AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Louis Courriol (Traducteur)
ISBN : 2881825702
Éditeur : Editions Zoé (01/11/2006)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 9 notes)
Résumé :

" La mort, lorsqu'on la regarde trop longtemps et trop profondément, finit par attirer. " Pendant la Première Guerre mondiale, Apostol Bologa, jeune Roumain de Transylvanie, est enrôlé dans l'armée austro-hongroise et participe avec zèle à la pendaison d'un soldat tchèque, déserteur. Le regard du pendu devient un objet de fascination morbide, puis un remords qui s'immisce dans l'esprit du jeune officier bient&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Sachenka
  16 février 2018
Les notions de peuples et de pays ont évolué au cours de l'histoire. Si encore aujourd'hui elles posent problèmes, imaginez cent ans plus tôt. Et en peu d'endroit cela était aussi symptômatique que dans l'empire austro-hongrois, qui comptait dans ses rangs non seulement des Autrichiens et des Hongrois, mais aussi des Tchèques, Serbo-croates, des Polonais et des Roumains. Toutefois, pendant la Première Guerre mondiale, cet empire se battait, entre autres, contre la Serbie, la Pologne (intégré à la Russie) et à la Roumanie. Avec son roman La forêt des pendus, l'auteur Liviu Rebreanu illustre parfaitement le dilemme que vivaient des millions de personnes alors.
Tout commence avec la pendaison d'un officier tchèque, Svoboda, qui a essayé de traverser du côté des Russes. le lieutenant Apostol Bologa y assiste, méprisant le condamné. « La loi, le devoir et le serment », c'est son leitmotiv. Et, après tout, il faut la gagner, cette foutue guerre. Peu de temps après, il se démarque sur le front russe, se comportant en héros, mais la panique envahit son camp tout de même et plusieurs autres déserteurs sont arrêtés. Bologa fait partie du jury qui les condamne à la potence, eux aussi.
Alors commence le combat intérieur du lieutenant. Lui, qui attachait une si grande importance à son devoir, il culpabilise puis à se questionne. Et si c'étaient les déserteurs qui avaient raison ? Au même moment, les enseignements de son père lui reviennent en mémoire : « Fais ton devoir et n'oublie jamais que tu es roumain ! » (p. 184). Cette contradiction le trouble. Faire son devoir équivaut respecter le serment qu'il a prêté à l'armée et à l'empire austro-hongrois. Mais évoquer ses origines roumaine signifie-t-il porter secours à ses frères de l'autre côté de la frontière ? À qui doit aller sa loyauté et son devoir ? Que lui dicte sa conscience ?
La forêt des pendus soulève des questions éthiques fondamentales qui valent le détour. Liviu Rebreanu laisse son personnage pousser son raisonnement jusqu'au bout et, en tant que lecteur, on arrive à le suivre et à le comprendre (et un peu le prendre en pitié). Peu importe le choix qu'il fera, il l'assumera. Ça a au moins le mérite d'être honnête. J'ai trouvé quelques longueurs au roman, surtout à partir du moment où il est en permission chez les siens. Je ne dirais pas que ce sont des scènes superflues mais certaines auraient gagné à être abrégées. Quoiqu'il en soit, c'est une oeuvre belle et profonde, comme beaucoup d'autres qui viennent de ce magnifique pays qu'est la Roumanie. Ce pays a une longue histoire, même elle n'est pas si connue à l'extérieur, et sa littérature n'a pas rayonné autant qu'elle le mérite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Tandarica
  14 mars 2015
Dédié à la mémoire d'un frère exécuté par les Austro-hongrois sur le front roumain en 1917, ce roman est un témoignage particulièrement bouleversant sur la première guerre mondiale. J'ai pour ma part lu l'édition de 1966 : éditions Baudelaire, Paris, traduction de Borănesco, illustrations de Dumitru Ionesco, et une préface (auteur non indiqué).
Pour les curieux, j'ai cité la première page : vous pouvez comparer avec Pădurea spînzuraților de Liviu Rebreanu.
Commenter  J’apprécie          150
mougloud
  01 septembre 2011
La forêt des pendus est l'histoire d'un soldat roumain, Apostol Bologa, se battant dans l'armée hongroise durant le premier conflit mondial. Il est bon de rappeler ici que la Transylvanie, région où se déroule l'histoire n'est pas encore roumaine. Au début du roman Apostol est juge dans une cour martiale pour juger un camarade qui sera pendu. du statut de bourreau et d'héros de guerre (plusieurs médailles gagnées au combat), il deviendra lâche aux yeux de ses camarades puis déserteur refusant de juger des soldats de sa propre nationalité en fin d'ouvrage.
La suite sur mon blog :
Lien : http://cb28.free.fr/blog/?p=..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SachenkaSachenka   14 février 2018
- Et pourquoi on le pend? demanda de nouveau l'officier en le regardant d'un air scrutateur, avec une sorte de haine.
Le caporal perdit contenance et répondit d'une voix hésitante, avec un sourire de pitié amère :
- Ça, des choses comme ça, nous, on peut pas savoir mon capitaine! À la guerre, la vie des hommes, c'est comme les fleurs, ça tombe sans qu'on sache pourquoi... Dieu nous a plaint les péchés dans ce pauvre monde et puis les hommes pardonnent pas souvent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
SachenkaSachenka   15 février 2018
- La loi est la même pour tous et nous avons tous prêté le même serment. Quand on se met à juger des choses à travers le prisme de l'égoïsme sentimental, alors...
- La loi, le devoir, le serment ne sont valables qu'aussi longtemps qu'il ne nous obligent pas à commettre un crime contre notre conscience! dit Bologa en lui coupant vivement la parole. Aucun devoir au monde ne peut bafouer les droits fondamentaux de l'âme humaine ets'il tente de le faire...
Bologa ne poursuivit pas sa phrase, il se contenta de faire un geste vague qui voulait tout dire et rien. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
TandaricaTandarica   14 mars 2015
Sous un ciel gris d'automne, pareil à une immense cloche de verre embué, la potence toute neuve dressait sa silhouette menaçante. Plantée à l'extrémité du village, elle tendait vers la plaine noire, piquée çà et là d'arbres cuivrés, son bras au bout duquel pendait une corde. Sous la surveillance d'un caporal trapu et noiraud, deux vieux soldats aidés d'un paysan aux joues rouges et couvertes de poils hirsutes creusaient une fosse. Ils crachaient fréquemment dans leurs mains et ahanaient après chaque coup de pioche. De la plaie béante du sol, les fossoyeurs retiraient une argile jaune, gluante…

Dans la traduction de C. Borănesco publiée à Paris en 1966.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SachenkaSachenka   14 février 2018
- Les sentiments profonds et authentiques doivent résister à toutes les tentations! répliqua Apostol en insistants sur les mots.
Commenter  J’apprécie          240
Video de Liviu Rebreanu (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Liviu Rebreanu
Ion - Liviu Rebreanu Film pentru bac-Calitate excelenta
autres livres classés : autriche-hongrieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz vegan or not vegan : No meat please ! (2)

"Julie elle-même pourrait me servir d’exemple : car quoique sensuelle et gourmande dans ses repas, elle n’aime ni la viande ni les ragoûts ni le sel, et n’a jamais goûté du vin pur. D’excellents légumes, les œufs, la crème, les fruits ; voilà sa nourriture ordinaire, et sans le poisson qu’elle aime aussi beaucoup, elle serait une véritable pythagoricienne" Cette Julie n'est autre que ...?...

Une jeune fille dont Marcel Proust recherche l'ombre
La nouvelle Héloïse de Jean Jacques Rousseau
Julie Andrieu
Mademoiselle Julie de August Strindberg

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thèmes : légumes , végétarisme , végans , végétalisme , végétarienCréer un quiz sur ce livre