AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782848931814
304 pages
Éditeur : Les Deux Terres (08/10/2014)

Note moyenne : 3/5 (sur 25 notes)
Résumé :
La petite communauté de Kingsmarkham est en émoi : on a tué Sarah Hussein, sa révérende. Certes, cette femme d origine indienne, récemment convertie, mère d une enfant au père inconnu, n attirait pas sur sa personne que des louanges. Mais de là à l étrangler dans son presbytère !

Cela ne ressemble pas aux mœurs paisibles de Kingsmarkham. L inspecteur Burden demande l'aide de son prédécesseur et ami, Reginald Wexford, pour résoudre cette délicate enqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  31 octobre 2014
Le dernier roman policier de Ruth Rendell met en scène l'ancien commissaire Wexford, désormais retraité, mais qui a bien du mal à décrocher.
Il passe son temps à s'intéresser aux enquêtes en cours et à roder près du commissariat histoire de voir s'il ne pourrait pas donner un petit coup de main aux collègues.
Une femme pasteur a été assassinée dans leur petite ville et tout le monde à une opinion sur ce meurtre. Wexford va donc aller discuter avec les uns et les autres et obtenir des renseignements par des voies détournées.
L'intrigue est intéressante même si elle est lente, mais j'ai eu beaucoup de mal avec les nombreuses fautes et les phrases sans queue ni tête. La traduction laisse pas mal à désirer, certaines phrases ne veulent rien dire, elles comportent deux négations ou pas de verbe du tout, ça donne des trucs comme : « Je ne n'ai jamais voulu… » ou des dialogues entre deux personnes clairement identifiées mais où soudain le nom d'un troisième interlocuteur surgit alors qu'il n'est même pas là.
J'ai aimé retrouver Wexford, que je suis depuis des années, mais cette enquête n'était peut-être pas indispensable …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
emi13
  12 octobre 2014
Livre reçu dans le cadre de masse critique .
Un drame vient d'avoir lieu à Kingsmarkhan, la révérende Sarah Tussain d'origine indienne qui n'est pas trop appréciée par la communauté est retrouvée étranglée. Cet horrible meurtre c'est passé entre 2 heures et 5 heures du matin .Qui lui en voulait pour en arriver à ce point ? Sarah a une fille de 16 ans toute mignonne comparée à sa mère qui elle passe inaperçue. Qui est le père de cette jeune fille ? Les langues vont se délier, on va apprendre que Sarah c'est fait violer par un indien d'une grande beauté. L'inspecteur Burden qui est en charge de l'enquête va demander de l'aide à son prédécesseur en retraite qui va s'empresser d'accepter. Cette enquête est compliquée, un mystère rode autour de cette mort .On ne s'ennuie pas en lisant ce livre qui par moment nous tient en haleine et nous fait frissonner .Très bon policier de RUTH RENDELL.
Commenter  J’apprécie          260
sabine59
  14 décembre 2016
Une petite pause policière entre deux romans , cela fait du bien ! J'ai retrouvé avec plaisir l'inspecteur Wexford, maintenant à la retraite...et justement, à part la lecture, il s'ennuie !
Du coup, il vient souvent voir l'inspecteur Burden, qui a pris sa place et sollicite son aide pour une enquête.Enfin, jusqu'à un certain point et il est amusant de constater que les deux hommes, pourtant amis, se trouvent à l'occasion en rivalité, au cours de cette affaire, se vexent ou sont en désaccord...
De quoi s'agit-il ? Une femme pasteur, Sarah Hussain, d'origine indienne, a été retrouvée étranglée. Crime sexiste ? Crime raciste ? de nombreuses pistes sont explorées, et souvent se révèlent être des impasses. L'enquête avance lentement, mais ce rythme un peu poussif ne m'a pas vraiment gênée car on sait bien que pour l'auteur, l'énigme policière n'est qu'un prétexte pour disséquer, comme elle le fait si bien, l'âme humaine et ses noirceurs.
Les personnages, même secondaires, sont analysés avec finesse et profondeur, et c'est ce que j'aime chez Ruth Rendell.Que ce soit Clarissa, la jolie et émouvante fille de Sarah, Maxine, l'intarissable femme de ménage de Wexford, la mythomane Thora Kilmartin, les protagonistes sont tous intéressants à étudier.
L'auteur, qui a toujours défendu la cause des femmes, montre bien dans ce livre, à travers le personnage de Sarah, combien il est difficile de se faire une place dans un métier réservé jusque là aux hommes, d'autant plus quand on est indienne.
Je ne mets que trois étoiles pour deux raisons: la fin est assez décevante et convenue, d'autre part, l'ensemble manque un peu de punch et de suspens.J'ai lu d'autres romans bien meilleurs d'elle et qui m'ont marquée.
Le " rossignol sans jardin", c'est la belle personne qu'a été la victime, Sarah, qui n'a pas pu faire entendre vraiment son chant intérieur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
stokely
  20 février 2016
Ouf ce bouquin est enfin terminé je viens de le finir et honnêtement sans le fait qu'il valide le mot jardin du challenge "multis-défis" je l'aurais refermé il y a bien longtemps. Il est d'une longueur et ennuyeux au possible comme étiré des détails aux possibles. Comme le personnage de Maxine par exemple ou l'on est informé dès le début que c'est un moulin à parole (donc on la prend en grippe très rapidement) et ben bingo dans ce livre Maxine est très présente avec son fils Jason sa fille Kelli avec I ce qui est répété au moins 10 fois au cours du livre au cas ou on aurait perdu le fil.
On nous mets même des morceaux des lectures de l'inspecteur, du jamais vu pour moi. J'aime les pages turner ou l'on a justement envie d'avancé et la ce ne fut pas du tout le cas il me restait 130 pages ce matin à 10 heures j'ai fini le livre à 14 h, soit 4 heures pour lire 130 pages ce qui est énorme.
Première et dernière découverte de Ruth Rendell pour moi on ne m'y reprendras plus....
Commenter  J’apprécie          191
lechristophe
  20 février 2016
Nul ! C'est le premier sentiment qui m'est venu à l'esprit lorsque j'ai enfin tourné la dernière page de ce livre dont il m'a fallu exceptionnellement 8 longs jours pour en venir à bout tellement il est inintéressant. Mais je mets un point d'honneur à terminer tout livre entamé.
Je partais avec un a priori négatif puisque, primo, je trouve que la qualité des romans de Ruth Rendell décline depuis 10-15 ans. Et secundo, c'est le dernier de la série des Wexford soit ce qu'il y a de plus rébarbatif dans l'univers du roman policier anglais.
Depuis l'épisode précédent, le personnage principal, l'ex-commissaire Wexford est enfin à la retraite. Il s'y emmerde tellement qu'il a décidé de lire "L'histoire de la décadence et de la chute de l'empire romain" d'Edward Gibbon, historien britannique du XVIIIe siècle ! Généralement, lorsqu'un écrivain fait lire à un de ses personnages une oeuvre c'est qu'il y a un parallèle à faire entre la situation dudit personnage et le contenu de l'oeuvre. Mais ici, il n'y a aucun rapport (enfin, je n'en ai pas vu). Rendell a simplement recopié de larges passages d'une oeuvre dans son roman !
Concernant le volet enquête policière. Une femme pasteur d'origine indienne a été étranglée dans son presbytère. Elle était veuve, avait un passé mystérieux et une fille bientôt majeure. L'ancien adjoint de Wexford devenu commissaire décide que le coupable est le jardinier de la propriété voisine du presbytère d'après son racisme notoire et son appartenance à un parti d'extrême droite. Et c'est tout, l'enquête est close excepté pour Wexford qui mène la sienne en parallèle mais à son rythme de tortue cacochyme croisée avec un escargot. Il se déplace beaucoup mais à pied. Cela lui permet de réfléchir et quand il réfléchit il digresse et quand il digresse c'est sur n'importe quoi et surtout c'est débile. 2 exemples pris parmi une bonne cinquantaine : "On lui lut le mot de Michelle au téléphone et il se mit de méchante humeur à force de ruminer sur cette façon qu'avaient les gens de considérer les anges comme étant féminins - l'influence d'Hollywood sans doute" ; "Mme Corbyn-Smith est très loin d'être une aristo, elle s'appelle ainsi parce qu'un de ses parents s'appelait Corbyn et l'autre Smith. Ce qui me laisse perplexe, c'est ce qui se produit quand un Corbyn-Smith a un enfant, disons, d'un Morton-Jones. L'enfant reprend-il tous les noms de ses parents ? Perséphone Corbyn-Smith-Morton-Jones ?" Voilà, tout est à l'avenant et parfois c'est incompréhensible car le traducteur ne s'est pas relu et a traduit mot à mot des expressions anglaises qui ne veulent rien dire en français.
Nouveau point négatif récurrent de la série des Wexford, le dénouement final. Ne vous inquiétez pas je ne vais rien dévoiler du très faible suspens concernant le nom du tueur. Mais, comme à chaque roman, la solution apparaît à Wexford à partir de déductions alambiquées tirées par les cheveux !
Enfin, Ruth Rendell croit-elle avoir créé un personnage crédible lorsqu'elle s'échine à faire de Wexford un être inapte à l'informatique ? Pense-t-elle qu'un commissaire anglais qui a pris sa retraite en 2007, 2008 ou 2009 (je ne me souviens plus de l'année exacte) n'a jamais eu l'occasion de se former puis d'utiliser un ordinateur dans le cadre de son travail ?
La dernière phrase dit tout de l'incohérence de ce roman : "Il entra, retrouva et embrassa Dora [sa femme] qui l'attendait derrière la porte". Donc, j'en conclus que Rendell pense que quand le mâle anglais quitte le foyer familial, son épouse attend son retour derrière la porte !!
Voilà, j'ai terminé de déverser mon fiel et je donne fièrement à ce roman une étoile (parce qu'on ne peut pas attribuer une note négative, sinon...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
emi13emi13   08 octobre 2014
Reginald Wexford était assis dans un fauteuil en rotin , sous le soleil automnal , occupé à ce que quantité d'hommes et de femmes projettent de faire une fois à la retraite , mais qu'ils sont trop peu nombreux à mettre en pratique , s'attaquer à l'histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain de gibbon .
Commenter  J’apprécie          100
lechristophelechristophe   20 février 2016
Il avait tellement d’alcool dans le sang, raconta plus tard David Rouse à son épouse, qu'on se demande comment il pourrait y avoir de la place pour de l'hémoglobine.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Ruth Rendell (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ruth Rendell
Pedro Almodovar - "En chair et en os"
autres livres classés : racismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Promenons-nous dans les bois" de Ruth Rendell

Comment s'appelle la femme qui devait garder les deux enfant du couple Dade ?

Paula
Joanna
Tania

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Promenons-nous dans les bois de Ruth RendellCréer un quiz sur ce livre

.. ..