AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707329097
125 pages
Éditeur : Editions de Minuit (03/09/2015)
3.45/5   65 notes
Résumé :
John Lloyd disparaît une nuit sans laisser de trace.
Stéphanie, sa petite amie, va charger Gustave Leroy de mener l'enquête.
C'est sans compter sur son dépit amoureux.
Ni sur l'arrivée de Mike Lloyd qui entend bien retrouver son frère.
(Quatrième de couverture de l'édition Les Editions de Minuit 2015)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,45

sur 65 notes

nameless
  26 juillet 2019
C'est Sans état d'âme que je referme ce roman d'Yves Ravey, en pensant qu'il laissera un souvenir périssable dans ma mémoire. John Lloyd originaire du Minnesota, disparaît brutalement des écrans radars, laissant Stéphanie, avec qui il projetait de s'installer et de fonder une famille, dans une telle incompréhension qu'elle demande à Gu, Gustave Leroy, son ami camionneur international, son amoureux secret, de retrouver le fuyard. Voilà, tout est dit ou presque... On peut ajouter, si l'on veut, une histoire d'expropriation, ou le frère de Lloyd, bien curieux, ou quelques autres détails sans grande originalité.

Je n'ai pas réussi à m'intéresser au destin des personnages, sans émotions, au point qu'un encéphalogramme plat pourrait définir leur activité. Bien sûr, c'est la volonté de l'auteur de les présenter ainsi, mais cette intention ne me convient pas. Pas davantage que le récit linéaire, constitué de phrases sujet-verbe-complément au présent, ou la prise de parole pour chacun des protagonistes effectuée à la première personne du singulier. Si j'ajoute qu'il me semble avoir déjà lu cette histoire d'innombrables fois, dans des versions bien plus élaborées, j'aurai tout dit. La mécanique de haute précision revendiquée n'a pas agi sur moi, le seul attrait de ce roman étant, compte tenu de sa brièveté, de se lire facilement et rapidement, mais est-ce une qualité ? Sorry !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          524
Bookycooky
  06 septembre 2015
Dans la France profonde, un homme ,Gustave,le narrateur,chauffeur de poids lourd dans la vie, et une femme, Stéphanie, barmaid au Mayerling un bar de nuit, ils sont voisins et amis depuis leur enfance.A la mort de son père, Gustave est victime d'une opération immobilière,manigancée par la mère de Stéphanie.Il est amoureux d'elle depuis toujours, alors qu'elle vient de rencontrer un touriste américain,John Lloyd, "c'est du sérieux".Les choses se compliquent pour Gustave....et un soir John Lloyd disparaît....Stéphanie demande l'aide de Gustave pour le retrouver....
Dans ce faux polar littéraire,d'une construction particulière,d'une prose limpide et sobre,sans effet de style,Ravey fait monter la tension, par petites touches de détails descriptifs.On hésite sur le narrateur, il a l'air sympa,semble un brin simple d'esprit, on compatit avec lui, vu sa situation,mais....
Comme dans son livre "un notaire peu ordinaire",les apparences ne sont pas ce qu'elle sont.....une étude de mœurs brillante au cœur de la petite bourgeoisie de province.
Toujours avec ce parfum des films de Chabrol, le dernier Ravey de la rentrée littéraire 2015 est un petit bijou noir,qui se lit d'un trait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
lecassin
  04 juillet 2021
Un camionneur, Gustave Leroy, dit Gu. Depuis la mort de son père, il vit seul et s'occupe épisodiquement de sa mère qui perd la tête ; il sera bientôt exproprié suite à une opération immobilière douteuse pilotée par Blanche, la mère de Stéphanie, danseuse au Mayerling, un bar de nuit ; un beau brin de femme ; et le béguin de Gu. Ils se connaissent depuis leur plus tendre enfance.
Arrive un touriste américain qui disparaît sans laisser de traces.
Stéphanie lui demande, alors Gu se met à sa recherche…
Découvert dernièrement avec « Un notaire peu ordinaire » au hasard d'un vide grenier, puis avec « Enlèvement avec rançon », j'étais sûr que ces deux lectures en annonçaient d'autres…
Yves Ravey et son style qui me ravit : parfois une intrigue complexe dans un style linéaire et épuré, ici une intrigue on ne peu plus basique, avec un style « façon toile impressionniste », tout en petites touches parfois dissonantes, mais au final un ensemble solide qui tient le lecteur sur le qui vive.
J'ai déjà dit pour une de mes précédentes lectures de l'auteur, que ce ne sera pas mon dernier Ravey… J'en suis convaincu à nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Ambages
  09 mai 2016
J'ai beaucoup apprécié ce roman, surtout l'écriture ciselée qui, en très peu de mots, nous tient jusqu'au terme de l'histoire. Je découvre Yves Ravey pour la première fois et je trouve qu'il a un style incroyable pour amener le lecteur à virevolter dans l'esprit des personnages, par petites touches efficaces. Plus qu'un roman policier, je dirai un roman noir. Un joli tour de force car la progression est impressionnante. Je suis partie d'une lecture froide, sèche, en me demandant où l'auteur souhaitait emmener son lecteur. Au tout début, plongée en pleine campagne entre un camionneur et une ferme à l'abandon, je me demandais ce qui pouvait bien arriver. D'autant que le personnage principal, sans charisme, sans état d'âme, narre son histoire de manière si désinvolte, que j'ai eu l'impression que rien ne pouvait l'atteindre. Puis les fils se tissent et les dernières pages sont assez incroyables.
Commenter  J’apprécie          270
gavarneur
  08 décembre 2015
Puisque d'autres critiques ont tout raconté du début à la fin, je peux bien dire qu'il s'agit d'une tragédie.
Oui, on sent très vite que le narrateur, orphelin de père, soignant sa mère qui a perdu la tête, bientôt exproprié, même plus vraiment amoureux sans espoir, n'a aucune chance de s'en sortir. le destin tragique va le broyer. Et pourtant il manque quelque chose, nous ne sommes manifestement ni chez Sophocle ni chez Racine.
Yves Ravey soigne le contraste : pas de roi puissant, pas de héros noble de coeur (son narrateur est justement "Sans état d'âme", à un point qu'on n'imagine pas au début). Ca ne se passe nulle part, rien n'est beau, aucun sentiment ne semble très fort. C'est la vie ordinaire (comme semblait l'être par exemple le notaire au début d'un autre roman de Ravey), versant sombre.
Donc pas une tragédie au sens classique*. Mais pas non plus un simple roman noir en milieu rural.
Si j'ai pris grand plaisir à cette lecture, c'est donc l'art de l'auteur qui avec des phrases simples crée une atmosphère (je crois qu'on ne dit plus glauque, mettons poisseuse, pas vraiment angoissante mais malsaine), déroule son récit chronologiquement, implacablement, et nous enrobe peu à peu de malaise sans nous dégoûter.
Et ça fonctionne : lecture prenante, bien typique de Minuit, recommandée pour ceux qui aiment ça. J'ajoute que ça a des côtés construits ; j'aime bien (comme chez Irving ou dans certains polars) le détail anodin qui brille quelques chapitres plus loin.
*tout de même : unité de lieu, de temps et d'action, à peine étirée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (4)
Liberation   26 octobre 2015
J’ai passé un moment formidable en me demandant si l’escroc (...) ce n’est pas finalement moi, la lectrice, qui prend tant de plaisir à devenir complice d’un meurtre brut et froid.
Lire la critique sur le site : Liberation
Telerama   16 septembre 2015
Moins que de la pseudo-intrigue de ce pseudo-roman noir, c'est de sa psyché rouée que le lecteur se retrouve ici fermement captif, le temps de ce monologue vif, saisissant, retors et désespéré.
Lire la critique sur le site : Telerama
Lexpress   02 septembre 2015
Du polar bien huilé sous la plume d'Yves Ravey qui instaure un climat trouble et fascinant.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LePoint   27 août 2015
La force du texte est, sans doute, dans cette fausse simplicité à la Simenon, appuyée à sa propre cadence, qui ramasse des vies et les dit en un coup.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
lecassinlecassin   27 avril 2021
Au moment de dormir, enfant, si le vent était à l’ouest, et quand les locomotives s’engouffraient dans le tunnel, au loin, me parvenait, chaque soir, le ferraillement saccadé des wagons de marchandises qui reliaient les usines de construction automobile à la frontière.
Commenter  J’apprécie          150
rkhettaouirkhettaoui   19 décembre 2015
C’est déjà arrivé que quelqu’un disparaisse sans laisser de trace. Contrairement à ce que tu dis. Je me souviens d’une histoire comme ça. On a retrouvé le type par hasard, au fin fond d’un village de brousse, perdu au bout du monde, des années plus tard. Il n’avait rien fait de mal, il voulait simplement changer de vie, tout quitter, sa famille, son travail, ses amis. Ça arrive, tu sais.
Commenter  J’apprécie          40
YANCOUYANCOU   01 mai 2016
"Dans la maison, j'occupais le rez-de-chaussée et une pièce à l'étage. La chambre de mon père était restée en l'état depuis sa mort. De la fenêtre, on apercevait le champ de maïs qui s'étendait jusqu'aux peupliers, là où la rivière faisait un coude. Je conservais encore, dans l'armoire, quelques-uns de ses vêtements, dont son costume bleu pétrole, côté droit de la penderie. L'autre partie était occupée par ceux de ma mère, qu'elle ne portait plus, mais que je protégeais en renouvelant tous les deux mois les doses d'antimites.

À côté de l'armoire, sur la commode, les affaires de mon grand-père, conservées par mon père, un briquet, des médailles, une arme de poing dérobée sur le cadavre d'un officier allemand pendant l'Occupation, un casque de la Wehrmacht, des balles de pistolet."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BoutonBouton   25 janvier 2020
Au moment de dormir, enfant, si le vent était à l'ouest, et quand les locomotives s'engouffraient dans le tunnel, au loin, me parvenait, chaque soir, le ferraillement saccadé des wagons de marchandises, qui reliaient les usines de construction automobile à la frontière.
C'était des convois sans fin. Je me souviens qu'après l'école, descendant du car de ramassage scolaire, je m'asseyais, avec Stéphanie et Betty, sur le parapet du pont, au-dessus du ruisseau. Et tous les trois, nous assistions au passage des trains aperçus à l'horizon, derrière la ligne des peupliers.
Notre jeu préféré, c'était compter les wagons, yeux fermés, mains sur le visage, dans un temps imparti, en nous repérant au rythme des roues sur les rails.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fanvin54Fanvin54   18 septembre 2015
Je n'ai jamais rien refusé à Stéphanie. Elle le savait. Je serais allé en enfer pour elle.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Yves Ravey (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Ravey
Yves Ravey vous présente son ouvrage "Adultère" aux éditions de Minuit. Entretien avec Marie-Aurélie Buffet.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2504995/yves-ravey-adultere
Note de musique : © mollat
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2143 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..