AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265087068
Éditeur : Fleuve Editions (09/01/2014)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Le 2 juin 1740, Monsieur Sade, père, quittait le lit de sa maîtresse pour aller faire la connaissance de son fils.
Quatre ans plus tard, le petit Donatien grandit au milieu des dettes, des calomnies, des adultères, seuls cadeaux que son père ait laissés à sa mère.
Que va devenir Sade marié contre son gré à une femme repoussante pour éponger les dettes de la famille ? Qui peut prétendre connaître la véritable histoire de cet écrivain au nom familier e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  03 janvier 2014
Un immense merci à Babelio ainsi qu'à la maison Fleuve éditions qui m'ont permis de découvrir ce très bel ouvrage de Jacques Ravenne, un auteur qui m'était jusqu'alors inconnu mais que je ne risque pas d'oublier de sitôt.
Ici, l'auteur nous fait découvrir ou redécouvrir un homme dont le nom n'est inconnu pour personne mais que pourtant nous connaissons si peu (je parle surtout de moi en employant ce "nous" puisque, connaissant la réputation des écrits de ce fameux marquis de Sade, il ne me serait jamais venu à l'esprit de vouloir lire ses écrits). Mais ici, bien qu'il soit fait de nombreuses allusions à ses écrits, c'est surtout à l'homme que l'auteur s'intéresse. Donatien, fils du comte Jean-Baptiste de Sade et de Marie Éléonore de Maillé voit le jour en juin 1740. Fils d'un père libertin qui quitte la Provence ainsi que ses nombreuses terres pour se rapprocher de la Cour, Donatien ne pourra que suivre son exemple (un mal ou un bien, vous seul, cher lecteur, pouvez en être juge).
Après avoir fait un mariage heureux avec Renée-Pélagie, la fille aînée de Cordier de Montreuil (lorsque je dis heureux, cela est ironique puisque même si Pélagie n'est pas une beauté, sa famille apporte une dot plus que généreuse, ce qui pour les parents de Donatien est une aubaine car le père croule sous les dettes), Devenant ainsi marquis, Donatien et sa femme auront trois enfants (deux garçons et une fille. Cette dernière, bien que qualifiée comme étant légèrement attardée mentalement mais qui pourtant, sera la plus aimante pour ce père qu'elle ne verra quasiment pas).
Donatien se fait rapidement mal voir de ses beaux-parents (en particulier de sa belle-mère) puisqu'il accumule non seulement les écrits à scandale, portés sur le sexe et le libertinage mais qu'en plus, il fréquente des maisons clauses, n'hésitant pas à fouetter et à pratiquer certaines pratiques sexuelles grandement condamnées par l'Eglise avec ses maîtresses afin d'éprouver de la jouissance.
Emprisonné à la Bastille où il y restera une dizaine d'années, ce n'est qu'à partir de la Révolution que Donatien se lancera dans la vie politique où il rencontrera un franc succès en se faisant élire président de "la Section des Piques". Ennemi juré de Robespierre, surnommé alors "l'Incorruptible" ou encore de Fouquier-Tinville ("le diable rouge) et de Fouché (l'Accusateur public), tous trois appartenant à l'ordre de la Convention, Sade, bien qu'apprécié par le peuple (autant pour ses écrits coquins que pour son don d'enflammer les foules), n'a pas que des amis et sera de nouveau arrêté...
Là, je ne vous en dis pas plus car nous rentrons dans une période que l'on appellera plus tard "La Terreur) où il faut parfois faire attention à ce que l'on dit ou écrit si l'on veut gardé la tête accroché à son cou !
Un écrit déconcertant qui nous raconte non pas la vie d'un seul homme (celle du marquis de Sade) mais celle de tout un peuple (le peuple français) qui a tremblé pendant de longues années et au cours desquelles il n'était pas bon d'être aristocrate et qui nous enseigne une partie de notre Histoire que l'on survole parfois trop rapidement lorsque nous sommes au collège ou au lycée. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Davalian
  06 mars 2017
Jacques Ravenne (le Jacques Ravenne du duo Giacometti et Ravenne, rendu célèbre avec les aventures du commissaire franc-maçon Antoine Marcas) propose une biographie romancée du marquis de Sade fort prometteuse. Hélas, les promesses ne sont pas remplies et de très loin puisque nous nous retrouvons avec un Pavé peu digeste et peu inspiré.
Le postulat de base de l'auteur est d'une simplicité étonnante : le marquis est devenu celui que l'on connaît (au moins de réputation) à la suite d'un amour contrarié. Risible et réducteur dites-vous ? Et bien attendez de lire la suite.
Contrairement à ce qui est annoncé, il ne faut pas s'attendre à un écrit romancé, vaguement ésotérique, basé sur les sept vies du marquis. Il s'agit ici d'une composition classique basée autour d'une introduction, d'une première partie axée sur la vie du marquis sous l'Ancien régime, une seconde orientée sur la Révolution avant de s'achever sur une conclusion fourre-tout.

