AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : (01/01/1925)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
A mon Frère le paysan est une petite brochure de 1899 destinée à expliquer les idées anarchistes à ceux qui travaillent effectivement la terre et à désamorcer la rumeur annonçant que les anarchistes veulent prendre leurs terres aux paysans. Élisée Reclus cherchent ainsi à inclure le monde paysan dans le projet révolutionnaire.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
raton-liseur
  16 octobre 2013
J'aime bien ces livres politiques. Tout est limpide, leur thèse est irréfutable. Pourquoi ext-ce que, quand moi je regarde le monde, les choses semblent-elles bien plus compliquées ?
Voici une courte tentative de notre géographe anarchiste nationale pour rallier les paysans à la cause communiste et pour essayer de contrecarrer l'habituelle opposition entre un prolétariat urbain revendicatif et une paysannerie pauvre mais attachée à ses traditions (un peu caricatural tout ceci, mais passons…).
Trop simple pour me convaincre, trop simpliste pour justifier la collectivisation. Mais une vision mordante de l'évolution de la paysannerie à l'agriculture qui se révèle, presque cent ans plus tard, d'une terrible acuité, ce qui peut étonner pour un texte de l'entre-deux guerres.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
raton-liseurraton-liseur   16 octobre 2013
Voilà, camarades travailleurs qui aimez le sillon où vous avez vu pour la première fois le mystère de la tigelle de froment perçant la dure motte de terre, voilà quelle destinée l’on vous prépare ! On vous prendra le champ et la récolte, on vous prendra vous-mêmes, on vous attachera à quelque machine de fer, fumante et stridente, et tout enveloppés de la fumée de charbon, vous aurez à balancer vos bras sur un levier dix ou douze mille fois par jour. C’est là ce qu’on appelle l’agriculture. (p. 10).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
JacopoJacopo   11 juin 2019
Évitez cette mort à tout prix, camarades. Gardez jalousement votre terre, vous qui en avez un lopin ; elle est votre vie et celle de la femme, des enfants que vous aimez. Associez-vous aux compagnons dont la terre est menacée comme la vôtre par les usiniers, les amateurs de chasse, les prêteurs d'argent ; oubliez toutes vos petites rancunes de voisin à voisin, et groupez-vous en communes où tous les intérêts soient solidaires, où chaque motte de gazon ait tous les communiers pour défenseurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JacopoJacopo   11 juin 2019
Il est certain que si tous les paysans d'un même district avaient compris combien l'union peut accroître la force contre l'oppression, ils n'auraient jamais lissé périr les communautés des temps primitifs, les «groupes d'amis», comme on les appelle en Serbie et autres pays slaves. Le propriété collective de ces associations n'est point divisée en d'innombrables enclos par des haies, des murs et des fossés. Les compagnons n'ont point à se disputer pour savoir si un épi poussé à droite ou à gauche du sillon est bien à eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Elisée Reclus (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elisée Reclus
Élisée Reclus
autres livres classés : fermiersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
101 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre