AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259217869
Éditeur : Plon (10/05/2012)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 66 notes)
Résumé :
Des bleus au coeur est un conte, mais un conte terrifiant et terriblement réaliste. C’est l'histoire tragique de ces deux soeurs jumelles prises au piège d'un père monstrueux, une histoire comme on en découvre dans les pages de faits divers, un drame familial qui se déroule derrière les portes closes d'une maison tranquille et proprette, et qu'aucun voisin ne soupçonne d'abriter les pires violences.
De chapitre en chapitre, les voix des deux soeurs alternent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
LaBiblidOnee
  06 mars 2015
C'est l'histoire à la fois triste et lumineuse de deux jumelles adolescentes, l'une très belle, Hephzi, l'autre atteinte d'une malformation qui rend son visage différent : Rebbecca. Pour leurs parents, croyants à outrance, c'est un signe du diable leur permettant toute la maltraitance possible.
Pourtant ils demeurent insoupçonnables, car le père est le chef de la communauté religieuse de la petite bourgade où ils habitent, et il sait cacher les coups. Pour plus de sûreté, ils empêchent les filles de sortir ou même d'aller à l'école, sous prétexte qu'elles apprennent à la maison et doivent aider à l'Eglise.
En creusant un peu, on finira par apercevoir la vraie raison de l'absence d'attachement des parents à leurs deux filles… Il n'en demeure pas moins les années de maltraitance, de peur, de tristesse sans fond, de marginalisation, mais aussi de lutte et d'espoir de ces deux soeurs qui souhaitaient juste être comme les autres enfants de leur âge.

Et puis un jour, les filles doivent aller au lycée. Alors, elles touchent du doigt l'émancipation. Hephzi surtout, qui décide d'être comme les autres, demande à Rebecca de couvrir ses sorties avec son petit ami… Mais dans une petite communauté, tout se sait très vite. La punition d'Hephzi la mènera à la mort. Et Rebecca sera alors toute seule pour continuer le combat : Parviendra-t-elle à s'en sortir ? Et Comment Hephzi est-elle morte ?

*****
Ce roman réussit le tour de force d'être à la fois léger comme une plume sous ses airs de récit de la vie d'adolescentes, et aussi poignant que bouleversant pour son contenu dur et marquant, suggéré du bout de la plume de chacune de ces ado à tour de rôle. Et il est d'autant plus touchant que ce sont les héroïnes elles-mêmes qui nous racontent leur histoire, irradiant de force et de volonté de s'en sortir. Par chapitres alternés, la voix d'Hephzi nous raconte sa vie jusqu'à son enterrement, et Rebecca nous livre sa propre vie à partir de la mort de sa soeur. Ces deux récits se rejoignent petit à petit, levant progressivement le voile non seulement sur la mort d'Hephzi, mais également sur la maltraitance quotidienne qui se dessine sous leurs mots, et sous leurs silences.

Car cette histoire est aussi celle des silences, des choses que l'on ne peut pas dire aux autres de peur des moqueries mais surtout des représailles, de l'aide qu'on ne peut demander de peur que si ça ne fonctionne pas, la vie soit pire… Et des personnes qui, si elles soupçonnent quelque chose, n'osent pas se mêler de ce qui, pensent-elles, ne les regarde pas (ou ne savent pas comment, ont peur de se tromper, etc...). Les deux soeurs savent que leurs parents paraissent intouchables car, sous leurs airs angéliques, ils savent manipuler les gens et la vérité mieux que personne. Hephzi la rebelle a goûté aux plaisirs adolescents, mais ils lui ont été repris trop vite. A sa mort, son petit ami se pose des questions et tente de se rapprocher de Rebecca la timide, pour connaître la vérité sur cette mort mystérieuse et subite. Rebecca décidera-t-elle de s'appuyer sur lui pour se libérer de ce carcan et prendre sa vie en mains, en mémoire de sa soeur ? Ou bien la mort tragique de sa soeur la convaincra-t-elle de se taire à jamais… ?

Lisez ce petit bijou de finesse, d'amour et de non-dits qui fut, pour ma part, un immense coup de coeur !

Lien : http://onee-chan-a-lu.public..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
PlumeVive
  27 décembre 2016
La première chose qui vous frappe quand vous commencez la lecture de ce roman, c'est l'ambiance, poisseuse, suintante, désagréable, à faire frémir. Elle vous colle à la peau quelques minutes, dizaines de minutes, encore après que vous ayez arrêté de lire. Je serai incapable de dire comment l'écrivaine réalise ce tour de passe passe, mais c'est ainsi pendant que vos yeux parcourent ses mots, vous êtes comme en apnée,tellement enfoncés dans ce climat inquiétant. Que même alors que plus rien ne vous relie au roman, vous êtes encore un peu coincés dedans, le temps de réussir à vous en extirper. Je ne sais pas comment l'auteur a réussi à rendre son roman aussi noir, aussi froid. Grâce à ses phrases très courtes? Tous ses sous entendus qui laissent libre cours à notre imagination destructrice?
Ne vous méprenez pas, j'ai beaucoup aimé cette lecture, assez particulière mais elle avait ce petit quelque chose de malsain, et de si dure à lire comme "13 raisons" de Jay Asher en somme. Il faut avouer que le sujet n'est de base pas évident. Et encore, l'auteure a, je l'ai apprécié, privilégié les sous entendus aux descriptions, ce qui a évité de basculer à certains passages dans le glauque.
Comme je le disais, le sujet n'est pas évident à traiter, la maltraitance d'enfant, le déni des proches, le manque de réaction des gens autour. Bref, rien qui ne redonne foi en l'humanité ici.
Même les personnages principaux Rebecca et Hephzibach, qui nous raconte leur histoire à tour de rôle, m'étaient antipathiques. A vrai dire, je crois que c'est le cas de tous les personnages de ce roman sauf Danny et sa femme. En effet, tous les autres personnages, m'ont pour une raison ou pour une autre, dégoûtée. Comme si l'auteur choisissait à travers le portrait de chacun de dénoncer quelque chose. Par exemple avec Hephzibach c'est clairement l'égoïsme (envers sa soeur) qui est pointée du doigt. Quant à Rebecca, à rester passive, comme ça, je n'avais qu'une envie la secouer un bon coup. Inlassablement, elle retournait vers "son cauchemar" comme incapable de s'en défaire. Ce qui n'aide pas l'ambiance déjà morose de ce roman,ce point ci n'est pas réellement une critique négative car c'est un choix assez percutant de la part de l'auteure.
Ce n'est pas mieux pour les personnages secondaires, et je ne vous parle pas que de leurs affreux, horribles, détestables, ignobles parents. Mais aussi par exemple de leur tante et leur oncle. Ce moment, cette discussion entre eux et Rebecca, m'a brisé le coeur
Quant à la fin, elle est pile poil ce qu'il fallait. Pas trop happy end pas trop triste.
Un roman que je déconseille aux plus sensibles et plus jeunes, très dur, il aborde d'une façon exemplaire le sujet à travers un portrait de personnages qui ont chacun leur zone d'ombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aethel_Lataniereauxlivres
  27 mars 2018
Commencé juste avant de me coucher, j'ai finalement dû sacrifier quelques heures de sommeil pour aller jusqu'à la dernière page de ce livre mais ça valait la peine, cette lecture retourne l'estomac et je n'ai pas été aussi émue par une histoire depuis très longtemps, même si elle n'est pas à mettre entre toutes les mains car certaines scènes sont très dures…
Le récit suit les points de vue de deux soeurs, celui de Hephzibah et celui de Rebecca après la mort de sa soeur, car dès le début nous apprenons qu'Hephzi est morte, on ne sait ni pourquoi ni comment mais plus les pages défilent, plus les zones d'ombres s'éclaircissent et plus l'histoire se révèle glauque.
Si les deux jeunes filles semblent mener une adolescence banale, une fois de retour chez leurs parents, à l'abri des regards, on se rend compte que leur vie est en réalité un enfer…
Je le redis mais c'est un livre très dur à lire, le sort des deux personnages est déchirant et j'ai eu à plusieurs reprises envie de pleurer en voyant tout ce qu'elles peuvent endurer donc il vaut mieux ne pas se lancer dans cette lecture à la légère parce qu'on n'en sort pas indemne et que ce n'est pas simple de digérer une histoire aussi pénible.
Mais malgré cela je ne regrette absolument pas d'avoir lu ce livre, c'est une baffe mais c'est le genre de baffe qu'on est content de prendre !
Et d'ailleurs quand j'ai commencé ma lecture, arrivée environ à la moitié du livre j'ai voulu le fermer et dormir mais je n'ai pas réussi parce que j'avais l'impression d'abandonner les deux jeunes filles, c'est surement idiot parce qu'elles ne sont pas réelles mais cela donne une petite idée de mon niveau d'implication dans l'histoire !
Bref, vu la façon dont j'ai commencé cette chronique, on pourrait penser que ce livre est affreux à lire et qu'on a besoin d'une thérapie pour s'en remettre mais même si « Des bleus au coeur » raconte une histoire difficile ce n'est pas que cela et surtout ce n'est pas fait d'une manière bourrine, j'ai l'impression d'utiliser beaucoup trop ce mot dans mes chroniques dernièrement mais tant pis je vais le dire pour cette lecture aussi, c'est « juste » tant au niveau du récit que du traitement des personnages, tout n'est pas qu'horreur il y a aussi énormément d'émotion, d'espoir et de force qui se dégage de cette histoire parce que malgré toutes les épreuves Hephzi et Rebecca ne baissent jamais les bras, encaissent, mais cherchent toujours comment se libérer de l'emprise de leurs parents et en attendant elles vivent en secret ce que des adolescentes de leur âge sont censées vivre.
Forcément nous savons qu'Hephzibah n'a pas réussi à échapper aux bourreaux qui lui servaient de parents et y a laissé sa vie donc il n'y aucun suspense de ce côté mais il y en a en ce qui concerne les circonstances de sa mort et surtout si Rebecca va connaître le même sort, et quand on voit tout ce qu'elle peut traverser il a de quoi s'inquiéter pour elle, plus on s'attache à elle plus l'étau se resserre et j'avais peur de la façon dont allait se finir le récit pour elle…
Il y aussi pas mal de mystère sur ce qui est à l'origine du comportement des parents, et pourquoi ils sont tombés dans cet extrémisme et dans une violence pareille, sans chercher à les excuser l'auteure trouve une justification assez crédible et apporte un poil de nuance à leurs personnages, cela ne les rend pas sympathiques et cela ne minimise pas non plus leurs actes mais au moins on « comprend » pourquoi ils ont tourné de cette façon et je trouve cela plus percutant (et plus intelligent) que de juste les présenter comme deux sadiques bêtes et méchants sans raison.
Que ce soit pour Rebecca ou pour tous les secrets que traine cette famille, l'histoire est vraiment prenante, et encore une fois chargée en émotions, en refermant le livre j'étais même épuisée et j'ai lâché quelques larmes parce qu'il n'y a pas un seul moment de répit, il y a toujours quelque chose à découvrir et quelque chose à ressentir et j'ai l'impression de n'avoir pas du tout rendu tout cela dans ma chronique, la lecture a été si intense que j'ai vraiment du mal à trouver les mots pour en parler, donc je pense qu'il vaut encore mieux s'en rendre compte par soi-même si on prêt à plonger là-dedans.
En tout cas moi je ne suis pas près d'oublier ce livre qui bien qu'il ait une histoire horrible est aussi magnifique et qui m'a bouleversée comme peu de titres l'ont fait.
Lien : https://lataniereauxlivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lizouzou
  16 juillet 2012
Rebecca et Hephzibah sont soeurs jumelles mais elles sont pourtant très différentes l'une de l'autre. En effet, Hephzibah est plutôt jolie et vise à devenir une fille populairen tandis que Rebecca a une déformation faciale et est donc plus en retrait, timide et réservée. Les deux soeurs partagent un environnement familial très dur : leur père est vicaire, très strict, alcoolique et qui les bat assez régulièrement ; leur mère elle s'efface vis à vis du père, est passive et ne dit rien...
Face à cela, il ne reste qu'une solution s'enfuir...

Le livre alterne le point de vue de Rebecca et celui d'Hephzibah, un chapitre l'une , le prochain chapitre l'autre. S'ajoute à cela la notion de temps, Hephzibah parle d'avant et Rebecca parle d'après. Vous vous demandez surêment avant et après quoi ? Pour garder un peu de suspense, je ne vous dirais rien. A vous de le découvrir en lisant ce roman, qui pour moi n'est pas loin du coup de coeur !
Ce livre décrit un univers sombre qui met parfois mal à l'aise. On a envie d'aider ces deux soeurs, parfois plus l'une que l'autre, on se met à détester certains personnages et à en apprécier d'autres. On rentre très vite dans l'histoire et c'est parfois frustrant de ne rien pouvoir faire pour les aider un peu !
On a du mal a s'imaginer qu'il existe encore de telle chose à l'heure actuelle et c'est pourquoi lire un tel livre remet les idées en place, et montre que le monde n'est pas joli joli tout les jours...
Vous l'aurez compris, ce livre regorge d'émotions, il est souvent assez dur même si les choses ne sont pas forcément dites telles quelles.

Lien : http://lespetitslivresdelizo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
nodreytiti
  17 juillet 2012
La quatrième de couverture dévoile exactement l'état dans lequel j'étais durant cette lecture : sonnée, hantée et le coeur serré. Et cela dès les premières phrases du livre “Aujourd'hui ils m'ont obligée à aller à l'enterrement de ma soeur. J'ai fini par céder, je n'avais pas tellement le choix”. On ressent un sentiment oppressant qui ne s'arrêtera pas avant la fin du livre et même bien après. Car une chose est sûr, c'est une lecture qu'on ne peut pas oublier.
Pour son premier roman, Louisa Reid a choisi un thème dur mais qui malheureusement existe: celui de la maltraitance. Deux jumelles de quinze ans prisonnières d'un père vicaire abominable et d'une mère froide. le choix de l'écriture est bien choisi: le récit est alterné par les deux jumelles mais à deux moments différents de leur vie: le point de vue de Rebecca, après la mort de sa soeur, avec son combat pour s'en sortir, se sauver de cet enfer; et le point de vue d'Hephzi, avant sa mort, avec son espoir d'être une adolescente normale avec ses rêves, ses joies et ses peines. L'auteur a su nous parler de l'enfer des filles sont trop de détails durs mais avec des mots qui nous permettent de deviner ce qui se passe.
Bien que jumelles, seul le jour de leur naissance et leur terrible sort sont identiques. Pour le reste, elles sont totalement différentes. Hephzi qui est belle, intelligente, qui cherche à vivre enfin un semblant d'existence normale le jour où les filles ont enfin pu aller à l'école. Car jusqu'à ce jour, elles ne connaissait que leur foyer et le presbytère. Hephzi cherche à tout prix à paraitre normale, à se faire des amis et découvre petit à petit les plaisirs de l'adolescence. Mais voilà, elle m'a beaucoup énervé et je n'ai pas aimé son attitude envers sa soeur. Finalement on peut dire qu'elle s'est comporté comme une adolescente normale : abandonner sa soeur durant le lycée et laisser tout le monde se moquer d'elle. Et bien sûr, l'a laisser prendre des coups à sa place par son père.
Car oui Rebecca est différente des autres personnes: atteinte d'un syndrome qui a pour conséquence une déformation de son visage, elle est le souffre douleur de son père qui depuis sa naissance la maltraite physiquement comme il le fait avec Hephzi, mais aussi une maltraitance mentale. On a mis longtemps à comprendre le problème de Rebecca, tout comme elle-même a mis longtemps à mettre un nom sur sa différence. Au contraire de Hephzi, Rebecca n'aime pas le lycée où elle essaye de se faire toute petite et se réfugie tout le temps à la bibliothèque dans le but de lire tous les livres. J'ai vraiment trouvé que les passages concernant Rebecca étaient les plus durs. Plus on avance dans le livre, plus on ne peut pas le lâcher afin de savoir si une existence meilleure attend Rebecca. Son combat est une vrai leçon de vie.
J'ai beaucoup aimé les passages où les filles passent du temps avec leur grand-mère, passages qui laissent passer un semblant d'espoir. Je vais m'arrêter là et je vais vous laisser vous faire votre opinion mais une chose est sûr: lisez-le!
Un récit poignant, qui restera longtemps dans ma tête, deux soeurs jumelles identiques et différentes à la fois,un choix ‘écriture subtil alternant les deux points de vus à deux moments différents. Bien qu'une note de 5 et le fait que j'ai aimé ce livre, je ne peux le mettre en coup de coeur de part le sujet traité.
Lien : http://labibliodenodrey.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Ricochet   09 octobre 2012
Malgré des scènes parfois apaisées ou simples, il n'en reste pas moins qu'un puissant sentiment d'effroi s'empare du lecteur tout du long du roman. A réserver à un public amateur de « témoignages » poignants.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
LizouzouLizouzou   16 juillet 2012
La liberté peut créer une dépendance. Moi aussi, je voulais une nouvelle dose, maintenant. Moi aussi, je voulais sentir cette vague de bonheur parcourir mes veines jusqu'à ce qu'elle éclate dans mon cerveau comme autant de minuscules feux d'artifices.
Commenter  J’apprécie          100
nodreytitinodreytiti   17 juillet 2012
J’avais peur de me perdre et que personne ne veuille m’aider, j’étais sure de ne jamais retrouver le chemin du retour. Le monde me semblait un océan de dangers dans lequel je risquais à tout instant de me noyer
Commenter  J’apprécie          60
eatsomebookseatsomebooks   14 avril 2013
J'avais avalé toute cette nourriture si vite que mamie s'etait inquiétée.Elle m'avait dit de me calmer,me promettant de me laisser manger tout ce que je voulais.J'avais continué à me gaver malgré la nausée,comme si toute cette farine,tout ce sucre,toute cette douceur aillaient combler le vide qui gagnait tellement de terrain en moi que j'avais peur qu'il ne finisse par m'avaler.
Commenter  J’apprécie          20
SymphonieSymphonie   08 mars 2013
Après les dernières prières, j'ai suivi la Mère sur le chemin du presbytère. J'ai avalé une dernière gorgée du monde extérieur avant que la porte ne se referme en claquant derrière nous.
Commenter  J’apprécie          40
nodreytitinodreytiti   17 juillet 2012
Mon reflet était plus pâle que jamais dans le miroir de la salle de bains, je me suis demandé si j’allais peler comme un vieux parchemin et perdre des couches de peau. J’étais sûre que mon corps allait partir en poussière avant que l’encre de mon futur ait une chance de sécher
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1097 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre