AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 978B08P1Z32TZ
Albin Michel (06/01/2021)
3.63/5   28 notes
Résumé :
Billy et Lydia n'ont pas grand-chose en commun si ce n'est leur ville oubliée du monde et l'absence d'une mère.
Et pourtant, c'est ensemble qu'ils vont faire vaciller le monde. Alors que l'optimisme sincère et souvent naïf de Billy se heurte au cynisme de Lydia, leur amitié grandit. Pendant ce temps, les événements étranges se mutliplient : un brouillard épais enveloppe la ville, la maison de Billy semble se réveiller d'un long sommeil... Et Lydia recommence ... >Voir plus
Que lire après Moi aussi je sais volerVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,63

sur 28 notes
5
2 avis
4
5 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis
Après des études cinématographiques , Amy Reed se lance dans l'écriture , sa véritable passion . A ce jour , elle dispose de plusieurs romans Young adult .
Suite à un concours organisé par Albin Michel jeunesse éditions , j'ai eu la chance d'être parmi les sélectionnées pour une lecture commune sur “ Moi aussi , je sais voler “ traduit par Valérie le Plouhinec , sorti le 6 janvier aux éditions Albin Michel Jeunesse .
Après un court extrait sur Licornes contre Dragons par Christie Romney se présente à nous une histoire pas comme les autres .
Fog Harbour sillonne d'habitants qui se ressemblent. Une vie plate et morose à souhait. Rien à déclarer dans le coin à part que l'année s'annonce houleuse par l'alliance entre les lycées de Carthage et de Rome. La rivalité est constante entre eux, il faut s'attendre à quelques bouleversements.
En pleine crise sociale avec en-tête au gouvernement un roi aux idées loufoques , la tension est perceptible.
C'est la rentrée scolaire pour Billy qui se prépare pour la terminale. La solitude est le compagnon de ce jeune adolescent . Il est hanté par son passé et fuit le présent par des pensées imaginaires .
Le souvenir de sa mère toxicomane l'éloigne des substances nocives. Son décès le hante dans son quotidien. Avec une grand-mère acariâtre et grincheuse à volonté qui le loge et un oncle héroïnomane célèbre Rock Star absent , le moral n'est pas au beau fixe . Ces activités reposent sur des émissions de télévision partagées entre la psychologie et les alcooliques anonymes . Rien de bien engageant et joyeux à l'horizon pour ce garçon en mal-être jusqu'à l'arrivée d'une jeune fille à l'école.
Lydia vient de Carthage , dispose d'un aspect distinct et d'un tempérament de feu . Toujours en mode défensive , la communication est restreinte avec elle . le Skate est son fidèle compagnon , aussi solitaire que Billy . Pas un jour ne passe sans que la mémoire de sa mère décédé ne la ramène à de vagues et douloureux souvenirs . La présence de son père quelque peu maladroit rajoute à sa peine . Sous ce masque se cache peut-être une fille fragile .
Une date à retenir entre ces deux jeunes adolescents . Une amitié prend naissance en douce entre eux et les enveloppe d'une bienveillance mutuelle .Ils ont chacun pour bagage un vécu empli de souffrances . La pauvreté et la faim frappent continuellement à leur porte. Ce rapprochement sera sans contexte un soutien salutaire .
En pleine crise identitaire , Billy et Lydia cherchent leur voie . Chacun reflète une part de sa personnalité ,soit par la soumission pour Billy , ou bien l'agressivité pour Lydia . Avec une forte instabilité émotionnelle, ils ont dû mal à trouver un juste- milieu. Une colère gronde dans leur coeur blessé . Chacun l'exprime à sa manière . Je perçois des personnalités qui étouffent face à une existence qui ne promet aucun futur .
La sensation oppressante et omniprésente de ne pas être à la hauteur occupe l'esprit chaotique de Billy . D'étranges phénomènes apparaissent dans sa maison suite à cette confusion . L'ambiance familiale rajoute à ses souffrances et piétine son MOI . Ce garçon est quasi inexistant devant les autres . Il vit dans une bulle .
La disparition de sa mère mène Lydia à se détacher de ses sentiments . Toujours hostile envers son entourage , notamment son père . le manque de communication est évident et la plonge vers des hallucinations visuelles inquiétantes .
Amy Reed apporte une description détaillé sur Billy et Lydia . Derrière chaque chapitre se déclenche une rencontre , des secrets ou des évidences partagés d'un ressenti puissant . L'écrivaine impose des questions essentielles en développant la complexité de la nature humaine .
L'attente d'une quelconque réponse aux événements déclencheurs , à cette atmosphère sombre est insoutenable voir incompréhensible durant toute la lecture . Je pense que c'est l'effet recherché de l'écrivaine .
Un roman pour ado fluide ,( à part quelques longueurs sans trop de conséquences pour la lecture ) qui surprend quelque part par sa narration .

Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
Commenter  J’apprécie          130
Ce roman étrange nous conte l'histoire de deux lycéens, deux parias exclus de tous, écorchés par la vie. Lydia est taciturne et déteste tout le monde ; Billy, lui, est si optimiste qu'il frôle souvent la naïveté, pourtant il est le souffre-douleur non seulement de ses camarades mais aussi de sa grand-mère. Leurs destins vont se percuter par hasard, suite à la fusion de leurs deux lycées et ils ne se lâcheront plus. Dans une ville frappée par la misère sociale, tourmentée par des phénomènes météorologiques quasi surnaturels et située dans des Etats-Unis gouvernés par un roi fou, les deux adolescents vont suivre des courbes de vie contraires : à mesure que Lydia réalisera son rêve et s'élèvera vers lumière, Billy sombrera dans la mélancolie, puis la dépression. C'est un oncle junkie-star du rock, une danseuse étoile un père fan d'une saga pour ado -sobrement intitulée Licornes contre dragons- qui finiront de celer ces destins ordinaires et touchants.

Avec cette oeuvre étrange, qui mêle un aspect fantastique incongru à un réalisme poignant, Amy Reed nous offre un récit d'une grande puissance et d'une justesse incroyable. On embarque aux côtés de Lydia et Billy comme on serait pris dans une tempête : on ne comprend pas toujours tout, on se raccroche aux branches et on est ballottés entre joie, désespoir, colère et espoirs intenses. C'est une lecture dont on ressort rincés mais souriants, qui nous rappelle que la mocheté du monde promet parfois des lendemains lumineux.

Un ovni littéraire qui s'écarte des codes convenus mais qui propose un style littéraire aussi riche que juste et qui restera assurément une des meilleures lectures de l'année.
Commenter  J’apprécie          70
Moi aussi je sais voler


Les lycées de Rome et Carthage dans l'Etat de Washington, fusionnent, ce qui permet la rencontre des deux personnages très attachants et tellement différents de ce roman que j'ai adoré.

Billy, le solitaire orphelin qui vit avec sa grand-mère antipathique, peu à l'écoute et complètement accro à la télévision. 

Lydia a perdu sa mère et vit avec son père un peu passif propriétaire d'un bar qui accueille les poivrots de la ville. 

Si Rome est célèbre pour un chanteur né dans la ville qui se trouve être l'oncle de Billy et Cartage, pour un roman de science-fiction que l'auteur a choisi comme point d'ancrage, ces deux villes sont aussi réputées pour la pauvreté, la drogue et l'alcoolisme.

Nos deux adolescents ont deux manières bien différentes de s'échapper de leur univers pesant. Billy grâce aux émissions pour alcooliques anonymes, Lydia grâce à la danse.

Si leur amitié ne paraît pas évidente, c'est sans compter sur la persévérance de Billy, le souffre douleur qui trouvera en Lydia une amie loyale qui saura le secouer et le défendre. Car ce livre dévoile une magnifique amitié dans un monde entre rêve et réalité avec une maison presque hantée pour Billy tombant en ruine, avec une petite fille qui hante Lydia, dans un Etat mené à la baguette par un roi fou et capricieux.

Si l'histoire se révèle lentement mettant en avant le caractère, la détresse de nos deux adolescents, les dialogues sont dynamiques, les répliques fusent. Elles sont bien souvent hilarantes et tranchantes. A partir du milieu du livre, le tout monte en pression, les caractères s'affirment, changent et même les éléments se déchaînent.

C'est un roman que j'ai adoré, essentiellement grâce à ces personnages si bien travaillés, si attachants et bouleversants mais aussi à ce monde flou finement dépeint.

Un très bon moment de lecture.


Commenter  J’apprécie          41
J'aurai certainement dû lire les critiques de ce livre avant de l'emprunter à la bibliothèque. La lecture commence bien, on s'attache très vite aux personnages quoiqu'un peu étrange dans leur façon de raisonner.

Mais arrivé au premier tiers du livre, je me suis demandée "mais, le résumé ne parlait pas d'une rencontre une minute avant un apocalypse ?". Car en effet, aucun apocalypse, aucune fin du monde à l'horizon. Des évènements étranges, certes, mais sortis de nulle part, sans explication. J'aurai attendu sans résultat la raison de leur apparition (la maison qui craque de partout, les ombres, la petite fille ect).
Je suis donc allée lire les critiques qui en disaient le moins sur l'intrigue et quelle ne fut pas ma déception en apprenant que ce livre n'était en rien ce que j'attendais. le côté étrange n'a pas une place très importante, contrairement à l'évolution personnelle des personnages. Ce n'est pas une mauvaise chose, c'est même très bien raconté et c'est ce pourquoi j'ai malgré tout aimé ce livre. Mais je m'attendais à de vrais enjeux derrière cette rencontre, une vraie fin du monde qui n'est pas venue.

J'ai hésité à écrire une critique, me disant que je n'étais peut-être tout simplement pas le public pour ce genre de livre. J'aime le fantastique et la science-fiction et je me suis retrouvée avec un Billy au caractère étrange (parfois un peu tête à claque) et une Lydia certes plus appréciable par son répondant mais rien de ce qu'annonçait la quatrième de couverture.
Mais je pense que chacun peut donner son avis sur un livre, même s'il n'en est pas le "client" habituel.

Je ressors de cette lecture avec un sentiment d'avoir lu un livre bizarre, étrangement beau malgré tout. Même la grand-mère finit par être attachante, les personnages évoluent à leur rythme en respectant leur personnalité. J'avais cependant parfois le sentiment de me dire que ce livre n'en finirait jamais, ne sachant pas où allait l'intrigue.

Bref, j'ai passé un bon moment en compagnie de Billy et Lydia, mais en attendant une histoire de fin du monde qui n'est jamais vraiment arrivée. Enfin, c'était plutôt la fin de leur monde, tel qu'ils avaient l'habitude de le concevoir.
En tout cas, il serait judicieux de modifier le résumé pour ne pas laisser d'autres personnes tomber des nues.
Commenter  J’apprécie          10
Extrait de chronique disponible sur le compte Instagram @capharnaum_livresque (https://www.instagram.com/p/CSkIZC3Kw9-/)

⭐️⭐️,75/5. (...) Tout d'abord, je ne m'attendais pas vraiment à ce type de lecture et je trouve que le résumé présent sur la 4e de couverture du roman induit en erreur : « Dans une ville immobile d'un pays gouverné par un roi fou, deux adolescents se rencontrent, une minute avant l'apocalypse ». Avec cette phrase, je pensais découvrir un monde post-apocalyptique mais cette fameuse « fin du monde » n'arrive que dans les 50 dernières pages du roman (qui en compte plus de 500). D'emblée j'ai donc été désappointée et, même si le début du roman est intriguant, je ne voyais pas vraiment où l'autrice voulait nous mener. Pour moi, il manquait une ligne directrice, un « but » et ce n'est qu'après avoir attendu plus des 3/4 du roman que j'ai réalisé qu'il n'y en avait pas...
.
En fait, ce livre narre la vie de Billy et de Lydia et leur quotidien. Les chapitres alternent entre le point de vue des deux personnages ce qui permet un certain dynamisme au récit. Néanmoins, il y a également de long passages de narration et de description ce qui alourdit parfois la lecture. Ce roman est assez introspectif ce qui permet d'être au plus près des personnages et de leurs émotions mais, même si certains moments m'ont touchée (j'ai eu les larmes aux yeux plusieurs fois), je ne me suis pas vraiment attachée aux deux adolescents.
.
La vie de Lydia et de Billy est loin d'être facile. Ils doivent tous les deux faire face à l'absence d'une mère, à un cadre familial plus qu'instable et vivent dans la pauvreté. On assiste également à des scènes de violence psychologique et de maltraitance familiale qui sont dures à lire et font mal au coeur. Pourtant, tandis que cette vie a rendu Lydia extrêmement cynique, Billy lui est toujours optimiste, de bonne humeur (mais souvent un peu naïf). La relation qui se crée entre ces deux jeunes m'a beaucoup plue. Amy Reed a créé des personnages très humains, qui sortent des clichés habituellement présents dans la littérature. Billy et Lydia sont plutôt atypiques, ce que j'ai bien apprécié.
.
Néanmoins, le roman se centre essentiellement sur les personnages, leur vie et leurs états d'âme ce qui fait que, pour moi, l'autrice en a oublié d'expliquer et d'exploiter certains éléments. J'ai trouvé que le cadre spatio-temporel était bien trop flou. de plus, on nous parle d'un roi fou mais ce n'est pas assez approfondi. J'ai eu l'impression que celui-ci servait l'intrigue seulement lors des 50 dernières pages. Aussi, et je pense que c'est un des éléments qui m'a le plus dérangé, il y a de nombreux événements étranges et bizarres dans ce roman... et aucune explication n'est jamais donnée ! Cela crée une ambiance surréaliste mais en même temps pesante et étrange qui, personnellement, m'a mise assez mal à l'aise. Je n'ai donc pas vraiment adhéré à cet aspect, même si je comprends ce que l'autrice a souhaité faire dans son roman.
.
En effet, (et c'est mon interprétation, après je peux me tromper), il y a de nombreuses métaphores et rapprochements à faire entre les événements étranges qui se produisent et la vie des personnages. Cependant, moi ça ne m'a convaincue car ce n'était pas assez « terre à terre ». de plus, l'écriture de l'autrice m'a aussi souvent perturbée. En effet, et c'est d'autant plus le cas lors des chapitres du point de vue de Billy, la plume de l'autrice est particulière. Parfois, je la trouvais très poétique, je relevais des citations, j'appréciais les procédés littéraires... et d'autres fois, je trouvais que les phrases étaient sans fin, sans pause et sans respiration, que le langage était très parlé et familier... bref, l'écriture de ce roman est assez mitigée pour moi.
.
Pour finir, la fin est addictive mais toujours un peu trop tirée par les cheveux à mon goût. Il y a néanmoins enfin de l'action, ce qui m'avait manqué la grande majorité du récit et c'est donc appréciable. Par contre, j'ai trouvé que tout se conclut un peu trop facilement pour les protagonistes.
.
En bref, malgré des points positifs (notamment la relation entre Lydia et Billy) je pense que ce roman n'était pas fait pour moi, ce qui fait que je n'ai pas vraiment adhéré. (...)

Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Ricochet
20 avril 2021
J’ai adoré être déroutée par ce gros livre à la belle écriture, pour un public averti.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Le problème, c'est qu'on ne peut pas confier ses rêves aux autres; Dès que quelqu'un sait que vous aimez, il sait comment vous faire du mal.
Commenter  J’apprécie          40
Si Billy était un chien, ce serait un golden retriever. Un de ces bons toutous de famille. Ceux qui ont été élevés pour ne jamais mordre. Ceux qui restent fidèles même quand leurs humains sont des connards. Moi, je serais sans doute un doberman. Mince mais musclé. Le regard aux aguets. Le genre qui mord beaucoup.
Commenter  J’apprécie          10
J'entends une voix bien connue en moi, celle qui veut que je m'excuse encore et toujours jusqu'à être sûr qu'il cesse de me haïr, au moins pour un petit moment, la partie de moi si prompte à endosser tous les reproches, à donner et donner jusqu'à ce que ça fasse mal, et puis à donner encore, parce que c'est tout ce que je sais faire. Et même là, une fois que j'ai tout donné, ce n'est jamais assez. Mais la voix continue de dire pardon, comme si dire et faire les choses de la même manière pouvait donner un résultat différent. Pardon. Comme si m'excuser de mon existence était une manière perverse de la mériter.
Commenter  J’apprécie          00
Mais ce serait peut-être sympa si quelqu'un me répondait autrement que pour me dire quoi faire, se fâcher pour une chose qui n'est probablement pas ma faute, me mettre la pression pour que je lance un club de l'amitié gay-hétéro, se moquer de moi ou me demander s'il est possible de rencontrer mon oncle la rock star. Ce serait agréable de trouver quelqu'un qui ait réellement envie de m'écouter. Peut-être qu'alors je trouverais ce que j'ai à dire.
Commenter  J’apprécie          00
Le problème, c'est qu'on ne peut pas confier ses rêves aux autres. Dès que quelqu'un sait ce que vous aimez, il sait comment vous faire du mal. Ou pire, si les autres commencent aussi à avoir des rêves pour vous ? S'il faut devenir responsable non seulement de sa propre déception, mais de la leur ? Très peu pour moi.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Amy Reed (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amy Reed
Prescott. Oregon. Trois garçons populaires ont violé Lucy lors d'une soirée. Elle a porté plainte. Elle est devenue la paria de la ville... Quand Grace, nouvelle venue au lycée de Prescott, découvre cette histoire, elle refuse de rester les bras croisés. C'est le début des "Filles de nulle part" et d'une aventure féministe, de la découverte de la sororité à... la justice, enfin ?
Je vous embarque avec Grace et ses amies, et vous invite à découvrir un sujet peu présent dans la littérature : l'autisme au féminin ! Et plus spécifiquement du syndrome d'Asperger. Pourquoi, d'ailleurs, y aurait-il un "autisme au féminin" ? Je vous explique tout ça, à partir du travail et de l’œuvre de Julie Dachez ! C'est parti ?
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature pour adolescentsVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (93) Voir plus



Quiz Voir plus

Livres et auteurs chez PKJ (pocket jeunesse)

Qui est l'auteure de "Eleanor & Park" et "Carry on" ?

Cat Clarke
Marika Gallman
Rainbow Rowell
Jo Witek

20 questions
82 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature pour adolescents , jeune adulteCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..