AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Olivier Fontvieille (Illustrateur)Jérôme Solal (Éditeur scientifique)
EAN : 9782755501155
53 pages
Éditeur : 1001 Nuits (25/03/2009)
3.68/5   30 notes
Résumé :
« C'est la lutte contre tout pouvoir officiel qui nous distingue essentiellement ; chaque individualité nous paraît être le centre de l'univers, et chacune a les mêmes droits à son développement intégral, sans intervention d'un pouvoir qui la dirige, la morigène ou la châtie. » Dans ce texte de 1894, Élisée Reclus (1830-1905) géographe et anarchiste, énonce les grands principes, toujours actuels, de l'idéal anarchiste.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Arthemyce
  27 mars 2020
Un ouvrage qui m'a beaucoup rappelé La Morale Anarchiste (de Kropotkine) pour sa concision. Moins de 50 p. pour ce discours sur l'Anarchie, ses fondements dans notre organisation sociale inconsciente et la vaste perspective que représente cette Philosophie.
L'anecdote du capitaine de navire est particulièrement perspicace pour interroger sur la nécessité d'un organe hiérarchique lorsque chaque membre d'un groupe, en connaissance de ses fonctions pour la poursuite d’un but commun, s'active dans une cohésion tacite.
Il est toujours étonnant de voir avec quelle évidence nos propres tendances anarchistes inconscientes s'affirment au quotidien dans nos interactions sociales, sans que nous soyons capables de les discerner et de les accepter pour ce qu'elles sont.
Élisée RECLUS montre ici qu'un Anarchiste sommeille, au moins en partie, dans chacun d'entre nous.
Commenter  J’apprécie          31
brigetoun
  01 avril 2012
tant pis si, depuis 1894 (date de ce discours devant une loge maçonnique), et depuis plus longtemps, tant de siècles, cet espoir...
Tant pis si je ne crois guère que la société anarchique idéale dessinée par Reclus soit possible, toujours plaisir à lire cette pensée généreuse - et envisager, une minute ou plus, que cela pourrait advenir.
Commenter  J’apprécie          30
ErnestLONDON
  08 janvier 2017
Dans ce discours, Élisée Reclus (1835-1905) revient sur l'origine ancienne des principes anarchistes. de tous temps il y eu des hommes unis qui collaborèrent à la naissance d'une société sans maîtres, sans conservateurs officiels de la morale publique, sans geôliers ni bourreaux, sans riches ni pauvres mais des frères ayant tous leur part quotidienne de pain et se maintenant en cordiale union, non par l'obéissance à des lois mais par le respect mutuel.
Article complet en suivant le lien.
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
Commenter  J’apprécie          60
ErnestLONDON
  13 février 2017
Dans ce discours, Élisée Reclus (1835-1905) revient sur l'origine ancienne des principes anarchistes. de tous temps il y eu des hommes unis qui collaborèrent à la naissance d'une société sans maîtres, sans conservateurs officiels de la morale publique, sans geôliers ni bourreaux, sans riches ni pauvres mais des frères ayant tous leur part quotidienne de pain et se maintenant en cordiale union, non par l'obéissance à des lois mais par le respect mutuel.
Article complet en suivant le lien.
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   01 avril 2012
Entre égaux, l'oeuvre est plus difficile, mais elle est plus haute: il faut chercher âprement la vérité, trouver le devoir personnel, apprendre à se connaître soi-même, faire continuellement sa propre éducation, se conduire en respectant les droits et les intérêts des camarades. Alors seulement on devient un être réellement moral, on naît au sentiment de sa responsabilité.
La morale n'est pas un ordre auquel on se soumet, une parole que l'on répète, une chose purement extérieure à l'individu; elle devient une partie de l'être, un produit même de la vie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
VilloteauVilloteau   15 mars 2019
Le but des anarchistes leur est donc commun avec beaucoup d'hommes généreux, appartenant aux religions, aux sectes, aux partis les plus divers, mais ils se distinguent nettement par les moyens, ainsi que leur nom l'indique de la manière la moins douteuse. La conquête du pouvoir fut presque toujours la grande préoccupation des révolutionnaires, mêmes des mieux intentionnés.

L'éducation reçue ne leur permettrait pas de s'imaginer une société libre fonctionnant sans gouvernement régulier, et, dès qu'ils avaient renversé des maîtres haïs, ils s'empressaient de les remplacer par d'autres maîtres, destinés suivant la formule consacrée, à « faire le bonheur de leur peuples ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
issablagaissablaga   24 novembre 2014
De tout temps il y eu des hommes libres, des contemplateurs de la loi, des hommes vivant sans maître de par le droit primordial de leur existence et de leur pensée.
Commenter  J’apprécie          300
brigetounbrigetoun   01 avril 2012
Sans doute, cet idéal semble chimérique à plusieurs d'entre vous, mais je suis sûr aussi qu'il paraît désirable à la plupart et que vous apercevez au loin l'image éthérée d'une société pacifique où les hommes désormais réconciliés laisseront rouiller leurs épées, refondront leurs canons et désarmeront leurs vaisseaux.
Commenter  J’apprécie          70
basilic92basilic92   29 janvier 2017
Reclus situe le "socialisme conscient et mondial" qui voit le jour au XIXe siècle dans sa filiation dialectique avec le christianisme. Tout en reconnaissant son énergie contestatrice, il se souvient des déchirements entre marxistes et bakouninistes au sein de la Ière Internationale, et dénonce le comportement politique qui consiste à reproduire cela même qu'on conteste : "[...] dès qu'ils avaient renversé des maîtres haïs, ils s'empressaient de les remplacer par d'autres maîtres."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Elisée Reclus (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elisée Reclus
Vidéo de Elisée Reclus
autres livres classés : anarchismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1137 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre