AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782707321251
140 pages
Editions de Minuit (09/09/2010)
3.42/5   57 notes
Résumé :
Max et Jerry ne se sont pas revus depuis que Jerry a quitté la maison familiale pour l'Afghanistan. Max, son frère, est resté comptable dans une entreprise d'emboutissage. Et, si, un soir, Jerry passe la douane en fraude pour un retour de quelques heures parmi les siens, c'est que, comme Max, il poursuit un objectif qui devrait lui faire gagner beaucoup d'argent. Le plan ne peut échouer. Quitte à employer les grands moyens.
(Quatrième de couverture de l'éditi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,42

sur 57 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
5 avis
2
2 avis
1
1 avis

Bookycooky
  17 janvier 2020
Encore un truculent Ravey !
Les personnages portent comme toujours la marque Ravey, les lieux, les circonstances et leurs occupations n'y changent rien. Ici c'est Max et Jerry, deux frères. Max est comptable dans une scierie, Jerry vient le retrouver d'Afghanistan, après 20 ans d'absence. Deux types sans états d'âme, qui colmatent d'enlever contre rançon la fille du patron de la scierie, Samantha. Comme toujours, ce faux polar est tout sauf un polar. Ne cherchez ni logique, ni indices, ni suspects !
Ravey c'est du mini thriller Dada , si vous en êtes un adepte, lancez-vous y sans arrière pensée, un des meilleurs ! Sinon s'abstenir 😀!
Commenter  J’apprécie          884
lecassin
  20 mars 2020
Max et Jerry, deux frères dont l'un, Jerry, a quitté la maison pour rejoindre l'Afghanistan depuis une vingtaine d'années...
Jerry est de retour et sur le quai de la gare où son frère est venu l'accueillir Jerry demande à Max s'il est toujours prêt à enlever la fille de son patron...
La fille, Samantha sera bien enlevée, alors que Max s'interroge. Pourquoi Jerry ne cache-t-il pas son visage à Samantha ? Pourquoi celle-ci connait-elle son prénom, alors qu'il n'a jamais été prononcé ? Pourquoi n'est-elle pas pressée de rentrer chez son père ?
Comme toujours chez Yves Ravey, un style vif qui mélange la narration et les dialogues, sans fioritures ; un style direct incisif, mordant, portant une intrigue complexe sur fond de réseau islamiste dormant en cours de réveil...
Mon quatrième Ravey et je suis sûr que ce ne sera pas le dernier.
Commenter  J’apprécie          290
Christw
  19 septembre 2013

Cela m'arrive trop rarement pour ne pas le souligner : un livre entamé en soirée et achevé tôt le lendemain matin (il a bien fallu, entre-temps, dormir...): faut-il donc qu'il m'aie tenu... Cent vingt cinq pages : un thriller pas très moral, rebondissant adroitement sous la plume expérimentée d'un auteur habitué des éditions de Minuit.
Max, comptable dans une entreprise d'emboutissage, retrouve sur un quai son frère Jeremy qui débarque d'Afghanistan où il fait partie d'une mouvance terroriste. Dès le premier paragraphe : "tout de suite, sans que j'oublie rien de ce qui nous liait, notre enfance, mon père et ma mère, nos rapports se sont tendus." Un ombre qui pèsera jusqu'au dénouement. Après vingt ans de séparation, persiste un mélange d'amour et de ressentiment entre les deux hommes. Aucune explication sur les raisons, quelques phrases jetées de-ci de-là évoquent un malaise familial. Ces retrouvailles ont un but vénal: l'enlèvement de la fille du patron de Max, un coup préparé très professionnellement en vue d'une rançon. C'est sans compter sur la trahison mutuelle des deux mauvais garçons. de surprise en surprise, on finit par se demander, dans une escalade qui confine au burlesque, lequel réussira à duper l'autre. Max, agissant posément, avec une détermination tranquille, paraît évoluer à la manière d'un héros de western spaghetti.
L'efficacité tient aux phrases brèves, aucun dialogue intérieur, tout dans l'action, les gestes, minutieux, et quelques paroles sommaires. Les détails les plus minces alimentent la tension : depuis la dentelle grillée de l'oeuf qu'on décolle du téflon de la poêle jusqu'au contact du Desert Eagle Magnum(1) sous le chandail du partenaire. On imagine ce récit transposé au cinéma grâce au très bon canevas. Je ne suis pas sûr que l'on saurait rendre ce qui, selon moi, fait la force de ce polar : le ton et le climat. Il n'y pas de caméra pour rendre cela qu'on ne peut goûter qu'à la lecture. Et le climat d'un livre n'est-il pas indissociable des pages qu'on tourne allègrement en se projetant l'intrigue dans son décor intérieur ?
Yves Ravey avait publié en 1989 La table des singes chez Gallimard qui n'a pas souhaité poursuivre la collaboration. Jérôme Lindon a repris le flambeau: depuis Bureau des illettrés en 1992, treize romans chez Minuit, une belle constance. Il est aussi reconnu comme auteur dramaturge. le style de Ravey fait inévitablement penser à celui de Patrick Manchette: la psychologie des personnages se devine uniquement derrière leurs faits et gestes, énoncés avec économie de moyens. La trame centrale cache l'objet réel du roman, à savoir les rapports sociaux ambigus entre les êtres, au sein de la famille notamment.
Rapide, tendu, violent et imprévisible, voilà les traits du livre de Ravey, un roman dépouillé jusqu'à l'os pour reprendre l'expression de Jean-Baptiste Harang (Le magazine Littéraire, 2010). Pierre Assouline dit de lui qu'il est de la filiation Simenon: le maître ne sésavouerait pas le souci de détail, la pesanteur des choses et l'empathie pour les personnages, traits simenoniens qui caractérisent, pour nous aujourd'hui, ce qu'on n'on nommera sans hésiter "du Ravey".
(1) Pistolet automatique conçu par Magnum Research.
Lien : http://www.christianwery.be/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
blandine5674
  08 février 2020
Tout est dit dans le titre. Deux frères vont, contre rançon, enlever la fille du patron de l'un des deux. Ils ne se sont pas vus depuis 20 ans. Intense et court. Découverte d'une écriture originale avec cet auteur dont je fais la connaissance grâce, une fois de plus, à Bookycooky.
Commenter  J’apprécie          250
jeandubus
  14 août 2013
Enlèvement avec rançon
Dans l'art de peindre, la nature morte se contente de représenter des objets, des fruits, des légumes, des viandes et des poissons. Les objets sont presque intacts, les fruits et les denrées de la première fraicheur (ou presque si l'artiste ironise) . L'objet ou le fruit est soit très réaliste soit « stylisé ». Quoi qu'il en soit, l'objet est reconnaissable. Les objets d'une nature morte sont disposés dans le cadre avec un arrangement convenu au seul gré de l'artiste qui n'a pas à en expliquer, ni le choix, ni le nombre ni la combinaison. Ce qui fait que l'oeil du spectateur, au sens où l'entend Merleau Ponty, ne va pas au-delà du cadre. Il se limite au regard. L'esprit est à peine connecté, tout juste stimulé par le perspective et la source lumineuse.
« Enlèvement avec rançon » est une nature morte littéraire. Yves Ravey se limite strictement au factuel et nous dépeint un enlèvement avec rançon. « Il n'y a aucune morale, aucun jugement » ( constate Isabelle Rüf dans « le temps ») Il n'y a pas à s'interroger au-delà de ce que font les personnages, de leurs postures. Les dialogues sont masqués dans le texte. Les citrons ne communiquent avec les écrevisses que dans la mesure où ils figurent dans le tableau ; c'est une communication induite et muette dans laquelle chacun conserve sa nature et son idiosyncrasie. Jerry n'est le frère de Max que parce qu'il participe à la même histoire d'enlèvement avec rançon.
Ce court roman n'est pas une nouvelle. Eût-ce été le cas que d'autres nouvelles l'auraient forcement côtoyée : « Enlèvement avec rançon et autres nouvelles » pour pointer le i.
Personnellement je reste interloqué, comme je le fus d'un Picasso figurant entre autre une bougie et une casserole.
Du grand art

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   18 novembre 2016
Le plus important, en descendant de l’avion, je me paye un cheese-burger dans un Mac Donald. Tu sais comment ils les appellent, là-bas, les cheese-burgers ? Ils les appellent les Double Curry Cheese Burgers. Et pourquoi ? Parce qu’ils ajoutent des produits locaux. Ils les appellent aussi les Hell Double Cheese Burgers, parce que ça brûle comme l’enfer, et le fromage, c’est fabriqué avec du lait de buffle, qui vient de l’Himalaya, oui monsieur. Ils mettent du curry dessus. Et c’est très bon. Là-bas, si tu regardes bien, tu t’aperçois que le type assis à côté de toi, dans le Mac Donald de l’aéroport, en train de manger son curry burger, il a beau être dans un Mac Donald, eh bien, il ne mange pas, il compte... Et tu sais ce qu’il compte ? Il calcule la quantité de pavot récoltée le mois précédent, dans la montagne... Pour savoir combien ça va faire de grammes d’opium...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lecassinlecassin   20 mars 2020
Il a demandé si j'étais toujours prêt à enlever la fille de mon patron, qui ne répondait pas à mes avances, et j'ai fait oui de la tête.
Commenter  J’apprécie          91
rkhettaouirkhettaoui   18 novembre 2016
Quand elle a évoqué ses deux ravisseurs, elle a précisé ceci : Ça pouvait peut-être paraître bizarre, comme ça, a priori, mais l’un des deux, sur le moment, elle était contente qu’il soit là.
Lequel des deux, Samantha ?
Celui qui ne portait pas de cagoule.
Et qu’est-ce qu’il avait de particulier ?
Rien... On a discuté.
Toi, tu discutes avec ce genre d’individu...?
Il m’a laissée en vie, non ?
Un demi-million d’euros... Excuse-moi, mais...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   18 novembre 2016
Je voudrais bien savoir comment elle aurait pu deviner que tu t’appelles Jerry... Elle ne t’a jamais vu auparavant. Alors, je me demande, simplement : comment une femme, en compagnie d’un inconnu qui ne lui communique pas son prénom, peut tomber juste ? Comme ça,par miracle ? Il faut qu’elle soit vraiment douée, non ?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Yves Ravey (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Ravey
Mercredi 10 août 2022, dans le cadre du banquet du livre d'été « Demain la veille » qui s'est déroulé du 5 au 12 août 2022
Cycle Autour de Minuit, jusqu'à minuit Lectures de et avec Laurent Mauvignier, Yves Ravey, Tanguy Viel & Régis Goudot
autres livres classés : enlèvementVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura