AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225311345X
Éditeur : Le Livre de Poche (18/05/2005)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Après avoir traversé la moitié de l’Europe, l’officier Oktavius-Ulrich de Pikkendorff, âgé de 26 ans, parvient un matin de l’année 1658 à Ragen, où il est nommé commandant de place par le prince August III. Situé à l’extrême Est de ce qui est aujourd’hui la Carélie, ce bourg est à la limite de forêts où nul ne s’est jamais aventuré et d’où nul homme n’est jamais sorti. Oktavus-Ulrich fait construire une forteresse face au vide, comme si de « là-bas » un hypothétique... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
NewHorizon
  17 février 2016
Tout commence en 1658 lorsque qu'arrive Oktavius-Ulrich de Pikkendorff, âgé de 26 ans, à Ragen, ville de Valduzia. Alors qu'il aurait pu se rendre dans des royaumes bien plus prestigieux, sa soif d'aventure le mène dans ce petit royaume au Nord de l'Europe. Le royaume est bordé au Nord et à l'Est par une frontière inconnue dont on ignore tout : la Borée. Le souverain du royaume de Valduzia, August III, le nomme chef d'escadron et commandant de la place de Ragen. Qu'est donc venu chercher Pikkendorff dans cette contrée éloignée, située au bout du monde ? C'est justement cette frontière inconnue qui l'amène, avec cette question : que peut-on trouver aux confins des territoires septentrionaux ? C'est avec l'appui de son souverain, qu'Oktavius de Pikkendorff se lance dans une expédition lors de laquelle il fera construire le fort de Fréchenbach. Plus qu'un fort militaire orienté sur la défense (se défendre contre qui ?), c'est avant tout une place qui va permettre de lancer des expéditions dans ces terres glacées, marécageuses et forestières. Mais n'y-a-t-il pas autre chose qui se cache derrière cette frontière ? N'est-il pas venu chercher quelqu'un ? D'après ses recherches, on pourrait y trouver un petit homme couleur écorce, armé d'un javelot et d'un arc, portant sur sa tête un chapeau pointu. Un homme qui serait parvenu à vivre dans des conditions climatiques extrêmes et qui serait resté à l'écart des autres pendant des siècles. Un homme qui n'aurait pas évolué en même temps que ces congénères mais qui aurait gardé ses coutumes et ses traditions millénaires. Ils seront plusieurs à entrapercevoir une silhouette, une ombre, les observant de la forêt. Mais est-ce la réalité ou une illusion ?
Le roman ne se limite pas à cette période du XVIIe siècle et à ces expéditions, il ne fait que commencer. L'oeuvre de Jean Raspail s'étend jusqu'à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi l'on retrouve une véritable trame historique tout au long du livre : les descendants d'Oktavius-Ulrich de Pikkendorff et d'August III joueront un rôle dans la continuité de leurs prédécesseurs, les générations se transmettront le mystère : la recherche du petit homme et les expéditions à travers la Borée continueront.
C'est une véritable enquête historique qui se déroule au fil des pages. Qui a aperçu le petit homme ? Que valent les différents témoignages ? Quels sont les preuves matérielles de son existence ? Et que symbolisent ces statuettes gravées, retrouvées devant les camps ou aux abords des forêts, à l'effigie du loup ou du harfang ?
Rentrer dans les détails ne ferait que révéler la magie de son histoire. Ce qui définit le mieux ce roman de Jean Raspail est le mot Aventure. C'est cet esprit aventurier que possèdent tous ces hommes européens qui se sont lancés à la conquête des confins septentrionaux pour défier la nature et le monde inconnu, à la recherche du petit homme couleur écorce. Mais veulent-ils vraiment le trouver ? Cela n'enlèverait-il pas la part de mystère de ces expéditions ?
Jean Raspail a écrit ici une oeuvre magistrale, dotée d'une qualité d'écriture indéniable. Un chef d'oeuvre à lire et à relire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BVIALLET
  17 avril 2012
« Imaginez une frontière aux confins septentrionaux de l'Europe. Elle court au nord et à l'est sur quelque quatre cent soixante dix lieues, traverse d'interminables forêts, des plaines spongieuses semées de lacs couleur de plomb. Elle enjambe des marécages et des rivières torrentueuses roulant vers des destinations incertaines. Au-delà s'étend la Borée, une contrée dont on ne sait rien sinon qu'elle est le royaume d'un petit homme couleur d'écorce qui manie l'arc et le javelot mais que nul n'a approché. Qui est-il ? Quel est son nom ? Quelle est sa destinée sur cette terre ?
Au fil de cette histoire, il aura fallu, du XVIIéme à nos jours, plus de trois siècles d'aventures, de batailles, d'assauts, de poursuites et de rêves pour atteindre les mystérieuses réponses à ces questions qui ne l'étaient pas moins. »
Un livre étrange en forme de parabole, d'une très grande poésie. Dans un contexte historique parfaitement défini, tout ou presque est le fruit de l'imagination débordante de Raspail qui nous entraîne à sa suite dans une aventure pleine de symbolisme. Au fil des siècles, l'homme fait disparaître les taches blanches, les zones inconnues de la carte du monde à mesure qu'il s'empare des dernières zones sauvages de la planète, qu'il pille les dernières richesses, rase les dernières forêt et sacrifie sur l'autel de progrès technique les dernières peuplades primitives.
Une fois de plus, l'écrivain des causes perdues, des royaumes improbables et des bouts du monde étranges et mystérieux (Terre de Feu, Patagonie et maintenant Grand Nord) nous gratifie d'un ouvrage magistral qui ne peut laisser personne indifférent. Avec lui, on s'évade bien sûr, on rêve, mais surtout, le bouquin refermé, on pense, on réfléchit.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jfmoret
  21 août 2017
vous aimez frémir ? avec le ventre qui palpite ?
Lisez-le.
du moins au début, la suite est plus banale (pour ceux qui ont déjà lu du Raspail).
aux réfractaires anti-raspail : ce roman est archi Raspaillien ; tout y est !
Commenter  J’apprécie          10
DidierLarepe
  01 novembre 2016
Toujours aussi captivant : ici Raspail imagine l'histoire d'un pays du grand nord et sa disparition, celle de ses traditions et d'une légende, le petit homme des bois
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
CornelioCornelio   19 avril 2019
La frontière courait sur quelque quatre cent soixante-dix lieues face à l'est et au nord-est. Elle franchissait d'interminables forêts, noir et argent durant le long hiver, des plaines spongieuses semées de lacs dont l'eau avait la couleur du plomb, des marécages qui disparaissaient sous des océans de roseaux et des rivières roulant leurs flots boueux vers des destinations incertaines. Elle escaladait des collines au relief tourmenté qu'un ciel bas faisait apparaître comme autant de montagnes infranchissables dont les sommets se confondaient avec l'épais plafond des nuages. Face au nord, elle se perdait dans l'infini de la taïga au-delà de laquelle s'étendait une mer glauque hérissée de rochers battus par des vents furieux, mais nul voyageur, nul marin, hormis le commodore Liechtenberg en 1631, ne s'était avancé jusqu'à ces rivages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CornelioCornelio   19 avril 2019
Feignant d'avoir reniflé des loups, ou des rôdeurs, ou toute autre créature malfaisante, le comte Frantz expédiait l'enfant jusqu'à la lisière de bouleaux qui marquait le fond du parc et qui lui semblait le bout du monde. « Vous planterez ce bâton, Tristan, disait-il, vous y poserez votre main droite, vous n'omettrez pas de fermer les yeux, puis vous réciterez cette prière que je vous incite à ne jamais oublier : Kouj Karassakal albasti jouïounachi kouj karassakal..., et ainsi vous nous sauverez. Le bâton-loup du petit homme nous a toujours protégé. » A l'enfant qui revenait, tremblant de peur, le visage blanc, mais ayant accompli sa mission, il disait ensuite : « Je suis fier de vous, Tristan, vous voilà un vrai guetteur de frontière, à présent. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean Raspail (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Raspail
Le 21 août, un roman épique devient roman graphique ! Le comte Roger de Tainchebraye revenu défiguré de la campagne de France de 1814 doit cacher son visage derrière un masque de cuir. Profondément marqué, cynique et meurtri, il multiplie les conquêtes. Jusqu?à sa rencontre avec Judith de Rieusses. Nez-de-Cuir a été adapté au cinéma par Yves Allégret avec Jean Marais dans le rôle titre. Le nouveau récit de Jean Dufaux (Murena, Complaintes des landes perdues, Djinn?) et Jacques Terpant (Sept cavaliers d?après l??uvre de Jean Raspail) !
autres livres classés : symbolismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre