AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Odile Demange (Traducteur)
ISBN : 2253127175
Éditeur : Le Livre de Poche (03/06/2009)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Omar Youssef est professeur d'histoire dans un camp de réfugiés à Bethléem.

Après l'assassinat d'un combattant palestinien et l'inculpation d'un de ses anciens élèves pour fait de collaboration avec l'ennemi, cet homme tranquille, soudain déterminé à sauver un innocent de la peine capitale, se lance dans une contre-enquête dangereuse, quand tant d'intérêts conspirent à étouffer la vérité...

À travers ce personnage atypique et charisma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
garanemsa
  30 décembre 2015
Omar Youssef est un professeur d'histoire dans un camp de réfugiés à Bethléem.
Après l'assassinat d'un combattant palestinien et l'inculpation d'un de ses anciens élèves pour fait de collaboration avec l'ennemi, cet homme tranquille, soudain déterminé à sauver un innocent de la peine capitale se lance dans une contre enquête dangereuse, quand tant d'intérêts conspirent à étouffer la vérité
A travers ce personnage atypique et charismatique, l'auteur, journaliste et écrivain à Jérusalem pose un regard neuf sur une société palestinienne minée par la violence, la corruption et la guerre
Perso : j'a franchement beaucoup aimé ce livre
Doit-on tout croire ? si oui, que ce monde est triste et cruel , je me trompe peut être mais ce livre peut être lu comme un roman policier, mais aussi un livre au second degré comme un reportage assez triste de la vrai situation dans ces régions.
Une phrase en particulier : que l'ami d'Omar ; le commissaire dit un moment :
« Les choses ont changés, j'ai découvert que la lutte de notre peuple est administrée comme un casino de merde et que depuis quarante ans que j'y joue je n'ai récolté que cela (un crochet à la main)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Bill
  04 février 2011
Aperçu un jour où je traînais dans une FNAC parisienne, acheté très peu de temps plus tard, et dévoré dans la foulée, ce premier roman de Matt Rees fut une très bonne surprise.
L'auteur, journaliste en poste a Jérsalem, s'est imprégné de la culture palestinienne pour nous offrir cette enquête inédite.
L'enquêteur est un professeur d'histoire atypique, dont l'intégrité est mise à mal par les différents extrémismes ...
Lorsque deux de ses anciens élèves sont victimes de la violence ambiante, il s'engage dans une enquête en marge de la police pour blanchir leur honneur et débusquer le vrai coupable
Rondement mené, dans un cadre si différent de celui de mes lectures habituelles, ce roman mérite le détour, ne serait-ce que pour découvrir la vie quotidienne palestinienne au temps du Ramadan.

Alors bonne lecture ...
Commenter  J’apprécie          00
BMR
  20 janvier 2010
Notre guide est un journaliste américain, Matt Rees, qui nous emmène sur les traces du Collaborateur de Bethléem.
On se retrouve donc près de Jérusalem, côté palestinien, embringué avec le héros (un prof) dans une histoire où se mêlent les rivalités entre les religions (chrétiens, musulmans, les juifs sont en face) et les rivalités entre les factions palestiniennes (Fatah, Hamas, Brigades, ...). Ça cafouille à qui mieux mieux dans une société en pleine déliquescence, minée par la guerre, les querelles intestines et la corruption.
Un héros de la résistance est abattu/assassiné et l'un des anciens élèves du professeur Omar Youssef est accusé de collaboration avec l'ennemi ...
Le prof se lance dans une contre-enquête qui le mènera de péril en péril ...
Toute cette découverte de la vie palestinienne sous l'occupation israëlienne (qui reste en toile de fond) est très instructive mais guère réjouissante.
Mais on n'a pas vraiment accroché au personnage principal, le prof, décrit par la quatrième de couverture comme un personnage atypique et charismatique ... atypique certes, mais pas du tout charismatique.
Ce bon père de famille hésitant se retrouve balloté par les événements (on le serait à moins) et peine à nous entraîner à sa suite sur la piste du vrai collaborateur ... et l'intrigue a le goût d'un couscous sans harissa. Dommage !
Reste la découverte, on l'a dit, de la Palestine des palestiniens ...
Il faudra donner une seconde chance à Matt Rees ... son second bouquin est déjà traduit : Une tombe à Gaza.
Lien : http://bmr-mam.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
letitbe
  01 novembre 2010
Rentrer dans l'histoire a été laborieux, la mise en route me paraissait longue. Puis les événements s'enchaînant, on est comme Omar Youssef observateur, spectateur de l'histoire. On est vraiment à ses côtés.
Il est vrai que la 4ème de couverture éxagère en décrivant Omar Youssef comme un personnage charismatique. Ceci dit, c'est un personnage d'une incroyable humanité et plus on avance dans le récit, plus on découvre les facettes de cet homme auquel on s'attache.Ce roman m'a permis d'avoir une certaine approche du conflit israëlo-palestinien et met aussi en lumière le quotidien de la population de ce secteur.
Il y a d'autres romans que je m'empresserai de découvrir.
Commenter  J’apprécie          00
soleil
  03 février 2013
Dans ce roman, premier lu de cet auteur, on cherche qui est le collaborateur. Est-ce un chrétien ? un musulman ? un israélien ? Les choses se compliquent lorsque les morts s'accumulent dès que les langues se délient. Qui est le traitre ?
J'ai vraiment bien aimé ce roman. Omar Youssef, étant un peu le "bon samaritain" qui va tout mettre en oeuvre pour disculper son ami et le sauver.
Commenter  J’apprécie          11
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
bibliopmobibliopmo   17 avril 2008
Un flot alangui de gens venus pleurer le martyr longeait le sentier qui descendait la vallée. Bavardant tranquillement, ils s'approchaient de la maison d'Abdel Rahman. Omar Youssef se maudit de n'avoir enfilé qu'une veste en partant de chez lui ce matin, car l'étoffe de tweed n'arrêtait pas le vent qui s'engouffrait dans la vallée d'Irtas. Il décida que dorénavant, il mettrait un manteau tous les jours jusqu'en avril, même si le temps qu'il apercevait par la fenêtre de sa chambre au réveil avait l'air radieux. Il avait beau marcher aussi vite qu'il le pouvait, il se faisait dépasser par presque tout le monde. Les autres n'avaient pourtant pas l'air de se presser. Il se félicita tout de même d'avoir pensé à prendre sa moelleuse casquette de cachemire beige pour réchauffer son crâne chauve et empêcher la bise de mettre du désordre dans ses mèches éparses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BMRBMR   20 janvier 2010
[...] - Dieu sait que s'il n'existait ni Bible ni Coran, notre petite ville vivrait bien plus paisiblement, vous ne croyez pas ? Si la fameuse étoile avait conduit les Rois mages, mettons à Bagdad au lieu de Bethléem, la vie serait bien plus facile ici.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Matt Rees (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Matt Rees
Interview du romancier Matt Rees pour "Une tombe à Gaza" (Albin Michel) (1/3)
autres livres classés : bethléemVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1509 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre