AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 270243293X
Éditeur : Le Masque (02/11/2006)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Ses amies sont consternées : que peut bien trouver Louise à ce chauffagiste dont elle s'est entichée ? Il est banal, pire, à la limite du vulgaire ! Alors que Bob, son mari, est doté de toutes les qualités et qu'en plus il a un charme fou ! Non, vraiment, elles ne comprennent rien à cette lubie... Mais au fond elles s'en réjouissent, enfin un peu de piment dans la petite vie trop tranquille d'Orchard Drive. Les ragots vont bon train et tous les scénarios sont échafa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
nameless
  02 août 2015
Matchdown Park, une “odieuse ville dortoir”, un lotissement de maisons toutes identiques, extérieur comme intérieur, des voisins qui s'ignorent ou ne se connaissent que parce qu'ils s'épient derrière leurs fenêtres, Pollux, un airedale qui aboie frénétiquement à chaque fois qu'une personne étrangère pénètre dans le quartier, des ouvriers qui travaillent depuis des mois à creuser puis combler une tranchée au milieu de la rue, des commères toujours prêtes à colporter des ragots.

Difficile dans un tel environnement d'avoir une relation adultère discrète. La voiture verte de Bernard, qui rend régulièrement visite à Louise North, en l'absence de son mari, est connue de toutes les langues de vipères, et les pires jugements enjolivés de supputations sur sa conduite dévoyée vont bon train. Bob, son mari, si beau, si sympathique, si travailleur ne mérite pas une telle humiliation publique. Aussi, lorsque Louise et Bernard seront retrouvés morts dans le lit conjugal des North, suicidés ou assassinés, les voisines chauffées à blanc par ce fait divers sanglant, entourent affectueusement le mari effondré, tout en essayant de lui soutirer les détails les plus sordides ou croustillants sur le drame, afin d'alimenter leurs conversations et fantasmes pour la décennie à venir.

Seule Susan, qui ressemble à Effie Ruskin peinte par Millais, souhaite rester à l'écart du tapage, ne pas se mêler des affaires des autres, ne pas être dérangée. Depuis un an, elle vit seule avec son petit garçon Paul, Julian, leur mari et père les ayant abandonnés pour une nouvelle compagne et une nouvelle vie londonienne loin de la vulgarité banlieusarde. Elle effectue à domicile le secrétariat d'une romancière connue pour ses best-sellers. Susan a connu la trahison, la souffrance, la solitude, l'ostracisation causée par son divorce, épreuves qui l'ont rendue pondérée, prudente, dans ses contacts avec les autres. C'est à cause d'un malheureux concours de circonstances qu'elle est celle qui découvre les corps des amants. Comme si cela ne suffisait pas à la perturber gravement, Bob North vient chercher auprès d'elle un peu de réconfort. Il a besoin de s'épancher, de parler de la liaison de sa femme, de son chagrin. Voilà le point de départ de l'histoire.

D'autres personnages et rebondissements viendront au fil des chapitres suivants, enrichir l'intrigue et tisser une toile d'araignée serrée dans laquelle s'englue le lecteur. Publié pour la 1ère fois en 1968, La Maison de la Mort n'entre pas, à mon humble avis, dans le filon des plus grands romans psychologiques de l'auteur, mais contient déjà en germe toutes les potentialités que Ruth Rendell ne fera qu'étoffer, affiner, ciseler, par la suite : Ne pas se fier aux apparences, ne pas asséner de jugement à l'emporte-pièce, c'est ce que nous invite à méditer la romancière avec beaucoup de sagesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Montana
  18 juillet 2013
Un bon polar non dénué d'une fine analyse psychologique des personnages. Récit bien mené où le suspens est préservé. Pas mal.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
namelessnameless   01 août 2015
Nul homme, paraît-il, ne peut résister à une jolie femme qui se jette à sa tête. L'homme est tel qu'il succombe toujours, trop heureux de croire à sa bonne fortune. Et s'il n'a même pas eu à faire le premier pas, il se félicite de son charme irrésistible.

Page 118 - Editions du Masque
Commenter  J’apprécie          260
namelessnameless   31 juillet 2015
A Matchdown Park, dernier bastion de la mentalité victorienne, on trouvait encore fascinant l'homme infidèle, mais la femme adultère restait une créature déchue.

Page 26 - Editions du Masque
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Ruth Rendell (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ruth Rendell
Pedro Almodovar - "En chair et en os"
autres livres classés : roman psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Promenons-nous dans les bois" de Ruth Rendell

Comment s'appelle la femme qui devait garder les deux enfant du couple Dade ?

Paula
Joanna
Tania

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Promenons-nous dans les bois de Ruth RendellCréer un quiz sur ce livre