AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207037453X
Éditeur : Flammarion (23/03/1983)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 24 notes)
Résumé :
La biographie intellectuelle d'un homme qui se penche sur son passé, recueillant " les bruits lointains d'une Atlantide disparue ", de cette ville d'Ys engloutie que chacun porte en soi.
Tréguier d'abord et la poésie du monde celtique. Puis l'Eglise, le conflit qui va marquer tout le siècle entre la raison et la foi, Saint-Sulpice dont Renan descendra les marches un jour d'octobre 1845 pour " ne plus jamais les remonter en soutane et pénétrer dans l'univers s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Jolap
  18 juillet 2017
07 juillet 2017

Ernest Renan, 1823-1892, né à Tréguier en Bretagne., agrégé de philosophie, membre de l'Académie des inscriptions et Belles lettres, Professeur au Collège de France, élu à l'Académie française a connu ses heures de gloire et était, à une période de sa vie, doté d'une notoriété aussi grande que celle De Chateaubriand. Il rédige ces "souvenirs d'enfance" une dizaine d'années avant sa mort. Il avait soixante ans.
Ces souvenirs vont lui permettre de rassembler dans un récit les rencontres qui formeront son esprit, donneront une ossature et une orientation à son jugement, à ses choix et surtout à son esprit critique et philosophique.
Il nait à Tréguier d'un père capitaine de vaisseau, souvent absent, " né pour naviguer et se battre" et d'une mère très joyeuse et "dont l'esprit naturel donnait une vie surprenante aux longues histoires qu'elle racontait"Elle lui décrit l'amour fou de la fille du broyeur de lin pour le vicaire, celle de sacristine la fille du menuisier, ou bien de Systéme, un sage philosophe complètement démuni matériellement mais qui voyait très haut et très loin.
Il résume toutes ces années de la manière la plus jolie qui soit:
"Ces souvenirs de mes premières années ne présentent guère que des impressions de sensibilité enfantine, de candeur, d'innocence et d'amour".
Ernest Renan, dès la prime jeunesse est certain de sa supériorité: "j'aimais les créatures faibles et jolies. Il y avait dans le premier éveil qui s'opérait en moi le sentiment d'une légère pitié.......je voyais bien ma supériorité intellectuelle". Puis un peu plus loin il résume : " A Tréguier, le centre du clan des Renan, bonnes gens venus du Cardigan sous la conduite de Fragan vers 480. Ils vécurent là 1300 ans d'une vie obscure, faisant des économies de pensées et de sensations, dont le capital accumulé m'est échu". Il se dit "Celte mêlé de Gascon mâtiné de lapon". Une identité romanesque!
Seulement voilà! Les années d'insouciance à Tréguier prennent fin le jour où l'abbé Dupanloup le sélectionne pour le séminaire St Nicolas du Chardonnet où il reste trois ans.
Il restera à Issy (succursale du séminaire de st Sulpice) deux ans pendant lesquels il approfondira ses études. Il se pose déjà mille questions et se sent attiré vers le protestantisme." Je regrettais par moments de n'être pas protestant, afin de pouvoir être philosophe sans cesser d'être chrétien" Il écrit en outre:" la théologie ressemble à une cathédrale gothique. Elle en a la grandeur, les vides immenses et le peu de solidité". Les fissures apparaissent nettement dans la démarche d'Ernest Renan.
Au séminaire de st Sulpice, il précisera ses convictions nouvelles et quittera la soutane : " L'idée qu'en abandonnant l'église je restais fidèle à Jésus s'empara de moi." Et d'ajouter pour soutenir ses préférences: " j'admirai d'autant la littérature que je n'en voyais pas les limites".
Il devint surveillant au collège Stanislas seulement quinze jours, puis répétiteur au collège Henri IV. Il avait vingt deux ans.
Il conclut cet ouvrage comme pour couronner ces temps de réflexions, de travail en écrivant: "Je n'aurai, en disant adieu à la vie, qu'à remercier la cause de tout bien, de la charmante promenade qu'il m'a été donné d'accomplir à travers la réalité".
Ernest Renan, auteur de multiples ouvrages, adopte un style très poétique. Taine dit de lui qu'il écrit un roman à la place de la légende.
Emile Zola précise: "Monsieur Renan, qui est poète autant que savant a parfaitement compris son public en parant l'histoire de toutes les couleurs du roman."
Ce roman qui met bien en évidence la puissance de ses doutes, le détail de ses questions, le tourment et la culpabilité ressentis vis-à-vis de sa "mère" Bretagne, tellement traditionnelle et vis-à-vis de qui il a une dette de reconnaissance, une dette de bien être. Cet ouvrage soulève bien des sujets de réflexion s'appuyant sur le parcours atypique d'un personnage qui a marqué les esprits de son temps, de ceux qui l'ont lu et certainement de tous ceux qui ont envie de le découvrir. Ce carnet intime s'arrête à sa vingt deuxième année. Il continuera a écrire mais ceci est une autre histoire.......
Merci à Tremaouezan qui m'a entrainée dans cette lecture à la suite de son excellente critique sur Henriette la soeur de Renan.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          567
ChristianAttard
  06 juillet 2018
On imagine mal quel fut, à sa sortie en 1863, le scandale provoqué par le livre d'Ernest Renan « La vie de Jésus ». L'auteur fut vilipendé, conspué mais nul ne pouvait nier son érudition et son talent. On lui érigea en reconnaissance pour l'ensemble de son oeuvre une statue à Tréguier, son village natal, onze ans après sa mort. Une année après, s'élevait un calvaire dit de « La Protestation » en réplique à cette affront fait à la religion chrétienne.
C'est Paul Léautaud dans les entretiens qu'il donna à Robert Mallet qui recommanda la lecture des ouvrages de Renan, j'ai donc suivi ses conseils. Car plus encore que l'itinéraire spirituel de ce jeune breton timide, il y a dans ces « Souvenirs d'enfance et de jeunesse » une réelle beauté de style, une grande intelligence de prose.
Comme son grand prédécesseur François René de Chateaubriand, comme Pierre Loti sept ans plus tard, ces hommes à la vie illustre et si riche, se penchent sur leur années d'enfance et de formation.
On peut douter que les lecteurs d'aujourd'hui, peu versés dans la scolastique et les études théologiques en général, se passionnent pour la vie d'un adolescent à St Nicolas du Chardonnet ou à St Sulpice. L'ouvrage vaut surtout, je crois, pour le caractère introspectif d'un homme qui va avoir le courage de rompre avec son milieu et de s'opposer à des maîtres pourtant vénérés. Il permet ainsi de saisir le cheminement intellectuel d'un caractère profondément honnête avec lui-même et fortement courageux. Pour tout philosophe, tout homme qui veut mesurer l'effort réel d'un mental pesant foi et raison, ce livre est essentiel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nathalie_MarketMarcel
  06 avril 2013
La vision de la Bretagne est très belle. C'est l'écho d'un monde disparu avec tous ces petits couvents, ces gens parlant breton, ce pays où la mémoire violente de la Révolution est toute proche mais sans pittoresque excessif.
Phénomène curieux : Renan a des préoccupations très éloignées des miennes mais il s'exprime dans une très belle langue et avec beaucoup d'humanisme, ce qui finalement rend le texte très intéressant et riche. Les termes sont choisis avec soin, et on sent de la retenue pour parler de soi. Je devine toute proche la langue du XVIIe siècle, les alexandrins venant naturellement sous la prose.
Autre interrogation : Renan est contemporain de Flaubert (2 ans les séparent) mais les différences d'éducation et de culture sautent aux yeux. Sont-ils vraiment de la même génération ? Renan semble parler depuis une époque bien plus ancienne alors que ses autres écrits le campent bien dans son siècle.
La petite difficulté de ce livre, ne le cachons pas, est dans le détail des enseignements des différents séminaires. Ce sont des passages ardus mais où Renan montre sa grande attention aux êtres humains, en l'occurrence aux caractères de ses professeurs.
Je note son admiration sans borne pour le Parthénon athénien, comme une révélation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AuroraeLibri
  23 août 2018
La religion est irrévocablement devenue une affaire de goût personnel. Or, les croyances ne sont dangereuses que quand elles se présentent avec une sorte d'unanimité ou comme le fait d'une majorité indéniable. Devenues individuelles, elles sont la chose du monde la plus légitime, et l'on n'a dès lors qu'à pratiquer envers elles le respect qu'elles n'ont pas toujours eu pour leurs adversaires, quand elles se sentaient appuyées.
Préface
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (104) Voir plus Ajouter une citation
pierre31pierre31   16 mai 2019
Le moindre acte de vertu, le moindre grain de talent, me paraissent infiniment supérieurs à toutes les richesses, à tous les succès du monde. Mais, comme j’avais l’esprit juste, je vis en même temps que l’idéal et la réalité n’ont rien à faire ensemble ; que le monde jusqu’à nouvel ordre, est voué sans appel à la platitude, à la médiocrité ; que la cause qui plaît aux âmes bien nées est sûre d’être vaincue ; que ce qui est vrai en littérature, en poésie, aux yeux des gens raffinés, est toujours faux dans le monde grossier des faits accomplis. Les événements qui suivirent la révolution de 1848 me fortifièrent dans cette idée. Il se trouva que les plus beaux rêves, transportés dans le domaine des faits, avaient été funestes, et que les choses humaines ne commencèrent à mieux aller que quand les idéologues cessèrent de s’en occuper. Je m’habituai dès lors à suivre une règle singulière, c’est de prendre pour mes jugements pratiques le contre-pied exact de mes jugements théoriques, de ne regarder comme possible que ce qui contredisait mes aspirations. Une expérience assez suivie m’avait montré, en effet, que la cause que j’aimais échouait toujours et que ce qui me répugnait était ce qui devait triompher. Plus une solution politique fut chétive, plus elle me parut dès lors avoir de chances pour réussir dans le monde des réalités.

En fait, je n’ai d’amour que pour les caractères d’un idéalisme absolu, martyrs, héros, utopistes, amis de l’impossible. De ceux-là seuls je m’occupe ; ils sont, si j’ose le dire, ma spécialité. Mais je vois ce que ne voient pas les exaltés ; je vois, dis-je, que ces grands accès n’ont plus d’utilité et que, d’ici à longtemps, les héroïques folies que le passé a déifiées ne réussiront plus. L’enthousiasme de 1792 fut une belle et grande chose, mais une chose qui ne peut se renouveler. Le jacobinisme, comme M. Thiers l’a très bien prouvé, a sauvé la France ; maintenant il la perdrait. Les événements de 1870 ne m’ont pas précisément guéri de mon pessimisme. Ce que j’appris cette année-là, c’est le prix de la méchanceté, c’est ce fait que l’aveu éhonté qu’on n’est ni sentimental, ni généreux, ni chevaleresque, plaît au monde, le fait sourire d’aise et réussit toujours. L’égoïsme est juste le contraire de ce que j’avais été habitué à regarder comme beau et bien. Or le spectacle de ce monde nous montre l’égoïsme seul récompensé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JolapJolap   18 juillet 2017
Mes maîtres m'enseignèrent, d'ailleurs, quelque chose qui valait infiniment mieux que la critique ou la sagacité philosophique: ils m'apprirent l'amour de la vérité, le respect de la raison, le sérieux de la vie. Voilà la seule chose en moi qui n'ait jamais varié.
Commenter  J’apprécie          262
AuroraeLibriAuroraeLibri   01 septembre 2018
Ma mère était tout à fait de ce vieux monde par ses sentiments et ses souvenirs. Elle parlait admirablement le breton, connaissait tous les proverbes des marins et une foule de choses que personne au monde ne sait plus aujourd'hui. Tout était peuple en elle, et son esprit naturel donnait une vie surprenante aux longues histoires qu'elle racontait et qu'elle était presque seule à savoir. Ses souffrances ne portèrent aucune atteinte à son étonnante gaieté ; elle plaisantait encore l'après-midi où elle mourut. Le soir, pour la distraire, je passais une heure avec elle dans sa chambre, sans autre lumière (elle aimait cette demi-obscurité) que la faible clarté du gaz de la rue. Sa vive imagination s'éveillait alors, et, comme il arrive d'ordinaire aux vieillards, c'étaient les souvenirs d'enfance qui lui revenaient le plus souvent à l'esprit. Elle revoyait Tréguier, Lannion, tels qu'ils furent avant la révolution ; elle passait en revue toutes les maisons, désignant chacune par le nom de son propriétaire d'alors. J'entretenais par mes questions cette rêverie, qui lui plaisait et l'empêchait de songer à son mal.

Le broyeur de Lin. II
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ChristianAttardChristianAttard   22 juin 2018
"L'ère de la médiocrité en toute chose commence, disait naguère un penseur distingué. L'égalité engendre l'uniformité, et c'est en sacrifiant l'excellent, le remarquable, l'extraordinaire, que l'on se débarrasse du mauvais. Tout devient moins grossier; mais tout est plus vulgaire. " Au moins peut-on espérer que la vulgarité ne sera pas de sitôt persécutrice pour le libre esprit.
Commenter  J’apprécie          110
AuroraeLibriAuroraeLibri   11 octobre 2018
La théologie et l’étude de la bible allaient bientôt m’absorber, me donner les vraies raisons de croire au christianisme et aussi les vraies raisons de ne pas y adhérer. Durant quatre ans, une terrible lutte m’occupa tout entier, jusqu’à ce que ce mot, que je repoussai longtemps comme une obsession diabolique : « Cela n’est pas vrai ! » retentît à mon oreille intérieure avec une persistance invincible. Je raconterai cela dans les chapitres suivants. Je peindrai aussi exactement que je pourrai cette maison extraordinaire de Saint-Sulpice, qui est plus séparée du temps présent que si trois mille lieues de silence l’entouraient. J’essayerai enfin de montrer comment l’étude directe du christianisme, entreprise dans l’esprit le plus sérieux, ne me laissa plus assez de foi pour être un prêtre sincère, et m’inspira, d’un autre côté, trop de respect pour que je pusse me résigner à jouer avec les croyances les plus respectables une odieuse comédie.

Le petit séminaire saint-nicolas du chardonnet, III
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Ernest Renan (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ernest Renan
A l'occasion du salon "Le livre sur la place" à Nancy, rencontre avec Frédéric Pajak autour de son ouvrage "Manifeste incertain. Volume 8, Cartographie du souvenir : Suisse, Chine, Paul Léautaud, Ernest Renan" aux éditions Noir sur blanc . Rentrée littéraire Septembre 2019.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2337397/frederic-pajak-manifeste-incertain-volume-8-cartographie-du-souvenir-suisse-chine-paul-leautaud-ernest-renan
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
848 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre