AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 286853516X
Éditeur : Le Temps qu'il fait (24/04/2009)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
" Tout petit homme tout rond avec une tête toute chauve et tellement luisante qu'elle ressemblait à une boule de cristal, Zozo vaquait d'ordinaire à ses diverses occupations de type néolithique : les poules, les lapins, le jardin et le cochon... " Chasseur passionné mais terriblement maladroit, gros mangeur, grand buveur, paresseux par nature ou " chômeur par goût ", ce rustique d'Épinal développe des trésors d'imagination pour échapper au travail contraint et, au z... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Shan_Ze
  25 août 2015
Zozo, chômeur éperdu de Bertrand Redonnet
Zozo est un petit homme qui n'aime pas travailler et préfère chasser, parler à son cochon Pinder et raconter ses histoires avec son brin de fantaisie. Il se complait dans sa paresse et veut profiter de son temps libre tranquillement.
L'auteur décrit de façon magnifique quelques moments du village avec humour et quelques expressions « locales ». Il décrit son personnage central de manière burlesque et situe cette histoire avec quelques faits historiques comme les accords d'Evian ou la déclaration de 1958 de De Gaulle.
C'est charmant à souhait. On rit de ce Zozo et de sa famille avec les autres villageois à chaque fois que Zozo est tourné en dérision. Une petite fable plein de fraîcheur même si on se pose des questions à la fin (!).
Qu'est-ce qu'on aimerait être parfois comme ce Zozo et disposé librement de son temps !
Commenter  J’apprécie          40
brigetoun
  07 novembre 2010
Ai pensé, avant d'y entrer, à Alexandre le bienheureux, même registre pour le côté dru, paysan, mieux traduit par les mots, mais en lisant : différence dans le refus du travail qui pour Alexandre est fuite devant tout effort, pour Zozo un recul obstiné, même quand maladroit, devant toute subordination, parce que s'active Zozo, et glorifie ses actes. Roi du chômage obstiné (et l'auteur spécifie bien que cela se situe à l'époque où il fallait se donner du mal pour l'obtenir ce chômage, où il n'était pas imposé comme en nos jours), mais aussi roi du mensonge orné, superbe, auquel personne ne croit mais que l'on savoure. de quoi entrer dans la légende, même petite, à son échelle.
Commenter  J’apprécie          10
michelaise
  17 décembre 2010
drôle haut en couleur mais pas forcément très bien écrit
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   07 novembre 2010
Il n'était pas très fier, Zozo, même si la perspective de voir un sanglier en vrai l'excitait. Il n'était pas fier parce qu'il prévoyait ce qu'il redoutait le plus de la société des hommes, l'affrontement. Il serait seul face à une bande de propriétaires arrogants et de chasseurs chevronnés qui avaient manoeuvré pour l'exclure.
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun   07 novembre 2010
Chaque hiver Zozo ressortait donc un des livres du tiroir du buffet et en parcourait lentement le récit avec toujours le même émerveillement attentif.
Il revoyait en pensée le vieil instituteur et le tout jeune Zozo, les sorties communes sur les champs cendreux de septembre ou dans les taillis fangeux de novembre et il murmurait que, nom de dieu, jamais il n'avait rencontré depuis un autre bonhomme de cette trempe là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   07 novembre 2010
finalement sur son lit où il demeura étendu une bonne huitaine de jours avant de reprendre, claudiquant sur des béquilles et rasant les murs, le chemin de la basse-cour et du toit à cochon, puis, discrètement, la clef des champs à la découverte des moeurs estivales du gibier, en prenant toutefois bien soin d'éviter par de larges détours à travers les sous-bois les chantiers maudits de l'adduction d'eau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   07 novembre 2010
Il tirait des oiseaux ! Autant qu'il en voyait et il en voyait beaucoup ! Poussées par un petit vent frisquet de l'est, les grives étaient de passage, les merles fourrageaient sous les pommiers ou dans les arbustes à baies, des bandes erratiques de gros bruants jaunes s'abattaient sur les jeunes labours et des passereaux de toutes sortes butinaient par petits vols saccadés les dernières miettes éparpillées sur les champs dénudés de l'automne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
brigetounbrigetoun   07 novembre 2010
ça devait arriver un jour ou l'autre avec tout ce pinard, mauvais comme tout, en plus ! Zozo était foutu, il avait des visions. Bientôt viendraient les rats, les serpents et les araignées. Pauvre homme ! On s'enquit tout de même, pour rire un peu, où est-e qu'il était accroché, son pendu ? Aux primevères !
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15400 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre