AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809436282
Éditeur : Panini France (26/03/2014)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 11 notes)
Résumé :
LA REEVOLUTION EST EN MARCHE.
REJOIGNEZ LE MOUVEMENT !

Au lendemain des funérailles de Charles Xavier, Captain America crée une nouvelle équipe réunissant des Avengers et des X-Men. Mais Crâne Rouge est revenu tout droit des années 40 et il veut éliminer tous les mutants ! Quelle monstrueuse arme lui a donné ses dangereux et nouveaux pouvoirs ?

Les débuts de la premiere équipe officielle associant homo superior et humains s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
BazaR
  28 mai 2014
Décidemment les renouveaux Marvel Now ! s'orientent tous vers la tragédie violente.
Lors de l'immense affrontement Avengers vs X-men, Cyclope, dominé par la force Phénix, a tué Charles Xavier. Tous, héros et mutants, pleurent le grand télépathe. Afin qu'il ne soit pas mort en vain Captain America propose de fonder une nouvelle équipe d'Avengers, une équipe mixte, humains et mutants (plus un Dieu), symbolisant l'union possible des deux espèces et leur communauté d'esprit. Les choses ne vont pas sans mal, les évènements passés ont généré beaucoup d'amertume entre ces personnages. Mais le bloc de volonté pure qu'est Captain America peut laisse espérer une réussite.
Malheureusement le Crâne Rouge a décidé de jeter de l'huile sur le feu. Il s'empare du corps de Xavier, dissèque son cerveau et s'approprie ses pouvoirs. C'est là que l'on constate à quel point Xavier était puissant, et à quel point il réprimait ses dons pour éviter de nuire à ses contemporains. Crâne Rouge lui n'a pas de telles « faiblesses ». Il organise des attentats suicide mutants puis prend le contrôle des humains, cultive leur haine et incite des progroms anti-mutants. C'est violent, meurtrier, on ne s'adresse plus à des enfants ici.
La nouvelle équipe d'Avengers s'oppose à lui, avec un résultat très mitigé tant il est facile au Crâne de contrôler leurs esprits et de les pousser les uns contre les autres.
Tout le livre pue le désespoir, la fatigue de héros dépassés qui luttent le dos au mur face à des vilains en pleine forme, face à des foules humaines assassines, face à leurs propres questionnements. Reflet certain d'une époque, d'une Amérique qui n'est plus sûre de sa puissance dominante, qui a peur de sombrer un jour prochain.
Le scénario m'a rappelé l'histoire de l'Inde de la fin des années 40, recouvrant sa liberté, avec Captain America dans le rôle de Gandhi essayant de maintenir l'unité entre les confessions religieuses et Crâne Rouge dans celui des chefs extrémistes jetant de l'huile sur le feu de la haine (dans ce contexte je suppose que Cyclope, le séparatiste mutant, jouerait le rôle d'Ali Jinnah le fondateur du Pakistan).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
garrytopper9
  03 mars 2015
Ce premier tome d'Uncanny Avengers prend place immédiatement après le cross-over Avengers Vs X-men, qui, je vous le rappelle mets un terme à une continuité de presque dix ans (depuis l'événement de House of M pour être précis).
On a donc ici un point de départ idéal dans l'univers Marvel. Vous pouvez le cumuler avec All new X-men et Avengers le tout sorti dans la nouvelle collection Marvel Now! et ce même si vous n'avez pas lu le cross-over.
On retrouve l'écriture de Rick Remender, que j'ai particulièrement apprécié lors de ma lecture de Captain America tome 1 également chez Marvel Now! et une fois de plus je suis assez satisfait.
Ici Captain America crée une nouvelle équipe constituée d'Avengers et X-Men: un groupe médiatique pour restaurer l'image des mutants mais aussi apaiser les récents conflits entre héros. Conflits qui je vous le rappelle étaient au coeur du cross-over Avengers vs X-men.
Cap' choisit de laisser le leadership à un mutant, et c'est Havok, le frère de Cyclope, qui devient le symbole de l'équipe. Un pari risqué lorsqu'on sait que Scott Summers est désormais le terroriste mutant n°1 de la planète. S'ajoutent Malicia, dont on connait le caractère et le passé douteux; Wolverine, le plus agressif des Avengers/X-Men; la Sorcière Rouge, responsable de la disparition de milliers de mutants lors de House of M; et le dieu Thor, fondateur des Avengers, le seul à pouvoir neutraliser l'équipe en cas de dérapage.
Ils seront vite mis à contribution puisque le crâne rouge revient d'entre les morts avec un plan vraiment bien trouvé, mais je vous laisse la surprise.
Un très bon premier tome, assez simple il faut le reconnaitre, mais qui a le mérite de mettre en place une toute nouvelle équipe qui s'annonce assez explosive.
Une bonne série, encore, avec ce premier tome édité dans la collection Marvel Now!.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1910
Presence
  01 juin 2016
Ce tome contient les épisodes 1 à 5 d'une nouvelle série ayant débuté en 2012. La création de cette nouvelle équipe fait suite à Avengers vs. X-Men (en abrégé AvX). Les scénarios sont de Rick Remender, les dessins et l'encrage de John Cassaday pour les épisodes 1 à 4. L'épisode 5 est dessiné par Olivier Coipel, encré par Mark Morales. La mise en couleurs est effectuée par Laura Martin, avec l'aide de Larry Molinar pour l'épisode 4.
Dans la première page, le supercriminel de l'histoire est en train de réaliser une trépanation sur un cadavre ayant vu un avatar de la force Phénix de près avant de passer l'arme à gauche. Puis le récit passe à l'eulogie de Logan à l'occasion de l'enterrement de Charles Xavier. Parallèlement Alex Summers rend visite à sont frère en prison. En sortant il est interpelé par Captain America et Thor qui ont une proposition à lui faire. Ils estiment tous les 2 qu'il est temps que les Avengers envoient un signe clair en faveur de l'intégration des mutants dans la société. Ils souhaitent confier une nouvelle branche des Avengers (Unity Squad) à Alex Summers. Ces 3 superhéros doivent intervenir séance tenante dans les rues de New York où le mutant Avalanche (Dominikos Ioannis Petrakis) cause des destructions de grande ampleur. Alors que Wanda Maximoff (Scarlet Witch) se recueille sur la tombe de Xavier, elle est apostrophée par Anna-Marie (Rogue) qui lui reproche d'être à l'origine de toutes ces catastrophes ("No more mutants" dans House of M). Les 2 sont interrompues dans leur vive discussion par les S-Men (Goat-faced Gril, Dancing Water, Insect, Mzee, Honest John la propagande vivante, Living Wind, et Dangerous Djinn). Épisode 5 - Les Avengers annoncent publiquement la création de la nouvelle équipe.
Rarement un titre de série aura eu une visée aussi mercantile, provoquant un moment de vif recul immédiat du lecteur familier de ce genre de tactique. Après que Brian Michael Bendis ait intégré Spider-Man et Wolverine dans les Avengers (voir Breakout en 2005), c'était la dernière tactique bassement commerciale restant à Marvel : associer des Avengers et des X-Men dans une même série, en faisant figurer de manière proéminente l'adjectif "Uncanny", longtemps indissociable de la série "Uncanny X-Men". On ne peut pas dire qu'une telle démarche soit de nature à inspirer confiance à l'acheteur potentiel.
C'est donc avec peu d'espoir quant à la qualité du récit que le lecteur découvre ce récit (encore plus de réticences s'il connaît déjà le principal supercriminel qui sent franchement le réchauffé). La page d'introduction assez cryptique ne permet pas de se faire une idée. le discours de Logan est celui attendu sur le rêve de cohabitation pacifique, avec une amertume sous-jacente neutralisant toute mièvrerie. le dialogue entre les frères Summers correspond à celui d'adultes, avec des prises de position justifiables. La proposition de Steve Rogers est pleine de bon sens, permettant de faire amende honorable sur un oubli inexcusable (la passivité des Avengers face au racisme anti-mutants, encore qu'il y ait déjà eu des mutants dans les Avengers, par exemple Scarlet Witch et Quicksilver, ou encore Beast l'un des premiers X-Men). La franche explication entre Rogue et Scarlet Witch permet enfin d'exprimer clairement le sentiment de plusieurs lecteurs sur la culpabilité de Maximoff. Cassaday réalise un travail soigné avec des arrières plans en quantité raisonnable, des poses iconiques, des personnages aux expressions nuancées.
Mince ! Dès la fin du premier épisode, Rick Remender (également scénariste de Captain America dans le cadre de l'opération "Marvel NOW!", à partir de Cast away in dimension Z) a réussi son pari : justifier l'existence de cette équipe faite de pièces rapportées. Par la suite, il ne peut pas faire autrement que de passer par 2 points obligés : un ravivement de la haine contre les mutants (attisée par le supercriminel), et la nécessité d'insérer des scènes dans lesquelles Alex Summers s'impose devant Steve Rogers et Thor. Quand Havok rétorque à Captain America sur le champ de bataille qu'il doit choisir entre lui laisser le commandement ou se passer de ses services, le lecteur grimace un peu devant le cliché. Par contre quand Alex Summers rejette la démarche de son frère, ou quand il s'adresse à la presse pour donner son avis sur la haine anti-mutant, le lecteur découvre un personnage avec un point de vue cohérent et crédible. Remender ne se contente pas d'aligner des lieux communs déjà mille fois lus dans les séries des X-Men (ou de reprendre les dialogues de Kieron Gillen dans AvX Consequences), il a pris soin de construire un discours qui tienne la route. Quant à l'intrigue, les épisodes 1 à 4 permettent à l'équipe de justifier l'existence de l'escadron Unité, avec un supercriminel ayant commis une profanation tellement énorme qu'elle suffit à nourrir le récit. le cinquième épisode sert à officialiser l'équipe de manière publique et à introduire un mystère pour les épisodes suivants.
Alors que la politique éditoriale de Marvel est toujours aussi transparente (mettre un dessinateur de renom sur les premiers épisodes d'une série pour accrocher le lecteur, puis le remplacer par un dessinateur de moindre envergure), le lecteur a le plaisir de constater que John Cassaday ne s'est pas économisé, ni sur les personnages ni sur les décors (sauf peut-être dans le dernier épisode pour les décors). Il s'agit donc de dessins précis et réalistes, avec un bon niveau de détails, des costumes variés avec un soin apporté à leur texture. Cassaday dessine des personnages aux expressions nuancées, aux postures crédibles, avec une exagération pour les poses superhéroïques. Les S-Men bénéficient d'une apparence originales, de la femme à tête de chèvre, au dieu africain (très belles écailles), en passant par Dancing Water dont la texture est très bien rendue par les effets spéciaux de la mise en couleurs de Laura Martin. Pour le dernier épisode, Olivier Coipel est dans un mode un peu moins pressé que pour Primer. Ses planches présentent un côté plus aérien et plus légèrement plus romantique que celle de Cassaday, avec un soupçon de malice, très agréable. Par contre il accentue le décolleté de Scarlet Witch, au-delà du crédible.
Le tome se termine avec la reproduction des différentes couvertures variantes réalisées par Daniel Acuña, Adi Granov (magnifique Scarlet Witch), Neal Adams, Scottie Young, Mark Brooks, J. Scott Campbell, Milo Manara (une autre Scarlet Witch très séduisante), Simone Bianchi, Steve McNiven et Olivier Coipel.
Alors que le lecteur pouvait craindre une série prétexte reposant uniquement sur l'artifice de réunir des Avengers et des X-Men (Ah non, pardon, j'ai confondu avec A+X), il découvre une construction solide justifiant l'existence de l'escadron Unité, avec des dessins de bonne facture, et une intrigue retorse et sacrilège, mettant en scène des personnages avec des convictions et des comportements adultes. Remender continue de rapprocher les Avengers et les X-Men dans The Apocalypse twins, dessiné, encré et mis en couleurs par Daniel Acuña.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jozthethird
  28 mars 2014
Suite à Avengers versus X-men Marvel décide de relancer son univers. La série qui devait être le fer de lance de ce renouveau se nomme Uncanny Avengers fusion de uncanny X-mem et Avengers.
Captain America crée une nouvelle équipe composé de mutant et de vengeurs et nomme à sa tête alex summers frère de cyclope qui a tué le professeur X (alias Charles Xavier). Leur premier adversaire sera un vieille ennemie de Captain America : Crane Rouge.
Rick Remender nous offre un très bon scenario et a bien conscience des problèmes de personnalité qu'il peut y avoir entre les différents membres du groupe. Les points de vuesde Rogue et de Scarlet Witch ainsi que Captain America et Havok nous montrent bien que l'unité de l'équipe et loin d'être ce qu'elle prétend. Pour la partie dessin John Cassaday et Olivier Coipel bien que loin de leurs meilleurs travaux nous livrent une prestation honorable
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
garrytopper9garrytopper9   03 mars 2015
Pour certaines choses, il n’y a pas de mots, pas de solutions. Il ne reste qu’à aller de l’avant, faire tout ce qui est en son pouvoir pour s’assurer qu’une telle tragédie ne puisse pas se répéter.
Commenter  J’apprécie          90
BazaRBazaR   24 mai 2014
Garder ses principes quand on a le dos au mur est le seul moyen de leur donner un sens quelconque.
Commenter  J’apprécie          120
Lire un extrait
Videos de Rick Remender (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rick Remender
DEADLY CLASS | Official Trailer #2 | SYFY
autres livres classés : comicsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
184 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre