AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791026811145
Éditeur : Urban Comics Editions (21/04/2017)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Nichés en plein coeur des Jardins Préservés de Tokyo, Led Dent et Debbie Decay n'ont pas pu échapper longtemps à l'enfer technologique instauré par Flak Corporation. Le pirate Davey Trauma a pris le contrôle de l'esprit et du corps de Dent, qu'il pousse désormais à tuer et à détruire tout ce qui peut se trouver sur ton passage. La ville de Tokyo a été la première à en payer le prix... Contient : Tokyo Ghost vol.2 (#6-10)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  15 avril 2017
Ce tome fait suite à Tokyo Ghost, tome 1 : Eden atomique (épisodes 1 à 5) qu'il faut avoir lu avant car les 2 tomes forment une histoire complète. Il contient les épisodes 6 à 10, initialement parus en 2016, écrits par Rick Remender, dessinés et encrés par Sean Murphy, avec une mise en couleurs réalisées par Matt Hollingsworth. Il comprend également les couvertures variantes réalisées par Matteo Scalera, Bengal, Andrew Robinson, Rafael Albuquerque, Dustin Nguyen.
- ATTENTION - Ce commentaire recèle quelques informations concernant le tome précédent. -
Toujours en 2089, Led Dent est revenu de son expédition au Japon. Il doit intervenir en tant que représentant de l'ordre pour interrompre la diffusion d'une émission critique, présentée par Miss Muffet et Little Jack Horner. Ces 2 joyeux drilles effectuent une synthèse de la situation politique et économique des îles de Los Angeles, en critiquant vertement les actions de Mister Flak, le milliardaire affairiste qui tire les ficelles. L'intervention de Led Dent est brutale et spectaculaire, même s'il lui faut un peu de temps pour venir à bout de ces 2 activistes. Pendant ce temps, Mister Flak continue à débiter des sornettes au journaliste qui l'interviewe, qui gobe tout, et le trouve tellement excellent qu'il se précipite sur lui pour lui faire une fellation en témoignage de son admiration. Davey Trauma, maintenant le conseiller de Flak, lui suggère de faire quelque chose pour s'assurer de la docilité des masses hébétées par les flux continus de divertissement. Flak est convaincu par ses arguments.
Led Dent sert d'escorte aux gardes chargés de distribuer des packs émotionnels à la population afin de les rendre incapables de toute pensée cohérente. Contre toute attente, un individu armé d'un sabre luisant intervient pour essayer de stopper cette distribution. de son côté, Mister Flak s'assure que les préparatifs continuent pour que le paquebot de luxe puisse prendre la mer dès le lendemain matin, avec à son bord les individus les plus riches, pour aller s'installer au Japon, dans un havre écologique encore préservé. Mais le saboteur a réussi à s'introduire sur le navire pendant sa traversée.
En entamant ce recueil, le lecteur a conscience qu'il s'agit de la deuxième moitié du récit qui lui apportera donc une conclusion définitive. Il a gardé en mémoire la conclusion de la première partie et se doute bien de la trame générale de cette deuxième partie. Led Dent est persuadé que Debbie Decay est décédée, alors que le lecteur sait ce qu'il lui est arrivé. Il est retombé sous la coupe de Mister Flak, en décidant de recommencer à s'abrutir avec un flux continu de divertissements et d'informations, afin de ne pas avoir à réfléchir, de ne pas devoir gérer ses émotions, d'être confortablement désensibilisé. le lecteur éprouve une petite déception en constatant que Rick Remender réutilise Davey Trauma comme ennemi principal. le pouvoir de ce dernier n'était pas très bien défini dans le tome 1, cela reste le cas dans le tome 2. C'est d'autant plus flagrant que le tome 1 proposait des inventions d'anticipation construites et pertinentes. C'est également reparti pour quelques affrontements dont un qui dure plus que de raison entre Davey Trauma et son opposant. En outre l'explosion finale du tome précédent laisse supposer que le Japon ne doit pas être si accueillant que ça du fait de la présence de radiations. L'idée de proposer aux citoyens les plus riches des îles de Los Angeles de s'embarquer pour un territoire accueillant incite le lecteur à se reposer la question de qui gagne de l'argent et pourquoi.
D'un autre côté, Sean Murphy assure un spectacle aussi impressionnant que dans le premier tome. Les 3 premières pages avec Miss Muffet et Little Jack Horner sont délirantes d'exagération. Les 2 acteurs surjouent pour faire passer une hilarité forcée, tout en chantant les méfaits commerciaux et politiques des entreprises de Mister Flak, dans une forme forcée de comédie musicale pimpante. le décor regorge de détails tous plus kitchs les uns que les autres, comme une forme de spectacle musical pour enfants, avec un gros budget pour les décors. La course-poursuite entre eux et Led Dent constitue une lecture rapide, avec des déplacements vifs et énergétiques, au milieu de décors concrets et étoffés. le niveau du spectacle offre un divertissement visuel de qualité enchanteur. L'artiste continue sur sa lancée avec la salle monumentale de jeux à bord du paquebot, rappelant le luxe et l'opulence du casino traversé dans le tome 1. L'arrivée à Flak City au Japon montre une architecture qui respire l'argent, et la recherche du plaisir sous toutes ses formes.
Rick Remender respecte la composition en épisode du récit, avec des moments d'action dans chacun d'entre eux. À nouveau, Sean Murphy baigne dans son élément, et le lecteur sent bien que le scénariste a conçu son récit pour jouer sur les forces graphiques de l'artiste. Après la course-poursuite initiale bourrée de trouvailles pour les embûches et les rebondissements, le lecteur passe à une intervention furtive d'une combattante munie d'un sabre luisant (même s'il n'est pas laser), se battant dans le noir contre des gardes ripostant avec des armes à feu, pour un plan de prise de vue aux petits oignons avec un enchaînement des mouvements en ombre chinoise parfaitement lisible. le lecteur prend plaisir à suivre les affrontements physiques, ainsi bien filmés, avec des mouvements de caméras qui suivent les personnages et leurs déplacements. Il sent le confinement dans les coursives du paquebot, le déséquilibre dans le rapport de force entre Davey Trauma et son adversaire dans la confrontation de l'épisode 4, et il sourit devant l'assaut final baroque du fait des alliés de la combattante à la fin de l'épisode 4.
De séquence en séquence, il est visible que Sean Murphy prend plaisir à mettre en scène les éléments les plus délirants du scénario, participant vraisemblablement à l'enrichir par des détails visuels supplémentaires. le lecteur est pris par surprise en voyant l'intervieweur se jeter goulument sur le sexe de Mister Flak pour lui faire une gâterie, sûr et certain d'y prendre un grand plaisir. Il sourit de bon coeur en voyant une dame d'un certain page s'armer d'une cuillère géante pour frapper Led Dent, vision surréaliste et moqueuse. Il grimace à nouveau en voyant que Mister Flak entretient dans son entourage une femme génétiquement modifiée avec des seins d'une longueur déraisonnable qui lui arrive sous le genou, preuve matérielle du fétichisme mammaire perverti de Flak. Il continue de scruter les cases pour les détails et s'incline devant le savoir-faire de l'artiste qui permet de rendre crédible l'araignée mécanique au bout de ce filin, comme une forme de grappin pour entraver la progression de Led Dent sur sa bécane surdimensionnée. Il sourit à nouveau devant les facéties de Mister Flak montrant son cul nu à sa suite, comme un roi bouffon à l'abri du ridicule. Il apprécie les appendices de la pieuvre dans la grande salle d'apparat du paquebot, ses tentacules se terminant en forme de prépuce, nourrissant ainsi le thème d'une société exclusivement préoccupée de son plaisir, et débarrassée de tout tabou. Il souffre avec Led Dent en voyant la pluie acide ravager ses maigres plantations.
Le lecteur se retrouve complètement emporté par la verve baroque graphique de Sean Murphy, appréciant le spectacle de la décadence d'une société, pimenté par des scènes d'action vives et enlevées. Par contre dans un premier temps, il lui semble que Rick Remender a cédé à la facilité en suivant une trame d'intrigue assez prévisible et en recyclant les personnages de la première partie, en particulier Davey Truama, comme si finalement le voyage au Japon n'avait servi à rien, n'avait apporté aucun élément et n'avait pas beaucoup de conséquences. Emporté par le plaisir du divertissement, il prête attention à la discussion entre 2 gardes sur la démocratie et le droit de vote, ou en tout cas la manière de se servir de son bulletin et la responsabilité qui en découle. le scénariste aborde avec humour et sarcasme la fragilité de la démocratie et la manière dont elle peut être dévoyée par un peuple irresponsable, plus préoccupé de détruire certains candidats que de construire l'avenir avec d'autres. Au vu des résultats des élections américaines de 2016 survenues quelques mois après, ce passage prend un goût sinistre et prophétique.
L'intrigue continue de reposer sur la relation existant entre Led Dent et Debbie Decay, ainsi que sur son historique. Rick Remender a souvent sondé les conséquences de l'historique d'une famille dans ses précédentes séries (par exemple Fear Agent). Cette fois-ci, il examine la relation amoureuse entre 2 individus se connaissant de longue date. Il montre qu'il s'agit de 2 personnalités différentes, avec l'une plus forte que l'autre, ou en tout cas plus à même de résister à la séduction de la société du spectacle. L'individu le plus fragile s'appuie sur l'aide apportée par l'autre qui le tire vers le haut. Il ne s'agit donc pas d'une vision romantique édulcorée, mais d'une mise en scène de la complémentarité de 2 individus, Led Dent ayant également des points forts. À partir de là, Remender n'hésite pas à poser les questions qui fâchent. L'un est-il codépendant de l'autre, au point de ne plus voir ses défauts ? L'autre se sent-il valorisé par l'aide qu'il apporte, au point de ne pas vouloir quitter le plus faible de peur de perdre son importance ?
Dans un premier temps, le lecteur s'immerge avec gourmandise dans le monde d'anticipation baroque décrit par les dessins fougueux de Sean Murphy, en en savourant l'exubérance et l'inventivité débridé. Dans un deuxième temps, il regrette que l'intrigue ne soit pas plus surprenante, et revienne sur des situations déjà présentées dans le premier tome. Puis il se rend compte qu'il ne s'agit pas d'un retour à l'identique et que Rick Remender n'a rien perdu de son ambition littéraire et de son honnêteté dans la manière dont il aborde les questions qui lui tiennent à coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Catilina38
  01 juillet 2017
Ouvrage au format proche du comics, compact, élégant reprenant les cinq premiers volumes des fascicules américains. On notera avec plaisir le délai très court de l'adaptation française par Urban, avec une traduction très correcte. La couverture de l'édition française reprend celle du cinquième volumes américain. L'ouvrage est imprimé en Roumanie. Un cahier de 18 pages de bonus est inclus à la fin, reprenant l'ensemble des couvertures américaines, des croquis sur la création du logo, celle des personnages, sur la mise en couleur (toujours fascinant!) et des biographies des auteurs. La quatrième de couverture indique une histoire en deux volumes, information toujours précieuse. C'est (comme souvent chez Urban) un très bon boulot d'édition.
Rick Remender est l'étoile du comics indépendant du moment, avec des séries comme Fear Agent, Low ou Black science. Les choix d'association graphique de l'auteur ont la particularité d'être particulièrement homogènes et de se rapprocher d'un style européen. Il en est de même des thèmes et traitements que l'on pourra qualifier de « crus »… Il ne s'agit absolument pas d'une BD pour enfants tant les auteurs n'assument aucune contraintes dans leurs souhaits scénaristiques. C'est trash, gore, directe, sans compromis… et très loin du puritanisme codifié des grands éditeurs américains. Un esprit européen à 100% Et on aime!
Les thèmes de Remender ne sont pas nihilistes comme on peut le lire. S'ils sont clairement très noirs, il ressort toujours une forte note d'optimisme. Une clarté forte dans un univers très noir en somme. Dans Tokyo Ghost, nous suivons le chemin sanglant de Led Dent, une sorte de super-tueur à moitié cybernisé et sa dulcinée »tech-free ». Ce duo improbable parcourt un univers cauchemardesque où TF1 a gagné et zombifié l'ensemble de la population devant des programmes télé omniprésents, hyperviolents et pornographiques. Toute ? Pas tout à fait. Au japon survivrait un havre vierge de toute technologie que la multinationale Flak ne tolère plus… L'ensemble de la BD tourne autour de cette dualité technologie/nature. L'idée rappelle le film Wall-E avec ses humains obèses vissés devant leurs écrans, mais dans un esprit plus qu'adulte cette fois. Si un Black science patinait un peu dans ses premiers volumes, le cheminement de ce premier volume de Tokyo Ghost est particulièrement bien équilibré (bien que très tourné vers les carnages) et laisse peu de regrets une fois la dernière page tournée. On attend la suite avec impatience.
Addendum juin 2017: le second et dernier volume est sorti et confirme largement les espoirs mis dans cette série, la meilleure de Remender à ce jour selon moi. Il est rare d'avoir des séries US aussi courtes et maîtrisées. C'est radical jusqu'au bout et intelligent en diable.
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Yradon4774
  28 mai 2019
"Tokyo Ghost T.2" de @Remender et @Sean_G_Murphy chez @urbanComics
Synopsis Tome 2 :
"Nichés en plein coeur des Jardins Préservés de Tokyo, Led Dent et Debbie Decay n'ont pas pu échapper longtemps à l'enfer technologique instauré par Flak Corporation.
Le pirate Davey Trauma a pris le contrôle de l'esprit et du corps de Dent, qu'il pousse désormais à tuer et à détruire tout ce qui peut se trouver sur ton passage. La ville de Tokyo a été la première à en payer le prix..."
Scénario : Rick Remender ;
Dessins : Sean G Murphy ;
Éditeur : Urban Comics ;
Prix : 15.50 € ;
Commandez-le sur Urban Comics.
Suite à leur expédition dans le monde secret de Tokyo, nos deux héros peuvent enfin profiter d'un repos bien mérité, loin de toute technologie et de la Flak Corp. Debbie essayera, pendant cette pause, de désintoxiquer totalement sont Dent chérie. Chose que fonctionnera quelque temps, mais rien ne dure et à cause de Davey Trauma, sorte de virus mi-humain, mi-tech (et je reste poli), notre chez Dent, se retrouve de nouveau à jouer Démolition Man [...]
La suite de la chronique ici :
Lien : https://wordpress.com/post/y..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Misterblue
  26 juillet 2017
J'ai aimé le tome 1, j'ai aimé le tome 2, j'ai aimé le tome .. ah non mince, il y en a pas plus :-( Dommage
Bref, dans la même veine que le 1er tome, mais qui fait bien plus réfléchir à nos actes.
Dans cette deuxième partie, nous allons de rebondissements en rebondissement jusqu'à la lutte finale.
Des dessins fourmillant de détails, une constructions scéniques dignes de films, de bons films d'actions.
Un scénario qui nous fait réfléchir à l'hyper-connectivité, qui n'est pas forcément un mal mais qui sans garde-fous peut engendrer un ratage total de la société....
Bref, j'ai aimé mais je n'en attendais pas moins de l'auteur et du dessinateur.
J'en veux encore, .. une belle épopée !
Commenter  J’apprécie          20
FungiLumini
  05 août 2017
Pour plus de détails, allez lire mon avis sur le tome 1 ;)
Ce comics propose une très belle réflexion sur le monde de demain. Si les technologies continuent de progresser, si les citoyens arrêtent de réfléchir et se laissent abrutir par ce que la télévision leur donne comme nourriture intellectuelle, le monde est perdu. C'est ensemble qu'il faut réfléchir à des solutions pour un meilleur futur pour tous.
Une série en deux tomes absolument incroyable : un couple de personnages forts qui ne vivent que l'un pour l'autre, une société totalement accro aux technologies, aux divertissements et à la consommation de masse qui montre la pire part de l'humanité, mais qui donne également un message d'espoir. Même si tout semble perdu, il reste toujours des possibilités pour améliorer le futur, tant qu'on y travaille ensemble. Un univers graphique détaillé et très coloré, ancré dans la violence et le sexe. Un véritable coup de coeur pour ce comics !

Lien : https://livraisonslitteraire..
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
ActuaBD   19 mai 2017
Mais malgré un début poussif, reste un dénouement qui tient lui toutes ses promesses.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   11 mai 2017
Un titre graphiquement abouti qui offre une belle histoire d'amour dans un monde dépravé et condamné qu'il aurait été pourtant plaisant de voir encore prolongé de quelques pages tant l'originalité et les qualités sont indéniables.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
laulauttelaulautte   29 décembre 2019
Aucun de nous n’est entier. On a tous besoin de quelqu’un pour compléter le tableau. Pour devenir ce que nous ne sommes pas. C’est le seul moyen de trouver l’équilibre.
J’ai eu la chance de trouver cette personne. Qu’est-ce que ça dirait de moi si je ne me battais pas pour lui ?
Commenter  J’apprécie          30
laulauttelaulautte   28 décembre 2019
Écoutez, tout le monde sait que ces appels à la « justice sociale » ne sont motivés que par un intérêt personnel à peine déguisé.
Des sacs à merde qui veulent un traitement de faveur.
Des petites frappes qui pleurnichent de ne pas avoir assez.
Quand ils reçoivent pas ce qu’ils pensent leur être dû...
... ils sont prêts à tuer pour l’obtenir.
Commenter  J’apprécie          20
laulauttelaulautte   28 décembre 2019
Ça en dit long sur l’humanité. On voit les dégâts qu’on commet. On n’aime pas ça.
Mais on n’arrive pas à s’en empêcher. Donc on se cache.
Commenter  J’apprécie          40
laulauttelaulautte   29 décembre 2019
Ton erreur fatale, c’est d’avoir été quelqu’un de bien...
... dans un monde de connards.
Commenter  J’apprécie          40
laulauttelaulautte   29 décembre 2019
Ne laisse jamais ton bonheur reposer sur les épaules d’autrui.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Rick Remender (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rick Remender
DEADLY CLASS | Official Trailer #2 | SYFY
autres livres classés : anticipationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3010 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre