AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226011390
Éditeur : Albin Michel (02/05/1981)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 73 notes)
Résumé :
Présentation de l'éditeur
Sur une modeste tombe d'un petit cimetière du Périgord, on peut lire cette épitaphe: Ci-gît Orélie-Antoine Ier, roi de Patagonie, décédé le 18 septembre 1878. La plus étrange épopée qui se puisse concevoir... Durant les vingt-huit années du règne d'Orélie-Antoine, le rêve et la réalité se confondent aux bornes extrêmes du monde, là-bas, en Patagonie, au détroit de Magellan. Qui est Antoine de Tounens, roi de Patagonie, conquérant sol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Franckync
  03 octobre 2017
Titre : Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie .
Année : 1981
Auteur : Jean Raspail
Editeur : Albin Michel
Résumé : Jean Raspail s'est inspiré de faits réels pour nous narrer l'histoire d'un homme à part, un fou, un naïf dont le seul rêve était de devenir roi. Antoine de Tounens fut un obscur avoué Périgourdin du XIX ieme siècle. Fils d'agriculteur sans le sou, Antoine fut un rêveur dès son plus jeune âge. Autoproclamé roi de Patagonie et d'Auricanie avant même d'avoir foulé le sol de ces contrées sauvages, le jeune homme rejoindra l'Amérique du sud au cours d'un long périple où ses espoirs et sa folie se trouveront confrontés à une réalité qu'il n'aura de cesse de nier. Raillé par tous, malade et ruiné, Antoine s'éteindra le 18 septembre 1878. Sur sa tombe on peut aujourd'hui encore lire cette épitaphe : Ci-gît Orélie-Antoine, premier roi de Patagonie…
Mon humble avis : Il est des histoires qui forcent l'admiration et la curiosité. Celle d'Antoine de Tounens en fait indéniablement partie. Quand j'entendis parler du destin de cet homme, Don Quichotte des temps modernes, malade mental qui n'eût de cesse que d'accéder à un trône de pacotille dont il rêvait depuis l'enfance, je décidai sur le champ de me procurer le ou les ouvrages narrant cette histoire à priori passionnante. le témoignage de de Tounens me paraissant quelque peu obscur, je m'orientai plutôt vers la version romancée de Jean Raspail parue chez Albin michel au début des années 80. J'avais réellement hâte de découvrir le destin unique de cet homme seul contre tous, qui fit frapper une monnaie, graver des écussons, inventa un drapeau pour un royaume qui n'existait que dans son esprit et dont il s'autoproclama roi de droit divin. Si malheureusement la lecture de ce roman ne fut pas à la hauteur de mes espérances, je garderai néanmoins en mémoire l'histoire de ce doux dingue, une épopée tour à tour épique, misérable, grotesque et assez incroyable. Non pas que ce roman soit ennuyeux mais, à mon humble avis, il y manque le souffle, l'énergie prête à sublimer cette histoire. Raspail use d'un style classique, la narration est à l'avenant, sans failles ni surprises et l'on se prend à rêver de ce qu'aurait pu faire Garcia Marquez d'une telle aventure. Parfois, au détour d'une phrase ou d'un chapitre (surtout dans la partie américaine, les moments où Antoine est au contact des indiens), l'auteur semble se rapprocher de son personnage et ce sont là les moments les plus forts de ce roman, les seuls moments où l'on sent l'empathie de l'auteur pour ce personnage hors-norme. Antoine de Tounens fut un personnage unique, un dingue, un idéaliste dont l'histoire reste à écrire. Une histoire de solitude, d'absolu, une histoire émouvante, cocasse et pitoyable. Je referme donc ce roman à regret, celui d'être passé à côté d'une grande lecture, d'un livre marquant tiré d'un destin étonnant.
J'achète ? : Si tu ne connais pas la vie d'Antoine de Tounens je t'encourage fortement à te procurer ce roman de Raspail. Tu l'as compris nous parlons ici d'un destin particulier, d'un homme qui passa sa vie à tenter de réaliser ses rêves d'enfant. Un fou qui déclarait « Par charité chrétienne, il faudrait tordre le cou aux enfants qui rêvent, car ceux-la sont toujours malheureux… » A découvrir vous dis-je…
Lien : http://francksbooks.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
GrandGousierGuerin
  04 août 2014
Qui n'a pas rêvé dans son enfance d'être un prince, un fils de roi et que tout en ce monde avait une giration dont, s'il n'était pas le moteur, il était au moins l'essence …
Avec le temps va, tout s'en va et on perd ses illusions, on fait de petits compromis, de petites trahisons pour aller en aveugle où ce chemin nous mènera …
Mais cet état d'esprit peut persister avec l'âge et aboutir à la concrétisation de nos rêves ou s'effondrer dans la pire des déchéances …
Antoine de Tounens, fils de paysan, s'est rêvé roi et s'est créé un royaume à l'autre bout de la Terre car nul n'est prophète et encore moins roi en son pays. Une rencontre improbable entre un peuple sauvage, cruel et mortellement alcoolisé et un chevalier à la Rose donnent lieu à une histoire, petite, juste à l'échelle d'un homme, mais suffisamment pour qu'elle le fasse plier sous les sarcasmes.
Jean Raspail revisite l'histoire vraie d'un fils de paysan qui a réussi à se faire roi en le passant au crible des chansons de geste, épopée grotesque et pitoyable d'un Don Quichotte moderne et romantique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
litolff
  09 mai 2010
L'histoire romancée d'un avoué du Périgord qui s'est auto-proclamé roi des patagons ....!!! Une histoire touchante et ahurissante que Jean Raspail raconte comme une aventure de l'esprit . Grand prix du roman De l'Académie Française.
J'ai adoré !
Commenter  J’apprécie          110
topocl
  05 avril 2017
"Par charité chrétienne, il faudrait tordre le cou aux enfants qui rêvent, car ceux-la sont toujours malheureux…"
C'est l'histoire vraie d'Antoine Tounens, petit paysan périgourdin, nourri aux romans d'exploration, qui s'empare d'une idée folle qui sera le substrat de toute sa vie. Autoproclamé Roi de Patagonie, sous l'oeil amusé, moqueur ou exaspéré de ses amis , riche de l'argent généreusement offert par son frère qu'il va ruiner, le voilà parti pour le grand Sud, à la rencontre de son Royaume et de ses sujets .
Sous la figure tutélaire d'une douce Véronique perpétuellement fantasmée, malgré le légitime mépris des autorités, il finit par rencontrer une vague tribu indienne de sauvages sanguinaires prêts à lui passer tous ses caprices contre quelques litres de rhum. Mais ce n'est , une fois de plus qu'illusion et humiliation.
il raconte cela, moqué de tous, au crépuscule de sa vie, sublime roi déchu revenu en exil dans son Périgord natal.
C'est d'abord un roman d'aventure qui nous fait gambader allégrement d'un continent à l'autre, rencontrer des terres hostiles et encore inexplorées, fréquenter des colons exotiques et des "sauvages" d'anthologie. C'est surtout le portrait plein de superbe et de douleur de cet homme halluciné, ne cédant rien malgré sa solitude, fidèle à sa foi non partagée. Un récit, très joliment écrit dans un style qui sied à un roi, où le cocasse le dispute en permanence au superbe et au désespoir.
"Lorsqu'il ne subsiste que celle-là, la majesté de dérision est encore une royauté."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
DidierLarepe
  01 novembre 2016
Le récit épique et en même temps désolant de cet avoué, jeune garçon qui s'est inventé un royaume dans son enfance, loin de ses origines paysannes et incultes et qui tint son rêve jusqu'à sa mort. Il a été jusqu'au bout, a été prendre son royaume mais sans jamais vraiment le vouloir où sen donner les moyens, comptant plus sur les autres et l'argent des autres, transformant ou se révélant ce qui aurait pu être une grande destinée en une aventure désolante mais qui lui permit de vivre une vie qu'il n'aurait pas eue, à l'autre bout du monde, à Paris au milieu d'une foule bigarrée et souvent étrange, artistes, escrocs et quelques officiels qui ne savaient que penser devant tant d'obstination. le royaume de Patagonie a finalement existé quelques heures à plusieurs reprises, ce qui s'appelle une destinée et qui par les temps qui court est certainement préférable à toutes ces vies tristes ou tout du moins sans relief. Au milieu de tout ça une autre destinée brisée et poursuivie, celle de Véronique, sa reine entrevue mille fois, possédée quelques fois mais jamais rejointe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
michdesolmichdesol   01 septembre 2017
La plus jeunes des femmes leva la tête vers moi. Elle avait les cheveux plaqués sur le visage par la pluie qui s'était mise à tomber à torrents. J'aperçus un sein brun à travers un trou de la peau d'animal qui lui servait de vêtement. Inutile de lui demander son nom. Je le connaissais. Elle s'appelait Véronique, ma reine de la pluie. Accroupie au fond de la barque non pontée, l'autre femme, une vieille, écopait avec un récipient de bois. Les hommes et l'enfant avaient empoigné des avirons. Entre le navire et le canot, la distance se creusa rapidement. Je fis un geste de la main, en adieu. La jeune femme qui me regardait baissa aussitôt la tête. J'étais le roi de ces pauvres gens, mais dix mille ans nous séparaient. Sur l'autre rive de ce fossé de cent siècles, les derniers Alakalufs nomades, mes sujets du bout du monde, s'enfuyaient encore plus loin, volontairement, dans le passé. Et moi, l'âme navrée, je m'enfonçais comme un noyé dans mon royaume d'illusion. Transi, mouillé jusqu'à l'os, je regagnai la passerelle couverte. Trois hommes... une vieille femme... Véronique, ma reine... un enfant, et l'arche du déluge : en mon royaume, province de la mort...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
litolfflitolff   01 mars 2011
Attendre.
Toute ma vie j'ai attendu. Roi, je l'ai été. Durant de fort courtes périodes et pas toujours dans les conditions que l'on croit. Entre ces instants de royauté, je n'ai rien fait qu'attendre. Le destin d'un roi ne se force pas. Il procède à l'évidence de la dignité royale qui est un principe éminemment supérieur et indépendant des volontés humaines. Il finit par s'imposer, seul. L'attendre est déjà s'en imprégner. Et tandis que j'écris ces lignes, c'est le dernier acte que j'attends : la mort d'un roi. Sublime attente. Je le sais, Dieu me reconnaîtra.
Attendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Jean Raspail (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Raspail
Radioscopie, 1976.
autres livres classés : patagonieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
428 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre