AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782752906069
357 pages
Éditeur : Phébus (03/11/2011)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 12 notes)
Résumé :

Suite de la série romanesque « Capitaine Bolitho » (« le nouveau Hornblower ») qui est en train de conquérir quelques millions de lecteurs des deux côtés de l’Atlantique – et quelques milliers en France : moins nombreux peut-être, mais têtus dans leurs choix.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
fnitter
  04 juillet 2014
La paix ? Pas pour tout le monde dans ce quatorzième tome dans l'ordre d'écriture.
Nous sommes en 1802, la paix d'Amiens vient d'être signée après neuf ans de guerre contre la France et ses alliés. Mais à peine rentré, Bolitho reçoit ses nouveaux ordres : Embarquer pour les Antilles afin de restituer l'île de San felipe aux français tel que le prévoie le traité de paix. Avec en plus une promotion à la clé : Vice-Amiral.
Et voici notre héros embarqué à bord du HMS Achate, deux ponts de 64 canons.
Mais il y a un hic : Si c'était une mission de pure routine, l'amirauté aurait envoyé quelqu'un de plus haut gradé. Mais là, si cela tourne mal, les boucs émissaires seront tout trouvés.
Et en effet, d'autres joueurs s'invitent dans la partie entre Français et Anglais et la mission simple au départ se retrouve vite être un sac de noeud politique avec canonnade à la clé...
J'avais dans ma critique du tome précédent dit qu'un peu plus de sang de fureur, d'orages de mitraille et d'éclisses volantes arrachées par des boulets ravageurs n'auraient pas nui ? Mon voeu est exaucé. Ce tome est mené tambour battant et même quand on croit que c'est fini, il y en a encore.
Action et politique dans un savant mélange détonnant font de ce tome une réussite.
La suite : Flamme au vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          772

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   08 juillet 2014
Ces marins ne se battaient ni pour le pavillon ni pour le roi, comme le croyaient ces imbéciles de terriens. (…) Ils se battaient pour leurs compagnons, pour leur bâtiment, pour leur commandant.
Commenter  J’apprécie          552
fnitterfnitter   07 juillet 2014
Ils avaient établi un mât de hune neuf, monté dans les hauts des gréements et des voiles de rechange alors qu'ils se trouvaient pris au beau milieu d'un coup de chien de nordet. La peinture, le goudron et la sueur avaient mis la dernière touche au miracle.
Commenter  J’apprécie          280
fnitterfnitter   08 juillet 2014
Les vieux marins étaient comme les navires. Une fois qu'on les avaient amarrés à quatre et qu'on n'avait plus besoin d'eux, inutiles qu'ils étaient, on les abandonnaient à leur sort.
Commenter  J’apprécie          300
fnitterfnitter   07 juillet 2014
A la guerre, les canons sont des arbitres impartiaux. Et leur rugissement balaie le bon comme le méchant, avec la même totale indifférence.
Commenter  J’apprécie          370
fnitterfnitter   06 juillet 2014
La paix, tout comme la guerre, vous fait des compagnons étranges. Il faut s'en accommoder, ou laisser périr le monde dans lequel nous vivons.
Commenter  J’apprécie          330

Lire un extrait
autres livres classés : empire britanniqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1992 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre