AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782213642857
600 pages
Fayard (18/08/2010)
3.08/5   13 notes
Résumé :
Quinze ans après, Gaston sort de prison.

Comment un petit voyou qui se rêvait chef d'entreprise peut-il devenir paparazzo, medium et agent secret, avant de plonger dans les annales du monde et d'être sauvé par les charmes de l'amour ?

Un roman haletant.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Stemilou
  17 septembre 2010
Suite du roman paru en 1994, pour lequel l'auteur, Ravalec, avait reçu le Prix de Flore, Cantique de la racaille opus 2 suit les pérégrinations de Gaston, libéré de prison. Il souhaite réussir sa reconversion en passant tout d'abord par un métier incongru : paparazzo.
Il réussit à photographié la fille d'une célébrité en train de se droguer et hop ! L'argent et la reconnaissance font un pas vers lui.
Première chose à faire, se mettre à la technologie, armé d'un iPhone, d'un Blackberry et d'un Mac, il s'initie à Internet et s'inscrit même sur Facebook où il retrouve son pote Bruno (un camé à bloc).
Côté charnel, il rencontre Daphné, une allumé ; Meredith, la voisine ; Vassilia, avec qui il va travailler ; puis Hester…

Trois parties pour trois périodes importantes : sa sortie de prison et sa reconversion en paparazzo, sa rencontre avec des agents secret et son approche des sciences occultes, et enfin l'espoir de voir enfin le bout du tunnel.
Un roman rocambolesque et assez comique au final tellement ce qui lui arrive est incroyable. Des rebondissements et une histoire qui nous tient en haleine, un petit bémol tout de même sur la troisième partie qui frôle la SF.
Une manipulation de bout en bout, voilà ce que sait. Mais il est surtout question de notre rapport à l'argent, à notre société hyper-technologique avec des hotlines robotisées, …

N'ayant pas lu le premier opus, je pensais avoir un peu de mal à comprendre cette suite mais je me suis glissée facilement aux côtés de Gaston, qui part aux quatre coins du monde (Asie, Egypte, Israël, Angleterre, …) Au final : lecture très plaisante, aventures invraisemblables et personnages représentant assez bien tout ce que l'on peut trouver dans nos rues. Excellent moment !!!
Petite surprise sur le dernier chapitre qui est écrit d'une traite, aucune ponctuation ce qui est assez bizarre mais marrant tout de même.
Lien : http://www.stemilou-books.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pchabannes
  19 septembre 2010
Cantique de la racaille ou le chant crépusculaire d'un monde. Roman absurde d'un voyou, Gaston, à la croisée des mondes, de la prison au chobize, des hommes d'affaires aux scientifiques mégalos. Des Mondes qui se croisent mais ne se voient pas.
Une aventure, une histoire éveillant la curiosité. Mythomane manipulé ou voyou manipulateur, Gaston comme Ravalec m'intriguent avec ce roman décrivant l'état de décrépitude du monde contemporain, mettant à bas sa représentation imagée ou littéraire au profit de sa vulgarité jusque dans le style souvent lourd et fautif comme les discours politiques, les propos du chobize pensant, les commentaires des journalistes sportifs sans toutefois pouvoir égaler la vulgarité du journal télévisé.
Mais, à contrario d'autres écrivains du courant réaliste comme Virginie Despentes (la grossièreté) ou Amélie Nothomb (le style simplet), Ravalec semble se forcer à mal écrire. “Le métro me semble aussi pire qu'il y a quinze ans” : le pléonasme est trop gros ! “Nous retournons place de Clichy- je dois récupérer mes affaires et je voudrai prendre une douche avant mon train, vu que je dois être au CDD avant dix-sept heures. Une fois chez elle, je me déshabille et je vais dans la salle de bain, en laissant mes affaires dans la pièce, et quand je ressors, elle est toute bizarre…” : Cette copie de CM² ne peut rapporter plus d'un 8/20. Pour éviter les grossièretés sur les rapports sexuels, la réalité est remplacée par des acronymes et je ne compte pas non plus le nombre de fautes de français, d'accords de participe etc….pour croire à un simple hasard.
Monsieur Ravalec, je conserve l'impression, que vous écrivez contre nature, qu'au fil de ces 430 pages d'une histoire complexe et intéressante, vous tendez un lumignon tel une “tentative pour ramener un semblant de beauté dans l'histoire qui devient presque absurde génère une virgule bizarre, une partie de moi ce demande ce que je fabrique là.”
Si ce n'est déjà fait, un jour, sous un pseudonyme, sans penser au succès, vous publierez un roman, un essai avec vos tripes, votre style, votre réel talent. J'aimerai alors tenir cet ouvrage entre les mains.
Pour l'instant, je ne peux conseiller ce livre à la lecture. Les solécismes et autres fautes de style sont trop nombreux. La littérature doit élever le lecteur et non l'inverse.
Merci à BOB pour cette lecture

Lien : http://quidhodieagisti.kazeo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
liliba
  20 septembre 2010
Il y a quelques mois, j'avais lu avec très grand plaisir Cantique de la racaille, et quand Vincent Ravalec, par l'intermédiaire de son éditeur, m'a proposé de découvrir le deuxième opus des aventures de Gaston, j'ai bien entendu tout de suite accepté et ce roman a fait partie du déménagement de bouquins pour mes vacances.

Nous voilà donc propulsés quinze ans plus tard. Si vous n'avez pas lu le premier roman, cela n'est pas très grave pour la compréhension de celui-ci, mais je vous en conseille tout de même la lecture, car c'est un régal !
Gaston a purgé sa peine et sort enfin de prison pour une permission. Malgré sa longue incarcération, notre cher ami a gardé son caractère optimiste, et veut au plus vite se réadapter à la société. Mais, bien évidemment, il a également beaucoup changé et est au départ totalement déconnecté de la vie actuelle, de l'émergence des médias et de l'invasion des technologies, de la mondialisation galopante, de la course de plus en plus effrénée vers l'argent ou le succès...
Il aspire comme auparavant à une réussite sociale et financière et surtout à la reconnaissance de ses qualités et de sa valeur, mais en étant cependant totalement soumis à l'influence d'un mystérieux Hepner, son mentor, dont la philosophie a modifié sa perception du monde. Car bien qu'il veuille toujours "réussir", Gaston est maintenant emprunt d'un recul, voire d'une certaine sagesse. Tous les moyens ne sont pas nécessairement bons pour atteindre son but, une morale tend à germer en lui, une empathie aux autres, ainsi que plus de clairvoyance dans la place à attribuer à l'amitié et à l'amour et surtout à l'argent et la façon dont on le gagne.
Grâce à un bagout intact, et à un sens des opportunités qu'on lui envie volontiers, ainsi que quelques magouilles et mensonges, car sinon ce ne serait plus le même homme, il obtient tout d'abord un très juteux boulot de paparazzo. Par plusieurs concours de circonstance, il deviendra ensuite agent secret, voyagera au bout du monde, déjouera des complots, sauvera des gens et en zigouillera quelques autres, bref, le récit de sa vie, plus trépidante que jamais vous tiendra en haleine tout au long du roman !
Suite sur Les lectures de Lili
Lien : http://liliba.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
yo
  10 octobre 2011
Alors, s'il y a un opus 2, c 'est qu'il existe un opus 1. Comme je ne suis pas toujours un garçon logique, j'ai débuté par le 2. du coup, je suis assez refroidi à l'idée de me plonger dans le 1...
Gaston, le héros des 2 opus, sort de prison après 16 ans. Il y a fait la rencontre d'Hepner, qui lui a appris une méthode de concentration, le H+, et présenté des personnes qui lui permettront de trouver de l'argent facilement à sa sortie de prison. Gaston devient donc paparazzi, prenant des clichés lors de fêtes parisiennes ou dans une orgie sur un yacht lors du festival de Cannes, puis est repéré par les services secrets. Ceux-ci le mettent à la poursuite de plusieurs cibles, avant de l'envoyer en Asie. Mais là, Gaston va découvrir la véritable raison de son embauche.
Autant le dire de suite, ce roman ne m'a pas convaincu du tout. le début est très bling-bling. On suit Gaston à sa sortie de prison, qui va d'un appartement laissé par Hepner à des fêtes où il doit prendre des vedettes en photo, le tout sur fond de cocaïne, d'argent facile, et de femmes fatales. La relation de Gaston aux femmes, qui ne sont pour lui que prétextes à des AS (actes sexuels) est d'ailleurs assez rétrograde. On est dans le monde de l'argent, du sexe facile. le pire, c'est que c'est finalement la partie la plus intéressante du livre, car si elle n'est franchement intéressante, elle est la plus fluide en terme d'écriture.
Car après, on part dans une histoire aussi rocambolesque qu'invraisemblable. Gaston devient agent secret et doit suivre à l'étranger des hommes qui menacent de remettre en cause la paix dans le monde. Sauf que c'est à Gaston qu'on veut apprendre quelque chose. On entre alors dans un monde où on navigue entre Chine, Tibet, Egypte, France et Belgique, avec une histoire d'amour improbable et un complot qui met en cause une société secrète digne de chez Dan Brown. Avec en prime un aspect mystico-esotérique qui permet à Ravalec d'écrire ce que bon lui semble sans aucun souci de cohérence. La fin est tellement ahurissante et inintéressante que les 50 dernières pages ont été tournées très, très vite.
Lien : http://livres-et-cin.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
val-m-les-livres
  08 octobre 2010
Je n'avais pas encore abandonné un livre cette année, c'est désormais chose faite. J'ai tenu bon pendant 130 pages,
Lien : http://vallit.canalblog.com/..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PchabannesPchabannes   19 septembre 2010
Cette copie de CM² ne peut rapporter plus d’un 8/20.

“Nous retournons place de Clichy- je dois récupérer mes affaires et je voudrai prendre une douche avant mon train, vu que je dois être au CDD avant dix-sept heures. Une fois chez elle, je me déshabille et je vais dans la salle de bain, en laissant mes affaires dans la pièce, et quand je ressors, elle est toute bizarre…”

Commenter  J’apprécie          20
PchabannesPchabannes   19 septembre 2010
le pléonasme est trop gros !

“Le métro me semble aussi pire qu’il y a quinze ans” :
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Vincent Ravalec (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Ravalec
Politologue et rédacteur en chef du mensuel Les Zindignés, Paul Ariès est à notre micro pour évoquer sa "Lettre ouverte aux mangeurs de viande", plaidoyer carnivore contre les injonctions au véganisme. Il en discute avec le romancier et cinéaste Vincent Ravalec, auteur de la sage rurale "Sainte-Croix-les-Vaches : le retour d?Horace".
Pour en savoir plus : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/le-veganisme-fait-il-le-jeu-du-capitalisme
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤14DKToXYTKAQ5¤££¤6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : roman réalisteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2949 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre