AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Une aventure de Richard Bolitho, tome 1 : A rude école (13)

pdemweb1
pdemweb1   21 octobre 2017
Bolitho avait entendu dire qu'on pouvait repérer les navires négriers à l'odeur, comme les galères d'Espagne : remugles de corps entassés les uns sur les autres, condamnés à une immobilité totale qui limitait même les mouvements les plus élémentaires. page 118
Commenter  J’apprécie          360
fnitter
fnitter   14 janvier 2014
La chance tourne, monsieur!
Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, monsieur Dancer, c'est de talent, mais je vous jure que je ne refuse pas d'y ajouter une pincée de veine!
Commenter  J’apprécie          360
fnitter
fnitter   14 janvier 2014
La seule manière de rester en vie à bord consiste à ne pas relâcher un instant sa vigilance.
Commenter  J’apprécie          220
fnitter
fnitter   14 janvier 2014
Le premier lieutenant me dit que vous vous êtes parfaitement comportés, et j'en suis heureux. Quant à vous, monsieur Bolitho, il ajoute que vous avez montré toutes les qualités que l'on attend d'un officier du roi. j'en ferai mention dans mon rapport à l'amiral.
Dancer se tourna vers Bolitho, mais son sourire s’effaça : penché sur le bastingage, son ami pleurait, les épaules secouées de sanglots. Richard se reprit et agrippa le bras de son ami pour le rassurer :
Tu sais, Martyn, lui dit-il au milieu de ses hoquets, les choses ont changé : le capitaine s'est souvenu de mon nom!
Commenter  J’apprécie          210
fnitter
fnitter   14 janvier 2014
Quatre semaines, répondit Bolitho pour lui, et peut-être un peu plus longtemps si...
Elle l'arrêta en passant sa main dans ses cheveux :
Je sais Dick, ce célèbre "si". Ce mot, c'est sans doute la Marine qui l'a inventé.
Commenter  J’apprécie          190
Wiitoo
Wiitoo   19 octobre 2013
-Enfilez votre vareuse, dit-il sèchement.
Il aida Bolitho et pris même la peine de fermer le col pour mettre en place les parements blancs. Puis il montra le Pegaso: il commençait à partir en crabe, le safran ne parvenait plus à lutter contre les masses d'eau salées.
-Je veux qu'il vous voie, et je prie le ciel qu'il soit puni de tout ce qu'il nous a fait endurer ! Et je veux aussi qu'il sache cela, fit-lien le regardant: il s'est fait battre par un aspirant, par un enfant !
Commenter  J’apprécie          162
Wiitoo
Wiitoo   19 octobre 2013
Il regardait la frégate pirate chavirer, la mer se couvrait d'épaves et de débris. Quelques points noirs comme des bouchons, les hommes qui nageaient encore.
Puis à contre-jour, fendant la houle, une soudaine agitation: les ailerons effilés des requins qui encerclaient le lieu du naufrage.
Commenter  J’apprécie          150
Crazynath
Crazynath   26 juin 2017
Un aspirant n'est peut-être pas grand-chose sur un vaisseau de Sa Majesté, mais un matelot n'est vraiment rien du tout.
Commenter  J’apprécie          50
Belem
Belem   16 février 2013
Il y eut un coup de sifflet et tout recommença. Pieds nus, les gabiers de hune se précipitèrent dans les enfléchures tandis que les novices, encore craintifs, les suivaient sous les cris et les coups de canne des officiers mariniers qui veillaient à ne pas voir traîner les choses.
(…) Il fallait maintenant grimper dans les enfléchures mouvantes, enjamber les gambes de revers, passer à l'extérieur, dans le vide, au-dessus du pont et de la mer démontée, s'accrocher des doigts et des orteils pour éviter de tomber. Puis, sans reprendre son souffle, le gabier grimpait plus haut, gagnait la hune de misaine tandis que d'autres progressaient déjà dans le mât de hune, s'agrippant comme des singes à tout ce qui dépassait pour accrocher la lourde toile durcie par le froid et la rouler. Un train de déferlantes arrivait alors et menaçait de jeter les hommes à bas de leur perchoir. Ils juraient terriblement en se déchirant les ongles sur la grosse toile de tempête, d'autant qu'il leur fallait se débarrasser, en plus, de leurs camarades moins téméraires qui tentaient désespérément de se cramponner à eux. Bolitho s'accrocha à un galhauban pour regarder ce qui se passait dans les autres mâts. (...) Toujours campé au vent, le capitaine observait les vergues. Était-il inquiet ? Se demanda Bolitho...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Belem
Belem   16 février 2013
Pendant des heures et des heures, Hugh Bolitho continua de houspiller son équipage. Il n'était pas à prendre avec des pincettes. Les voiles trempées, raidies par le froid, échappaient aux doigts gourds des gabiers aveuglés par le sel. Elles battaient dans un fracas qui dominait le bruit du vent et de la mer déchaînée. Le tout donnait un horrible concert de plaintes et de souffrances : grincement des poulies, piétinements des pieds nus sur le pont, ordres criés du tillac. (…) La bordée libérée descendit dans son poste pour prendre un court repos. Certains juraient qu'ils ne remettraient jamais leur sac à bord : le genre de chose que l'on dit à chaque fois et que l'on ne fait jamais.
D'autres étaient trop fatigués pour seulement penser. Ils s'écroulèrent sur leurs couchettes humides d'eau salée, dans des odeurs de vêtements trempés et un fatras d'apparaux. On allait sûrement les rappeler bientôt – 'Tout le monde en haut', 'du monde sur le pont ! ', il n'y avait jamais trop longtemps à attendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    A l'abordage : la mer et la littérature

    Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

    William Faulkner
    John Irving
    Ernest Hemingway
    John Steinbeck

    10 questions
    262 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre