AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christophe Jaquet (Traducteur)Hélène Quiniou (Traducteur)
EAN : 9782354800369
519 pages
Éditeur : Editions Amsterdam (16/10/2008)

Note moyenne : 2.9/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Du XVIe au XVIIIe siècle un monstre hante le monde atlantique. Deux figures reviennent avec insistance sous la plume et le burin des architectes de la première mondialisation capitaliste, qu'ils soient princes, prélats, marchands ou planteurs : Hercule et l'Hydre aux mille têtes. Hercule symbolisait pour eux l'ordre, l'autorité et la souveraineté de leur pouvoir. L'Hydre, son antithèse monstrueuse, symbolisait le désordre et la sédition : les multitudes bigarées et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
lerital31
  10 décembre 2014
Cet ouvrage nous propose une contre-histoire ou histoire complémentaire du développement du capitalisme au XIIe et XIII e siècle. La thèse:
La découverte du Nouveau monde et le développement des possibilités de navigation ont permis le décollage et la prise de pouvoir d'une nouvelle classe, la bourgeoisie, et avec elle l'essor du capitalisme moderne. Pour se faire, les élites marchandes ont organisé d'immenses déplacements de population pour coloniser le Nouveau monde et structurer des sociétés optimisées pour le profit. le plus connu est bien sûr la traite négrière. On découvre ici le déplacement des irlandais qui, après avoir été délogés par la privatisation des terres, se sont vu promettre le paradis par l'émigration pour finalement obtenir un statut guère meilleur que celui des esclaves africains. La propagande envoya ainsi tout une part de la population de la Grande Bretagne, dont une majorité d'exclus sociaux ou religieux, vers l'Amérique afin de les exploiter.
Face à cela, les auteurs nous décrivent les réponses imaginés par ces exploitées, les unions hétéroclites qui se sont formés, les rébellions, les contre-sociétés, les espoirs et déceptions de ces mouvements.
Passionnant, ça brise beaucoup d'idées reçues: les pirates noirs étaient légions, les esclaves pouvaient être blancs, les femmes avaient un rôle révolutionnaire majeur, de nombreux religieux étaient en première ligne contre cette société de l'oppression, des micro-sociétés atypiques, mélangeant tous ces peuples, sont nées avec des idéaux très éloignés du monde du profit, la piraterie, considérés comme des prédateurs dans notre imaginaire donc ultra-libéraux, s'est avéré être au coeur de la contestation du capitalisme.
Cependant, le livre est dense et détaillé (520 pages) On navigue dans les périodes historiques, de pays en pays, avec des personnages historiques méconnus des novices. le texte fourmille d'exemples souvent redondants et de références à des textes inconnus.
En résumé, l'ouvrage est un travail universitaire difficile d'accès mais d'un intérêt incontestable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lerital31lerital31   10 décembre 2014
Si l'on en croit un manifeste bêcheux (courant révolutionnaire chrétien du XVIIe), "L’Étendard déployé du vrai niveleur" (1646), le but poursuivi était le suivant:
Nous œuvrerons dans la vertu et poserons les fondations pour que la terre soit un trésor commun à tous, riches et pauvres. Que chaque personne née dans le pays puisse être nourrie par la terre, sa mère qui l'a mise au monde, selon la raison qui gouverne la création, sans enclosure aucune partie de la terre, mais tous comme un seul homme travaillant ensemble, et se nourrissant ensemble comme les fils d'un même père, membres d'une seule famille; non pas l'un dominant l'autre, mais tous se regardant comme des égaux en création. De sorte que notre créateur puisse être glorifié dans l'oeuvre de ses propres mains, et que chacun puisse voir qu'il ne fait point acception de personnes, mais aime également toute ses créatures, et ne hait rien que le serpent. Qui est la cupidité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stekasteka   06 février 2014
Notre livre regarde par "en bas". (..) L'invisibilité historique de la plupart des sujets de ce livre s'explique largement par la répression qui les a originairement frappés : la violence du bûcher, du billot, de la potence et des fers d'une cale de navire. Elle s'explique aussi par la violence de l'abstraction qui domine l'écriture de l'histoire longtemps prisonnière de l’État-nation, qui reste le schème d'analyse non interrogé de la plupart des enquêtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka   06 février 2014
Le mythe de l'Hydre exprimait la peur et justifiait la violence des classes dominantes, les aidant à construire un ordre nouveau de conquêtes et d'expropriations, de potences et de bourreaux, de plantations, de navires et d'usines.
Commenter  J’apprécie          10
lerital31lerital31   10 décembre 2014
La loi enferme l'homme ou la femme
Qui vole l'oie au commun
Mais lâche la bride au scélérat
Qui vole le commun à l'oie
Chansonnette anonyme du XVIIIe siècle.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Marcus Buford Rediker (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcus Buford Rediker
L'Histoire à venir du 18 au 21 mai à Toulouse "Écritures, engagements et espaces de l'histoire" Dialogue entre Patrick Boucheron, et Marcus Rediker, en compagnie de Joseph Confavreux le jeudi 18 mai 2017 au théâtre Garonne
Deux historiens, l'un français, l'autre américain, invités à dialoguer sur les façons de faire l'histoire, de construire les espaces de la recherche et de penser les formes d'écritures. Car explorer les sources, entreprendre des travaux collectifs, donner à lire et à entendre des histoires et l'histoire sont autant d'actes d'engagement que chacun déploie et interprète de façon spécifique.
+ Lire la suite
autres livres classés : traite des nègresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les hommes dans l'Histoire

Roi de Sparte, je suis mort au champ d'honneur pendant la bataille des Thermopyles en 480 avant Jésus Christ.

Léonidas Ier
Nicias
Périclès
Darius

6 questions
229 lecteurs ont répondu
Thèmes : homme , histoireCréer un quiz sur ce livre