AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 291614174X
Éditeur : L'Arbre vengeur (15/10/2011)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :

On croyait connaître la misère que la littérature naturaliste a exploitée à l'envi. Avec ce roman redécouvert après des décennies d'oubli, celle qui nous est racontée explose par sa violence et son fatalisme. Aventures de deux crève-la-faim qui vont tenter d'échapper à la mort qui les guette depuis leur naissance, Ceux de Podlipnaïa nous mène aux confins de la Sibérie à la sui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Warrenbismuth
  21 février 2019
Nous détenons ici une rareté pour plusieurs raisons. Ce roman du russe RECHETNIKOV (1841-1871) est le seul qu'il a écrit (terminé en tout cas), il fut peu traduit et donc peu édité. Mieux : il aurait pu ne jamais voir le jour, puisqu'en 1863 un jeune écrivain de 22 ans envoie un manuscrit à un éditeur qui, immédiatement intéressé, voudrait le publier. Or l'écrivain n'a laissé aucun contact accompagnant le manuscrit, et l'éditeur devra faire passer une annonce sur le journal local afin de retrouver l'auteur du roman, un certain Fyodor RECHETNIKOV.
Rien que la traduction du prénom de l'auteur prête à confusion, comme souvent chez les russes : tantôt écrit Fyodor, Tantôt Théodore, mais aussi Fédor, Fiodor, Teodor, Theodor, faites votre choix !
Sans être l'un des chefs d'oeuvre incontestés de la littérature russe, ce roman présente quelques aspects intéressants. D'une part car, comme écrit plus haut, il émane d'un jeune auteur de 22 ans, inconnu, timide, effacé. Il arrive à une période où peu de grands auteurs russes ont percé. Si POUCHKINE et GOGOL sont déjà morts et que TOURGUENIEV a déjà écrit pas mal de romans, DOSTOIEVSKI n'a encore à cette date écrit aucun de ses grands romans (« Humiliés et offensés » écrit en 1861 n'est pas, et de façon parfaitement injuste, considéré comme l'un de ses chefs d'oeuvre), et TOLSTOI vient juste de boucler son premier roman (loin d'être son meilleur) : « Les cosaques ». En replaçant ce texte de RECHETNIKOV dans son contexte, il peut apparaître comme une nouveauté, l'un des premiers chaînons de l'épopée littéraire romanesque russe moderne.
La trame est assez simpliste : deux amis du village de Podlipnaïa en Sibérie, Pila et Syssoïko, après bien des malheurs dont des morts parmi leurs proches (la fille de Pila notamment) et une redoutable misère, après avoir crevé de faim et bouffé des écorces au sens propre, vont trimarder afin de devenir Bourlaki, c'est-à-dire constructeurs de grosses barques servant à transporter les vivres et autres matériaux en tous genres sur les rivières et fleuves russes, d'autant que Pila est un homme robuste, de ce fait d'ailleurs considéré comme un sorcier et craint, sauf par sa femme Matriona, fainéante et envahissante. Derrière la noirceur du quotidien et de la situation, une ambiance bon enfant, légère même.
Ce roman peut se lire comme un roman d'aventures. Les péripéties des deux acolytes sont nombreuses et parfois drôles, les liens entre Pila et ses enfants, présents sur le même chantier, s'aggravent au fil des pages, jusqu'à devenir presque détestables. Attention, l'écriture n'est pas soignée, elle sort sans filtre, sans chichis, sans fioritures, les phrases ne sont pas toujours très équilibrées, les redites, les répétitions sont nombreuses, mais l'atmosphère à la GOGOL pour ses écrits ruraux respire une Russie rustique et arriérée, une paysannerie découvrant le monde. Lorsque nos villageois vont être confrontés au progrès, ils vont restés bouche bée à de nombreuses reprises, ils vont y voir le diable, dans cette Russie très croyante. Les superstitions sont nombreuses, les rites respectés, déifiés.
RECHETNIKOV a laissé peu de traces dans la littérature, et pour cause : après cet essai pas si mauvais en fin de compte, il va entamer un autre roman, mais frappé par la maladie, il disparaît à moins de 30 ans en 1871, sans l'achever. Sa vie aura été faite d'injustices, d'abandons, de raclées, de larcins. RECHETNIKOV est l'un des premiers romanciers russes à être de basse extraction, à avoir côtoyé la misère au jour le jour, c'est ce qui fait de son texte un témoignage plus qu'un roman. Et même s'il souffre de maladresses de jeunesse ou d'inexpérience (écrit à 22 ans je le rappelle), il est à prendre comme tel pour rendre au mieux le vrai sens de la vie rurale dans ce XIXe siècle perturbé. La fin est très bien menée, faisant de ce roman un écrit qui n'est pas à négliger pour quiconque s'intéresse à l'histoire de la littérature russe. C'est la Bibliothèque Russe et Slave qui a sorti une version epub de ce livre déjà paru à plusieurs reprises en version papier, la dernière étant l'oeuvre des éditions de Syrtes en 2011. Phénomène curieux : en 1967, les éditions Rencontre de Lausanne ont fait paraître ce roman, couplé avec l'excellentissime « Les Golovlev » de SALTYKOV-CHTCHEDRINE (que je ne saurais trop vous conseiller). le lien n'est pas évident à déterminer entre les deux oeuvres, mais pourquoi pas après tout. Un roman de RECHETNIKOV pour les aspects anecdotiques et historiques, à replacer absolument dans son contexte avant de l'entreprendre, c'est aussi le seul récit traduit disponible de l'auteur.
https://deslivresrances.blogspot.fr/
Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ivredelivres
  17 avril 2012
Tout d'abord le nom de l'auteur ne vous dira rien, pas étonnant la dernière édition de ce roman date de ...1920 ou à peu près.
Un écrivain à la Zola dit l'éditeur, oui le Zola le plus noir, le plus sordide mais avec un fond de drôlerie qui vous ramène au roman russe.

Podlipnaïa c'est un hameau moche, sale et pauvre ! ce n'est pas moi que le dit c'est l'auteur. La Sibérie dans ce qu'elle a de plus terrible. Les récoltes sont maigres, les intempéries fréquentes, les hivers redoutables et Pila le paysan n'est jamais loin de crever de faim car il n'a « ni grange, ni meules de foin, ni jardin potager ».
Tous les habitants sont « malades de misère et de saleté »
La mort rattrape les enfants, les parents ne s'en attristent pas vraiment, une bouche de moins à nourrir. D'ailleurs la fille de Pila vient de mourir, elle était fiancée à Syssoïko qui est le seul à s'attrister, le Pope exige de l'argent pour l'enterrement et finit par prendre le seul bien de Pila : sa vache.
Trop c'est trop il décide de quitter Podlipnaïa avec femme et enfants.
Ils ne sont jamais sortis du village et les péripéties ne vont pas manquer, tantôt tragiques, tantôt drôles, le passage par la case prison les déroute mais ne les décourage pas.
Ils ont un rêve devenir bourlaki, manoeuvrer les lourdes barques chargées de sel, de blé ou de fer.
Ils vont devoir appendre le maniement des rames, mais la remontée du fleuve c'est une autre paire de manche ! Les barques sont halées par quinze homme, le travail est épuisant mais il peuvent manger à leur faim et travailler comme des forçats ne leur semble pas anormal. Dur au travail, dur à la peine mais en comparaison de la vie de paysan les « haleurs sur les rivières mènent la belle vie »
Le bourlaki c'est la figure du travailleur, si l'on veut poursuivre la comparaison avec Zola c'est le mineur de Germinal !
Voilà je vous laisse découvrir la vie de Pila et Sissoïko plus avant.
Dans ce récit pas de jolies phrases, la réalité toute nue sans fioritures, un style « sobre et énergique » dit le traducteur.
Ce serait d'une noirceur insupportable si Rechetnikov ne mariait pas le réalisme au comique, cela m'a évoqué Gogol et Isaac Babel.
Octave Mirbeau mettait Ceux de Podlipnaïa sur le même plan que les romans de Tolstoï et Dostoïevski, je n'irai pas jusque là mais la lecture et la découverte de cet auteur est tout à fait surprenante et réjouissante.
Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JimmyCz
  02 mars 2018
Un roman qui me laisse une impression mitigée. Tout d'abord reconnaissons des points positifs indubitables :
- la qualité des descriptions désireux comme de la psychologie des personnages. On est immergés et dans le hameau et dans chaque échange même muet entre les personnages.
- l'atmosphère très simple et en même temps particulière qui se dégage du récit et nous transporte.
Les points un peu moins positifs :
- un récit inégal avec des longueurs ce qui est contradictoire avec le fait que le roman soit court.
- des thèmes comme la transmission du savoir qui sont abordés de façon parcellaire et qui finalement laissent un goût d'inachevé.
C'est au final une bonne lecture mais qui s'avère frustrante. le potentiel et les promesses sont telles que je fus finalement un peu déçu par le résultat final.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ivredelivresivredelivres   17 avril 2012
L’homme naît pour une vie de souffrance, qu’il supporte et traîne comme un boulet et qui finit par l’écraser…
Commenter  J’apprécie          20
ivredelivresivredelivres   17 avril 2012
Les bourlakis travaillent : leurs échines s'abaissent et se relèvent en cadence, pour se courber encore
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
256 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre