AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782350760469
285 pages
Editions Privé (07/12/2006)
3.81/5   26 notes
Résumé :
Vous êtes en train de lire une quatrième de couverture. Ça s'appelle comme ça. Mes éditeurs, qui s'y connaissent un peu en marketing du livre m'ont dit que, dans l'idéal, ça devait être un texte accrocheur un pu putassier, genre aguicheur mais pas vulgaire, un texte qui vous donne envie de lire le livre. Alors je m'y suis collé. Zéro idée. Je pourrais vous dire : " Salut, je suis Ron, je suis infirmier, je parle de mes patients, voilà. Oh, le truc qui s'annonce sopo... >Voir plus
Que lire après La chambre d'Albert Camus et autres nouvellesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Critique publiée initialement sur le site Critiques Libres (2007)

Long time ago, quand j'étais étudiant infirmier, je cherchais des bouquins d'infirmier qui n'étaient pas des bouquins de cours. Il n'y en avait pas tant que ça, au final, et je tombais principalement sur les mémoires et entretiens avec de vieilles cadres supérieures ayant commencé à pratiquer sous la houlette des bonnes soeurs. Je ne trouvais rien qui me préparait vraiment à la réalité du terrain, et ce n'était pas faute de chercher.

Aujourd'hui, si des étudiants infirmiers débutant me demandaient quel livre serrait le plus parlant pour eux sur la réalité de leur profession, au delà du cliché de la gentille infirmière soumise qui tient la main d'un mourant durant des mois, je saurais vers quel ouvrage me tourner. Évidemment, ce serait celui de Ron. Pas parce que j'aime bien Ron, ni parce qu'il écrit bien. C'est un plus, c'est sur, mais ce n'est pas la vrai raison.

Je comprends qu'on puisse douter de la véracité de ses écrits, et comme Ron le dit si bien, c'est normal de vouloir se rassurer, de s'imaginer que tout cela n'est que fiction, et que oui, Bambi existe et que non, personne ne frappe les personnes âgées. C'est bien, ça protège la société. Mais ce que Ron écrit, ce n'est ni plus ni moins que la réalité de la profession. Évidemment, tout le monde ne vit pas ce que vit un infirmier qui a occupé des postes aussi variés. Je n'ai rien vécu, ou presque, de ce qu'a traversé Ron. Et tant mieux.

Alors je vous conseille fortement de lire Ron, que je vous le recommande chaudement. Pour voir les choses en face, pour savoir, vivre et partager un peu de son quotidien, de ses expériences. Pour avoir les larmes aux yeux dans le métro à la fin d'une nouvelle qui vous aura touchée plus que les autres. Haïr le monde à la fin d'une autre. Etre fier de votre métier, si vous êtes infirmier. Parce que c'est un excellent recueil, et que ça devrait vous suffire.
Commenter  J’apprécie          00
Le sujet et la forme de ce texte m'intéressaient.
Avant de paraître sous le nom de l'auteur William Réjault, c'est sous le pseudonyme de Ron l'infirmier que ces nouvelles ont été publiées.
Ron l'infirmier était un blogueur qui tenait quasi quotidiennement un carnet de bord de ses expériences professionnelles diverses et variées.
Il y consignait ses joies, ses peines et ses réflexions.
Avec plus de 5000 visites journalières son blog figurait parmi les plus en vue de la blogosphère française.
Un éditeur n'a pas manqué de lui proposer la consécration de la publication papier pour rediffuser une partie de ses écrits.
Les billets édités sont ceux qui ont été les plus visités et qui ont suscité le plus de commentaires.
Ils ont été retravaillés dans l'expression et présentés comme un recueil de nouvelles.
Il s'agit néanmoins de courts récits dont l'ensemble s'apparente à un témoignage sur la vie quotidienne d'un infirmier.
Le langage est direct et précis. L'auteur manie l'humour avec talent et nous comprenons bien que c'est un exercice qui lui est nécessaire pour arriver à mettre à distance les émotions qui ne demandent qu'à déborder face à des évènements douloureux, dramatiques ou cocasses.
Quel métier difficile !
Et quelle belle énergie dans ces écrits qui veulent dire sans larmoyer ni sombrer dans les bons sentiments une vérité crue et sincère sur des conditions de travail parfois révoltantes.
Depuis la première parution de cet ouvrage William Réjault a changé de vie.
Il est devenu écrivain populaire et journaliste dans la presse people.
Il a trouvé la distance qui lui était nécessaire avec son métier... ;)
Mais du coup, il m'intéresse un peu moins...
des liens sur
Lien : http://sylvie-lectures.blogs..
Commenter  J’apprécie          30
Présentation de l'éditeur
Vous êtes en train de lire une quatrième de couverture. Ça s'appelle comme ça. Mes éditeurs, qui s'y connaissent un peu en marketing du livre m'ont dit que, dans l'idéal, ça devait être un texte accrocheur un peu putassier, genre aguicheur mais pas vulgaire, un texte qui vous donne envie de lire le livre. Alors je m'y suis collé. Zéro idée. Je pourrais vous dire : " Salut, je suis Ron, je suis infirmier, je parle de mes patients, voilà. Oh, le truc qui s'annonce soporifique ! " Jamais vous n'achèteriez ça, non ? Je pourrais vous dire : " Bonjour, je suis Ron, je suis infirmier et j'écris pour survivre car, mon métier, c'est la souffrance et la plume de mon angoisse, elle frémit sur la page de mon livre cathartique. " Quelle rigolade ! Jamais vous ne liriez ça, non ? Remarque, le mec qui se la joue " auteur maudit "... Il a toujours un public pour ça. C'est un créneau. A creuser. J'aurais aussi pu vous dire : " Bonjour, je suis Ron, j'ai des histoires incroyables à vous raconter. du sexe, du vrai sexe, avec des vrais gens. Des morts, de l'adrénaline, des rapports humains, une incroyable aventure. " Oui, je pourrais dire ça. Mais bon, ça a déjà été fait mille fois, non ? Et puis, là, vous voulez un bon livre, pas un roman de gare... Vous allez voir, on a plein de choses à se dire, vous et moi. Plein.

Effectivement, l'éditeur (j'allais ajouter "pour une fois", mais c'est faire montre de mauvais esprit...) ne nous raconte pas de carabistouilles, et j'ai pris un plaisir immense à lire ces fameuses nouvelles ... suite sur Les lectures de Lili

Lien : http://liliba.canalblog.com
Commenter  J’apprécie          20
William Réjault, infirmier, nous raconte ses débuts comme infirmier. de quoi pleurer de rire, de quoi être en colère, de quoi désespérer. Humanité, humour, ces tranches de vie, de souffrance, de peur parlent de la mort, du corps qui n'a rien de glorieux, de solitude.
On fait la connaissance d'un auteur, d'un homme dont on voudrait devenir l'ami. On espère rencontrer un infirmier comme lui si un jour....
Une écriture très agréable à lire, fluide, pleine de pudeur et de délicatesse.
Commenter  J’apprécie          00
[...] Ce livre est né d'un blog, celui de Ron l'infirmier, un trentenaire qui a eu envie un jour de raconter son quotidien, son boulot. Et ce livre est un condensé d'émotions, de joies, de peines, d'injustice. On rit, on pleure, on frissonne, on détourne les yeux devant certains passages, crus, vrais, on s'insurge devant le traitement infligé à certains patients, face à l'incompétence de certains médecins.

[...] Tout y est pour que ce livre soit le plus vrai possible. Il n'y a pas de sentimentalisme ou de volonté de faire pleurer dans les chaumières. Non. Tout ce que Ron y écrit est vrai, cette impuissance face à une gamine condamnée, la difficulté d'annoncer un décès à un proche, l'odeur du clochard admis aux urgences, le silence sur les maltraitances dans les institutions, la lassitude de certains professionnels, le bonheur d'un moment partagé avec un malade... C'est la vie, c'est cru, c'est vrai... [...]
Lien : http://croqlivres.canalblog...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
L'autre jour, c'était parce que je suis un garçon pour un poste d'infirmière. Rendez vous compte, un homme pour un job de femme. Non mais vous imaginez le cas de conscience de l'employeur."...
..." - Alors, vous venez pour le poste d'infirmière ?
-D'infirmier, oui.
- C'est bizarre quand même, pour un homme, non ?
-Non, Pourquoi ?
-Expliquez moi votre choix.
-Quel choix ? de venir postuler chez vous ?
-Non, ce choix de vouloir être infirmier, pour un homme, c'est bizarre, tout de même...
Commenter  J’apprécie          90

Videos de William Rejault (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Rejault
William Rejault nous fait partager sa dvdthèque et sa bibliothèque
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (47) Voir plus



Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
296 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre

{* *}