AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Léon Guichard (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080701503
190 pages
Flammarion (04/01/1999)
3.95/5   139 notes
Résumé :
De la vache au ver luisant, de la pintade à l'araignée, plus de soixante portraits d'animaux, poétiques et ingénieux. En une ligne, une page, Jules Renard, avec son formidable don d'observation et de son humour féroce, se fait "l'interprète de la nature" et nous brosse le tableau d'un monde sur lequel l'homme n'a pas de prise.
Que lire après Histoires naturellesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 139 notes
5
6 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Un petit recueil avec toutes sortes de textes consacrés aux animaux, qu'ils soient familiers, domestiques, sauvages ou même exotiques, ainsi qu'aux petites bêtes. Il fait la part belle aux oiseaux en tout genre (du pinson à la perdrix en passant par la poule et le perroquet). Les textes sont disparates, allant d'une phrase à plusieurs pages. le lecteur y rencontre de jolies trouvailles, de petits tableaux succincts, souvent poétiques, une série de portraits façon bestiaire, parfois en une ligne ou deux, presque des haïkus (Le papillon : « Ce billet doux plié en deux cherche une adresse de fleur. » ), parfois un court texte, presque une fable. D'autres fois on n'est vraiment pas très loin de poésie en prose, ailleurs c'est plutôt une nouvelle. La proximité de l'auteur avec la nature est toujours remarquablement perceptible, il a un sens aigu de l'observation qui lui permet de saisir le détail juste, de croquer la posture d'un animal en une métaphore parlante (en parlant des canards : « Devant la porte fermée, ils dorment tous les deux, joints et posés à plat, comme la paire de sabots d'une voisine chez un malade. »). Mais c'est un peu disparate et ce livre ne se lit pas d'une seule traite, d'ailleurs rien n'oblige à le lire dans l'ordre des textes, une fois passé le premier texte, « Le chasseur d'images », qui sert de présentation à l'ensemble. L'avant-dernier texte, « Une famille d'arbres », est d'une grande modernité (il m'a fait penser à L'arbre-monde). Par contre, j'ai eu beaucoup plus de mal avec les textes plus longs, en particulier ceux liés à la chasse même si la plume est belle (sans jeu de mots bien que les textes en question portent surtout sur des oiseaux) et si cela fleure bon la France rurale d'antan (avant la première guerre mondiale). Je ne suis pas sûre que l'étiquette « littérature jeunesse » soit très bien adaptée. A découvrir et à lire un peu comme on lit un recueil de poèmes.
Commenter  J’apprécie          280
Voici un facétieux recueil, où Jules Renard fait plusieurs portraits très drôles, tous reliés à l'environnement naturel. Nous sommes à la campagne, au bois, au zoo, le long d'une rivière, dans un potager, … et nous observons les animaux. Tout est saisissant de justesse. Il élabore des parallèles entre le monde des animaux, des plantes, et celui des hommes. L'écriture s'appuye sur de belles métaphores poétiques. L'intention de l'auteur est d'observer les hommes derrière les masques de ces animaux, qu'ils soient volatiles, gibiers ou poissons. Ce rapprochement entre animalité et humanité ne peut que nous toucher et nous rappeler à nous-même. J'ai passé un moment magique, et relire certains passages a été aussi très agréable. Pour moi, une découverte heureuse, et Poil de Carotte est en projet.
Commenter  J’apprécie          280
En 1896 naissent, sous la plume de Jules Renard, les très belles Histoires Naturelles, qui seront mises en musique par Maurice Ravel. En quelques lignes, ou dans une courte narration, l'auteur trace le portrait vivant et sensible de la faune sauvage ou domestique qui évolue sous ses yeux. Un rare sens du détail et de l'observation, une langue précise et élégante, donnent à chaque sujet une présence vibrante d'émotion. le noble cerf comme le répugnant crapaud accèdent à la même dignité, que leur confère le talent de l'auteur. Son imagination fertile, capable de transformer des gouttes de pluie en « perles d'eau », s'apparente à la poésie qui se glisse parfois dans les mots d'enfants, empreints d'humour et de fraîcheur créative, maîtrisée par l'art de l'écrivain.



Un regard attentif, capable de saisir l'infime et précieuse pulsation de la vie dans chaque être, est ce qui caractérise cette oeuvre. Un regard capable de se défaire des préjugés communs, grâce auquel l'écrivain se fait l'avocat des espèces calomniées (cochon, crapaud, chauve-souris...) et interroge le rôle convenu que l'humain s'attribue face aux animaux (celui de l'éleveur, du chasseur, du pêcheur...). Il est sans doute important de considérer que le monde dont parle Jules Renard n'avait pas encore connu les mutations survenues dans le nôtre après « la grande boucherie » de 1914-1918, les exterminations massives de 1939-1945, la mécanisation de l'agriculture, le remembrement, l'urbanisation et l'expansion démographique, qui ont forcément changé notre approche de la vie, et de la mort. L'auteur possède une proximité avec la nature que nombre d'entre nous ont perdu et que certains tentent de reconquérir, sur la base de relations nouvelles. Jules Renard, s'adonnant lui-même, non sans quelques scrupules, à la chasse et à la pêche, trace quelques pistes de réflexion, lorsqu'il parle du chagrin causé par la mort d'un animal. Suivons les derrière lui, l'esprit aux aguets : Dédèche, le petit chien euthanasié, l'a été, non parce qu'il souffrait, mais parce qu'il causait du désagrément à ses maîtres. Brunette la vache meurt, entourée de la sollicitude et des regrets de toute une famille (qui la destinait, n'est-ce pas, à l'abattoir ?). le chasseur tire le lièvre au gîte, et reconnaît, un peu tard, sa lâcheté. Monsieur Vernet, affligé par la souffrance du gibier, puis des poissons, cesse la pêche après avoir cessé la chasse : préserver la vie annoncerait donc la « sagesse » comme une « perte du goût de vivre » ? Une prometteuse amorce de débat philosophique sur un sujet qui intriguera les jeunes lecteurs.


Lien : http://libr.animo.over-blog...
Commenter  J’apprécie          190
Jules Renard, dans son journal, se montre souvent d'une férocité implacable envers les humains, y compris contre ses collègues écrivains.
Le 14 novembre 1907, il accueille Victor Ségalen qui avec "Les Immémoriaux "publié sous le nom de Max Anély espère être goncourable. Voici ce que Renard écrit:
"Reçu la visite de Max Anély, auteur des "Immémoriaux". Pas trente ans, je crois, Médecin de marine. A fait son tour du monde. L'air jeune, souffreteux, pâle, rongé, trop frisé, la bouche pleine de l'or qu'il aurait rapporté de là-bas avec la tuberculose. Situation médiocre et suffisante.
Voudrait le prix Goncourt, non pour de l'argent, mais pour écrire un autre livre."
Toute l'attention, toute l'empathie de Jules Renard se reportent sur les animaux, la nature qui l'entoure.
Dans sa préface intitulée "Le chasseur d'images" il révèle son extrême sensibilité:
"Il entre au bois. Il ne se savait pas doué de sens si délicats. Vite imprégné de parfums, il ne perd aucune sourde rumeur, et, pour qu'il communique avec les arbres, ses nerfs se lient aux nervures des feuilles.
Bientôt, vibrant jusqu'au malaise, il perçoit trop, il a peur, quitte le bois et suit de loin les paysans mouleurs regagnant le village. "
Le titre "Le chasseur d'images"m'a fait penser au recueil qui me tient le plus à coeur , dans la poésie contemporaine:"Les Chasseurs", d'André Hardellet.
Ce dernier, proche des surréalistes, présente ainsi son ouvrage:
"Depuis mon jardin d'enfance, à Vincennes, je n'ai jamais interrompu ma chasse. Ce que les mots laissent parfois échapper malgré eux, les scènes qui se jouent pour un public inconnu derrière le complot des apparences--voilà mon gibier.
J'ai choisi quelques exemples où ils se rejoignent;. H pour Hardellet . R pour Renard:
Les Fourmis
H: Sable noir d'un sablier horizontal

R: Chacune d'elle ressemble au chiffre 3. Et il y en a !
Il y en a 333333333333...jusqu'à l'infini.

La Libellule
H: Suspendue à un fil invisible, vibre la libellule électrique qui surveille et inquiète les roseaux. A peine la croyez-vous partie qu'elle se reforme, insistante, à la même place - ou peu s'en faut.

R: [la Demoiselle] Elle soigne son ophtalmie.
D'un bord à l'autre de la rivière, elle ne fait que tremper dans l'eau fraîche ses yeux gonflés.
Et elle grésille comme si elle volait à l'électricité.

le Loriot
H: le Loriot et "Le temps des cerises", s'entendaient au fond de l'été - parfaitement d'accord.

R: Je lui dis:
-Rends-moi cette cerise, tout de suite.
- Bien, répond le loriot.
Il rend la cerise et, avec la cerise, les trois cent mille larves d'insectes nuisibles qu'il avale chaque année.
Commenter  J’apprécie          60
Jules Renard a quelque chose d'un entomologiste : il étudie la vie des petites bêtes, à la loupe, avec une méticulosité et un sens du détail infinis. de la même façon que dans ses romans et ses pièces de théâtre (sans parler de son « Journal ») il disséquait l'âme humaine en mettant à jour ses plus intimes contradictions, il se penche sur la vie animale avec des « sourires pincés » (titre d'un autre de ses ouvrages), pleins de malice et de fantaisie.
« Histoires naturelles » (1894) constitue un bestiaire insolite, constitué d'une réunion de portraits poétiques, cocasses ou facétieux, très réalistes, et comme on dit « frappés au coin du bon sens » : cet anthropomorphisme (qui n'est pas sans rappeler La Fontaine) donne à ces portraits une dimension qui dépasse la simple description :
L'ÉCUREUIL

I
Du panache ! du panache ! oui, sans doute ; mais, mon petit ami, ce n'est pas là que ça se met.

II
Leste allumeur de l'automne, il passe et repasse sous les feuilles la petite torche de sa queue.

LE CORBEAU

I
L'accent grave sur le sillon.

II
— Quoi ? Quoi ? Quoi ?
— Rien.

LE VER LUISANT

I
Que se passe-t-il ? Neuf heures du soir et il y a encore de la lumière chez lui.

II
Cette goutte de lune dans l'herbe !

Ces petites vignettes, poétiques, malicieuses, et tellement criantes de vérité, pourraient servir de légendes à ces imagiers de notre enfance (ou celle de nos enfants, ou celle de nos-petits-enfants, au-delà c'est plus aléatoire car les animaux évoqués n'existeront peut-être plus).
Jules Renard : il ne faut pas le réduire à « Poil de carotte » et au « Journal », il est véritablement un très grand écrivain (et son théâtre, drôle et cruel, est à redécouvrir) !



Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (1)
Ricochet
18 janvier 2017
Jules Renard observe, et cette observation se teinte tour à tour de bienveillance, d’ironie, de cruauté parfois, de bonté toujours.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
LES GRENOUILLES

Par brusques détentes, elles exercent leurs ressorts.
Elles sautent de l’herbe comme de lourdes gouttes d’huile frite.
Elles se posent, presse-papiers de bronze, sur les larges feuilles du nénuphar.

L’une se gorge d’air. On mettrait un sou, par sa bouche, dans la tirelire de son ventre.
Elles montent, comme des soupirs, de la vase.

Immobiles, elles semblent, les gros yeux à fleur d’eau, les tumeurs de la mare plate.
Assises en tailleur, stupéfiées, elles bâillent au soleil couchant.
Puis, comme les camelots assourdissants des rues, elles crient les dernières nouvelles du jour.

Il y aura réception chez elles ce soir ; les entendez-vous rincer leurs verres ?
Parfois, elles happent un insecte.

Et d’autres ne s’occupent que d’amour.
Commenter  J’apprécie          242
      LA POULE


Pattes jointes, elle saute du poulailler,
dès qu’on lui ouvre la porte.
C’est une poule commune, modestement
parée et qui ne pond jamais d’œufs d’or.
Éblouie de lumière, elle fait quelques pas,
indécise, dans la cour.
Elle voit d’abord le tas de cendres où,
chaque matin, elle a coutume de s’ébattre.
Elle s’y roule, s’y trempe, et, d’une vive
agitation d’ailes, les plumes gonflées, elle
secoue ses puces de la nuit.
Puis elle va boire au plat creux que la
dernière averse a rempli.
Elle ne boit que de l’eau.
Elle boit par petits coups et dresse le col,
en équilibre sur le bord du plat.
Ensuite elle cherche sa nourriture éparse.
Les fines herbes sont à elles, et les insectes
et les graines perdues.
Elle pique, elle pique, infatigable.
De temps en temps, elle s’arrête.
Droite, sous son bonnet phrygien, l’œil vif,
le jabot avantageux, elle écoute de l’une et
de l’autre oreille.
Et sûre qu’il n’y a rien de neuf, elle se remet
en quête.
Elle lève haut ses pattes raides, comme ceux
qui ont la goutte. Elle écarte les doigts et les
pose avec précaution, sans bruit.

On dirait qu’elle marche pieds nus.

p.13-14-15-16
édit. E..Flammarion 1926,
Commenter  J’apprécie          50
NOUVELLE LUNE


L’ongle de la lune repousse.

Le soleil a disparu. On se retourne : la lune est là. Elle suivait,
sans rien dire, modeste et patiente imitatrice.

La lune exacte est revenue. L’homme attendait, le cœur comprimé
dans les ténèbres, si heureux de la voir qu’il ne sait plus ce qu’il
voulait lui dire.

De gros nuages blancs s’approchent de la pleine lune comme des
ours d’un gâteau de miel.

Le rêveur s’épuise à regarder la lune sans aiguilles et qui ne marque
rien, jamais rien.

On se sent tout à coup mal à l’aise. C’est la lune qui s’éloigne et
emporte nos secrets. On voit encore à l’horizon le bout de son
oreille.
Commenter  J’apprécie          80
Histoires Naturelles

LE CHASSEUR D’IMAGES

II saute du lit de bon matin, et ne part que si son esprit est net, son cœur pur, son corps léger comme un vêtement d’été. Il n’emporte point de provisions. Il boira l’air frais en route et reniflera les odeurs salubres.

Il laisse ses armes à la maison et se contente d’ouvrir les yeux. Les yeux servent de filets où les images s’emprisonnent d’elles-mêmes.

La première qu’il fait captive est celle du chemin qui montre ses os, cailloux polis, et ses ornières, veines crevées, entre deux haies riches de prunelles et de mûres.

Il prend ensuite l’image de la rivière. Elle blanchit aux coudes et dort sous la caresse des saules. Elle miroite quand un poisson tourne le ventre, comme si on jetait une pièce d’argent, et, dès que tombe une pluie fine, la rivière a la chair de poule.

Il lève l’image des blés mobiles, des luzernes appétissantes et des prairies ourlées de ruisseaux. Il saisit au passage le vol d’une alouette ou d’un chardonneret.

Puis il entre au bois. Il ne se savait pas doué de sens si délicats. Vite imprégné de parfums, il ne perd aucune sourde rumeur, et, pour qu’il communique avec les arbres, ses nerfs se lient aux nervures des feuilles.

Bientôt, vibrant jusqu’au malaise, il perçoit trop, il fermente, il a peur, quitte le bois et suit de loin les paysans mouleurs regagnant le village.

Dehors, il fixe un moment, au point que son œil éclate, le soleil qui se couche et dévêt sur l’horizon ses lumineux habits, ses nuages répandus pêle-mêle.

Enfin, rentré chez lui, la tête pleine, il éteint sa lampe et longuement, avant de s’endormir, il se plaît à compter ses images.

Dociles, elles renaissent au gré du souvenir. Chacune d’elles en éveille une autre, et sans cesse leur troupe phosphorescente s’accroît de nouvelles venues, comme des perdrix poursuivies et divisées tout le jour chantent le soir, à l’abri du danger, et se rappellent aux creux des sillons.
Commenter  J’apprécie          20
Le cochon.

Grognon, mais familier comme si nous t’avions gardé ensemble, tu fourres le nez partout et tu marches autant avec lui qu’avec les pattes.
Tu caches sous des oreilles en feuilles de betterave
tes petits yeux cassis.
Tu es ventru comme une groseille à maquereau.
Tu as de longs poils comme elle, comme elle la peau claire et une courte queue bouclée.
Et les méchants t’appellent : « Sale cochon ! »
Ils disent que, si rien ne te dégoûte, tu dégoûtes tout le monde et que tu n’aimes que l’eau de vaisselle grasse.
Mais ils te calomnient.
Qu’ils te débarbouillent et tu auras bonne mine.
Tu te négliges par leur faute.
Comme on fait ton lit, tu te couches, et la malpropreté n’est que ta seconde nature.

Commenter  J’apprécie          60

Videos de Jules Renard (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Renard
*INTRODUCTION* : _« 11 mai 1894. — Il faut que notre Journal ne soit pas seulement un bavardage comme l'est trop souvent celui des Goncourt. Il faut qu'il nous serve à former notre caractère, à le rectifier sans cesse, à le remettre droit. »_

_« 14 novembre 1900. — Je lis des pages de ce Journal : c'est tout de même ce que j'aurai fait de mieux et de plus utile dans ma vie. »_ *Jules Renard* [1864-1910].
*CHAPITRES* : _1887_ : 0:02 — *22.07* 0:10 — _Introduction_ 0:35 — *28.09*
_1888_ : 0:53 — *15.11*
_1889_ : 1:07 — *14.06* 1:21 — *28.08* 1:45 — *10.11*
_1890_ : 1:54 — *17.02* 2:03 — *21.02* 2:36 — *14.03* 2:49 — *31.03* 3:02 — *03.05* 3:14 — *02.06* 3:25 — *24.09*
_1891_ : 3:44 — *20.03* 4:04 — *26.05* 4:16 — *18.10*
_1892_ : 4:25 — *06.01* 4:33 — *04.02* 4:48 — *09.03* 4:59 — *02.04* 5:07 — *11.06* 5:16 — *03.08* 5:27 — *26.10*
_1893_ : 5:37 — *24.01* 5:47 — *27.03* 5:56 — *24.04* 6:04 — *12.05* 6:21 — *24.05* 6:31 — *15.06* 6:40 — *06.09* 6:55 — *06.09* 7:06 — *19.09* 7:18 — *07.11* 7:28 — *15.12*
_1894_ : 7:38 — *17.01* 7:57 — *22.02* 8:09 — *31.03* 8:20 — *10.04* 8:32 — *27.04* 8:45 — *01.05* 8:59 — *11.05* 9:13 — *16.05* 9:23 — *21.09* 9:33 — _Générique_
*RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES* : « Journal Inédit : 1887-1895 », _in Les Oeuvres complètes de Jules Renard,_ Paris, François Bernouard, 1925, 368 p.
« Journal Inédit : 1896-1899 », _in Les Oeuvres complètes de Jules Renard,_ Paris, François Bernouard, 1926, 328 p.
« Journal Inédit : 1900-1902 », _in Les Oeuvres complètes de Jules Renard,_ Paris, François Bernouard, 1926, 306 p.
« Journal Inédit : 1903-1905 », _in Les Oeuvres complètes de Jules Renard,_ Paris, François Bernouard, 1927, 296 p.
« Journal Inédit : 1906-1910 », _in Les Oeuvres complètes de Jules Renard,_ Paris, François Bernouard, 1927, 370 p.
*IMAGE D'ILLUSTRATION* : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a5/Jules_Renard_-_photo_Henri_Manuel.jpg
*BANDE SONORE ORIGINALE* : Scott Buckley — Midvinter Midvinter by Scott Buckley is licensed under an Attribution 4.0 (CC BY 4.0) license. https://soundcloud.com/scottbuckley https://www.free-stock-music.com/scott-buckley-midvinter.html
*LIVRES DU VEILLEUR DES LIVRES* :
_CE MONDE SIMIEN_ : https://youtu.be/REZ802zpqow
*VERSION PAPIER* _(Broché)_ : https://www.amazon.fr/dp/B0C6NCL9YH *VERSION NUMÉRIQUE* _(.pdf)_ : https://payhip.com/b/VNA9W
_VOYAGE À PLOUTOPIE_ : https://youtu.be/uUy7rRMyrHg
*VERSION PAPIER* _(Broché)_ : https://www.amazon.fr/dp/B0CB2FTQWF/ *VERSION NUMÉRIQUE* _(.pdf)_ : https://payhip.com/b/jZ7Ro
*SOUTENIR* « LE VEILLEUR DES LIVRES » : https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=2ZDT3XZ49SNYA
*CONTENU SUGGÉRÉ* : https://youtu.be/sGAT0lCxiqA https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8rkc-PKWlQjDkBnhnhLhAaX https://youtu.be/554XmLUXydU https://youtu.be/9x_1GBvQ1OE https://youtu.be/_31BTC56jlk https://youtu.be/-2VQ7gcFeIA https://youtu.be/xL9qk3uKRhM https://youtu.be/NM9okrNZQxc https://youtu.be/MT5tLkAd7kk https://youtu.be/0V41L-sJ5og https://youtu.be/coQoIwvu7Pw https://youtu.be/R-usjRvs4eo
#JulesRenard #Journal #LittératureFrançaise
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (437) Voir plus



Quiz Voir plus

Jules Renard

Quel est le titre du célèbre roman autobiographique de Jules Renard ?

Fleur de cactus
Cœur d’artichaut
Peau de banane
Poil de carotte

10 questions
48 lecteurs ont répondu
Thème : Jules RenardCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..