AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Jacques Pauvert (Autre)
EAN : 9782720200656
267 pages
Éditeur : Pauvert (01/07/1976)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 12 notes)
Résumé :
LES MEMOIRES D'UN FASCISTE. Tome 2

Par Lucien Rebatet
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
moravia
  29 décembre 2017
Pour m'exprimer comme René Étiemble je dirai : Rebatet est un salaud mais quel style, quel écrivain !
Pour le reste...
Il est préférable, pour le moins, d'avoir des idées Mussoliniennes pour adhérer à la doctrine diffusée dans cet ouvrage.
Sinon, en restant la tête froide, il faut reconnaître que c'est un très bon livre d'un écrivain qui se hausse au-dessus du troupeau des plumitifs.
Une agréable découverte.
Commenter  J’apprécie          2010
generalmarechal
  03 décembre 2019
Si Les Décombres était un ouvrage au style évident, le deuxième tome des Mémoires d'un fasciste laissent le lecteur las : l'écriture est poussive, vitupérante sans génie, tout y est empesé d'une lourdeur qui n'est autre que l'aigreur d'une défaite qui s'est abattue sur un homme sans courage. A cela s'ajoutent, naturellement, des idées qui ont plus que mal vieilli et avec lesquels l'auteur semble se débattre comme un enfant tape sur un xylophone pour énerver ses parents. La présentation de faits historiques connus "de l'autre bord" avait certes une saveur, presque une fraîcheur par la surprise qu'elle créait dans Les Décombres. Mais ici, tout se traîne encore, encore... Quel triste style, quand on a lu les fulgurances des Deux Étendards !
C'est une saveur de fiel qui reste dans la bouche et qui ne partira que grâce à l'intérêt historique et croustillant de ce récit : la vie culturelle et mondaine y est décrite par le menu. On y croise ainsi les noms de Karajan, Furtwängler, Arletty et même Sartre.
C'est donc une lecture en demi-teinte, dont on retiendra des anecdotes amusantes en oubliant l'écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   14 avril 2020
Le Duce avait toujours professé des idées saines, réalistes. Par sa bouche, le fascisme s’opposait à la lutte des classes, fondait les classes sociales en une seule réalité économique et morale. Il optait pour la qualité contre la quantité, il refoulait le dogme démocratique qui assimilait le peuple au plus grand nombre d’individus et le rabaissait à ce niveau. Au lieu de berner l’électeur par l’octroi de droits illusoires, il l’aidait à accomplir un devoir. Il disait que la liberté abstraite n’existait pas, mais qu’il fallait conserver des libertés précieuses. Il affirmait l’inégalité irrémédiable, mais bienfaisante et féconde, des hommes qui ne peuvent devenir égaux par un fait mécanique et extrinsèque tel que le suffrage universel. Le fascisme surtout restaurait, exaltait le civisme en persuadant le plus simple travailleur qu’il œuvrait à la prospérité et à la grandeur de la nation indivisible.

Le Duce, formé par Renan, Georges Sorel, Maurras, le socialiste Lagardelle, avait ardemment désiré l’accord latin avec la France. Elle lui avait répondu par le canal de Paul-Boncour – lui-même personnage de guignol – le traitant en pleine Chambre de « César de carnaval », par le député socialiste Renaudel, jetant à la figure d’un député fasciste, au cours d’assises internationales à Genève : « Dans un pays où il n’y a pas de liberté, il n’y a pas de justice. » Les F… du Grand Orient et de la Grande Loge ne pardonnaient pas à Mussolini d’avoir évincé les maçons des fascios, et toléré l’assassinat du député maçon Matteoti, au cours d’une tornade parlementaire qui avait failli le renverser. Ce sectarisme de la IIIe République contenait les germes de la guerre idéologique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   25 janvier 2017
Il paraît que vous représentez le cinéma français. Je ne vous félicite
pas. Votre cinéma est une ordure, et vous en êtes tous responsables. Nous pouvons très bien le considérer comme une arme de guerre et le supprimer, l'anéantir.Vous êtes des vaincus, qui n'ont pas volé leur défaite. Vous ne méritez aucune confiance de notre part. Cependant puisque votre gouvernement de Vichy prétend avoir des intentions pacifiques, nous allons vous laisser une chance. Vous aurez six mois pour montrer si vous êtes capables de sortir de votre ordure, de fabriquer des films à peu près propres. Passé ce délai, si nous estimons que vous n'avez pas abouti, vous pourrez aller chercher un autre travail. Votre public verra des films
allemands, pour se régénérer, s'il le peut. Le cinéma français sera interdit
définitivement. Nous aurons écrasé cette cochonnerie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   25 janvier 2017
Les barbares hitlériens avaient épargné la mobilisation aux musiciens d'orchestre et aux chanteurs. Nous entendions les cinq grands opéras avec Clemens Krauss au pupitre, des distributions idéales — Don Juan dans un décor noir et blanc à la Manet, Les Noces de Figaro à la Hofburg,aux chandelles, avec la divine Maria Cebotari — le Directeur de théâtre dans une charmante bonbonnière de Schoenbrunn, les symphonies dirigées par furtwängler, les sonates jouées par Elly Ney.
Nous conservons au cours de notre existence une centaine d'images fortuites,qui restent gravées après de longues années avec la même vivacité, alors que nous ne gardons rien de tant d'événements historiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   25 janvier 2017
J'avais eu besoin d'un papier que je respecterais un peu, où ma littérature prendrait un aspect moins provisoire. Je n'avais jamais fait de brouillon jusque-là que pour me mettre en train. Les dimensions prévues de mon roman me commandaient d'établir dès le premier jet un texte qui fût à peu près définitif. Toutes les conditions étaient maintenant réunies pour que je me misse sérieusement à la grande entreprise.
Un beau papier vierge m'a toujours un peu intimidé. J'hésitai quarante-huit heures devant le mien. La sagesse aurait été de retranscrire d'abord au moins les deux chapitres qui étaient presque dans leur forme, et la perfection de cette sagesse de tout reprendre au premier chapitre. Mais j'étais de plus en plus impatient d'aller de l'avant, de m'enfoncer dans mon vrai sujet après les quelques pas que je venais d'y faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   25 janvier 2017
Ces Russes mourant pour la faucille et le marteau étaient bien des barbares dignes du seul knout. Nous avions adopté sans examen la thèse hitlérienne d'une ruée imminente, en juin, des hordes rouges sur l'Occident, heureusement déjouée par l'attaque de la Wehrmacht. Nous ne songions même pas à nous étonner qu'une vaste armée, même soviétique, prête pour l'invasion, eût subi dès les premiers jours, sous un choc en somme préventif,de si cuisants revers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Lucien Rebatet (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucien Rebatet
France Culture : Faut-il republier les textes antisémites du XXème siècle ? (2015). A l'occasion de la publication chez Robert Laffont, des œuvres de Lucien Rebatet, et de l'annonce d'une traduction de "Mein Kampf" chez Fayard, Caroline Broué reçoit Pascal Ory, professeur d’histoire contemporaine à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Florent Bayard, historien, chercheur au CNRS (Centre Marc Bloch, Berlin), spécialiste du négationnisme et de la Shoah.
autres livres classés : société mondaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"Les deux étendards" de Lucien Rebatet

Où Lucien Rebatet a-t-il écrit "Les deux étendards"?

Au Fort de Brégançon
Au Montreux Palace
En prison, à Clairvaux
Dans sa salle de bains

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Les deux étendards de Lucien RebatetCréer un quiz sur ce livre