L'introduction est réussie, donnant confiance et envie de lire la suite. La mise en abîme, nimbée dans un aura de mystère rajoute un petite touche fort agréable mais qui ne dure pas bien longtemps. D'ailleurs, la conclusion sera bâclée et apportera un point final définitif à un récit qui s'achève sur un dénouement désolant.

Les années consacrées à l'Ancien régime laissent une grande place au marquis de Sade. Il est regrettable de constater que la mise en place de l'intrigue soit aussi longue laissant entendre des développements prévisibles qui se verront confirmés mais expurgés des événements les plus intéressants. de nombreuses ellipses frustrantes viendront gâcher le plaisir.

La partie la plus intéressante est de loin la deuxième, sans doute pour la simple et bonne raison qu'il n'est plus que rarement question du marquis et davantage des événements historiques. Ces passages ressemblent beaucoup à un roman historique, sauf que là n'est pas l'objet premier recherché. Ce clivage est à l'image d'un roman qui cherche constamment son identité et ne parvient pas à la trouver.

Les thèmes secondaires sont presque aussi nombreux que les personnages secondaires. Il est question de critique des moeurs, de l'Ancien régime, des terroristes, de genre humain, des francs-maçons, de la place des femmes… La liste est si longue qu'elle ressemble à un inventaire. Comme les personnages l'on passe de l'un à l'autre en fonction des besoins de l'intrigue. Ne soyez pas étonnés de voir des thèmes disparaître rapidement : il en sera de même de certaines personnages. Lorsqu'ils ne servent plus, zou l'auteur s'en débarrasse en quelques phrases.

Comme l'on aurait pu s'y attendre, les références à la sexualité sont nombreuses, du moins dans un premier temps. Certaines sont habilement mises en oeuvre mais la plupart d'entre elles donnent l'impression de confiner le lecteur à une place de voyeur. de manière plus générale, quelques illustrations (essentiellement des plans) et explications viendront enrichir le texte, sans apporter quelque chose de neuf ou de réellement intéressant.

La déception est donc d'autant plus grande que le roman est long et bien peu intéressant. Paradoxalement, les passages hors sujets se révèlent les moins soporifiques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
sandraboop
  12 janvier 2014
Je tiens à remercier Babelio, Fleuve éditions et Jacques Ravenne que j'ai eu la chance de rencontrer ce 10 janvier 2014 avec quelques lecteurs du présent site.
J'avoue : je ne connais aucun écrit de Sade (je vais donc lire ceux conseillés par Jacques Ravenne) et je ne connaissais pas la plume de Jacques Ravenne.
Quelle agréable découverte !
J'avoue encore : j'ai toujours eu du mal avec cette période de l'histoire de France (entre la fin du règne de Louis XIV et la quatrième république, mon intérêt pour l'histoire c'est amoindri) et je remercie ce livre qui me réconcilie avec cette époque sanglante mais si intéressante.
C'est un tour de force de Jacques Ravenne de nous raconter la vie de Sade, sans tomber dans le "mythe du sulfureux" Sade (aucune scène choquante ou simplement pornographique dans ce roman) d'un côté, sans ennui de l'autre.
Il est vrai que la vie du Marquis de Sade a été très riche en rebondissements mais Jacques Ravenne nous évite le manuel scolaire d'histoire tout en nous emmenant au coeur de l'histoire de France.
Nous croiserons de nombreux personnages célèbres, mais parlons un peu du marquis de M. Ravenne puisque c'est le sujet de ce roman.
Le moins qu'on puisse dire c'est que Sade est malchanceux.
Son père libertin avant notre Marquis célèbre ruinera sa carrière d'ambassadeur et son patrimoine. Criblé de dettes il mariera son fils en échange d'une dot permettant d'effacer l'ardoise. La dot est d'autant plus élevée que le future épousée est laide.
De cette union, il aura 3 enfants. Toutefois, il ne connaîtra pas les joies d'être père, il n'aura que peu de contact avec ses enfants.
Bien que marié à une épouse plus que dévouée , sa belle famille qui voit d'un mauvais oeil ses activités libertines, antichretiennes, le conduira en prison. Sade passera de nombreuses années en prison : Vincennes, la bastille, ou en asile : la maison de Charenton où il finira sa vie.
Il retombera toujours sur ces pattes et c'est ce qui m'a beaucoup plus dans ce roman, dans la vie de Sade.
Sade , c'est aussi un homme amoureux (passionnément de 2 femmes, Laure et Anne) et un homme aimé à tout âge, mais cet aspect je vous laisse le découvrir.
Au final, ce roman nous parle du destin d'un homme, un noble désargenté et libre de moeurs qui se réinvente au fil du temps avec pourtant deux constantes : son libertinage et sa haine des religieux.
Ce roman nous parle aussi de la société française du 18eme siècle : l'imprimerie sous le manteau de pamphlet anti royaliste, les dossiers des hommes d'influences, la révolution, les luttes de pouvoirs ...
Sans aucune pause pour le lecteur qui ne veut pas reposer le roman avant de l'avoir terminé.
Vous l'aurez compris je suis enthousiaste et vous laisse le soin de vous faire votre propre opinion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Cath36
  27 juin 2014
Ce livre est une très bonne récapitulation de la vie de Sade, que l'on connaît finalement assez peu dans son intégralité et surtout dans le contexte de l'époque. Celle-ci relativise un peu la réputation sulfureuse qui lui a été faite dans la mesure où beaucoup de nobles pratiquaient un libertinage assez poussé, son principal tort ayant été de revendiquer ouvertement ses actes et de s'acharner contre la religion et ses hypocrisies. Ceci dit, le personnage m'a paru bien lisse et son orgueil ddemesuré bien fade.... Ses actes monstrueux vite gommés et comme cités juste en passant... A la fois pervers et méprisant pour les petites gens il se sert des idéaux de la Révolution pour justifier ses propres désirs sans que soit montré véritablement son côté prédateur. Sade était tout de même quelqu'un qu'il fallait empêcher de nuire, et l'emprisonner avait une autre utilite que simplement de complaire à une belle famille bien pensante et choquee par le gendre...Peut on justifier Sade ? Peut être. L'excuser, non. de même que l'Eglise n'était tout de même pas complètement hypocrite et perverse, Sade n'etait tout de meme pas un sauveur de la société et la victime de sa famille. Loin de là. Vouloir regarder une époque passee à l'aune de notre jugement fausse la perception que l'on en a et il me semble que toute la complexité assez sombre du personnage de Sade ressort assez mal sur le fond historique. Ceci dit, ce livre remarquablement bien écrit et qui se dévore en quelques jours est une bonne initiation à la vie et à l'oeuvre du divin marquis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
BVIALLET
  24 décembre 2013
Fils de Jean-Baptiste, Comte de Sade, noble provençal désargenté, lettré et libertin, le jeune Donatien-Alphonse naît à Paris le 2 juin 1740 à l'hôtel de Condé. Après une enfance rebelle et difficile et une participation à la guerre de sept ans contre la Prusse, il devra épouser Renée Pélagie de Montreuil, de récente noblesse de robe, plus pour sa forte dot que pour sa beauté toute relative. Ses ennuis avec la police dirigée par le terrible Sartine et ses acolytes La Jeunesse et l'inspecteur Marais, débuteront avec ses premières débauches. Donatien est un client régulier des filles de joie. Il prend un malin plaisir à les humilier, les frapper et bien souvent ses actes dépassent très largement ce qui est acceptable et atteignent souvent une certaine forme de cruauté que l'on appellera plus tard « sadisme ». Arrêté et incarcéré pour violence aggravée sur une ouvrière pauvre, sa belle-mère parviendra à transformer sa peine en simple résidence surveillée dans son château de la Coste. Sa jeune belle-soeur, Anne de Launay, en profitera pour s'échapper de son couvent et pour venir l'y rejoindre. Il en fera sa maîtresse, une de plus sur une interminable liste. Condamné à mort pour empoisonnement et sodomie dans l'affaire des prostituées de Marseille, il sera à nouveau interné suite à une lettre de cachet du roi Louis XVI. Il passera ensuite treize années en captivité dans divers lieux de détention et finira son existence à l'asile d'aliénés de Charenton. Un temps libéré grâce à l'abolition des lettres de cachet, il deviendra, sous le nom de Sade (sans particule), président de la célèbre « Section des Piques », la plus radicale des factions révolutionnaires. Il s'opposera à Robespierre à propos de la question religieuse et sera à nouveau condamné à mort pour « intelligence avec les ennemis de la République ». Sauvé par la mort de l'Incorruptible (arrivée juste à temps et un tantinet aidée par une intervention « providentielle »), il échappera de peu au couperet de la guillotine et terminera sa vie en captivité après avoir écrit des milliers de pages et produit une véritable oeuvre littéraire qui connut un immense succès pendant la Révolution, puis une longue période d'oubli et finalement un retour sur le devant de la scène à notre époque par la grâce d'un certain Jean Jacques Pauvert.
« Les sept vies du Marquis » ne se présente pas à proprement parlé comme une classique biographie de Donatien de Sade mais plutôt comme une évocation romancée très fidèle à la vérité historique. Jacques Ravenne a parfaitement su rendre vivante la personnalité de son héros en traitant son sujet sur le mode du thriller ou du roman d'action à l'américaine. Son style est si vivant et si punchy qu'il est quasi impossible de lâcher ce livre aussi passionnant qu'un « page turner ». Il a su éviter les écueils du salace et du graveleux en se montrant souvent d'une grande discrétion sur les pratiques sexuelles du Marquis. Une interminable description de sévices et de turpides aurait vite lassé le lecteur. Là, il n'en est rien, bien au contraire. Sade s'en retrouve complètement humanisé et peut être un tantinet idéalisé. C'est avant tout un amoureux (surtout de sa première maîtresse Laure et ensuite d'Anne) quelque peu infidèle et priapique et c'est également un esprit libre et révolté contre l'Eglise et contre la tyrannie. Libertin comme bien des aristocrates de l'époque, il semble qu'il ait payé pour servir d'exemple à un pouvoir qui ne savait plus comment détourner la colère du peuple. On ne peut que conseiller chaudement la si agréable lecture de ce livre, ne serait-ce qu'à titre d'introduction à la vie d'un personnage si célèbre qu'on n'en connait finalement que peu de choses. D'ailleurs, en fin de volume, le lecteur trouvera des annexes très utiles dont une bibliographie comportant la liste des ouvrages les plus importants sur le sujet, le devenir des principaux personnages et même celui des lieux et des textes. Nul doute que ce livre aussi instructif que divertissant devrait rencontrer un immense succès. C'est tout le mal qu'on lui souhaite.
(Livre chroniqué dans le cadre d'une opération « Masse Critique » de Babélio)
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

critiques presse (1)
LaLibreBelgique   19 février 2014
Jacques Ravenne, en fin connaisseur de son œuvre, conte ses "7 vies". Biopic. Le sulfureux créateur de Justine et Juliette continue d’inspirer bien des études.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
isajuliaisajulia   06 janvier 2014
Sade n'attend rien, ni de Dieu, ni des hommes. Lui qui a sans cesse dénoncé leur violence innée, leur goût effréné du pouvoir, leur hypocrisie révoltante. Non, il n'aime pas les hommes et ils le lui ont toujours bien rendu.
Commenter  J’apprécie          360
isajuliaisajulia   04 janvier 2014
La tête en feu, le marquis pose la plume. La violence de sa pensée lui brûle les veines. Cette époque, si humaniste en apparence, si sordide en profondeur, l'écoeure. Il rêve que le Mal qui corrompt tout en souterrain, crève enfin en surface. Comme une Révélation dont il serait le Prophète.
Commenter  J’apprécie          170
cicou45cicou45   03 janvier 2014
_"Combien lui avons-nous trouvé de vies déjà ? Cinq? Rajoutez-en donc une sixième, celle d'avoir été aimé. Dans la vie d'un homme, fut-il le diable, ça n'a pas de prix."
Commenter  J’apprécie          240
isajuliaisajulia   02 janvier 2014
Il faut toujours laisser crier le peuple, ça le calme, ça l'épuise. Mieux vaut qu'il vive l'insulte à la bouche que la colère au bout des poings.
Commenter  J’apprécie          260
chriskorchichriskorchi   06 février 2014
Quand il entre dans la pièce, un feu brûle dans la cheminée, malgré la saison. Fouché est assis. Il ne se lève pas, ne sourit pas. Une seule parole tombe de ses lèvres étroites :
- Bien le bonjour, monsieur de Sade.
Armand se tait. Fouché, comme un félin paresseux, l'observe. De la main droite, il caresse délicatement le col d'une bouteille de vieux cognac. Le fils du marquis ne sait que dire, que faire. Il en a tant entendu sur le ministre de la Police. On dit qu'il a les mains couvertes de sang et l'esprit plus bouillant que l'enfer.
- J'ai toujours aimé le Palais-Royal. C'est là, en 1794, que j'ai monté le complot qui a fait tomber la tête de Robespierre.
Armand frissonne. Dans la famille, l'Incorruptible a laissé de mauvais souvenirs.
- Là aussi que j'ai fait chuter la République avec Bonaparte en 1799. À chaque moment crucial de ma vie, c'est toujours là que je viens pour prendre une décision. La bonne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jacques Ravenne (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Ravenne
Extrait de "La Nuit du mal - La Saga du Soleil noir, vol. 2" d'Eric Giacometti et Jacques Ravenne lu par François Hatt. Editions Audiolib. Parution le 21 août 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/la-nuit-du-mal-la-saga-du-soleil-noir-vol-2-9782367627755
autres livres classés : libertinageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1740 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..