, en insécurité, la papauté va s'installer en Avignon pendant près un siècle. Alternant un récit contemporain et une plongée dans l'histoire, l'Anneau du pêcheur raconte en parallèle l'histoire du dernier pape d'Avignon Benoît XIII -Pedro de Luna - et celle fictive du dernier Benoît survivant d'une lignée secrète de papes, saints errants dans des paysages sauvages et dans le plus grand dénuement. En plein Moyen-Age, l'Europe - qui existe bel et bien ! – est déchirée par des luttes de pouvoir, des clans brutaux et avides ; la religion n'est qu'un moyen de plus pour exercer une influence. Les grandes familles royales choisissent leur pape comme on choisit un héraut et celui-ci une fois la tiare sur la tête s'avère parfois d'une très grande cruauté. Cette partie du roman nous éclaire sur les raisons du grand schisme d'Occident deux papes (et bientôt trois) veulent régner sur la chrétienté à tout prix. On comprend mieux l'apparition de la Réforme qui verra bientôt le jour avec Luther et Calvin, l'émergence de l'inquisition qui commence à fourbir ses armes rhétoriques . Six siècle plus tard, ce fracas guerrier laisse la place à l'errance mystique du dernier Benoît. Elle nous conduit dans des contrées habitées par une présence divine (présence bien absente des palais des papes). Frugalité, extrême pauvreté sont les conditions de vie choisies par ce dernier pape qui accepte les mains tendues sans s'y accrocher. S'inscrivant dans la lignée de Pierre, apôtre et premier évêque dans la tradition catholique, Benoît vit dans la clandestinité comme Pierre qui fut poursuivi et dont personne ne devait connaître la résidence. Un roman qui en dit long sur l'écart entre la foi et la religion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
BVIALLET
  16 avril 2012
Noël 1993, un vieux vagabond erre dans les rues de Rodez, avec une humilité emprunte d'une étrange noblesse, il demande qu'on lui fasse la charité d'un peu de pain et de soupe. Il se présente en disant simplement : « Je suis Benoît ». Il serait le successeur d'une longue lignée de papes rebelles qui ne se serait jamais éteinte et aurait poursuivi leurs chemins dans une totale clandestinité. Mais les services secrets du Vatican veillent et lancent leurs meilleurs agents sur la piste du mendiant de Rodez qui porte avec lui l'anneau du pêcheur et le calice du pape Luna preuves de sa filiation.
Dans ce roman historique hors du commun, Jean Raspail nous retrace l'extraordinaire aventure des papes d'Avignon, nous replonge dans le « Grand Schisme d'Occident » dont la source remonte au terrible Philippe le Bel et à ses papes « français ». Des temps où l'Eglise catholique se retrouva avec deux papes aussi illégitimes l'un que l'autre et qui chacun en intronisèrent d'autres. le concile de Pise aggrava même la situation en en couronnant un troisième pape. Et ce ne fut qu'à l'issue du concile de Constance et sous la pression des rois de l'ensemble des pays d'Europe que se dénoua apparemment la crise avec la destitution de deux papes et l'élection de Martin V . Seul, Benoît XIII, de son véritable nom, Pedro de la Luna, ne céda jamais, intimement persuadé d'être le seul et unique vicaire de Dieu sur terre.
Ce terrible schisme qui dura historiquement 19 ans eut des conséquences terribles : il affaiblit définitivement le pouvoir des papes qui étaient plus chefs de guerres que chefs spirituels, amena la primauté aux conciles et ouvrit définitivement la porte aux critiques, aux théories nouvelles de John Wycliff, précurseur du protestantisme, lui même source de subdivisions à l'infini...
Un livre passionnant, qui fait réfléchir et pose le problème du conflit éternel entre la fidélité et l'oubli, entre le message évangélique et la réalité du monde, entre spiritualité et athéisme. Un des chefs d'oeuvre du très grand Jean Raspail, le romancier passionné et visionnaire, assoiffé de justice et passionné de causes perdues...
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Rolienne
  17 janvier 2015
On mesure la valeur d'un livre à l'effet qu'il produit sur votre coeur et votre conscience.En refermant "L'anneau du pêcheur" de Jean Raspail, on a envie de se précipiter dans une église aussi perdue et ancienne que possible, de ressentir l'écho de toutes les prières dites à l'ombre de son passé, et de se laisser sanctifier de leur esprit autrement enraciné que l'ambiance versatile et survoltée contemporaine.
Commenter  J’apprécie          120
dancingbrave
  22 août 2012
Ce livre historique que je suppose fictif évoque l'hypothétique succession du pape en Avignon, Benoît XIII - Pedro de luna -
Le texte prend le parti de la légitimité de cette seule lignée.
Les papes de Rome ont imposé leur pouvoir, suivis par les rois d'Europe; les papes d'Avignon, eux, sans doute vrais successeurs de Pierre, ont tant bien que mal, assurés la transmission de leur saint pontificat.
Entourés de moins en moins de fidèles ils vivent anonymes de génération en génération, traversant 6 siècles d'histoire; le dernier des Benoît mourra en célébrant son ultime messe dans la cathédrale abandonnée de Senez.
Commenter  J’apprécie          87

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
migdalmigdal   31 août 2020
Constemés, les doctes clercs ! Ils baissent les yeux, ravalent leur colère et peut-être, pour quelques-uns, leur honte, au risque de s'en étouffer. Le chancelier d'Ailly, qui préside, a décidé de laisser parler le moine. Après tout, n'avait-il pas lui-même, Pierre d'Ailly, naguère, à la suite de saint Vincent Ferrier, de sainte Colette de Corbie, du bienheureux Pierre de Luxembourg, conseillé au sage roi Charles V de placer le royaume de France sous l'obédience du pape Clément VII ? Et n'était-ce pas aussi sur son conseil que le roi Charles VI, à son avènement, en pleine possession de sa raison, avait renouvelé sa fidélité à Clément jusqu'à lui rendre visite solennelle en Avignon et se prostemer devant sa personne ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
migdalmigdal   31 août 2020
C'est un peu l'histoire des Dix Petits Nègres que celle du Sacré Collège d'Urbain VI. Des quatorze cardinaux nommés par lui, il en a assassiné sept, en comptant le patriarche d'Aquila poignardé l'année d'avant. Deux autres ont pris le large, épouvantés, au lendemain de cette tuerie, le cardinal de Ravenne et celui de Pietramala, réfugiés en Avignon et accueillis à bras ouverts au sein de la curie de Clément VII. Reste cinq, l'Anglais Easton et quatre Italiens, groupés comme des moutons apeurés autour du cardinal de Naples, Tomacelli, qu'Urbain VI était obligé de ménager. Ces cinq-là seulement reverront Rome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
ChouchaneChouchane   21 mars 2013
la conscience de chacun est libre, cela est la dignité (...) mais pour porter des jugements vrais, la conscience a besoin de la vérité sur l'homme. Il leur rappelait l’Évangile selon saint Jean : "La vérité vous rendra libres..."
Commenter  J’apprécie          190
CornelioCornelio   21 avril 2019
C'est difficile d'obtenir une soupe et du pain, un soir de Noël, dans une ville. L'homme avait déjà essuyé plusieurs refus dans les cafés de la place d'Armes décorés de guirlandes électriques. Il s'asseyait à une table à l'écart, la plus discrète, la plus isolée, posait son havresac à ses pieds, et au serveur qui se présentait, demandait : « Une soupe et du pain, s'il vous plaît », en ouvrant la paume de sa main droite sur une unique pièce de dix francs. Il y avait du pain, mais en sandwich seulement, et en tout cas rien pour dix francs. L'homme insistait d'une voix douce. il souhaitait manger chaud. La nuit serait longue. Un café peut-être ? Ça ne nourrit pas. Alors un croque-monsieur ? Un hot dog ? Avec dix francs ? Le serveur haussait les épaules. Ou bien filait vers la caisse glisser quelques mots à une grosse dame aux cheveux bleus et aux ongles violets qui jetait un regard dans sa direction et hochait négativement la tête, l'air outré. le garçon revenait : « On ne sert pas les... » Qu'avait-il voulu dire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
IugziIugzi   05 août 2020
Quel était le sens caché de la vie monastique ? Des émigrés de l’intérieur ? Peler sa pomme sous le crucifix, dans la quiétude d’un monastère, avant de s’en aller chanter complies puis de se coucher dans sa cellule, un sourire immatériel aux lèvres, n’était-ce pas une sorte de trahison à l’égard de ceux qui guerroyaient, comme lui, aux arrières gardes de la Chrétienté visible ?
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jean Raspail (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Raspail
Là-bas, au loin, si loin... Jean Raspail Préface de Sylvain Tesson Éditions R. Laffont Collection Bouquins
Cinq chefs d'oeuvres de Jean Raspail ainsi qu'un roman inédit sont réunis pour la première fois dans la collection "Bouquins". On y retrouve le souffle de Raspail et les vertus chères à son coeur, courage, loyauté, fidélité. La Procure
Lecteurs ! Vous allez embarquer sur un navire étrange, un bâtiment littéraire. Il a largué les amarres il y a cinquante ans, à moins que ce ne fussent cinquante siècles (mais les faire-part de naissance importent-ils, en littérature ?). C'est un vaisseau de légende. L'équipage ? Des hommes inaptes à la vie moderne. Son port d'attache ? La mélancolie ou la lucidité, ce qui revient au même. Sa destination ? Tout horizon perdu. R. Laffont
https://www.laprocure.com/bas-loin-loin-jean-raspail/9782221157473.html
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1328 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

.. ..