AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
3,74

sur 53 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Tome 2 des réfugiés climatiques. Dans le tome , nous avons appris que suite au réchauffement climatique des pays du Sud de l'Europe subissent une violente montée des eaux. Les habitants doivent fuir l'Italie, l'Espagne, le Portugal. En France, il est décidé d'accueillir ces réfugiés climatiques et des chambres libres dans des appartements sont réquisitionnés. C'est le cas de celui de Louis, jeune homme issu de la bourgeoisie parisienne et victime de tocs. Les membres d'une famille espagnole sont accueillis et répartis dans l'immeuble haussmannien de Louis. Francisco, sa soeur la belle Nieves et leur grand-mère Maria qui est hébergée chez Louis. Louis a pris ses distances avec Bérénice sa fiancée qui s'est fait un film sur la relation potentielle entre son chéri et Nieves. À la fin du tome 1, nous avons appris le départ de Nieves et Francisco pour l'Allemagne mais en laissant Maria en France.

Mais la France ou du moins une partie de ces citoyens n'est pas prête à accueillir les réfugiés, de vieilles peurs resurgissent, la peur de l'inconnu, la peur de l'autre, la peur de la différence. le climat se dégrade mais cela n'a pas d'importance, il faut conserver son petit confort sans penser aux autres ni les aider. Certains propriétaires se mobilisent pour résister à la réquisition des appartements et des maisons. Cela va créer des tensions au sein de la famille de Louis dont la soeur va devenir de plus en plus rebelle.

David Ratte nous montre les travers et les dérives de certaines personnes et le traduit sous son crayon. Il montre l'évolution des personnages au fil du temps. le visage de la mère de Louis est de plus en plus fermé, ridé et maigre (au contraire de celui de Maria qui semble s'éveiller, s'épanouir). le voisin irascible a un visage de plus en plus inquiétant : on sent sa colère et sa haine à partir de ses expressions. On découvrira la violence extrême de ce machiste fasciste.

Masi cette situation particulière modifie les rapports entre les personnes : Louis s'ouvre aux autres à cause ou grâce à Maria (il la prend en charge pour son portable et pouvoir communiquer avec ses petits-enfants), il lui fait découvrir la Tour Eiffel. Louis en viendra même à s'opposer à l'homme violent pour protéger la femme de celui-ci. Maria montre toute sa sensibilité de Mama espagnole, apportant du réconfort malgré la barrière de la langue et se rapprochant de celles et ceux qui voudraient qu'elle ne soit jamais venu chez eux. Et nous verrons vers la fin de la BD que tout le monde peut changer, qu'il suffit parfois d'un regard.

David Ratte nous amène à réfléchir à ce que serait notre réaction face à des situations de ce type. Il nous montre que ce sont parfois les plus démunis qui se révèlent être les plus généreux. Son graphisme est toujours aussi clair et précis et ses couleurs d'hier très attachantes. J'ai encore adoré son travail sur les expressions des visages.

Et en prime j'ai découvert un usage d'un plat à paella que je ne connaissais pas ...




Commenter  J’apprécie          120
Deuxième tome de la série. le réchauffement climatique s'accentue. Les habitants de l'Italie et de l'Espagne quittent leurs pays transformés en désert pour la France. Face à cette vague migratoire, les logements et les chambres disponibles sont requis par le gouvernement. Ainsi Louis se voit contraint d'héberger Maria, une mamie espagnole qui ne parle pas un mot de français. Très vite esseulée par ses petits-enfants partis en Allemagne, elle se retrouve dans un face à face avec Louis tout en maladresse, incompréhension et agacement. Et pourtant, la présence de cette toute petite mamie va apprendre bien des choses à un jeune homme protégé de presque tout.
Le dessin en ligne claire et le choix de couleurs adaptées à la narration s'harmonisent avec un découpage à la Tetris, pourtant tout en rondeur qui donne une fausse impression de douceur à une histoire où la rudesse de la transition climatique n'est presque rien par rapport à la violence des relations humaines. Lecture à tiroirs multiples.
Commenter  J’apprécie          40
Suite et fin du diptyque de David Ratte, "Réfugiés climatiques et castagnettes", un nom qui annonce bien la couleur, oui, on va essayer de se divertir avec un sujet un peu casse-gueule.

Dans un futur tout proche de nous, la montée des eaux a rendu la vie impossible en Italie, Portugal et Espagne. le gouvernement français a donc décidé d'imposer l'hébergement de réfugiés, ce qui ne manque pas de faire réagir et de provoquer des situations cocasses. C'est le cas pour Louis, névrosé et fils de bourgeois, qui voit sa vie bousculée par l'arrivée de Maria, une grand-mère espagnole.

Le sujet est bien trouvé et permet de lancer pas mal de réflexions autour de la tolérance, l'écologie, le vivre ensemble et surtout, David Ratte brosse un avenir qui n'est peut-être pas si fictif que ça, ce qui ne manque pas de toucher le lecteur. Les personnages sont plutôt réussis et attachants.

L'auteur a choisi le divertissement avant tout et c'est peut-être pour ça que je ressors frustré de ma lecture. J'ai eu la sensation que certains sujets n'étaient que suggérés, d'autres ajoutés (la violence faite aux femmes) et les ellipses m'ont un peu laissé songeur. Pour autant, j'ai passé un bon moment avec une histoire et un dessin agréables.

Se divertir avec des questions de société est probablement un bon moyen de toucher les consciences. Ce diptyque me laisse quand même une impression d'inachevé. J'en voulais davantage et en tapant plus fort, en étant peut-être un peu moins consensuel. Que cela ne te prive pas de découvrir ces deux albums !
Commenter  J’apprécie          40
Le réchauffement climatique a pris une telle ampleur que les populations du sud sont forcées d'immigrer vers le nord. C'est ainsi que la France réquisitionne des logements, chambres disponibles pour héberger ces espagnols, portugais, italiens ayant fui leur pays.
Louis héberge une grand-mère espagnole dont la petite fille vivant à quelques étages plus haut dans son immeuble est partie en Allemagne trouver du travail. La vieille dame, Maria del Pilar, attend le retour de sa famille, mais pour garder le contact une nouvelle carte sim est nécessaire.
Louis va devoir faire face à l'énergie débordante de son hôte, à la violence d'un voisin, le mécontentement de sa mère et l'état préoccupant de son père, des épreuves qui se termineront par un drame et une happy-end.
Nous retrouvons les éléments du premier épisode avec des Parisiens pas franchement ravis d'accueillir des étrangers, avec une rébellion qui se met doucement en place et des actes de racismes quotidiens. La vie des Parisiens qui semblent de pas être affectée par ce changement climatique se heurtent à des immigrés toujours plus nombreux en quête de paix. L'auteur aborde cette problématique avec humour même si dans les faits la situation est assez complexe.
Une note d'optimisme éclaire cette histoire avec notamment Louis toujours prompt à aider son prochain même s'il semble parfois un peu à côté de ses pompes.
Un album avec une idée de départ pas si farfelue que ça, j'apprécie ces personnages très représentatifs de l'ensemble de la population française : les réticents, les accueillants, les méfiants... le récit aborde plusieurs thématiques en dehors de l'accueil d'étrangers, nous trouvons ainsi l'entraide, la violence domestique, les écarts sociaux. Après un dénouement inattendu et ressemblant fort à une conclusion définitive, ma question est : va-t-on retrouver les personnages dans un troisième tome ?

Lien : https://stemilou.over-blog.c..
Commenter  J’apprécie          30
Fin du diptyque. le dessin toujours sympa, un decoupage toujours fluide, on traverse cette bd d'un coup, tellement on se laisse emporter par cette chorale de personnages. Ils sont soumis a une situation exceptionnelle, mais leur comportement reste ceux de tout le monde, et les histoires d'amour se font et se defont comme aujourd'hui.
Très recommandable, et un message sur un avenir qui pourrait etre bientot le notre...
Commenter  J’apprécie          20
Des coeurs simples

Réfugiés climatique & castagnettes aborde avec humour, légèreté et sans en avoir l'air des problématiques bien actuelles… Avec ce second tome, David Ratte referme une série feel-good qui prend prétexte du réchauffement climatique pour tisser une comédie sociale et romantique pleine de bon sentiments…

Son dessin aussi sensible et généreux que l'est son histoire et la mise en couleur lumineuse réalisée avec son fils, Mateo Ratte, rendent la lecture de l'album particulièrement plaisante et entraînante… d'autant qu'il est porté par une galerie de personnages bougrement attachants, à commencer par la vieille Maria, toujours prête à soutenir ceux qui en ont besoin, bien qu'elle ait tout perdu… Elle va bousculer le quotidien bien rangé de Louis et l'obliger à affronter la vie, comme l'homme de verre l'avait fait avec Amélie Poulain dans le fim de Jean-Pierre Jeunet.

Un conte social touchant où l'on reconnaît la patte d'un auteur qui, au fil de ses albums creuse son sillon avec discrétion, élégance et délicatesse…
Lien : http://sdimag.fr/index.php?r..
Commenter  J’apprécie          20
Maria est une maman et grand-mère espagnole à la fois sensible, bienveillante et forte. Dans ce tome, on découvre un peu plus sur sa vie, sur la famille de Louis et sur ses voisins.
Les caractères des personnages sont bien dépeints au niveau du graphisme et l'histoire est prenante.
Commenter  J’apprécie          00


Lecteurs (92) Voir plus



Quiz Voir plus

Ma fille, Mon enfant

Comment s'appelle l'héroïne ?

Léa
Chloé
Emma

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Ma fille, mon enfant de David RatteCréer un quiz sur ce livre

{* *}